Centrale nucléaire de Hinkley Point

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale nucléaire de Hinkley Point
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire de Hinkley Point
Administration
Pays Royaume-Uni
Coordonnées 51° 12′ 29″ N 3° 07′ 48″ O / 51.208, -3.12999 ()51° 12′ 29″ Nord 3° 07′ 48″ Ouest / 51.208, -3.12999 ()  
Opérateur British Energy
Année de construction 1965
Date de mise en service 1976
Statut En service
Réacteurs
Fournisseurs Central Electricity Generating Board
Type Réacteur avancé au gaz
Réacteurs actifs 2
Puissance nominale 2x534 MW
Production d’électricité
Production totale 301925 GWh
Divers
Source froide Canal de Bristol
Site web http://www.british-energy.com/

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Centrale nucléaire de Hinkley Point

La Centrale nucléaire de Hinkley Point est une centrale installée près de Bridgwater sur la côte du Somerset, à environ 8 km de l'estuaire de la rivière Parrett, à environ 60 km au sud-ouest de Bristol dans le sud-ouest de l'Angleterre.
Elle occupe un terrain de 19,4 hectares et comprend deux unités : Hinkley Point A et B, l'unité A étant arrêtée définitivement.

Description[modifier | modifier le code]

Hinkley Point A[modifier | modifier le code]

La construction de Hinkley Point A avait commencé en 1957 et la centrale avait commencé à produire de l'électricité en 1965.
Cette unité était l'une des onze centrales nucléaires comprenant deux réacteurs du type Magnox, et qui ont été installées au Royaume-Uni entre 1956 et 1971.
Durant ses 35 ans de production, Hinkley Point A a produit plus de 103 TWh d'électricité avant de s'arrêter en l'an 2000.

Hinkley Point B[modifier | modifier le code]

La construction de Hinkley Point B a démarré en 1967 et la production d'électricité en 1976.
Cette unité comprend deux réacteurs avancés au gaz (AGR) avec une capacité de production totale de 1250 MWe. Actuellement et à la suite de leur vieillissement, chaque réacteur ne peut plus produire que 570 MWe au lieu de 625 MWe ce qui fait au total 1140 MWe.

La centrale a été construite par le Central Electricity Generating Board (CEGB). Elle a été confiée à Nuclear Electric lors de la privatisation de l'industrie électrique du Royaume-Uni en 1989, de ce fait elle appartenait au domaine public. En 1996, les centrales AGR et PWR de Nuclear Electric et Scottish Nuclear ont été privatisées et cédées à la compagnie British Energy.

Cette unité doit être arrêtée en 2016 minimum, selon un communiqué de British Energy de décembre 2007.

Projet Hinkley Point C[modifier | modifier le code]

Lors du sommet franco-britannique à Paris du 17 février 2012, Nicolas Sarkozy et David Cameron ont fait des annonces[1] concernant l'EPR en cours d'étude[2] sur ce site. EDF engagé dans ce projet[3] avec Areva et Rolls-Royce ont profité de cette occasion pour annoncer des signatures de protocoles d'accords[4].

Les opposants de l'association South West Against Nuclear (trad. le sud-ouest contre le nucléaire) se sont rassemblés dans une vieille ferme à proximité du site de Hinkley Point le dimanche 12 février 2012[5]

En mai 2012, EDF a suspendu un contrat d'ingénierie civile de 1,2 milliard de livres sterling. Le nouveau réacteur pourrait n'être construit qu'en 2021 au plus tôt, soit quatre ans après la date prévue initialement[6], et le coût du projet a été revu à la hausse de 40 %[7].

En mai 2013, le projet est réestimé à 14 milliards de livres (plus de 16 milliards d'euros), et le démarrage est reporté en 2022[8].

En octobre 2013, EDF signe un accord avec le gouvernement britannique dans lequel Areva et les chinois CGN et CNNC deviennent partenaires minoritaires et Londres ouvre la voie à de futures participations majoritaires chinoises[9]. L'investissement est réévalué à 19 milliard d'euros et le démarrage reporté en 2023[10]. La prochaine étape est la validation du montage financier du projet par la Commission européenne qui s'il était refusé remettrait en cause la décision d'investissement prévue d'ici juillet 2014[11],[12]. Selon l'association "Stoph Hinkley", les chances que le projet soit approuvé par la Commission Européenne sont presque nulles[13].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]