Châteaux de Lastours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lastours (homonymie).
Châteaux
Châteaux de Lastours à travers un rempart du château de Quertinheux
Châteaux de Lastours à travers un rempart du château de Quertinheux
Présentation
Propriétaire Commune
Protection Logo monument historique classé MH (1905)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Commune Lastours
Localisation
Coordonnées 43° 20′ 11″ N 2° 22′ 42″ E / 43.3365, 2.3783 ()43° 20′ 11″ Nord 2° 22′ 42″ Est / 43.3365, 2.3783 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Châteaux

Géolocalisation sur la carte : Aude

(Voir situation sur carte : Aude)
Châteaux

Les châteaux de Lastours (en occitan Las Tors, litt. 'Les tours') sont quatre châteaux du pays cathare situés dans la commune de Lastours dans le département de l'Aude en région Languedoc-Roussillon. Les quatre châteaux sont construits sur un éperon rocheux au-dessus du village de Lastours, isolés par les profondes vallées de l'Orbiel et du Grésillou. Ils étaient le verrou du Cabardès d'où le nom du château principal : Cabaret. Ils sont bâtis à 300 mètres d'altitude dans le même axe : Cabaret, la Tour Régine, Surdespine et Quertinheux légèrement en retrait. Le site est classé monument historique depuis 1905 et des fouilles archéologiques sont toujours en cours.

Ces quatre châteaux font partie d'un seul ensemble même s'ils n'ont aucune structure en commun. Le contexte naturel du site a permis de faire l'économie d'une forteresse de grande taille. Les plans ont été adaptés aux rochers sur lesquels ils sont construits. La construction est parfois hétérogène du fait de l'étalement des remaniements effectués sur les châteaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cabaret, Tour Régine et Surdespine sur la crête

Au Moyen Âge, le site appartient aux seigneurs de Cabaret, mentionné pour la première fois en 1067. Leurs richesses proviennent notamment de l'exploitation des mines de fer. Seuls trois châteaux sont probablement construits au XIe siècle et leurs emplacements ont évolué dans le temps suivant les destructions et reconstructions successives. À cette époque, les seigneurs de Cabaret sont au moins au nombre de 22.

Les châteaux ont vécu les événements de la croisade contre les Albigeois. En effet, les seigneurs de Cabaret sont très liés aux adeptes du catharisme. Les villages alentour des châteaux ont accueilli de nombreux cathares. La forteresse appartient à l'époque à Pierre Roger de Cabaret fidèle de Raymond-Roger Trencavel qui a combattu à côté de lui lors de la défense de Carcassonne. Le site subit dès 1209 les attaques de Simon de Montfort. Le site résiste victorieusement aux attaques. Mais le croisé Bouchard de Marly alors seigneur du château de Saissac est fait prisonnier par Pierre-Roger. Sa libération est négociée contre la reddition de Cabaret en 1211.

En 1223, les seigneurs de Cabaret reprennent leurs terres et Cabaret devient le siège de l'évêché cathare du Carcassès. Le seigneur Pierre-Roger résista pendant de nombreuses années aux attaques de Simon de Montfort. Mais en 1227, les châteaux sont de nouveau assiégés par Humbert de Beaujeu. En 1229, Cabaret capitule.

Les villages et châteaux sont pillés puis reconstruits pour devenir des forteresses royales. La Tour Régine est construite par ordre du roi pour affirmer sa suprématie. Ils deviennent le centre administratif et militaire de six communautés formant la châtellenie du Cabardès. Au XVIe siècle, les châteaux sont occupés par les protestants. Ils en sont délogés par le maréchal de Joyeuse en 1591.

Organisation au XIe siècle[modifier | modifier le code]

Avant la croisade contre les Albigeois, les châteaux ne sont qu'au nombre de trois et ne sont pas disposés sur la crête. Les villages entourent les noyaux castraux de la même façon : avec des maisons, des forges et des citernes situées autour d'un donjon haut et étroit. On retrouve des traces de village sur le versant ouest aménagé en demi-cercle suivant les courbes de niveau autour de la résidence seigneuriale.

Au XIIIe siècle, le roi décide la destruction des trois tours seigneuriales et de leurs habitations afin d'éliminer tout refuge de Cathares. Les châteaux sont cependant reconstruits sur les crêtes afin de les rendre moins accessibles aux tirs des ennemis.

Le catharisme à Cabaret[modifier | modifier le code]

Les châteaux de Lastours sont un pôle d'activité religieuse cathare important durant le XIIIe siècle. Le village castral abritera de nombreuses maisons de parfaits et des évêques cathares vont séjourner à Cabaret : Arnaud Hot, Pierre Isarn et Guiraud Abith. En 1229, la forteresse est le fer de lance de la résistance cathare en terre languedocienne. Cette époque est appelée Guerre de Cabaret.

Description actuelle[modifier | modifier le code]

La Tour Régine, Surdespine et Quertinheux vue depuis Cabaret

Les quatre châteaux sont placés en haut de la crête sur un axe nord-sud : Cabaret, Tour Régine, Surdespine et Quertinheux. Ils contrôlent les principales voies d'accès dans le Cabardès et la montagne noire.

Cabaret[modifier | modifier le code]

43° 20′ 16″ N 2° 22′ 39.5″ E / 43.33778, 2.377639 ()

Le château de Cabaret est la citadelle principale avec un système de défense de type barbacane. Il est constitué d'une tour au nord, d'un donjon au sud et d'un corps de logis au centre. Le tout est entouré de remparts avec un chemin de ronde posé sur des arcades aveugles en arcs brisés. L'ensemble est construit avec un appareil irrégulier et des pierres de taille pour les angles et les ouvertures.

Tour Régine[modifier | modifier le code]

43° 20′ 13.2″ N 2° 22′ 40.2″ E / 43.337, 2.377833 ()

La Tour Régine est la forteresse la plus récente et la plus petite de l'ensemble. Elle est constituée d'une tour entourée d'une courtine dont les murailles sont effondrées. Au sous-sol, la tour contient la citerne la plus vaste des quatre châteaux. La tour est constituée de trois étages desservis par une escalier à vis. La pierre de calcaire blanc utilisée est identique à celle de Cabaret.

Surdespine[modifier | modifier le code]

43° 20′ 11″ N 2° 22′ 42″ E / 43.33639, 2.37833 ()

Le château est le moins conservé des quatre. Il est constitué d'une tour carrée, d'un logis et d'une citerne. Une courtine de plan rectangulaire protège l'ensemble. Il se caractérise par la rareté des ses meurtrières et par ses quatre fenêtres en plein cintre.

Quertinheux[modifier | modifier le code]

43° 20′ 08″ N 2° 22′ 39″ E / 43.33556, 2.3775 ()

Le château de Quertinheux (en occitan Quertinhos) est placé le plus au sud de la crête sur un piton rocheux isolé. Il est constitué d'une tour circulaire et d'une courtine polygonale. Une avancée en chicane défend l'entrée du château. Il surplombe les restes d'une église romane détruite.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Élise Gardel, Bruno Jaudon, Sylvain Olivier, De Rivière à Lastours, histoire d’un village languedocien (XIIIe-XXe siècles), Nouvelles Éditions Loubatières, 2011, ISBN 978-2-86266-634-1.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Carte des châteaux cathares