Bassima Hakkaoui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bassima Hakkaoui
Bassima Hakkaoui en 2013.
Bassima Hakkaoui en 2013.
Fonctions
Ministre de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social
En fonction depuis le 3 janvier 2012
Monarque Mohammed VI
Président du gouvernement Abdelilah Benkirane
Gouvernement Gouvernement Benkirane
Législature IXe législature
Prédécesseur Nouzha Skalli
Députée
En fonction depuis le 27 septembre 2002
Élection 25 novembre 2011
7 septembre 2007
27 septembre 2002
Monarque Mohammed VI
Président du gouvernement Abdelilah Benkirane
Abbas El Fassi
Driss Jettou
Gouvernement Gouvernement Benkirane
Gouvernement El Fassi
Gouvernement Jettou
Législature IXe législature
VIIIe législature
VIIe législature
Biographie
Date de naissance 5 octobre 1960
Lieu de naissance Casablanca (Drapeau du Maroc Maroc)
Nationalité Marocaine
Parti politique Parti de la justice et du développement

Bassima Hakkaoui (en arabe: بسيمة حقاوي), née le 5 octobre 1960, est une femme politique marocaine, membre du secrétariat général du Parti de la justice et du développement[1], qui a remporté les élections législatives du 25 novembre 2011 au Maroc avec 107 sièges[2]. Le 3 janvier 2012, elle a été nommée ministre de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social par le roi Mohammed VI.

Titulaire d’un diplôme d'études supérieures spécialisées de psychologie sociale en 1996 et d'un diplôme d'études approfondies dans la même spécialité en 1990, elle a travaillé au centre de formation des enseignants de Casablanca.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Sur le plan parlementaire, Bassima Hakkaoui est députée du Parti de la justice et du développement (PJD) depuis 2002. Elle était Présidente de la commission des secteurs sociaux de 2006 à 2009 et membre du bureau de la 1re chambre entre 2009 et 2010. Bassima Hakkaoui est membre de la commission parlementaire mixte Maroc-UE.

Elle vient d'être nommé présidente de l'organisation des femmes de la Justice et du développement. Elle était membre du Mouvement unicité et réforme MUR, matrice spirituelle du PJD.

Notes et références[modifier | modifier le code]