Bataille de Négapatam (1782)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Négapatam.
Bataille de Négapatam
La Bataille de Négapatam, peinture de Dominique Serres, 1786.
La Bataille de Négapatam, peinture de Dominique Serres, 1786.
Informations générales
Date 6 juillet 1782
Lieu Golfe du Bengale
Issue Indécise
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de France Drapeau du Royaume de Grande-Bretagne Royaume de Grande-Bretagne
Commandants
Pierre André de Suffren Edward Hughes
Forces en présence
11 navires de ligne 11 navires de ligne
Pertes
412 morts
676 blessés
77 morts
233 blessés
Guerre d'indépendance des États-Unis
Batailles
Coordonnées 10° 46′ 41″ N 79° 51′ 58″ E / 10.778, 79.8661416710° 46′ 41″ Nord 79° 51′ 58″ Est / 10.778, 79.86614167  

Géolocalisation sur la carte : Inde

(Voir situation sur carte : Inde)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Négapatam (1782).

La bataille de Négapatam a lieu le 6 juillet 1782 durant la guerre d'indépendance des États-Unis (1775-1782). Il s'agit d'un affrontement naval entre les onze vaisseaux de la Marine royale française, menés par le bailli de Suffren, et les onze vaisseaux britanniques, de Hughes, dans l'océan Indien au large de la colonie néerlandaise de Negapatam, sur la côte du Tamil Nadu, dans le sud de l'Inde.

Une bataille navale mais aussi terrestre[modifier | modifier le code]

Suffren embarque la 3e légion de volontaires étrangers de la Marine, la poignée de volontaires de l'île Bourbon et un détachement du régiment d'Austrasie. M. de l'Espinassy dirige l'artillerie. Ces troupes et cette artillerie contribuent à la victoire de Suffren sur mer, en face de Negapatam.

Les flottes en présence[modifier | modifier le code]

Royaume de France[modifier | modifier le code]

Royaume de Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

  • Superb, 74,
  • Hero, 74,
  • Sultan, 74,
  • Burford, 70,
  • Monarca, 70,
  • Eagle, 64,
  • Exeter, 64,
  • Magnanime, 64,
  • Monmouth, 64,
  • Worcester, 64,
  • Isis, 50.

Pierre André de Suffren a 779 hommes hors de combat (morts ou blessés), les Britanniques 309 seulement. Le 7 juillet, il appareille pour Gondelour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Lacour-Gayet, La Marine militaire de France sous le règne de Louis XVI, Paris, Honoré Champion,‎ 1905, 719 p. (notice BnF no FRBNF30709972, lire en ligne)
  • Rémi Monaque, Suffren : un destin inachevé, éditions Tallandier,‎ 8 octobre 2009, 494 p. (ISBN 2847343334)
  • Michel Vergé-Franceschi (dir.), Dictionnaire d'Histoire maritime, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 2002
  • Guy Le Moing, Les 600 plus grandes batailles navales de l'Histoire, Rennes, Marines Éditions,‎ mai 2011, 620 p. (ISBN 9782357430778)
  • (en) George Bruce Malleson, Final French Struggles in India and on the Indian Seas, W.H. Allen,‎ 1884 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]