Bataille du Dogger Bank (1781)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dogger Bank (homonymie).
Bataille du Dogger Bank (1781)
Les formations néerlandaises et anglaises lors de la bataille.
Les formations néerlandaises et anglaises lors de la bataille.
Informations générales
Date
Lieu Dogger Bank, mer du Nord
Issue Issue tactique indécise
Victoire stratégique britannique
Belligérants
Royaume de Grande-Bretagne Royaume de Grande-Bretagne Provinces-Unies Provinces-Unies
Commandants
Vice-amiral Hyde Parker, Contre-amiral Johan Zoutman
Forces en présence
7 vaisseaux de ligne 7 vaisseaux de ligne
Pertes
108 morts, 339 blessés 140 morts, 400 blessés
Quatrième Guerre anglo-néerlandaise
Coordonnées 54° 43′ 26″ N 2° 46′ 08″ E / 54.724, 2.769 ()54° 43′ 26″ Nord 2° 46′ 08″ Est / 54.724, 2.769 ()  

Géolocalisation sur la carte : mer du Nord

(Voir situation sur carte : mer du Nord)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille du Dogger Bank (1781).

La bataille du Dogger Bank est particulièrement acharnée.
Hyde Parker, le vice-amiral anglais, démissionne à l'issue du combat.

La bataille navale du Dogger Bank se produisit le 5 août 1781 pendant la Quatrième Guerre anglo-néerlandaise, un conflit sous-jacent à la guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique[1]. Elle se déroule, comme son nom l'indique, dans la zone du Dogger Bank, en mer du Nord. Elle résulte de la rencontre de l'escadre britannique commandée par le vice-amiral Hyde Parker avec l'escadre néerlandaise du contre-amiral Zoutman, tous les deux chargés de la protection de convois.

Les Provinces-Unies ayant rejoint les alliés (France et États-Unis), le gouvernement britannique leur déclare la guerre en décembre 1780. Il est obligé de distraire une partie de ses forces navales pour protéger ses voies commerciales en mer du Nord. Pour les Néerlandais, habitués à l'alliance anglaise depuis les lointaines guerres louisquatorziennes, c'est un choc d'autant plus important que l'effort naval militaire a été négligé pendant tout le XVIIIe siècle. La bataille s'engage alors entre les deux flottes sans qu'aucun des deux camps n'y gagne quoi que ce soit.

Les deux forces se rencontrent au lever du soleil, le 5 août 1781. Hyde Parker dispose de 7 vaisseaux de ligne et d'une douzaine de frégates ou de navires plus petits. Zoutman aligne sensiblement le même nombre de vaisseaux, mais ceux-ci sont en meilleure condition que les bâtiments anglais[2]. La brise souffle du nord-est et la mer est calme. La ligne hollandaise fait route à l'Est-Sud-Est. Le vice amiral Hyde Parker -à qui on a reproché naguère son manque d'audace au combat- veut faire la preuve de sa pugnacité et ordonne, à h 0, la chasse générale. À h 0, il se trouve suffisamment près des Néerlandais pour ordonner l'ouverture du feu[2].

Un combat acharné s'engage et fait rage durant toute la matinée. Il est d'une extrême violence, les Hollandais combattant avec une opiniâtreté remarquable[2]. Vers 11 h 0, Parker ordonne de reformer la ligne et de porter à l'ennemi le coup décisif. Il n'y parvient pas, ainsi qu'il le dit lui-même dans son rapport : « Je fis un effort pour former la ligne afin de reprendre l'action, mais ce fut irréalisable. L'ennemi semblait dans une condition aussi mauvaise. Les deux escadres restèrent longtemps l'une près de l'autre, puis les Hollandais s'éloignèrent vers le Texel avec leur convoi. Nous n'étions pas en état de les poursuivre[3]. » Les deux escadres ont subi des dégâts très importants. Un des navires hollandais coule le lendemain des suites de ses avaries et on déplore plus de cent morts et des centaines de blessés dans chaque camp[3].

Les Hollandais rentrent chez eux avec leur convoi, considérant cette bataille comme une victoire. Cependant leur flotte ne ressort pas des ports durant la guerre et les Provinces-Unies voient leurs navires de commerce rayés des mers par les corsaires britanniques. Les Provinces-Unies doivent se tourner vers l'alliance avec la France pour poursuivre la guerre. C'est la Marine de Louis XVI qui assure dans les Antilles la reconquête de Saint-Eustache et des comptoirs guyanais d'Essequibo et Démérara perdus face à la Royal Navy. C'est elle aussi qui protège Le Cap et les Indes Néerlandaises grâce à l'action de Suffren.

Côté anglais, le vice-amiral Parker considère qu'il n'était pas correctement équipé pour effectuer cette tâche et démissionne de son commandement. Affecté aux Indes orientales, il périt l'année suivante dans le naufrage du navire qui l'y conduit. Cette bataille, malgré son acharnement, n'a pas de réel impact sur le cours de la guerre. Clowes, dans son Histoire de la Royal Navy, caractérise le combat du Dogger Bank en ces termes : « Ce fut une démonstration de bravoure très honorable, et une bataille très décevante ; du panache, pas de la guerre[3]. »

Navires en présence[modifier | modifier le code]

Nationalité Type Nom Nombre
de canons
Notes
Britannique Vaisseaux Berwick 74
Dolfin 44
Buffalo 60
Fortitude 74 Vaisseau amiral
Princess Amelia 80
Preston 50
Bienfaisant 64
Frégates Belle Poule Philip Patton
4 autres frégates
Néerlandais Vaisseaux Erfprins 54 Braak
Admiraal Generaal 74 van Kinsbergen
Argo 40 Staring
Batavier 50 Bentinck
Admiraal de Ruijter 68 Vaisseau amiral
Admiraal Piet Hein 56 van Braam
Holland 68 Dedel
10 autres bateaux

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Meyer, dans Vergé-Franceschi 2002, p. 52-53.
  2. a, b et c Le Moing 2011, p. 334-335.
  3. a, b et c Cité par Le Moing 2011, p. 335.

Bibliographie[modifier | modifier le code]