Carroccio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le “Carroccio” sur un tableau de Amos Cassioli

Le Carroccio est un grand chariot à quatre roues portant les enseignes citadines, autour duquel se rassemblaient et combattaient les milices des communes de la plaine du Pô.

Défendu par des troupes choisies (la "compagnie du carroccio"), pavoisé aux couleurs de la cité et traîné par des bœufs (4 paires de bœufs en principe), il portait un mât avec la croix et l'étendard, un autel et une cloche ("la martinella"), sur la plate-forme le chef donnait ses ordres aux soldats qui devaient combattre jusqu'à la mort. Après la victoire, le carroccio retournait dans la cité au son de la cloche.

En temps de paix, il était gardé dans l'église principale de la ville.

D'origine incertaine, peut-être sarrasine, selon la tradition il fut inventé par l’archevêque de Milan Ariberto d'Intimiano (XIe siècle). De Milan, son usage se répandit dans beaucoup de communes d’Italie septentrionale, en Toscane et hors d'Italie, jusqu'à sa décadence au XIVe siècle. Il fut employé dans de célèbres batailles, comme celles de Legnano en 1176 et de Bouvines en 1214.

Un "carroccio", dont on dit qu’il fut utilisé dans une bataille, semblable à un chariot agricole, est conservé au Musée Civique de Cremone.

À Legnano, au cours du Palio (dernier dimanche de mai), une copie du Carroccio traîné par des bœufs parcourt les rues de la ville, surmontée de la Croix d’Ariberto d'Intimiano ; elle marque le départ de la course hippique "à cru" (non sellée), dans laquelle se défient les 8 contrade de la cité.

Alberto da Giussano, défenseur du carroccio de Milan, a été également repris comme symbole par le parti politique de la Ligue du Nord d’Italie.

Articles connexes[modifier | modifier le code]