Assimilation coloniale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'assimilation coloniale est la politique mise en place par la France dans ses colonies durant le XIXe et le XXe siècle. On la confond parfois avec l'assimilationnisme, qui est la culture politique véhiculant l'idée que la nationalité française des ultramarins des Quatre communes et des vieilles colonies (Antilles, Guyane, Réunion) allait de soi. Cette culture était portée par les élites noires concernées mais aussi par des groupes comme les Jeunes-Algériens du début du XXe siècle. À la différence de la politique coloniale britannique plus différentialiste, les Français souhaitent, et imposent, que les indigènes apprennent la langue et la culture française afin de devenir à terme des citoyens à part entière. Les Quatre communes, reposant sur une véritable communauté française d'Afrique, sont une preuve de cette politique. Dans ce cas précis, les Africains sont des citoyens français à part entière pouvant exercer les plus hautes fonctions politiques de l’État français. Blaise Diagne ou encore Barthélémy Durand Valantin sont des exemples parlant de ces Français d'Afrique.

Définition du concept d'assimilation[modifier | modifier le code]

Le concept français d'assimilation est fondé sur l'idée d'étendre la culture française dans les colonies hors du pays de la Révolution durant le XIXe et le XXe siècle. Les habitants de Saint-Louis au Sénégal, rédigent un cahier de doléances dès 1789 au même titre que les autres citoyens français. Les révolutionnaires considèrent les indigènes comme français dès lors que leur territoire est sous souveraineté française. Cela signifie également qu'ils pourraient prétendre aux mêmes droits que les citoyens français de métropole. Suivant ce principe la citoyenneté est accordé aux indigènes d'Afrique par l'Assemblée nationale législative de la Première République Française le 4 avril 1792. Cette citoyenneté se limite alors aux territoires français d'Afrique, à savoir l'Île Saint Louis à l'embouchure du fleuve Sénégal et l'Île de Gorée au large de la Presqu'île du Cap-Vert et aux vieilles colonies (Guadeloupe, Guyane, Martinique, la Réunion).

Le concept d'assimilation a été débattu pendant longtemps. Il prend sa source avec le siècle des Lumières.

  • Avant même la Révolution française, Condorcet expliquait que ; Les peuples d’Amérique, d’Afrique, d’Asie et d’autres contrées lointaines semblent n’attendre que d’être civilisés et de recevoir de notre part les moyens de l’être et de trouver des frères parmi les Européens pour devenir leurs amis et leurs disciple. .
  • Cette doctrine de l'assimilation a été mise en place par Arthur Girault dans son ouvrage classique "Principes de colonisation et de législation coloniale" (1894). L’assimilation, écrivait-il, "est l’union plus intime entre le territoire colonial et le territoire métropolitain". Son but "est la création progressive de véritables départements français". "L’assimilation, poursuivait Girault, doit être pensée comme l’héritière directe du projet de la Révolution française, car la Constitution de l’An III (1795) avait déclaré que les colonies étaient “partie intégrante de la République”". C'est donc à partir des principes de 1789 que la colonisation devient assimilation.

Cependant, ce principe est contradictoire avec la politique même de la France d'après la conférence de Berlin. En effet, un statut spécifique subsistait (indigène) on jugeait couramment les peuples colonisés comme étant inférieurs aux métropolitains.

Buts de l'assimilation[modifier | modifier le code]

Le but principal était homogénéiser les populations afin d'effacer les particularismes.


Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Assimilation (French colonial) » (voir la liste des auteurs)
  • Raymond F Betts, Assimilation et association dans les territoires français de 1890 à 1915 (ed. 1961), réimpression University of Nebraska Press, 2005. ISBN 0-8032-6247-7.
  • Marie Jean Antoine, marquis de Condorcet. Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, Paris : Alain Pons, 1988.
  • Arthur Girault, Principes de colonisation et de Législation Coloniale. Paris. Le livre de Girault eut 5 éditions entre 1894 et 1927. Voir Martin Deming Lewis, One Hundred Million Frenchmen : the Assimilation Theory in French Colonial Policy. Comparative Studies in Society ans History. Janvier 1962.