Bataille de Gondelour (1783)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Gondelour.
Bataille de Gondelour (1783)
Bataille de Gondelour, 20 juin 1783, peinture d'Auguste Jugelet, 1836.
Bataille de Gondelour, 20 juin 1783, peinture d'Auguste Jugelet, 1836.
Informations générales
Date 20 juin 1783
Lieu village de Gondelour (ou Cuddalore), au sud de Pondichéry État du Tamil Nadu, Inde
Issue victoire stratégique française
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de France Royaume de Grande-Bretagne Royaume de Grande-Bretagne
Commandants
Pierre André de Suffren
Louis Victor Villon
Charles Joseph Patissier de Bussy-Castelnau
Edward Hughes
James Stuart
Forces en présence
15 navires de ligne 18 navires de ligne
Pertes
102 morts
386 blessés
99 morts
434 blessés
Guerre d'indépendance des États-Unis
Batailles
Campagne de Boston (1774-1776)

(Powder Alarm) · Lexington et Concord · Boston · Bunker Hill


Invasion du Canada (1775)

Fort Ticonderoga · Fort Saint-Jean · Longue-Pointe · Québec · Saint-Pierre · Les Cèdres · Trois-Rivières · Ile Valcour


Campagne de New York et du New Jersey (1776-1777)

Long Island · Kips Bay · Harlem Heights · Pell's Point · White Plains · Fort Washington · Iron Works Hill · Trenton · Assunpink Creek · Princeton · Millstone · Bound Brook · Short Hills


Campagne de Saratoga (1777)

Fort Ticonderoga · Hubbardton · Fort Anne · Fort Stanwix · Oriskany · Bennington · Forts Clinton et Montgomery · Saratoga


Campagne de Philadelphie (1777-1778)

Bound Brook · Short Hills · Staten Island · Cooch's Bridge · Brandywine · Clouds · Paoli · Germantown · Red Bank · Gloucester · White Marsh · Matson's Ford · Valley Forge · Quinton's Bridge · Crooked Billet · Barren Hill · Monmouth


Front de l'Ouest (1775-1782)

1er Fort Henry · Boonesborough · Illinois · Fort Vincennes · Fort Pitt · Fort Laurens · Chillicothe · Saint-Louis · Kentucky · Défaite de La Balme · Piqua · Coshocton · Lochry · Long Run · Gnadenhütten · Little Mountain · Expédition Crawford · Bryan Station · Blue Licks · 2e Fort Henry


Front du Nord (1777)

Wyoming Valley · Big Runaway


Front du Sud (1775-1781)

Williamsburg · Great Bridge · Moore's Creek Bridge · Rice Boats · Alligator Bridge · Beaufort · Kettle Creek · Brier Creek · Stono Ferry · Savannah · Charleston · Camden · Kings Mountain · Cowpens · Pyle · Guilford Court House · Hobkirk's Hill · Eutaw Springs · Baie d'Hudson


Campagne de Floride (1779-1781)

Fort Bute · Bâton-Rouge · Fort Charlotte · Mobile · Pensacola


Campagne de Yorktown (1781)

Cap Henry · Blandford · Greenspring Farm · Baie de Chesapeake · Yorktown


Guerre des Antilles (1775-1783)

Nassau · Barbade (en) · Dominique · Sainte-Lucie (1re) · Sainte-Lucie (2e) · Saint-Vincent (en) · La Grenade (1re) · La Grenade (2e) · Río Hondo (en) · Cayo Cocina (en) · San Fernando (en) · 12 décembre 1779 (en) · 1re Martinique · 2e Martinique · Bermudes · Fort San Juan (en) · Indes occidentales néerlandaises (en) · Saint-Eustache (en) · Fort-Royal · Tobago · Brimstone Hill · Saint-Christophe · Demerara et Essequibo (en) · Montserrat (en) · Roatán (en) · Saintes · Canal de la Mona · Black River (en) · Nassau (2e) (en) · Hispaniola · 6 décembre 1782 · 15 février 1783 · Turques-et-Caïques · l'Alliance et la Sybil · Nassau (3e) (en)


Campagne des Indes (1778-1783)

Pondichéry · 1er Négapatam · Porto Praya · Sadras · Provédien · 2e Négapatam · Trinquemalay · 1er Gondelour · 2e Gondelour


Campagne d'Europe (1778-1783)

1er Ouessant · Flamborough Head · 1er Cap Saint-Vincent · 2e Saint-Vincent · Jersey · Dogger Bank · 2e Ouessant · Gibraltar · Cap Spartel

Coordonnées 11° 45′ N 79° 45′ E / 11.75, 79.75 ()11° 45′ Nord 79° 45′ Est / 11.75, 79.75 ()  

Géolocalisation sur la carte : Inde

(Voir situation sur carte : Inde)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Gondelour (1783).

La troisième bataille de Gondelour eu lieu le 20 juin 1783 entre les marines française et britannique pendant la guerre d'indépendance des États-Unis près de Gondelour au large de la côte Carnatique au sud de l'Inde.

Situation[modifier | modifier le code]

Gondelour, aussi connu sous le nom de Cuddalore, est un port indien situé à environ 180 km au sud de Madras (actuellement Chennai), soit 20 km au sud de Pondichéry (Pondicherry). La ville est l'ancienne capitale des comptoirs français de l'Inde, sur la côte de Coromandel. Le nom de « Gondelour », consacré par les historiens français du XIXe siècle est dû à une ambiguïté d'écriture du XVIIIe siècle.

Une situation désespérée[modifier | modifier le code]

Les survivants des différentes batailles navales gagnées par le bailli de Suffren reviennent à Gondelour, souvent blessés.

Le vieux major commandant de la place, Louis Victor Villon, marquis de Fécamp[1], est inquiet. La mort du nabab est une catastrophe pour les Français. Ils sont à peine 800 survivants de la force armée débarquée à Porto Novo et ne pourraient repousser les Britanniques alliés aux Indiens.

Le retour de Suffren, le 6 février 1783, le rassure. L'amiral s'empresse de négocier avec le nabab Tipû Sâhib, fils du prince précédent. Les Britanniques se font menaçants sur terre. Après avoir pris Mangalore, le général James Stuart et les renforts partis de Madras convergent vers Gondelour.

Arrivée des renforts[modifier | modifier le code]

Les Français voient leur situation s'améliorer lorsque Charles Joseph Patissier de Bussy-Castelnau arrive le 16 mars 1783 à Gondelour avec 2 227 hommes[2], et 5 millions de fonds. Ses troupes prennent garnison dans le fort. Les survivants de la 3e légion de volontaires étrangers de la marine, les excellents volontaires de l'île Bourbon, et les restes du régiment d'Austrasie font que Bussy-Castelnau dispose de 3 000 Européens et 2 200 cipayes, mais 700 hommes et officiers sont malades.

Comme Bussy-Castelnau ne reçoit pas de bœufs d'attelage pour son artillerie, les arrivants sont condamnés à une immobilité relative. C'est la seule artillerie de la troisième légion de volontaires étrangers de la Marine, commandée par le capitaine Benoît de Rambaud et celle du régiment d'Austrasie qui vont participer aux escarmouches et essayer de ralentir l'avance du corps d'armée britannique. Cette armée britannique du général Stuart compte 3 800 Européens, parfaitement adaptés au climat, 13 000 cipayes, et 1 800 cavaliers noirs.

Malgré les combats d'arrière-garde des volontaires, James Stuart engage le combat contre une partie de l'armée française dès le 12 juin 1783. Le lendemain, une partie des Britanniques tourne les positions françaises et affronte les unités du régiment d'Austrasie[3] qui se dégagent à la baïonnette. Le général Bussy-Castelnau croit à une diversion et ne soutient pas les volontaires de l'île Bourbon qui se surpassent et contiennent l'ennemi.

Carte de la bataille terrestre de Gondelour, le 13 juin 1783. (Archives de l'outre-mer)
Le général Stuart dirige le siège de Gondelour avec une forte armée.
Suffren vient secourir avec son escadre la petite troupe de Bussy enfermée dans Gondelour. Musée de la Marine, Toulon

Âgé et malade, Bussy-Castelnau se fait porter en litière. Atteint de la goutte, affaibli par les suites de l'épidémie qui l'avait atteint à l'île de France l'actuelle île Maurice), ce n'est plus l'infatigable compagnon de Joseph François Dupleix (1697-1763), gouverneur général des comptoirs français en Inde. Il ne lui reste guère que son courage. Sa garnison est abondamment pourvue de vivres sur ordre du nabab. Mais si les Français restent maîtres du terrain, le lendemain les Indiens qui « faisaient la droite du camp, ayant mal soutenu l'effort des Britanniques »[réf. nécessaire] se débandent et entraînent avec eux le reste des cipayes ; en sorte que les Français, malgré les pertes qu'ils infligent aux Britanniques dans cette journée, sont contraints d'abandonner les ouvrages extérieurs.

Toutefois, les artilleurs réussissent à convaincre les Indiens de continuer à se battre. D’ailleurs, si les Britanniques ne conquièrent pas la place forte, c'est du fait d'un déluge de feu. Aux tirs de mortiers et de canons, les artilleurs ajoutent une pluie de fusées indiennes qui anéantissent les troupes ennemies.

Les flottes en présence[modifier | modifier le code]

Le 20 juin 1783, Mother Hugues et son escadre est devant la côte, et sa flotte est nettement supérieure en puissance de feu, en nombre de vaisseaux, de troupes embarquées et matelots à celle de Suffren.

Royaume de France[modifier | modifier le code]

  • Annibal, 74 canons - navire-amiral
  • Héros, 74 canons
  • Argonaute, 74 canons
  • Fendant, 74 canons
  • Illustre, 74 canons
  • Artésien, 64 canons
  • Ajax, 64 canons
  • Brillant, 64 canons
  • Hardi, 64 canons
  • Sévère, 64 canons
  • Sphinx, 64 canons
  • Vengeur, 64 canons
  • Saint Michel, 60 canons
  • Flamand, 50 canons
  • Petit Annibal, 50 canons

Soit 15 navires et 978 canons

Royaume de Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

  • Gibraltar, 80 canons
  • Superb, 74 canons
  • Cumberland, 74 canons
  • Defence, 74 canons
  • Hero, 74 canons
  • Sultan, 74 canons
  • Burford, 70 canons
  • Monarca, 70 canons
  • Africa, 64 canons
  • Eagle, 64 canons
  • Exeter, 64 canons
  • Inflexible, 64 canons
  • Magnanime, 64 canons
  • Monmouth, 64 canons
  • Sceptre, 64 canons
  • Worcester, 64 canons
  • Bristol, 50 canons
  • Isis, 50 canons

Soit 18 navires et 1 202 canons

La bataille navale[modifier | modifier le code]

Un engagement lors du siège de Gondelour. L'armée de Stuart est tenue en échec devant la place, et la victoire navale de Suffren lui ôte tout espoir de s'en emparer. (Peinture anglaise, fin XIXe)
Une vue imaginaire de la bataille de Gondelour à la gloire de Suffren. Gravure hollandaise reprenant des modèles de vaisseaux du XVIIe siècle. Aucun navire n'a non plus été détruit par explosion pendant cette campagne.

Cette flotte britannique apporte du ravitaillement, de l'artillerie de siège et est prête à écraser, sous le feu de son artillerie, le fort de Gondelour. Si les Britanniques prennent la ville, il faut s'attendre au massacre des prisonniers, des blessés et des populations civiles. C'est désormais la nouvelle stratégie des Britanniques[réf. nécessaire].

Suffren, qui était reparti à Trinquemalay, revient d'urgence pour tenter de sauver la ville. Il monte 1 200 hommes tirés de la garnison sur ses quinze vaisseaux, et cherche dès lors l'occasion d'écarter les dix-huit vaisseaux de l'amiral britannique Edward Hughes. Malgré le délabrement avancé de sa flotte, Suffren repousse à nouveau Hugues, dans ce qui peut-être considéré comme son plus beau combat. Débarquant des renforts, il sauve alors Bussy-Castelnau. En effet, Stuart, privé du ravitaillement que devait lui apporter Hughes, n'est plus guère entreprenant. L'amiral britannique revient au large de Gondelour, mais n'ose plus attaquer. Il aurait dû le faire quand les troupes françaises étaient parties se battre à terre contre Stuart[réf. nécessaire].

Victoire terrestre[modifier | modifier le code]

Le bailli de Suffren remet à terre les 1 200 hommes qui lui avaient été prêtés. Il y ajoute encore 1 200 soldats de marine. Suffren et les officiers demandent alors à Bussy-Castelnau d'écraser les forces ennemies et Suffren propose au général de diriger lui-même l'attaque. Mais Bussy-Castelnau est un vieil homme qui, par sa jalousie envers le marin, va faire que cette affaire ne se termine pas par une grande victoire.

Les Britanniques commencent à perdre tout espoir de conquérir Gondelour. Ils sont attaqués sur leurs arrières par les Indiens. « Malgré l'habileté et le courage du général Stuart chargé de conduire les opérations de siège, la place, vaillamment défendue par le marquis de Bussy-Castelnau, résiste jusqu'au bout[4] ».

Le 29 juin 1783, la frégate parlementaire Médée apporte la nouvelle de la paix, entre la France et la Grande-Bretagne, ratifiée à Versailles le 9 février 1783. La suspension d'armes est immédiate.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire généalogique et armorial de l'Inde française (1560-1962) - Lucien Jean-Bord et Michel Gaudart de Soulages
  2. Sur les 8 000 envoyés par le roi, le reste est malade, mort ou planqué. Certains historiens parlent de 6 632 hommes de guerre.
  3. Certains historiens[réf. nécessaire] parlent de la brigade d'Austrasie, il s'agit tout au plus de 300 à 400 hommes, en incluant dans ce chiffre les malades.
  4. Hume, David (1711-1776), Histoire d'Angleterre, Tome douzième, p. 359

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]