Breguet 941

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bréguet 941)
Aller à : navigation, rechercher
Breguet 941
Image illustrative de l'article Breguet 941

Rôle Avion cargo ADAC
Constructeur Drapeau : France Breguet
Premier vol 21 mai 1958
Dimensions
Longueur 22,73 m
Envergure 23,20 m
Hauteur 9,35 m
Masse et capacité d'emport
Max. au décollage 20,5 t
Motorisation
Moteurs 4 x turbopropulseurs Turbomeca Turmo IIID
Performances
Vitesse de croisière maximale 400 km/h

Le Breguet 941 fut un avion ADAC (STOL en anglais) du constructeur français Breguet.

Développement[modifier | modifier le code]

Destiné au transport civil et capable de décoller en moins de 200 mètres, ce quadrimoteur faisait suite au prototype Breguet 940 mettant en œuvre la technique d'hypersustentation par aile soufflée.

Les ailes sont équipées de volets doubles déployables jusqu'à une incidence proche de 95° et les hélices de grand diamètre (4 mètres) soufflent la voilure sur toute son envergure.

De multiples essais en soufflerie avaient montré l'intérêt de la solution ; toutefois, les quatre hélices devaient être interconnectées afin d'assurer un soufflage régulier sur toute la voilure. Le prototype fit son premier vol le 21 mai 1958.

En dépit de vols de démonstration prometteurs et d'un accord de licence avec McDonnell Douglas, seuls quelques exemplaires furent construits pour l'armée de l'air française et le principe n'eut pas de suite, malgré un marché prometteur envisagé non seulement pour les militaires mais, aussi, chez les opérateurs civils dans des régions isolées du grand nord ou même dans le cadre de liaison métropolitaines[1]. Il existe des clichés de l'avion opéré par American Airlines et Eastern Air Lines. Aussi connu sous le nom de McDonnell-Douglas 188, il a été utilisé notamment par American Airlines et Eastern Air Lines.

En 1967, un exemplaire de cet appareil assurait la prise des vue des voitures dans la ligne droite des Hunaudières, lors des 24 Heures du Mans. L'hélicoptère était trop lent pur suivre les véhicules lancés à plus de 300km/h.

Quatre exemplaires de série furent pris en compte par l'armée de l'air française. Ils y restèrent en service – à la 62e escadre de transport déployée sur la base aérienne 112 de Reims) – pendant un temps assez court. En effet, le 1er août 1974 fut dissoute à Reims l’escadrille de transport 03.062 « Ventoux », dissolution qui eut pour effet le départ le 19 août suivant du dernier des quatre Breguet 941. Le 8 août 1973, la direction du matériel aérien avait adressé à l’avionneur un courrier dans lequel il était écrit : « L’état-major de l’armée de l’air a décidé de ne pas faire subir au 941S les opérations de maintenance et d’entretien majeur. Cette décision a pour conséquence d’arrêter l’activité de ces avions courant des années 1974-1975. Compte tenu de cela, j’ai l’honneur de vous demander de ne plus entreprendre de nouvelles études concernant ces appareils sauf demande notifiée par les services officiels […][2] . »

Les capacités de décollage court restent encore inégalées par les avions de transport en service aujourd'hui.

Le seul document vidéo montrant cet avion semble être l'épisode 7 de la série 2 (donc le 20e épisode en tout) de la série télévisée Les Chevaliers du ciel, avec Jacques Santi et Christian Marin. Dans cet épisode, l'avion de transport utilisé est un Breguet 941. Les images permettent de se faire une idée de ses capacités de décollage court.

Performances[modifier | modifier le code]

Breguet 941 à Dugny

Grâce à ses systèmes hypersustensateurs et à sa motorisation la distance de roulement au décollage était de seulement 190 m ; tandis qu'il pouvait atterrir en 120 m

Liens[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Chaki, « La NASA a choisi le Breguet 941 », Air et Cosmos, no 1,‎ 25 mars 1963, p. 8 (ISSN 1240-3113)
  2. Jean-Pierre Calka et Frédéric Lafarge, « La BA 112 de Reims, histoire d'une grande base aérienne », Marines Éditions, Rennes, 2010. (ISBN 978-2-35743-040-2)