Bataille de Brandywine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Brandywine
Informations générales
Date 11 septembre 1777
Lieu Chadd's Ford (Pennsylvanie)
Issue Victoire britannique
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau du Royaume de Grande-Bretagne Royaume de Grande-Bretagne
Commandants
George Washington William Howe
Forces en présence
14 600 hommes 15 500 hommes
Pertes
250 tués
750 blessés
400 prisonniers
89 tués
487 blessés
Guerre d'indépendance des États-Unis
Batailles
Coordonnées 39° 52′ 19″ N 75° 35′ 24″ O / 39.872, -75.5900639° 52′ 19″ Nord 75° 35′ 24″ Ouest / 39.872, -75.59006  

Géolocalisation sur la carte : Pennsylvanie

(Voir situation sur carte : Pennsylvanie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Brandywine.

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Brandywine.

La bataille de Brandywine est une bataille de la guerre d'indépendance des États-Unis qui s'est déroulée le 11 septembre 1777, en Pennsylvanie.

Cette bataille s'est déroulée un peu après le siège de Fort Stanwix (2-22 août 1777) et un peu avant la bataille de Saratoga (19 septembre et 7 octobre 1777) .

Contexte[modifier | modifier le code]

La guerre d’indépendance américaine opposait les insurgents, organisés en milices et en une armée continentale dirigée par George Washington, aux Britanniques aidés par des mercenaires hessiens. À partir de 1775, les Américains remportent quelques batailles (Lexington et Concord, siège de Boston, bataille de Trenton) mais essuient également des revers (campagne d’Invasion du Canada, bataille de Long Island).

Après s’être emparé de New York en 1776, les troupes britanniques du général Howe décident de prendre la ville de Philadelphie en Pennsylvanie, qui était alors le siège du congrès continental et la capitale de facto des États-Unis d’Amérique. Le débarquement de 15 000 soldats eut lieu en août 1777 sur la rive nord de baie de Chesapeake. Le général américain George Washington plaça ses troupes entre Philadelphie et les armées britanniques : l’affrontement eut lieu à Brandywine le 11 septembre 1777.

La bataille[modifier | modifier le code]

Carte montrant le site de la bataille de Brandywine

à compléter

Analyse[modifier | modifier le code]

Une triple attaque devait être menée par ­John Burgoyne[1] en partant de Montréal et en descendant le Richelieu vers Albany et par Barry St-Léger le Britannique qui devait rallier Albany en provenance du Lac Ontario en passant par la rivière Mowhawk. Cette triple attaque aurait dû être complétée par la montée de William Howe vers Albany à partir de New York par la rivière Hudson  ; mais Howe préféra marcher sur Philadelphie pour attaquer le congrès continental qui en 1776 avait signé la déclaration d'indépendance américaine.

Bilan[modifier | modifier le code]

Les Américains perdirent 300 hommes au cours de la bataille, contre 89 du côté britannique.

Suite à la défaite américaine de Brandywine, le congrès continental dut s’enfuir de Philadelphie d'abord pour Lancaster (Pennsylvanie) puis pour York (Pennsylvanie). Le matériel de guerre fut lui aussi déplacé vers Reading (Pennsylvanie). Les affrontements se poursuivirent dans la région pendant une semaine. Après avoir occupé Philadelphie en septembre 1777, les Britanniques concentrèrent 9 000 hommes à Germantown, située à 8 km au nord de Philadelphie.

La bataille de Brandywine est célèbre car elle est la première bataille du jeune marquis de La Fayette (20 ans) qui y sera blessé à la jambe mais qui y gagnera l'admiration de George Washington, Lafayette venait à peine d'arriver en Amérique.

Elle est aussi notoire par le fait que des Québécois y ont participé avec le Congress Own Regiment de Moses Hazen.

Bien que ce fut une défaite américaine, cette diversion des forces britanniques permettra à Horatio Gates de battre Burgoyne près d'Albany à la bataille de Saratoga (où se trouvait l'autre régiment québécois de James Livingston) ce qui entraînera la France dans la guerre, la défaite des anglais à Yorktown en 1781 et le Traité de Paris de 1783.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. qui a remplacé Guy Carleton à qui on avait reproché d'avoir failli perdre le Canada en 1775 (bataille de Montréal) et d'avoir hésité à attaquer plus loin après la bataille navale de Valcour en 1776