Centrale nucléaire de Hinkley Point

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale nucléaire de Hinkley Point
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire de Hinkley Point
Administration
Pays Royaume-Uni
Coordonnées 51° 12′ 29″ N 3° 07′ 48″ O / 51.208, -3.1299951° 12′ 29″ Nord 3° 07′ 48″ Ouest / 51.208, -3.12999  
Opérateur EDF Energy
Année de construction 1965
Date de mise en service 1976
Statut En service
Réacteurs
Fournisseurs Central Electricity Generating Board
Type AGR
Réacteurs actifs 2
Puissance nominale 2x534 MWe
Production d’électricité
Production totale 301925 GWh
Divers
Source froide Canal de Bristol
Site web http://www.british-energy.com/

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Centrale nucléaire de Hinkley Point

La Centrale nucléaire de Hinkley Point est une centrale installée près de Bridgwater sur la côte du Somerset, à environ 8 km de l'estuaire de la rivière Parrett, à environ 60 km au sud-ouest de Bristol dans le sud-ouest de l'Angleterre.
Elle occupe un terrain de 19,4 hectares et comprend deux unités : Hinkley Point A et B, l'unité A étant arrêtée définitivement.

Description[modifier | modifier le code]

Hinkley Point A[modifier | modifier le code]

La construction de Hinkley Point A avait commencé en 1957 et la centrale avait commencé à produire de l'électricité en 1965.
Cette unité était l'une des onze centrales nucléaires comprenant deux réacteurs du type Magnox, et qui ont été installées au Royaume-Uni entre 1956 et 1971.
Durant ses 35 ans de production, Hinkley Point A a produit plus de 103 TWh d'électricité avant de s'arrêter en l'an 2000.

Hinkley Point B[modifier | modifier le code]

La construction de Hinkley Point B a démarré en 1967 et la production d'électricité en 1976.
Cette unité comprend deux réacteurs avancés au gaz (AGR) avec une capacité de production totale de 1250 MWe. Actuellement et à la suite de leur vieillissement, chaque réacteur ne peut plus produire que 570 MWe au lieu de 625 MWe ce qui fait au total 1140 MWe.

La centrale a été construite par le Central Electricity Generating Board (CEGB). Elle a été confiée à Nuclear Electric lors de la privatisation de l'industrie électrique du Royaume-Uni en 1989, de ce fait elle appartenait au domaine public. En 1996, les centrales AGR et PWR de Nuclear Electric et Scottish Nuclear ont été privatisées et cédées à la compagnie British Energy.

Cette unité doit être arrêtée en 2016 minimum, selon un communiqué de British Energy de décembre 2007.

Projet Hinkley Point C[modifier | modifier le code]

Lors du sommet franco-britannique à Paris du 17 février 2012, Nicolas Sarkozy et David Cameron ont fait des annonces[1] concernant l'EPR en cours d'étude[2] sur ce site. EDF engagé dans ce projet[3] avec Areva et Rolls-Royce ont profité de cette occasion pour annoncer des signatures de protocoles d'accords[4].

Les opposants de l'association South West Against Nuclear (trad. le sud-ouest contre le nucléaire) se sont rassemblés dans une vieille ferme à proximité du site de Hinkley Point le dimanche 12 février 2012[5]

En mai 2012, EDF a suspendu un contrat d'ingénierie civile de 1,2 milliard de livres sterling. Le nouveau réacteur pourrait n'être construit qu'en 2021 au plus tôt, soit quatre ans après la date prévue initialement[6], et le coût du projet a été revu à la hausse de 40 %[7].

En mai 2013, le projet est réestimé à 14 milliards de livres (plus de 16 milliards d'euros), et le démarrage est reporté en 2022[8].

En octobre 2013, EDF signe un accord avec le gouvernement britannique dans lequel Areva et les chinois CGN et CNNC deviennent partenaires minoritaires et Londres ouvre la voie à de futures participations majoritaires chinoises[9]. L'investissement est réévalué à 19 milliard d'euros et le démarrage reporté en 2023[10]. La prochaine étape est la validation du montage financier du projet par la Commission européenne qui s'il était refusé remettrait en cause la décision d'investissement prévue d'ici juillet 2014[11],[12]. Selon l'association "Stoph Hinkley", les chances que le projet soit approuvé par la Commission Européenne sont presque nulles[13].

Le 8 octobre 2014, la Commission Européenne valide l'accord commercial conclu entre EDF et le Gouvernement britannique [14].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sarkozy et Cameron vont parler coopération nucléaire et militaire
  2. Hinkley Point C New Nuclear Power Station sur The Infrastructure Planning Commission (IPC)
  3. EDF Energy Hinkley Point
  4. Areva et Rolls-Royce élargissent leur coopération sur Reuters
  5. Campaigners set-up nuclear construction demo camp
  6. Zone Bourse - 28/05/2012 : EDF Energy suspend l'attribution d'un contrat nucléaire de 1,2 md de livres
  7. La Tribune - 31/05/2012 : Secteur nucléaire : il y a de l'électricité dans l'air
  8. http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0202790664538-a-hinkley-point-edf-attend-le-reveil-du-nucleaire-britannique-570645.php
  9. Nucléaire : EDF signe un accord historique avec Londres - Les Echos, 18 octobre 2013
  10. Nucléaire: 10 chiffres sur le contrat historique décroché par EDF au Royaume-Uni - L'Expansion, 21 octobre 2013
  11. EDF conclut un accord pour bâtir deux EPR en Grande-Bretagne "Sous réserve d'une décision finale d'investissement dans le projet de Hinkley Point prévue d'ici juillet 2014", l'Expansion - L'express - Reuters le 21 oct 2013
  12. Accord nucléaire EDF/Londres : Des réacteurs ultra-subventionnés… mais qui ne verront jamais le jour - Observatoire du nucléaire, 17 octobre 2013
  13. (en) Strike price – a stab in the dark - Stop Hinkley Press Release, 22 October 2013
  14. (en) « State aid: Commission concludes modified UK measures for Hinkley Point nuclear power plant are compatible with EU rules », sur Commission Européenne,‎ 08/10/2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]