Rassemblement national des indépendants

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rassemblement national des indépendants
Image illustrative de l'article Rassemblement national des indépendants
Logo officiel
Présentation
Président Salaheddine Mezouar
(depuis le )
Fondation 1978
par Ahmed Osman
Siège Drapeau : Maroc 6 bis, rue Laos, Avenue Hassan II, Rabat
Symbole Colombe[1]
Idéologie Libéralisme
Couleurs bleu ciel, blanc
Site web www.rni.ma/
Représentation
Représentants
52 / 395
Conseillers
0 / 270
Ministres
8 / 39

Le Rassemblement national des indépendants (RNI) (arabe : التجمع الوطني للاحرار, transcription : at-tajammouε al-watani lil-ahrar) est un parti politique marocain fondé en 1978. Son secrétaire général actuel est Salaheddine Mezouar. Lors des élections législatives de 2011, le parti a obtenu 52 sièges à la chambre basse du parlement marocain.

Historique[modifier | modifier le code]

Le parti créé à la fin des années 1970 a toujours été chapeauté par l'ex-Premier ministre et Premier secrétaire du parti Ahmed Osman. Ce parti a donc bénéficié du record de longévité du gouvernement Osman, qui a duré 7 ans, pour développer une forte base électorale, mais suite au bilan d'abord important puis très mitigé du gouvernement Osman, ce parti n'est plus revenu à la tête de la Primature. Néanmoins, ce parti a participé depuis 1981 à plusieurs gouvernement de coalition anti-gauche, puis au gouvernement d'alternance formant ainsi une coalition centriste.

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • Ahmed Osman nommé Premier ministre pour la période de 1972-1979, et Mohammed Haddou Chiguer nommé ministre de l'Intérieur pour la période de 1973-1976 ont conduit la Marche Verte en 1975. Ahmed Osman a présidé le parlement durant deux législatures (1984-1992).
  • Suite aux élections législatives de 1977, création d'un groupe parlementaire composé de 167 députés sans appartenance politique au sein de la chambre des représentants.
  • 1978 ce groupe constitué d'élites économiques et intellectuelles lance une réflexion collective en vue de créer un nouveau courant politique plaidant pour l'instauration d'une démocratie sociale.
  • Octobre 1978 création officielle du Rassemblement National des Indépendants (RNI) sous la présidence de Ahmed Osman.
  • Le parti compte tenu de ses orientations politiques appelant à une application effective et à une responsabilisation de tous les acteurs politiques, a participé au Gouvernement d'alternance en 1998 et continue d'occuper des postes ministériels au sein de l'actuel gouvernement.
  • Le parti a connu une scission donnant naissance au Parti national-démocrate (PND) en 1981, mais continue à occuper les devants de l'échiquier politique national avec une forte présence au niveau de la première et la deuxième chambre.

Nouvelle ère[modifier | modifier le code]

Ahmed Osman a été renversé en avril 2007 suite a un coup de force mené par une partie du bureau politique mécontente de la gestion des affaires[réf. nécessaire]. Le RNI a organisé un congrès le 21-22-23 mai qui a abouti sur l'élection de Mustapha Mansouri, ministre de l'emploi, face à Mustapha Oukacha.

Mustapha Mansouri, donné perdant au tout début des tractations, a bénéficié d'une campagne de presse très favorable mais aussi du ralliement providentiel de l'ancien ministre des droits de l'Homme, Aoujar, après que celui-ci retira sa candidature à la présidence du parti.

Le à Marrakech, Salaheddine Mezouar a été élu président du Rassemblement national des indépendants, après avoir écarté Mustapha Mansouri grâce à son courant réformateur. Le , Salaheddine Mezouar sera reconduit dans ses fonctions lors du 5e congrès ordinaire du parti tenu à Rabat, après avoir eu 1 928 voix contre 115 pour son concurrent Rachid Sassi[2].

Présentation du parti[modifier | modifier le code]

Le RNI peine depuis l'amorce de l'ère de démocratisation à effacer l'image de « parti de l'administration » qui lui a été affublée durant le régime de Hassan II. Ce parti essaie depuis 1997 et surtout depuis 2002 de se situer clairement comme étant un parti de droite modérée libérale économiquement et prônant la démocratie. Cependant, l'action et la volonté des instances centrale du parti est souvent entachée par des affaires de corruption électorale ou par le bilan médiocre des élus locaux et notamment ruraux. Le parti espère quand même obtenir un bon score aux élections législatives de 2007 qui lui permettrait de se maintenir au gouvernement.

L’organisation du parti a été complètement transformée en 2010. Le conseil national du RNI, constitué de plus de 700 militants, élit le comité central (403 membres) qui constitue son parlement, son instance dirigeante. Le comité, quant à lui, désigne le bureau exécutif (33 membres) constitué d’un conseil d’administration et d’un organe de gestion. Et c’est là la grande nouveauté, car, à l’instar d’une entreprise, cet organe est dirigé par un DG, Jaâfar Heikel, professeur de médecine et membre du RNI depuis 15 ans. “La mission de cette instance est de marketer le programme et la stratégie du parti. Elle fonctionne comme une entreprise avec des règles managériales très claires”, explique ce dernier. La mission assignée à Heikel par Mezouar a été de moderniser la gestion du parti.

Projet de société[modifier | modifier le code]

Autrefois orienté vers la démocratie sociale, le parti se définit aujourd'hui comme tourné vers le libéralisme social.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] « Arrêté du ministre de l'Intérieur no 2914-11 du 30 kaada 1432 (28 octobre 2011) fixant les symboles attribués aux listes de candidatures ou aux candidats appartenant aux partis politiques », Bulletin officiel du Royaume du Maroc, no 5992,‎ 3 novembre 2011, p. 2386-2387 (lire en ligne)
  2. Congrès du RNI, Mezouar garde les commandes, Le Matin, 29/04/2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]