Rubis (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rubis (homonymie).

Rubis

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de la société Rubis

Création 1990
Fondateurs Gilles Gobin
Personnages clés Gilles Gobin
Jacques Riou
Bruno Krief
Forme juridique Société en commandite par actions
Action RUI.PA
Slogan "La volonté d'entreprendre, le choix de la responsabilité"
Siège social Drapeau de France Paris (France)
Direction Gilles Gobin, Jacques Riou
Actionnaires Dassault Belgique Aviation (5,1%)
Orfim (5%)
Organes de direction et de surveillance et salariés (3,4%)
Public (86,5%)
Activité Stockage de produits pétroliers et chimiques
Distribution de gaz butane et propane
Filiales Rubis Terminal, Rubis Énergie
Effectif 1471 (2013)
SIREN 784 393 530
Site web www.rubis.fr
Capitalisation 1 716 millions d'€ (2013)
Chiffre d’affaires 2 765 millions d'€ (2013)
en augmentation +3,5 % vs 2012 : 2 669 millions d'€ (2013)
Résultat net 105 millions d'€ (2013)
en augmentation +10% vs 2012 : 94 millions d'€ (2013)

Rubis est une entreprise française spécialisée dans le stockage de produits liquides (produits pétroliers, chimiques et agroalimentaires) à travers Rubis Terminal, et dans la distribution de produits pétroliers (réseaux de stations-service, fioul aviation, marine, GPL, bitume, lubrifiants, négoce) à travers Rubis Energie et sa marque commerciale Vitogaz. L'entreprise est cotée sur Euronext dans le compartiment A.

Historique[modifier | modifier le code]

Rubis Investment & Cie est créée en 1990 par Gilles Gobin. Il est rejoint la même année par Bruno Krief et Jacques Riou, respectivement en qualité de directeur financier et d'associé-gérant.

En 1991, la société fait l'acquisition de la Compagnie de Penhoët, une société holding de la galaxie Suez, pour 1,3 milliards de francs[1], et devient Rubis & Cie.

Deux ans plus tard, Rubis & Cie achète 230 millions de francs de parts dans la Compagnie Parisienne des Asphaltes (souvent désignée par le sigle CPA), l’un des premiers opérateurs français indépendants de stockage d'hydrocarbures et de produits chimiques, fondé en 1877[2]. Rubis détient, à ce moment-là, environ 60 % des parts de la CPA. La transaction inclut, notamment, les sites de stockage de Rouen et de Dunkerque[3].

En août 1994, Rubis acquiert 66 % des parts du groupe Havraise des Pétroles-Vitogaz[4], fondé en 1939 et spécialisé dans la distribution de butane et de propane.

Un an plus tard, Rubis entre en bourse (sur le second marché) et investit 32 millions de francs pour la reprise d'un dépôt de carburant sur le port de Brest[5]. En 1996, la société poursuit son développement avec l'acquisition du dépôt de Lyon Saint-Priest et d'un terminal à Strasbourg. De son côté, Vitogaz débute son implantation internationale, d'abord au Maroc en 1997, puis à Madagascar en 1999 (mise en chantier du terminal d’importation du GPL) et aux Comores en 2001.

La même année (en 2001), Rubis fait l'acquisition, par l'intermédiaire de la CPA, de la société Propetrol et de ses terminaux situés à Strasbourg (carburants, combustibles et chimie), Salaise-sur-Sanne, Villeneuve-la-Garenne et Village-Neuf

En 2002, la CPA change de dénomination sociale et devient Rubis Terminal.

En 2004, Rubis est admis au sein des indices de référence : CAC Mid 100, CAC Mid and Small 190 et SBF 250[6].

Parallèlement, Vitogaz poursuit son développement international, d'abord au Sénégal en 2003, puis dans les Antilles fin 2005 à la suite du rachat de SAGF (Shell des Antilles et de la Guyane française), opérateur de distribution de GPL et de produits pétroliers. En 2006, Vitogaz reprend les activités de distribution de produits pétroliers de Shell aux Bermudes[6]. Enfin, la même année, la société crée la marque Energaz (commercialisation de bouteilles de GPL dans le réseau Intermarché) en partenariat avec BP.

En 2007, deux nouveaux projets de construction de dépôt gérés en partie par Rubis Terminal sont lancés : un dépôt de produits chimiques sur le Port de Rotterdam[6] et un autre sur celui d'Anvers en partenariat (joint-venture) avec Intercontinental Terminals Company et Mitsui[7]. La même année, Vitogaz rachète les activités de Shell en Espagne et en Suisse (ainsi qu’en Allemagne, République tchèque et Bulgarie, cédées depuis), puis celles de Jersey et Guernesey en 2008. La même année, la société prend une participation dans les GIE Aviation (kérosène) aux Antilles et Guyane française et rachète Totalgaz Espagne. Enfin, en 2009, elle entre dans la distribution de carburants en Corse.

En 2010, Rubis fait son entrée dans le compartiment A d'Euronext, qui rassemble les entreprises dont la valorisation boursière est supérieure à 1 milliard d'euros, ainsi que dans les indices de référence SBF 120 et SBF 80. Vitogaz renforce ses positions en Afrique en reprenant l'activité de distribution de GPL de Shell en Afrique australe, et poursuit son développement en Europe : rachat de l'activité de GPL en bouteilles du groupe Linde AG en Suisse et de BP en Espagne.

En 2011, Vitogaz renforce sa présence dans les Caraïbes en négociant l'acquisition des actifs de distribution de produits pétroliers du groupe Chevron, et en cédant ses actifs en Amérique centrale.

En 2012, Rubis Terminal rachète 50% des parts du terminal Delta Petrol de Ceyhan (Turquie). Vitogaz finalise de son côté l'acquisition des réseaux de distribution de Chevron aux Bahamas, dans les îles Caïman et les îles Turques-et-Caïques.

En janvier 2013, Rubis, via sa filiale Rubis Terminal, reprend la raffinerie anciennement Petroplus Raffinage Reichstett pour un montant symbolique d'un euro plus 37 millions d'investissement prévus sur 5 ans[8]. Vitogaz diversifie ses activités par le rachat de Multigas, filiale suisse de Carbagas spécialisée dans le domaine du conditionnement et de la distribution d'ammoniac haute pureté et de gaz spéciaux. La société rachète par ailleurs l'activité GPL de BP au Portugal, élargit sa présence dans les Caraïbes par le rachat des activités de distribution de Blue Equity LLC, et cède sa filiale GPL en Allemagne.

En 2014, Rubis restructure sa branche distribution en regroupant son activité française dans Vitogaz France et en créant une holding de contrôle, Rubis Energie, détenant également les participations du groupe dans les filiales étrangères. Cette nouvelle structure rachète les activités de distribution de GPL de Total en Suisse.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Barré, « Rubis & Cie, un hussard de la cote », Les Échos, no 16169,‎ 30 juin 1992, p. 32 (lire en ligne)
  2. « Rubis et Cie reprend la Compagnie Parisienne des Asphaltes », Les Échos, no 16380,‎ 28 avril 1993, p. 12 (lire en ligne)
  3. Jean-François Polo, « Rubis entend procéder à de nouvelles acquisitions », Les Échos, no 16543,‎ 21 décembre 1993, p. 10 (lire en ligne)
  4. Romain Duval, « Rubis & Cie prend 66 % de Vitogaz », Les Échos, no 16700,‎ 3 août 1994, p. 14 (lire en ligne)
  5. Pascal Hénisse, « Rubis & Cie affiche ses ambitions industrielles », Les Échos, no 16920,‎ 16 juin 1995, p. 32 (lire en ligne)
  6. a, b et c « Historique - Métiers et stratégie », sur www.rubis.fr (consulté le 24 avril 2014)
  7. (en) « About us », sur www.itcrubis.com (consulté le 24 avril 2014)
  8. « La raffinerie de Petroplus Raffinage à Reichstett sera reprise par Rubis », sur www.actumaint.fr (consulté le 24 avril 2014)

Lien externe[modifier | modifier le code]