Humbert V de Beaujeu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Humbert de Beaujeu.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Humbert de Beaujeu (Montpensier).
Humbert V de Beaujeu
Titre Prince de Dombes
(12161250)
Autre titre Seigneur de Beaujeu
(1216 - 1250)
Successeur Guichard V de Beaujeu
Grade militaire Connétable de France
Conflits Croisade des Albigeois
Septième croisade
Biographie
Dynastie Famille de Beaujeu
Naissance 1198
Décès 1250 (à 52 ans)
Syrie
Père Guichard IV de Beaujeu
Mère Sibylle de Hainaut
Conjoint Marguerite de Baugé
Enfants Guichard V
Isabelle
Sibille (Florie)
Béatrice
Jeanne
Marguerite

Blason Humbert V de Beaujeu Selon Guigue.svg

Humbert V de Beaujeu[1] (°1198-†1250) fut le premier prince de Dombes et le onzième seigneur de Beaujeu. Connétable de France du roi saint Louis, il commanda son armée pendant la septième croisade.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est fils de Guichard IV de Beaujeu et de Sibylle de Flandre et de Hainaut, fille du comte Baudouin V de Flandre et sœur d'Isabelle de Hainaut, reine de France. Humbert V est de haute parenté, puisque cousin germain de Philippe II Auguste et neveu des empereurs latins de Constantinople, Baudouin Ier et Henri de Hainaut. C'est probablement cette parenté qui explique ses armoiries, une brisure de celle des comtes de Flandre et de Hainaut qui donnera par la suite le blason de la famille de Beaujeu.

Par son testament, daté de juillet 1248[2], il léguera 60 sous forts à l'église paroissiale de Meillonnas.

Famille[modifier | modifier le code]

Le 22 septembre 1219, il épouse Marguerite de Baugé, par contrat signé du 15 juillet 1218[3],[1] avec qui il aura six enfants :

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Proche de la couronne, il se distingue par ses talents militaires aux côtés de Louis VIII de France durant la croisade contre les Albigeois. Signe de confiance, après la mort subite du roi en 1226, il est désigné comme gouverneur du Languedoc, province nouvelle dans le domaine royal qui accepte mal la domination française. En 1232, il accompagne son neveu Baudouin II de Courtenay à Constantinople pour la cérémonie du sacre.

Il se croise en 1247, le roi saint Louis en fait son connétable pour la campagne d'Égypte en 1248. Lors du siège de Mansourah, il tente de sauver le frère du roi, le comte Robert Ier d'Artois en vain. Il meurt en Terre sainte, en Syrie, le 21 mai[1] ou le 1er août 1250[réf. nécessaire], à l'âge de 52 ans.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Humbert V de Beaujeu

Les armes d'Humbert V de Beaujeu se blasonnent ainsi :

Écu parti à la bordure componée du champ, première partition d'or au lion de sable armé et lampassé de gueules, deuxième partition bretessée de gueules.

Blason apparu vers le ...

Devise d'Humbert V de Beaujeu est : ...

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Testaments de Guichard III (Guichard IV) et d'Humbert IV (Humbert V) de Beaujeu. sur Google Livres, M.C. Guigue, 1857.
  2. Marie-Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain,‎ Bourg-en-Bresse et Lyon, A. Brun, 1873, p. 226 disponible en ligne sur Gallica.
  3. Elle lui portera à cette occasion le château de Miribel, Marie-Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain,‎ Bourg-en-Bresse et Lyon, A. Brun, 1873, p. 234 disponible en ligne sur Gallica