Basilique Notre-Dame de La Guerche-de-Bretagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basilique Notre-Dame de La Guerche-de-Bretagne
Façade occidentale de la basilique
Façade occidentale de la basilique
Présentation
Culte catholique romain
Type basilique
Rattachement Archidiocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo
Architecte Arthur Regnault (XIXème)
Style dominant roman, gothique et néo-gothique
Protection Logo monument historique Classé MH (1913)[1]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Commune La Guerche de Bretagne
Coordonnées 47° 56′ 32″ N 1° 13′ 43″ O / 47.94222, -1.22861 ()47° 56′ 32″ Nord 1° 13′ 43″ Ouest / 47.94222, -1.22861 ()  

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

(Voir situation sur carte : Ille-et-Vilaine)
Basilique Notre-Dame de La Guerche-de-Bretagne

La basilique Notre-Dame de La Guerche-de-Bretagne, située au cœur de l'ancienne ville close, est un édifice gothique des XIIIe, XIVe et XVIe siècles, restauré et agrandi au XIXe. Sanctuaire de pèlerinage au rayonnement local, elle relève de l'archidiocèse de Rennes, Dol et St-Malo.

Historique[modifier | modifier le code]

Statue couronnée de Notre-Dame de La Guerche

Genèse du culte marial[modifier | modifier le code]

La dévotion à Notre-Dame de la Guerche remonte au Xe siècle. La statue actuelle date du XVIIe siècle : creuse, polychrome, elle est taillée dans un tronc d'arbre. La Vierge porte dans ses bras l'Enfant Jésus qui la caresse. Elle a été couronnée le 17 juin 1937 par Mgr Mignen, archevêque de Rennes, Dol et Saint-Malo, sous la présidence du cardinal Suhard, archevêque de Reims, originaire du village voisin de Brains-sur-les-Marches[2].

De la chapelle castrale à la collégiale[modifier | modifier le code]

La première mention d'une chapelle à La Guerche qui fut dédiée à Notre-Dame est assurée en 1152. Pour autant, il semblerait qu'un édifice cultuel ait existé dès le Xe siècle. Les premiers seigneurs de La Guerche firent don de cette chapelle castrale à l'abbaye Saint-Melaine de Rennes avant que Guillaumme II n'y fonde le 25 mars 1206, en la fête de l'Annonciation, une collégiale[3]. Nonobstant cette existence précoce d'un lieu de culte, La Guerche ne fut érigée en paroisse qu'au cours de la Révolution, son territoire relevant antérieurement de celle de Rannée[4].

De l'église paroissiale à la basilique[modifier | modifier le code]

Si un décret civil du 1er avril 1791 crée la paroisse de La Guerche par démembrement du territoire de celle de Rannée, il faut attendre la période concordataire pour que Mgr Maillé procède à son érection canonique, en 1803[5]. Siège de doyenné, l'église de La Guerche est par la suite érigée en basilique mineure le 12 mars 1951 par un bref du pape Pie XII[6]. Entre temps, elle fait l’objet d’une procédure de classement au titre des monuments historiques par arrêté en date du 15 novembre 1913[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Extérieurs[modifier | modifier le code]

Aux portes de la Bretagne, la basilique de La Guerche, dominée par une haute flèche inspirée de celle du Folgoët ou de modèles cornouaillais, participe d'une double volonté signalétique : l'expression d'une église conquérante après l'intermède révolutionnaire et l'affirmation du particularisme breton dans une zone de marche. Construite en pierre de Caen par l'architecte Arthur Régnault de 1869 à 1873, elle prolonge un clocher porche de granite accosté de deux édicules percés de portes ogivales, de rosaces, et terminés par des gables éfilés. Cette flèche culmine à quelque 75 mètres[7].


La basilique adopte le parti des églises à pignons multiples très répandu en Haute-Bretagne et particulièrement dans la région vitréenne. Dépourvue de transept, le flanc sud est animé par six pignons appareillés, ornés de choux frisés, de gargouilles, que séparent des contreforts sommés de pinacles. Une vielle tour, occupe l'angle sud-est du collatéral et du chœur. D'origine romane, cantonnée de puissants contreforts d'angles, elle présente un fort talutage et des parements de grès roussard. Coiffée d'une toiture d'ardoises peu élégante après l'écroulement d'une précédente flèche en 1705, elle renferme l'une des plus anciennes voûtes sur croisées d'ogives de Bretagne[8]. Un chœur à pans coupés des XIIIe-XIVe siècles termine l'édifice. D'inspiration normande, il a été agrémenté au XIXe de trois petites lucarnes enserrant des fenêtres à meneaux aux remplages flamboyants.

Intérieur[modifier | modifier le code]

Intérieur de la basilique

Notre-Dame de La Guerche affecte un plan basilical. L'ample nef, aveugle, longue de 30 m, large de 11 m 40, est accostée de collatéraux et terminée par un chevet pentagonal. Le vaisseau central, du XVIe siècle, présente une voûte lambrissée, ornée de sablières et maintenue par des tirants à engoulants sculptés (têtes d'animaux, de monstres ou d'homme). L'éclairage, indirect, est assuré par les fenêtres des six travées des nefs latérales. Ces dernières sont voûtées, le collatéral sud, contemporain de la nef ayant servi de modèle au septentrional, construit, ainsi que la sacristie, par l'architecte Nugues, de 1860 à 1863. Un arc triomphal brisé donne accès au chœur du XIVe, abondamment éclairé par trois grandes fenêtres ogivales. Cette abside a été par ailleurs surélevée par Arthur Régnault en 1888 et dotée de trois élégantes lucarnes à meneaux.

Les vitraux[modifier | modifier le code]

Quatre vitraux des XVe, XVIe et XVIIe siècles ornent le bas-côté sud de la basilique. Mutilés par les huguenots au XVIe, bien que réparés à diverses reprises et restaurés en 1905, ils comptent parmi les plus beaux d'Ille-et-Vilaine [9]. À ce titre, ils ont été classés le 11 mai 1907.

  • Les fragments d'un arbre de Jessé (onze panneaux du XVe) occupent la fenêtre de la seconde travée du collatéral sud. Sont figurés le duc d'Alençon Jean Ier, sa femme, Marie de Bretagne, fille ainée du duc de Bretagne Jean V, ainsi que leurs armes.
  • Le vitrail du jugement dernier (1537), dans la troisième travée sud, présente le Christ siégeant sur un arc en ciel, la Vierge et Saint-Jean-Baptiste agenouillés, Saint-Michel, anges et démons, ainsi qu'élus et damnés. Un écusson du XVIe, aux armes des ducs de Brissac, seigneurs de La Guerche à l'époque moderne, trouve place dans les panneaux inférieurs.
  • Dans la travée suivante, le vitrail à pour thème du couronnement de la Vierge, les quatre évangélistes, Dieu le Père. Ces fragments datent des XVe et XVIe siècles. Les armes des du Guesclin, seigneurs de La Guerche de 1379 à 1390, voisinent avec celles des ducs de Brissac.
  • Le dernier vitrail classé est situé dans l'avant dernière travée du collatéral sud. Datant de 1536, il a pour sujet l'Annonciation et le Couronnement de la Vierge. Orné de l'écu d'Yves Mahyeuc, évêque de Rennes, il constitue l'un des rares portraits contemporains du prélat présenté par Saint-Yves.


Mobilier[modifier | modifier le code]

Les stalles[modifier | modifier le code]

Le chœur de la collégiale conserve une double rangée de 9 stalles en bois sculpté faisant l'objet d'une mesure de classement au titre des monuments historiques. Au nombre originel de 24, ces stalles hautes étaient sans-doute précédées de stalles basses, un jubé fermant l'espace canonial. Ce dernier fut détruit au XVIIIe siècle, certains éléments étant relégués au bas de la nef pour constituer une tribune d'orgue depuis lors disparue.

De style renaissance, ces stalles présentent d'élégants dossiers ornés d'arabesques peuplées d'animaux et végétaux variés, d'hercules, centaures, griffons et autres chimères fantastiques. Un dais, d'une grande finesse d'exécution, porté par des montants feuillagés, couronne le tout.

Au sud, les miséricordes représentent les diverses scènes du Paradis terrestre : la création d'Adam et d'Ève, la tentation, le renvoi ... Au Nord, les miséricordes sont consacrées aux péchés capitaux en des scènes extrêmement pittoresques.

Présentant les armoiries des ducs d'Alençon, seigneurs de La Guerche vers 1520, ces stalles, par leur décor rappellent celles voisines de Champeaux. Elles constituent avec le tombeau de l'évêque Thomas James, situé en la Cathédrale de Dol de Bretagne, l'une des premières manifestations de la renaissance en Bretagne.




L'orgue[modifier | modifier le code]

L'orgue, construit par la manufacture Louis Debierre de Nantes, est doté de 18 jeux répartis sur deux claviers manuels et pédalier. Inauguré par Camille Saint-Saëns le 3 avril 1889, il occupe le fond de l'abside, entre les deux rangées de stalles[10]. Le buffet néo-renaissance et la partie instrumentale ont été classés au titre des monuments historiques le 14 avril 2005.

Autres œuvres d'art[modifier | modifier le code]

  • Gisant de Guillaume II de La Guerche (fondateur de la collégiale, mort en 1223), exhumé en 1889 et fortement restauré depuis.
  • Vierge de pitié, statue de bois polychrome du XVIe siècle (volée).
  • Chaire de style Louis XV.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Notice no PA00090587 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Notre-Dame de La Guerche sur le site de l'archidiocèse de Rennes
  3. Roger Blot, Yves Mahyeuc et la chapelle de Tous les Saints à la collégiale de La Guerche, in Yves Mahyeuc, 1462-1541. Rennes en Renaissance, Augustin Pic et Georges Provost (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 365p., (ISBN 978-2-7535-0990-0), p. 218.
  4. Chanoine Amédée Guillotin de Corson, Pouillé historique de l'archevêché de Rennes, Rennes, Fougeray et Paris, René Haton, 1880-1886, 6 vol. in-8° br., couv. impr. (disponible sur Gallica).
  5. Chanoine Amédée Guillotin de Corson, Pouillé historique de l'archevêché de Rennes, Rennes, Fougeray et Paris, René Haton, 1880-1886, 6 vol. in-8° br., couv. impr., tome V, p. 377. (disponible sur Gallica)
  6. Chantal Leroy et Dominique de La Rivière, Cathédrales et basiliques de Bretagne, Éditions Ereme, Paris, 2009, 207p., (ISBN 978-2-9153-3769-3), p.51.
  7. Maurice Dilasser (dir.), Patrimoine religieux de Bretagne, Éditions Le Télégramme, Brest, 2006, 381p., (ISBN 2-84833-173-9), p.255.
  8. Philippe Bonnet et Jean-Jacques Rioult, Bretagne gothique, Éditions Picard, Paris, septembre 2010, 485p., ISBN 978-2-7084-0883-8, pp.34-35.
  9. Françoise Gatouillat et Michel Hérold, Les vitraux de Bretagne, Collection "Corpus Vitrearum", Vol. VII, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2005, 367p., ISBN 2753501513, pp.238-240.
  10. Michel Cocheril, Les orgues en Bretagne, Collection Images du patrimoine, n°42, Éditions Ursa, Baillé, 1988, 32p., ISBN 2-86934-010-9, p.28.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrages généraux
  • Chanoine Amédée Guillotin de Corson, Pouillé historique de l'archevêché de Rennes, Rennes, Fougeray et Paris, René Haton, 1880-1886, 6 vol. in-8° br., couv. impr. (disponible sur Gallica).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Paul Banéat, Le Département d'Ille-et-Vilaine, Éditions Librairie moderne J. Larcher, Rennes, 1928, Réédition Éditions régionales de l'Ouest, Mayenne, 1994, 4 vol., (ISBN 2-85554-067-4), tome II, p. 136-141.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Collectif, Le Patrimoine des Communes d'Ille-et-Vilaine, Éditions Flohic, Paris, mars 2000, 2 tomes, (ISBN 2-84234-072-8).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Philippe Bonnet et Jean-Jacques Rioult, Dictionnaire guide du patrimoine Bretagne, Éditions du patrimoine, Paris, 2002, 531p., (ISBN 2-85822-728-4), p. 256-257.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Maurice Dilasser (dir.), Patrimoine religieux de Bretagne Histoire et inventaire, Brest, Le Télégramme, 2006, 381p., (ISBN 2-84833-173-9), p. 255-256.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Chantal Leroy et Dominique de La Rivière, Cathédrales et basiliques de Bretagne, Éditions Ereme, Paris, 2009, 207p., (ISBN 978-2-915337-69-3), p. 48-55.Document utilisé pour la rédaction de l’article
Ouvrages ou articles sur la basilique
  • Roger Blot, La Guerche-de-Bretagne Église Notre-Dame, Département d'Ille-et-Vilaine, Collection Églises à découvrir en Ille-et-Vilaine, février 2009, dépliant de 8p.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Roger Blot, Yves Mahyeuc et la chapelle de Tous les Saints à la collégiale de La Guerche, in Yves Mahyeuc, 1462-1541. Rennes en Renaissance, Augustin Pic et Georges Provost (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 365p., (ISBN 978-2-7535-0990-0), p. 217-232.Document utilisé pour la rédaction de l’article
Ouvrages sur les orgues
  • Michel Cocheril (dir.), Les orgues en Bretagne, Éditions Ursa, coll. « Images du Patrimoine » (no 42),‎ 1988, 32 p. (ISBN 2-86934-010-9), p. 28 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Sabine Morvézen (dir.), Orgues en Ille-et-Vilaine : Inventaire national des orgues, Rennes, Presses universitaires de Rennes,‎ 2005, 358 p. (ISBN 2-7535-0153-X), p. 153-154 Document utilisé pour la rédaction de l’article
Ouvrage sur les vitraux
  • Françoise Gatouillat et Michel Hérold, Les vitraux de Bretagne, Corpus Vitrearum, vol.VII, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, 367p., (ISBN 2-7535-0151-3), p. 238-240. Document utilisé pour la rédaction de l’article