Groupe SEB

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Société d'emboutissage de Bourgogne

Description de l'image  Groupe SEB - Logo.svg.
Création 1857
Fondateurs Antoine et Henri Lescure
Forme juridique Société anonyme
Siège social Drapeau de France Écully (France)
Direction Thierry de La Tour d'Artaise
Activité Petit Électroménager
Filiales All-Clad, Lagostina, Tefal, Calor, Moulinex, Rowenta, Krups, Samurai, Supor, Arno, Panex
Effectif 24 927 collaborateurs (2011)
Site web www.groupeseb.com
Capitalisation 2,555 Milliards d'euros (12 octobre 2012)
Chiffre d’affaires 4,1 Milliards d'euros (2012)
Résultat net 146 Millions d'euros (2009)

Le groupe SEB est une société française, leader mondial dans le domaine du petit équipement domestique[1]. SEB est le sigle de Société d'Emboutissage de Bourgogne. En 2012, le groupe SEB a réalisé un chiffre d'affaires de 4.1 milliards d'euros. Il emploie près de 25000 personnes dans 49 pays.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1857, Antoine Lescure, rétameur ouvre un atelier de ferblanterie à Selongey (Côte d’Or). Repris par son fils Jean Lescure en 1865 celui-ci abandonne le commerce pour se consacrer exclusivement à la fabrication. La manufacture « Jean Lescure » va devenir, grâce à la mécanisation de la production, une des principales ferblanteries du pays[2].

Avec la fin de la grande guerre le monde évolue et voit se développer la production d’objets manufacturés, ce qui profitera au développement de SEB. Les ménages voient apparaître le progrès dans leur foyer qui symbolise la libération des corvées ménagères. Au début du 20e siècle, plusieurs entrepreneurs, dont Robert Weintraud fondateur de la marque Rowenta, vont commercialiser des appareils domestiques. À la même période, débute à Lyon la production de fers à repasser électriques qui aboutira à la création de la société Calor en 1917. Cependant le marché reste très restreint, la maison moderne étant un privilège réservé aux milieux urbains fortunés. Les arrières petits fils d’Antoine Lescure (Jean, Frédéric et Henri) relancent la société dans les années 1930 et se concentrent sur un produit phare, le « passe lait ». Pratique et solide, il rencontre un succès immédiat qui permet de moderniser les infrastructures de production.

À partir de ce moment l’entreprise va connaître une grande croissance basée sur la fabrication du produit en grande série pour diminuer son coût de revient tout en assurant au consommateur un produit plus solide, plus maniable, plus sûr et plus simple. Fort de son savoir faire dans la technique de l’emboutissage l’entreprise adopte en 1944 la dénomination de « Société d’Emboutissage de Bourgogne » ou S.E.B.

À la fin de la seconde guerre mondiale, les équipements ménagers se démocratisent et SEB s’engage dans la mutation de la cuisine. Son produit emblématique, la Super-Cocotte, lancée en 1953, fait rapidement exploser son chiffre d’affaires. Ce succès permettra à SEB d’accélérer son développement fondé sur l’innovation, sur les acquisitions et sur les méthodes du marketing moderne qui prend son essor dans les années 1960.

SEB entreprend d’abord le rachat de Tefal en 1968 et celui de Calor en 1972. En 1973 la société holding SEB S.A est créée et le groupe est organisé, en 1975 l'action SEB est introduite à la bourse de Paris. Mais c’est en 1988, avec l’acquisition de Rowenta, que SEB prend véritablement une dimension internationale[3] et devient le leader européen du petit équipement domestique. Son expansion géographique, initiée également dès les années 1970 avec des ouvertures de filiales au Canada, en Grande-Bretagne, aux États-Unis et au Japon, prend une dimension véritablement mondiale avec le rachat d’Arno, leader du petit électroménager au Brésil en 1997, et celui de Volmo, leader en Colombie et au Venezuela, en 1998. En 2001, le groupe SEB rachète une partie des activités de son concurrent historique Moulinex/Krups complétant ainsi ses positions sur les marchés matures. La décennie est ensuite marquée par le développement du groupe dans les pays émergents, notamment par l’ouverture de filiales en Thaïlande, au Pérou, en Malaisie, à Taïwan, etc.

Acquisitions[modifier | modifier le code]

  • 1968 : Tefal (spécialisée dans les articles culinaires anti-adhésifs)
  • 1972 : Calor (spécialisée dans les fers à repasser, le sèche-cheveux et les radiateurs électriques d'appoint)
  • 1988 : Rowenta (dont les usines, basées en Allemagne et en France, fabriquent notamment des fers à repasser, des cafetières électriques, des grille-pain et des aspirateurs)
  • 1997 : Arno, du Brésil.
  • 2001 : Moulinex-Krups.
  • 2004 : All-Clad, filiale américaine de Waterford Wedgwood, qui fabrique des articles culinaires haut de gamme.
  • 2005 : Lagostina (qui comprend également Zyliss), leader italien des articles culinaires haut de gamme en inox.
  • 2005 : Panex, leader brésilien des articles culinaires.
  • 2006 : Mirro Wear Ever, des ÉUA.
  • 2006-2007 : Prise de participation majoritaire dans la société Supor (Chine), cotée à la bourse de Shanghai. C’est la 1re fois qu’une société étrangère prend le contrôle d’une société cotée chinoise[4]. Cette société spécialisée dans les articles de cuisines et dans le petit électro-ménager, emploie plus de 4 000 personnes et contribuerait aux chiffres d'affaires dès l'automne de cette même année. L'opération se déroule en deux phases, 30 % en août 2007 pour 115 millions d'euros et 21 % prochainement grâce à une OPA pour 335 millions. Selon la direction cette acquisition permettra de « rester compétitif sur les entrées de gamme » et d'approvisionner directement les marchés asiatiques et américains. Selon les syndicats, les usines européennes sont à la limite de la rentabilité en termes de nombre de produits fabriqués et cette opération annonce la fin des usines en Europe d'ici dix ans.
  • 2010 : Imusa, Colombie, leader colombien des articles culinaires.
  • 2011 : Asia Fan, Viêt Nam, principal fabricant de ventilateurs au Viêt Nam
  • 2011 : Maharaja Whiteline, Prise de participation majoritaire, fabricant de mixeurs-broyeurs pour moudre et mélanger les épices et les pâtes en Inde
  • 2011 : Renforcement de la participation au capital de Supor (71,3 %)[5]

Pendant les années 2000, le groupe a également veillé à l’optimisation permanente de son outil de production industrielle. Il a aussi renforcé ses structures d’innovation et développé sa démarche d’open innovation, avec la création notamment en 2011 d’un fonds d’investissement, SEB Alliance, lui permettant de prendre des participations minoritaires dans des structures à fort contenu technologique.

Les produits fabriqués[modifier | modifier le code]

Yaourtière de marque SEB pour fabriquer des yaourts à la maison

Métiers[modifier | modifier le code]

SEB est présent sur tous les secteurs du petit équipement domestique – articles culinaires, électrique culinaire, soin de la maison et de la personne. Le groupe SEB offre une grande variété de métiers : Marketing ; Ventes ; Communication ; Design ; Finance ; Métiers de l’Industrie ; Systèmes d’information ; Juridique ; Supply Chain; Recherche et Développement ; Ressources Humaines. Le groupe investit de plus en plus dans la mobilité fonctionnelle et internationale.

Les entreprises du groupe[modifier | modifier le code]

Le groupe SEB mène une stratégie multi-marques depuis le début des années 2000. Elle est fondée sur plus de 20 marques à forte notoriété nationale ou mondiale. On peut citer Krups, Moulinex, SEB, Calor, Tefal, Rowenta, Lagostina bien connues en Europe ou encore T-Fal, All-Clad, Arno, Supor, Samouraï ou Asia Fan, d’autres marques leaders sur d’autres continents[6].

Calor[modifier | modifier le code]

Calor est une société française, fondée en 1917 par Léo Trouilhet (Ingénieur Arts & Métiers-Supélec), en lançant sur le marché le premier fer à repasser électrique européen[7]. Elle est basée à Lyon, dispose d'usines en Isère et emploie au total environ 1600 personnes en 2013. D'autres innovations sont apparues: le radiateur soufflant, le fer à repasser automatique par exemple. Elle a intégré le groupe SEB en 1972. En 2007, elle poursuit toujours son activité de fabrication de fer à repasser et de sèche-cheveux et a stoppé la commercialisation des grilles-pain et des radiateurs.

Les marques[modifier | modifier le code]

* Sur le continent américain, au Japon et en Afrique du Sud, la marque Tefal s'écrit T-Fal.

  • Marques nationales ou pluri-régionales :
    • France, Belgique :
      • SEB
      • Calor
    • Amérique du Nord :
      • All-Clad
      • AirBake
      • Mirro
      • Regal
      • T-Fal
      • WearEver
    • Amérique du Sud :
      • Samouraï
      • Arno
      • Panex
      • Rochedo
      • Clock
      • Penedo
      • Imusa
    • Chine :
      • Supor
    • Inde :
      • Maharaja Whiteline
    • Asie :
      • Asia Fan

Données économiques[modifier | modifier le code]

Le groupe a réalisé 4 060 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2012, en croissance de 2,4% par rapport à 2011. Le résultat net pour la même année est de 194 millions[8].

La firme emploie 24 758 salariés au 31 décembre 2012[9].

Répartition du capital[modifier | modifier le code]

au 31 décembre 2005

  • 43,24 % : groupe fondateur (familles Lescure, Boiteux, Girardot, Fèvre, Gairard...)

Actionnaires de référence conjoints : FÉDÉRACTIVE, holding de contrôle de participation patrimoniale et ses adhérents pour 22,85 % et VENELLE INVESTISSEMENT, holding familiale de contrôle et ses adhérents pour 20,38 %

  • 23,12 % : investisseurs institutionnels français
  • 13,51 % : actionnaires étrangers
  • 6,48 % : actionnaires individuels
  • 4,19 % : salariés
  • 4,41 % : autocontrôle
  • 5,05 % : FFP

Organisation[modifier | modifier le code]

Le groupe SEB est organisé selon un modèle matriciel reposant sur des Continents, des Activités et des Directions fonctionnelles. Son Comité Exécutif définit la stratégie générale du groupe, fixe les objectifs et attribue les moyens nécessaires aux activités, continents et directions transversales du groupe. Son Comité de Direction est chargé du suivi des performances et des résultats du Groupe et de faire évoluer sa politique commerciale ou industrielle.

Implantation[modifier | modifier le code]

Implantations industrielles du groupe SEB dans le monde

Présent dans plus de 150 pays dans le monde, le groupe réalise plus de 45% de ses ventes dans les pays émergents. En 2012, 18% des ventes sont réalisées en Europe centrale, Russie et autres pays, 24% en Asie Pacifique, 11% en Amérique du Sud, 17% en France, 19% en Europe occidentale et 11% en Amérique du Nord[10]. Le groupe SEB dispose de 29 sites industriels dans le monde : 12 en Europe dont 10 en France, 1 en Allemagne, 1 en Italie, 1 aux États-Unis, 3 au Brésil, 3 en Colombie, 5 en Chine, 3 au Viêt Nam, 1 en Russie et 1 en Inde[11].

Gouvernance/Actionnariat[modifier | modifier le code]

Le président-directeur général du groupe est, depuis 2000, Thierry de La Tour d’Artaise. Le Groupe Seb est coté en bourse à Paris depuis 1975. Le conseil d’administration du groupe est composé de 15 membres représentatifs de l’ensemble des actionnaires, dont 9 représentant le groupe fondateur qui, au 31 décembre 2012, détenait 43,43% du capital et 59,30% des droits de vote[12].

Les valeurs et engagements du groupe[modifier | modifier le code]

Les valeurs fondatrice du groupe SEB sont la volonté d’entreprendre, le professionnalisme, la passion pour l’innovation, l’esprit de groupe et le respect de la personne[13]. Elles se traduisent notamment dans les pratiques de management partagées dans l’ensemble des entités, elles sont au cœur du Code Ethique du Groupe publié en 2012 et explique que le groupe a depuis longtemps une tradition de redistribution d’une partie de ses bénéfices à ses salariés[14].

Depuis 2007, le groupe SEB a créé une Fondation d’Entreprise qui lui permet de piloter ses engagements en faveur de la lutte contre l’exclusion et soutient des projets visant à la réinsertion de personnes en difficulté, à travers trois vecteurs d’insertion : l’éducation et la formation, le travail, et le logement[15]

Le groupe est engagé dans une démarche de développement durable qui intègre la dimension économique, sociale et écologique : SEB a mis en place en 2003 des mesures visant à préserver l’environnement ce qui permet aujourd’hui à 81% de ces sites d’être certifiés ISO 14001[16]. En 2007 le groupe met en place l’outil d’auto-évaluation HRCA Quick Check promu par le Global Compact et l’ONU visant à évaluer les pratiques de ses sites de plus de 10 salariés au regard des droits de l'homme[17].

La politique de recherche et d’innovation[modifier | modifier le code]

L’innovation fait partie de l’ADN du groupe SEB[18] qui lance plus de 250 nouveaux produits par an[19] et emploie quelque 1300 personnes en innovation incluant des designers, et même un ethnologue[20] et un anthropologue[21].

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel
  2. Chroniques du bien vivre Éditions Public Histoire
  3. "A l'écoute du monde, construisons demain" Rapport d'activité et de développement durable Groupe Seb
  4. http://www.groupeseb.com/fr/histoire
  5. « SEB : Seb autorisé à monter à 71,3 % dans le chinois Supor », sur zonebourse.com,‎ 18 octobre 2011
  6. « SEB: "Notre entrée en Inde est un pas décisif" », sur Les Échos,‎ 19 décembre 2011
  7. site Calor
  8. « Seb publie des résultats en baisse pour 2012 », sur usinenouvelle.com,‎ 26 février 2013
  9. Chiffres clés du site Groupe Seb
  10. http://www.groupeseb.com/fr/chiffres-cles-groupee Chiffres clés du site Groupe Seb
  11. Rapport annuel du groupe
  12. "A l'écoute du monde, construisons demain" Rapport d'activité et de développement durable Groupe Seb
  13. Chroniques du bien vivre Éditions Public Histoire
  14. http://www.groupeseb.com/fr/les-collaborateurs/19/709
  15. Baromètre Avise des Fondations d'entreprises http://www.avise.org/IMG/pdf/Barometre-Fondations-2012-IMS.pdf
  16. http://www.groupeseb.com
  17. "A l'écoute du monde, construisons demain" Rapport d'activité et de développement durable Groupe Seb
  18. http://www.lefigaro.fr/societes-francaises/2008/05/14/04010-20080514ARTFIG00384-la-strategie-de-seb-repose-sur-l-innovation-.php in Le Figaro 14/05/2008 http://www.lefigaro.fr/societes-francaises/2008/05/14/04010-20080514ARTFIG00384-la-strategie-de-seb-repose-sur-l-innovation-.php
  19. Seb : un anthropologue au service de l'innovation in L'Express 25/09/2012 http://lentreprise.lexpress.fr/innovation/seb-un-anthropologue-au-service-de-l-innovation_35395.html
  20. L'innovation par l'usage : la saga SEB in Les Échos 14/03/2013 : http://business.lesechos.fr/directions-generales/strategie/l-innovation-par-l-usage-la-saga-seb-5450.php
  21. Seb : un anthropologue au service de l'innovation in L'Express 25/09/2012 http://lentreprise.lexpress.fr/innovation/seb-un-anthropologue-au-service-de-l-innovation_35395.html