Breguet Bre 521

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Breguet Bre 521 Bizerte
{{#if:
Constructeur Drapeau : France Société anonyme des ateliers d’aviation Louis Breguet
Rôle Hydravion de patrouille maritime
Statut Retiré du service
Premier vol 1933
Mise en service 1935
Nombre construits 30
Motorisation
Moteur Gnome et Rhône 14Kirs
Nombre 3
Type 14 cylindres en double étoile
Puissance unitaire 900 ch
Dimensions
Breguet-521.svg
Envergure 35 13 m
Longueur 20 48 m
Hauteur 7 65 m
Surface alaire 170 m2
Masses
À vide 9 150 kg
Maximale 16 000 kg
Performances
Vitesse maximale 255 km/h
Plafond 6 000 m
Rayon d'action 2 100 km
Armement
Interne 5 mitrailleuses Darne de 7,5 mm
Externe 300 kg de bombes

Le Breguet Bre 521 est un hydravion de patrouille maritime français de la Seconde Guerre mondiale.

Conception[modifier | modifier le code]

Version militaire du Breguet Bre 530 Saigon, le Bre 521 naît presque simultanément. Grand hydravion à coque centrale de type biplan avec 3 moteurs en étoile, il vole pour la première fois en 1933. Les premiers exemplaires entrent en service en 1935 dans la reconnaissance navale. Bien que dépassé le Bre 521 se montre très robuste et valable dans les missions qui lui sont attribuées.

30 exemplaires furent construits.

Engagements[modifier | modifier le code]

Beaucoup de Bre 521 sont encore utilisés en 1940, les Allemands en récupèrent quelques-uns pour le secours aérien.


Opérateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne

Variantes[modifier | modifier le code]

Breguet 521.01
Prototype.
Breguet 521 Bizerte
Hydravion à longue portée, propulsé par 3 moteurs radiaux Gnome-Rhône 14Kirs de 14 cylindres en double étoile ou 3 moteurs radiaux Gnome-Rhône 14N.
Breguet 522
Version remotorisée du Breguet 521. 3 moteurs radiaux Hispano-Suiza 14AA de 900 ch. 1 construit[1].
Breguet 530 Saigon
Version civil du Breguet 521. 3 moteurs en lignes Hispano-Suiza 12Ybr refroidi par liquide. 2 construits[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Passingham Air Enthusiast March/April 2000, p. 58.
  2. Donald 1997, p. 189.

Voir aussi[modifier | modifier le code]