Anglo-arabe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anglo-arabe (homonymie).
Anglo-arabe (AA)
{{#if:
Encore une Medaille*HN, jument Anglo-arabe à 45.66 %, née en 2002, lors des Masters Pro de CCE 2009 à Pompadour.
Encore une Medaille*HN, jument Anglo-arabe à 45.66 %, née en 2002, lors des Masters Pro de CCE 2009 à Pompadour.

Espèce Cheval (Equus caballus)
Région d’origine
Région Drapeau de la France France
Caractéristiques
Morphologie Cheval de selle
Registre d'élevage [PDF] Standard français
Taille Entre 1,58 m et 1,65 m
Poids Entre 450 kg et 550 kg
Robe Généralement bai, alezan ou gris, mais toutes les robes sont admises.
Tête Petite, élégante et fine avec un profil plutôt rectiligne, voire camus.
Caractère Performant, courageux et intelligent. Cheval vif et volontaire, caractère affirmé.
Autre
Utilisation Concours complet, saut d'obstacles, courses.

L’Anglo-arabe est une race de cheval de selle à sang chaud d'origine française. Ce cheval est issu en premier lieu du croisement d'un Pur Sang avec un cheval Arabe. Pratiqué dès la fin du XVIIIe siècle, ce croisement a été étendu par la suite à deux races autochtones du Sud-ouest, dans le Limousin et le Midi, souches de l'Anglo-arabe d'aujourd'hui. C'est une race morphologiquement peu homogène, l'importance de sang Arabe influant grandement sur le modèle. L'Anglo-arabe est néanmoins caractérisé par ses allures, sa légèreté, son adresse, son courage et sa forte personnalité. L'abréviation officielle est AA, mais il est fréquemment surnommé « anglo ».

Plusieurs appellations existent au sein de la race permettant de distinguer la part plus ou moins importante de sang Arabe chez l'animal, et la présence ou pas d'autres courants de sang mineurs : Anglo-arabe, Anglo-arabe de complément, Anglo-arabe de croisement et demi-sang Anglo-arabe. L'Anglo-arabe est particulièrement représenté dans le sud-ouest de la France, mais il est élevé dans d'autres pays sous le même nom depuis la fin du XXe siècle. Cette race est réputée pour ses performances sportives, en saut d'obstacles jusqu'aux années 1980 et depuis en concours complet. Des courses spéciales, de plat et d'obstacles, lui sont réservées dans son berceau d'origine et d'autres pays du bassin méditerranéen. Si son élevage pour les courses est resté relativement stable en France depuis une vingtaine d'années, l'élevage de sport traverse une crise et les nouvelles naissances ont fortement chuté dans les années 2000, au point qu'il est considéré comme « menacé ».

Dénomination[modifier | modifier le code]

L'hippologue et directeur de haras Eugène Gayot a longtemps été considéré comme l'inventeur de la race[Note 1] et du nom d'« Anglo-arabe »[Note 2]. En 1850, il écrit que le haras de Pompadour a créé de toutes pièces le « pur-sang Anglo-arabe », qui s'appellera plus tard sans doute « pur-sang français »[1], défini comme une race particulière essentiellement répertoriée dans le Midi et le Limousin[2]. S'il généralise le nom « d’Anglo-arabe », notamment dans ses ouvrages, et le rend générique, ce nom est employé antérieurement dans la région, il figure notamment dans un bulletin de 1846. L'emploi du nom d'Anglo-arabe reste occasionnel dans les années 1850, puis est officialisé en 1861[1]. La terminologie « pur-sang français » est abandonnée. De nos jours, l'Anglo-arabe est souvent appelé familièrement « l'anglo »[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Anglo-arabe est issu du croisement de deux races de chevaux, l'Arabe et le Pur Sang. Bien que ce type de croisement soit pratiqué dans de nombreux pays du monde, la sélection pratiquée en France au XIXe siècle a atteint un degrés d'excellence tel que l'Anglo-arabe y possède un statut de race à part entière, ce qui n'est pas le cas dans la plupart des autres pays où ce type de croisement a été pratiqué[4]. De ce fait, l'Anglo-arabe est, avec le Selle français, l'une des deux grandes races de chevaux de selle à sang chaud d'origine française[5].

L'histoire de l’Anglo-arabe est liée à la politique menée par l’administration des haras français au cours du XIXe siècle. Si des tentatives de croisement ont eu lieu dans la région de Tarbes et dans le Limousin, menant notamment à la naissance du « cheval tarbais », c’est sous la direction de Raoul de Bonneval, puis d’Antonin Laurent Chébrou de Lespinats et d’Eugène Gayot, que la race est créée et prend son essor. Destiné un premier temps à la remonte militaire, l'Anglo-arabe a très vite été orienté vers les courses. Il faut attendre le XXe siècle pour voir les premiers chevaux de sport.

Prémices[modifier | modifier le code]

Bien que les tout premiers croisements entre chevaux Pur Sangs et Arabes aient probablement eu lieu au Royaume-Uni dans le cadre de la recherche d'un bon cheval de course[6], l’Anglo-arabe est d’origine française. Les premières tentatives connues de ce type de croisement en France ont été réalisées à la fin du XVIIIe siècle grâce aux haras nationaux[6]. La création de haras à Tarbes et à Pau en 1806 vise à fournir les armées de Napoléon Ier. Ces haras sont approvisionnés en animaux de race Barbe, Andalouse et Arabe, ils pratiquent de nombreux croisement qui inspirent aussi les éleveurs privés de la région[6]. Napoléon est particulièrement séduit par les qualités de la race Arabe[7].

En 1806, cinq étalons et cinq juments Arabes venus d'Égypte sont envoyés à Pompadour[8] et leur présence conduit à la naissance de l'Anglo-arabe du Limousin[9]. Au haras de Tarbes, une sélection d’étalons Arabes (mais aussi turcs et persans[10]) est importée dans le Béarn et la Navarre, puis croisée avec ce qui reste de l'ancienne jumenterie navarrine[11]. C’est ainsi que naît le « cheval tarbais » ou « tarbéen », un cheval élancé et endurant, excellent en trait léger et pour la selle[12]. Il possède la taille requise pour la cavalerie légère mais dépasse rarement 1,52 m[13]. Il est possible que des Anglo-arabes soient nés dans la région du Limousin sans être répertoriés, puisque les statistiques du département attestent de la présence de Pur Sangs dès 1778, et d'Arabes à partir de 1789[14].

Création et développement de la race au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La gravure présente le profil gauche d’un cheval à la robe sombre.
Gravure d'un étalon Anglo-arabe dans l'encyclopédie pratique de l'agriculteur, publiée par Firmin-Didot et Cie, tome 5, 1877.

Raoul de Bonneval[modifier | modifier le code]

Sous l’impulsion de l’administration des haras nationaux, la race Anglo-arabe voit véritablement le jour dans la première moitié du XIXe siècle[15], vers les années 1840[16]. Raoul de Bonneval a l’idée de croiser le Pur Sang, connu pour sa vitesse, et le cheval Arabe, classique améliorateur[17]. Il utilise pour cela deux étalons Arabes, Massoud et Aslan[18], cheval turc, ainsi que trois juments Pur Sang importées d’Angleterre prénommées Selim Mare, Dear et Comus Mare[15],[19]. Leurs trois filles Delphine, Galatée et Danae, puis leurs descendantes Agar et Quine sont les génitrices de la première race de chevaux de sport en France[19]. La première jumenterie Anglo-arabe naît au haras du Pin[17], le haras de Rosières-aux-Salines compte lui-aussi à la même époque plusieurs sujets issus de tels croisements[20]. Amenés à Pompadour, ces chevaux sont à la base du développement véritable de la race Anglo-arabe[21].

Eugène Gayot et Antonin Laurent Chébrou de Lespinats[modifier | modifier le code]

Le développement de la race est surtout le fait d’Eugène Gayot, directeur des haras du Pin et de Pompadour, qui encourage la production dans ce sens. Il pense que l’Anglo-arabe croisé avec les races autochtones (limousines et tarbaises) doit produire « un cheval moyen qui ne soit ni l’arabe, ni l’anglais qui, tout en s’approchant de l’un et ne s’écartant pas trop de l’autre, n’ait pourtant ni les exigences de celui-ci, ni l’insuffisance de celui-là. »[15]. Le cheval Arabe est en faveur dans les années 1830, en raison de la conquête de l'Algérie par la France, qui entraîne une redécouverte de cette race largement mise à contribution à l'époque napoléonienne. De plus, le Sud de la France est considéré comme une région idéale pour l'élevage de tels chevaux[22]. Eugène Gayot affirme la supériorité des étalons Anglo-arabes sur les autres races locales du Sud-Ouest, disant dans ses ouvrages qu'ils « remplacent avec avantage les demi-sang arabes et les chevaux navarrins purs »[23].

De la même manière, Antonin Laurent Chébrou de Lespinats prend en charge la production des étalons Arabes Massoud et Nichab depuis leur arrivée du haras du Pin, et s'occupe en 1833 de précieuses juments Arabes importées depuis la Hongrie. Grâce à ses échanges de reproducteurs, il permet le développement de l'élevage privé dans la région du Sud-Ouest, où l'Anglo-arabe se répand peu à peu[24].

Sélection et développement[modifier | modifier le code]

Gravure représentant un cheval à la robe claire en train de piaffer ; il est tenu en main par un homme en costume traditionnel qui semble le présenter à un homme corpulent en manteau et en haut de forme.
Le cheval navarrin est l’une des races autochtones croisées au XIXe siècle pour produire de l’Anglo-arabe.

La race rencontre peu de succès dans un premier temps, elle n'intéresse qu'un faible nombre d'éleveurs, généralement issus de familles fortunées. Les premières productions sont orientées vers le cheval de courses et le cheval de luxe[25],[17]. D'autre part, la concurrence de l'Anglo-normand, un cheval carrossier, pousse nombre d'éleveurs à tenter des croisements avec ce dernier et les détourne de l'Anglo-arabe. Finalement, le libéralisme économique fait que l'état se désengage peu à peu de la production. En 1861, la jumenterie de Pompadour (avec 46 juments et pouliches de la race) est fermée, l'initiative privée étant considérée comme suffisante[22]. C'est à la même époque que les premières courses réservées aux Anglo-arabes sont organisées[3] dans le Sud-Ouest[17].

La réforme des haras entreprise à travers la loi du 29 mai 1874 entraîne un développement de l'élevage d'Anglo-arabes à destination de la cavalerie légère[22]. Le haras national de Gelos près de Pau, puis, à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, le Limousin, ont contribué à la sélection de ce cheval : un groupe de juments originaires de Tarbes et du Limousin y est accouplé avec des étalons Pur Sang et Arabes[15].

Dans le Palois et près de Tarbes[modifier | modifier le code]

Le Pur Sang puis le cheval Arabe ont été utilisés sur le cheval navarrin, une race aux origines espagnoles ayant un petit modèle, plutôt plat, mais d’une grande robustesse[17]. Le cheval navarrin est absorbé par l'Anglo-arabe en particulier au haras de Tarbes. Le programme d'élevage s'achève officiellement en 1852, mais la race locale garde quelque temps son nom de « cheval de la Navarre »[26]. Les registres du dépôt d'étalons de Tarbes, soigneusement tenus, donnent une idée précise du développement de l'Anglo-arabe et de la disparition du cheval navarrin. En 1830, il compte six étalons Pur Sang, cinq Arabes, vingt-trois arabes croisés et dix-neuf étalons de l'ancienne race navarrine. Vingt ans plus tard, en 1850, les étalons navarrins « purs » ont tous disparu, le haras compte vingt-cinq Pur Sangs et vingt-sept Arabes[23].

Dans le Limousin[modifier | modifier le code]

Dans le Limousin, la forte demande en chevaux de cavalerie ne s'accorde pas avec les choix des garde-étalons des haras, qui privilégient le Pur Sang[27]. La création de courses hippiques à Pompadour à partir de 1820 est une motivation pour reprendre l'élevage dans la région[28]. Des croisements de type Anglo-arabe sont réalisés avec le cheval limousin qui, lui aussi imprégné de sang espagnol, est plus grand et étoffé que le navarrin[17]. Le haras de Pompadour compte de moins en moins de chevaux limousins au profit de l'Anglo-arabe, parallèlement les éleveurs de la région emploient de plus en plus de croisements avec le Pur Sang[29]. De nos jours encore, les Anglo-arabes du Sud-Ouest sont plus légers dans le modèle que ceux de souche limousine, qui ont plus de taille et de cadre. Des juments nivernaises et normandes ont aussi été utilisées pour produire de l'Anglo-arabe dans cette région[17].

Codification et fixation[modifier | modifier le code]
La gravure présente le profil droit d’un cheval à la robe sombre équipé d’un filet.
« Belle de jour », jument Anglo-arabe née en 1892.

En 1833, le stud-book français de l’anglo-arabe est créé[5] pour inscrire des chevaux Pur Sang, Arabes, et Anglo-arabes[17]. En 1861, un arrêté définit comme « Anglo-arabes » les chevaux issus d'un géniteur Arabe[1]. Une loi du 29 mai 1874 fixe le montant des encouragements à la race et le programme de sélection pour les courses, favorisant les meilleurs performers. Cette sélection est assez proche de celle qui est définie pour la race du Pur Sang par le Jockey Club[3]. Cette loi fait du Limousin l'une des principales régions productrices[30].

Dès 1880 est exigée la règle des 25 % de sang Arabe pour être reconnu Anglo-arabe[17],[15]. Le 15 mars 1893, un arrêté impose aux étalons de la race participant aux courses spéciales réservées ce minimum des 25 % de sang, étendu à tous les sujets d'élevage le 30 janvier 1894[2]. Entré en 1894 aux haras nationaux, l'étalon Prisme contribue fortement à fixer les caractéristiques de la race. Il est le père de près de 58 étalons[31],[15].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Malgré les deux guerres mondiales, l'anglo-arabe n'a cessé de prendre de l'importance en France du début du XXe siècle jusqu'aux années 80-90[32]. Son élevage traverse une crise depuis le début du XXIe siècle[33], mais il s'est développé dans d'autres pays.

Réorientation sportive[modifier | modifier le code]

Profil droit d’une tête de cheval noir présentant une grande liste blanche.
Soirée de Mels, jument poulinière Anglo-arabe (34.2 %) à l'élevage de Mels, Lamagdelaine, France.

Après avoir été populaire comme animal de remonte pour la cavalerie, il est élevé comme cheval de selle polyvalent puis devient la première race chevaline française destinée aux sports équestres[4]. Cette orientation est évidente durant la seconde partie du XXe siècle[34]. Les haras nationaux cessent leurs achats et leurs élevages à destination de la remonte militaire, Pompadour ayant fait saillir 1409 juments par des étalons Arabes ou Anglo-arabes en 1943, tandis qu'en 1950 le nombre de ces juments saillies est tombé à 158. Sur la même période, la moitié des étalons nationaux et huit neuvièmes des juments de la remonte militaire sont réformés[35].

Avant le développement du selle français, l'Anglo-arabe est le cheval de sport français par excellence. Plus rapide que les divers demi-sang présents dans le pays, il est également plus développé que l'Arabe[17]. Il s'illustre particulièrement en saut d'obstacles dans la période d'après-guerre[19],[36]. Le cheval Anglo-arabe type de cette période est de petite taille, doté d'un très fort coup de saut[Note 3],[36]. Certains étalons marquent particulièrement l'époque en donnant naissance à des gagnants internationaux, comme Séducteur (né dans la Creuse en 1940), Nithard (né en 1948 au haras de Pompadour en Corrèze), Zéphir (né en 1950 à Sagnat) et Noroit (né en 1957 à Pompadour)[37].

De 1940 à 1946, les règles d'admission au stud-book de l'Anglo-arabe sont légèrement assouplies en raison de la perte de nombreux chevaux pendant la guerre[38]. En 1942, le stud-book de la race est ouvert aux chevaux issus de parents eux-mêmes Anglo-arabes, ou d'un croisement entre Arabe et Pur Sang[39]. Le règlement d'élevage de la race, autorisant un cheval à être inscrit au stud-book de l'Anglo-arabe s'il présente au moins 25 % de sang Pur Sang ou Arabe, est redéfini en 1958 et inclut tous les anglos à moins de 25 % de sang Arabe au stud-book du Selle français[40]. Il s'ensuit une diminution rapide des effectifs au profit de l'autre race de sport française, le SF, si bien que cette politique d'élevage est revue. Les juments possédant moins de 25 % de sang d'une des deux races deviennent des « facteurs d'Anglo-arabe », rattachées au livre généalogique de ce dernier. Les poulains qui naissent de ces juments facteurs d'anglo sont automatiquement réinscrits au livre généalogique de la race Anglo-arabe s'ils dépassent les 25 % de sang de l'une ou de l'autre des races parentes[41].

Des années 1970 aux années 1990[modifier | modifier le code]

L'Anglo-arabe des années 1970 excelle tant en course hippique d'obstacles qu'en saut d'obstacles[42]. La race n'a été orientée vers le complet que plus récemment[19]. Dans les années 1970 et 1980, les acheteurs de la race donnent leur préférence aux chevaux de plus grande taille, provenant généralement du Limousin, au détriment des chevaux du Midi, bigourdans et palois, plus petits. Le Dr Jacques Sevestre s'est opposé à cette tendance, arguant qu'il n'existe aucune corrélation entre la taille et les performances sportives, tandis que la fréquence des accidents augmente significativement avec la taille et le poids du cheval[43]. En 1976, l'Anglo-arabe français est reconnu comme race par la World Arabian Horse Organization (organisation mondiale du cheval arabe, WAHO), grâce notamment à Pierre Pechdo, ce qui permet de « blanchir » certains géniteurs Arabes utilisés en croisement chez la race, dont les origines étaient obscures. Par la même occasion, il fédère les éleveurs d'Anglo-arabe du Limousin et du Midi au sein de la Fédération Nationale des Éleveurs d'Anglo-arabes, qui organise sa première grande manifestation annuelle à Pompadour en 1979[44]. En 1983 sont recensés 256 étalons Anglo-arabes, et 1 521 juments produisant pour la race[38]. Le 1er septembre 1990, le stud-book de la race est partiellement rouvert aux apports de sang extérieurs[32].

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

L'Anglo-arabe traverse une crise en France, la race est beaucoup moins visible sur la scène sportive internationale et les nouvelles naissances chutent. Il est même considéré comme « menacé »[33]. Entre 1976 et 2008, le nombre de naissances françaises a chuté de 50 %[45]. Cette chute régulière des effectifs est devenue problématique pour les éleveurs[46], le nombre d'élevages ayant baissé de moitié entre 2001 et 2011. Les raisons sont à chercher dans le désengagement de l'état français via les haras nationaux, le manque de moyens des éleveurs qui possèdent généralement de petites structures, la faible visibilité de la race à haut niveau de compétition en comparaison du Selle français, le manque de cavaliers professionnels de haut niveau dans le Sud-ouest, berceau de la race[34], et l'utilisation de poulinières Anglo-arabe pour la reproduction chez d'autres races de chevaux de sport[45]. La diminution des effectifs aggrave progressivement le problème, les chevaux intéressants deviennent de moins en moins nombreux avec la baisse des nouvelles naissances[34]. Des tensions existent aussi au sein de l'association nationale de la race, l'ANAA (Association Nationale des éleveurs et propriétaires d'Anglo-Arabes)[47].

Un rapprochement entre les différents pays d'élevage d'Anglo-arabes s'effectue pour pallier au « déficit d'image » de la race, dû au fait que les chevaux élevés dans d'autres pays de la France étaient comptabilisés comme « autres races » par la WBFSH[48].

Internationalisation[modifier | modifier le code]

Article connexe : Anglo-arabe sarde.

Au XXe siècle, la production d'Anglo-arabes s'est développée dans d'autres pays que la France, sans qu'ils n'y soient toujours reconnus comme une race à part entière. Aux États-Unis, elle trouve son origine dans l'introduction de chevaux Arabes destinés à la cavalerie américaine, en particulier dans les années 1920[49]. Les premiers croisements avec le Pur Sang ont eu lieu dans les années qui suivent. Les Anglo-arabes servent de chevaux de transport et de réserve, souvent dans des régions difficiles d'accès. L'armée américaine ouvre et tient le stud-book de la race dans un premier temps. Après la Seconde Guerre mondiale, l'armée revend ses effectifs de chevaux de selle, y compris les Anglo-arabes, et confie la gestion du stud-book à l'AHA (Arabian Horse Association). Entre 1951 et les années 2000, le nombre d'Anglo-arabes sur le sol américain passe de quelques centaines à environ dix-mille[50].

Depuis les années 2000, l'Espagne met progressivement en place des croisements AA sur son cheptel de chevaux de sport[51]. Enfin, l'Anglo-arabe est bien représenté en Italie et particulièrement en Sardaigne, où la race porte le nom d'Anglo-arabe sarde[52].

Description[modifier | modifier le code]

Profil gauche d’un cheval gris clair ; dans son pré, il porte des protections à ses membres.
Étalon Anglo-arabe gris, au modèle.

Le type de l'Anglo-arabe est intermédiaire entre deux races : l'Arabe apporte son intelligence, son endurance, son caractère plus équilibré[39], sa classe et sa trempe ; le Pur Sang, quant à lui, apporte sa taille, sa vitesse[53] et son amplitude au galop[39]. De ce fait, l'Anglo-arabe est une race peu homogène, la morphologie étant liée à l'importance du pourcentage de sang Arabe chez l'animal[54]. De plus, l'élevage français possède deux orientations opposées, l'anglo de type course et celui de type sport[55]. C'est globalement un meilleur sauteur que le Pur Sang, mais il n'est pas aussi rapide[39].

Morphologie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Morphologie du cheval.

On caractérise généralement l'Anglo-arabe comme un bon cheval de selle polyvalent[39], très athlétique puisqu'issu lui-même de deux races dotées d'excellentes aptitudes sportives[56]. Bien que son modèle puisse varier, il est toujours très harmonieux[57].

Distingué, souple, l'Anglo-arabe possède une locomotion brillante et un bon équilibre[5]. Il est à l'origine un peu plus grand que l'Arabe, mais sa taille a eu tendance à augmenter et les sujets de 1,66 m au garrot ne sont plus rares[4]. Sa taille standard se situe au début du XXIe siècle entre 1,58 m et 1,65 m[5],[54] (le registre américain comporte des animaux d'1,55 m à 1,65 m en moyenne[50]). Dans les années 1970, l'Anglo-arabe français mesurait en moyenne entre 1,45 m et 1,60 m[41].

Tête[modifier | modifier le code]

Profil droit d’un cheval bai aux traits très fins, la crinière n’apparaissant pas sur la photo.
Tête de la jument Anglo-arabe Orphée du Lot, à 40.56 %.

Le profil de la tête est plutôt rectiligne et tient généralement plus du Pur Sang que de l'Arabe[58],[19], mais il peut se montrer légèrement concave[59]. C’est un cheval doté d'une petite[55] tête fine[41] et intelligente, d'yeux bien ouverts et expressifs, d'un front large et d'oreilles mobiles et alertes[58],[19]. Le Dr Jacques Sevestre remarque que certains anglos peuvent présenter un profil légèrement convexe associé à un bout de nez et des membres fins, ce qui d'après lui dénote une expression des gènes du cheval Barbe, présents chez le Pur Sang[41].

Corps et membres[modifier | modifier le code]

L'encolure est longue, parfois légèrement rouée[41], harmonieusement greffée. Le garrot est toujours très saillant et prolongé[58],[41], la poitrine est ample et profonde[19],[41], le poitrail toujours plus ouvert que chez le Pur Sang. L'épaule est longue et moyennement inclinée[15],[41], le passage de sangle est profond[39]. Le dos est court ou moyennement long, droit et fort[58],[19], le rein est d'une longueur moyenne[41]. La croupe est longue et horizontale[41], bien orientée, l'arrière-main est bien proportionnée[58]. L'ossature générale est plutôt légère, avec de longs membres bien charpentés[41], forts, secs et bien musclés[58],[15], malgré leur apparence fine[39]. Les sujets des années 1970 présentaient souvent des jarrets clos[60]. La crinière et la queue sont fines et soyeuses[58].

Robe[modifier | modifier le code]

Article connexe : Robe du cheval.

On rencontre toutes les robes simples chez la race, mais le bai, le bai-brun, l'alezan et le gris sont les plus fréquentes[54]. La robe noire est plus rare[31]. Les marques blanches, comme les balzanes, sont également assez fréquentes et autorisées sans restriction[54],[39]. Aux États-Unis, où les chevaux de couleur sont très appréciés, le registre de l'Anglo-arabe compte plusieurs sujets de robe pie sabino[50].

Tempérament et entretien[modifier | modifier le code]

Extrait du Dictionnaire amoureux du cheval, 2012
[...] il est en demande constante, ne supportant pas l'ennui, gourmand d'oxygène et de chaleur [...] son intelligence est telle qu'il suffit à l'homme de le comprendre pour être moins idiot[61].
Homéric

L'Anglo-arabe est un animal chic, volontaire, courageux et réactif[5], d'une grande intelligence[39]. Noble, nerveux, c'est aussi un compagnon loyal et sincère[31] capable d'une grande générosité dans l'effort[60]. Critiqué par le passé pour sa susceptibilité, ce trait de caractère tend selon Lætitia Bataille à se stabiliser grâce à la sélection[36] bien qu'il reste réputé dans l'ensemble pour être sensible et capricieux[39]. L'Anglo-arabe a beau montrer un caractère globalement plus facile que le Pur Sang[60], il n'en reste pas moins un cheval d'une grande finesse, doté d'une forte personnalité, qui requiert de ce fait un cavalier aguerri[62],[36], du tact et une main fine[39].

Il est d'un entretien assez facile, bien qu'issu en partie d'une race (le Pur Sang) connue pour sa fragilité. Sur ce point, l'Anglo-arabe tient davantage de l'arabe et présente généralement une plus grande résistance physique que ses deux ascendants[60].

Fibres musculaires ; diversité génétique[modifier | modifier le code]

Plusieurs études ont été effectuées sur les fibres musculaires de l'Anglo-arabe. L'une d'elles révèle que les meilleurs chevaux de course de plat possèdent en moyenne 6 % de myosine rapide supplémentaire au niveau du fessier par rapport aux moins bons compétiteurs[63]. Une deuxième, réalisée sur des chevaux de différentes races entraînés à l'endurance, montre que le pourcentage des fibres musculaires de type IIB oxydatif a augmenté de façon significative après l'entraînement des Anglo-arabes, tandis que les fibres de type I et IIA ont augmenté chez les chevaux d'autres races (Arabe et Andalouse), mais pas chez l'Anglo-arabe[64]. Une autre conclut que la diversité génétique des Anglo-arabes français est faible, ou bien que le haut pourcentage de myosine rapide dans les muscles est une caractéristique de la race déterminée génétiquement : on mesure l'héritabilité de la myosine et dans ce cas précis, cela n'apporte pas énormément d'information du fait qu'il y a peu de variabilité, ce trait ayant déjà subi de fortes pressions de sélection avant l'apparition de la race[65]. Concernant la diversité génétique, une étude réalisée sur toutes les races de selle françaises montre que le coefficient de consanguinité des AA nés entre 1989 et 1992 est de 1,17 %, soit relativement faible. Il a augmenté de 0,029 % entre 1974 et 1992. L'hétérozygotie de la race est elle aussi faible. Les raisons de cette faible consanguinité sont dues à l'ouverture partielle du stud-book et à la nature composite de la race, créée avec des ressources génétiques variées. L'Anglo-arabe est légèrement plus consanguin que le Selle français, dans la mesure où les races autorisées en croisement sont moins nombreuses[66].

Sélection[modifier | modifier le code]

Reproduction inforgraphique de la marque de l’Anglo-arabe utilisée pour marquer aux fers les chevaux de la race : dans un octogone stylisé et non régulier sont entrelacées deux lettres A stylisées en majuscule.
Marque de l'Anglo-arabe.

La sélection de la race Anglo-arabe peut présenter quelques différences selon les pays, si les chevaux français sont les plus connus, un registre existe aussi aux États-Unis et un stud-book international a été créé fin 2012 entre neuf pays, dont la France. Certaines règles sont communes, telles que le chiffre indiquant (en pourcentage) le sang arabe présent chez le cheval, à la suite de son nom[67]. Le registre international prévoit aussi que tous les chevaux doivent porter l'affixe AA derrière leur nom[68]. L'insémination artificielle, le transfert d'embryon et l'utilisation de la semence congelée d'un étalon mort sont autorisés pour la reproduction de l'Anglo-arabe, mais pas le clonage[67]. Dans le monde de l'élevage, de grands noms ont marqué les lignées françaises et internationales comme Dionysos II, Fol Avril et Inschallah ex Josselin[69]. Une étude génétique a révélé chez la race la présence d'un phénogroupe rare, nommé « D », vraisemblablement transmis dans une famille d'Anglo-arabes de génération en génération[70]. Un certain flou autour du programme de sélection de la race est vraisemblablement responsable de la chute des effectifs d'Anglo-arabes[45].

Stud-book français[modifier | modifier le code]

Dans une carrière, un cheval gris clair très fin monté par un homme portant une chemise bleue, un pantalon noir ainsi qu’un casque et des lunettes de soleil, présente un trot allongé.
Étalon Anglo-arabe français monté au haras de Cluny.

Au sein de la race Anglo-arabe en France, il existe plusieurs terminologies et appellations pour différencier les animaux. Ces appellations sont liées au pourcentage de sang Arabe chez le sujet. On distingue ainsi les Anglo-arabes (AA), les Anglo-arabes de complément (AC), les Anglo-arabes de croisement (AACR) et les demi-sang Anglo-arabes (DSAA). Chez l'AA et l'AC, des étoiles accolées au sigle de la race (par exemple : *AA*) signifient que ces chevaux sont issus uniquement d'ascendants Pur Sang et Arabe[71]. En dehors des terminologies, deux grandes sélections se distinguent au sein de la race, celle des chevaux de sport et celle des chevaux de course[5]. Les chevaux de sport ont longtemps été choisis sur leur modèle et leurs origines, tandis que les chevaux de course le sont depuis toujours sur leurs performances[34]. Du fait de la baisse des effectifs de la race observée en France, le plan de relance adopté en 2009 prévoit un encouragement aux saillies des juments en race pure[47].

Anglo-arabe[modifier | modifier le code]

Les Anglo-arabes (AA) à proprement parler doivent posséder au minimum 25 % de sang Arabe et parmi eux, sont distingués les Anglo-arabes ayant au minimum 50 % de sang Arabe (les anglo-arabes « à 50 % » issus par exemple du croisement d'un Pur-sang anglais et d'un Pur-sang arabe) et les Anglo-arabes ayant au minimum 25 % mais moins de 50 % de sang Arabe (les anglo « à 25 % » issus par exemple du croisement d'un Anglo-arabe à 50 % et d'un Pur Sang)[71],[62].

Ces catégories, peu utilisées dans le monde des sports équestres, sont importantes en courses : plus le pourcentage de sang arabe est faible, et donc le pourcentage de sang anglais élevé, plus le cheval est susceptible d'être rapide. Il existe donc des courses de plat séparées pour les Anglo-arabes dits « à 50 % » (ayant plus de 37,5 % de sang arabe) et les Anglo-arabes dits « à 25 % » (ayant entre 25 % et 37,5 % de sang arabe). Les Anglo-arabes de complément, c'est-à-dire ayant moins de 25 % de sang Arabe, ont longtemps couru avec tous les autres chevaux AQPS. Désormais, une nouvelle catégorie existe permettant d’intégrer des chevaux ayant entre 12,5 % et 25 % de sang arabe[72].

Anglo-arabe de complément[modifier | modifier le code]

Les Anglo-arabes ayant moins de 25 % de sang arabe sont appelés des anglo-arabes de complément (AC)[71] ; parmi eux, ceux possédant moins de 12,5 % de sang arabe reçoivent en plus la mention Autre que pur-sang (AQPS) voire, sous certaines conditions, ils ne portent plus le nom d'Anglo-arabe mais simplement celui d'AQPS, qui est une race à part entière depuis 2005, avec son propre stud-book[73].

Anglo-arabe de croisement[modifier | modifier le code]

Depuis janvier 2004, des chevaux très proches des AA sont appelés Anglo-arabes de croisement (AACR). Ne pouvant être inscrits au stud-book français du cheval Anglo-arabe, ces chevaux doivent posséder au minimum 12,5 % de sang arabe et, sauf exception, au minimum ¾ de leurs ascendants qui soient Pur-sang anglais, Pur-sang arabes ou Anglo-arabes. À partir de 2009, sont inscrits au registre de l'Anglo-arabe de croisement les produits ayant au moins 12,5 % de sang Arabe et issus du croisement d'une femelle Anglo-arabe, AQPS ou Anglo-arabe de croisement avec un étalon facteur d’Anglo-arabe de croisement[71].

Demi-sang Anglo-arabe[modifier | modifier le code]

Les Anglo-arabes qui ont une faible proportion (maximum 1/16e) de chevaux autres que Pur Sang et Arabes parmi leurs ancêtres, sont appelés « demi-sang Anglo-arabes ». Ils bénéficient d'un registre spécifique[71]. Depuis 2011, les poulains demi-sang Anglo-arabe doivent répondre aux critères suivants : avoir au minimum 25 % de sang Arabe, avoir au moins un ascendant PS, ne pas être inscriptible au stud-book de l'AA, et être issu d'un croisement d'un AA, PS, AQPS, Arabe ou demi-sang AA, et d'un reproducteur demi-sang AA[71].

Stud-book international[modifier | modifier le code]

La race Anglo-arabe a fait l'objet d'une unification internationale en septembre 2012, qui permet à terme un accès à 4000 poulinières et à des étalons stationnés dans neuf pays : Pologne, Suisse, Allemagne, Suède, France, Espagne, Portugal, Italie et Maroc. Tous ces chevaux sont désignés sous le nom d'Anglo-arabe. Cette unification a notamment pour but d'avoir un seul stud-book pour le classement de la race auprès de la WBFSH (World Breeding Federation for Sport Horses, soit fédération mondiale des chevaux de sport)[74]. D'après le président de l'ANAA (Association nationale de l'anglo-arabe), les résultats du stud-book international se feront connaître dans trois à quatre générations de chevaux[47]. Le nouveau règlement a été approuvé le 5 avril 2013, il prévoit notamment l'inclusion d'anglos issus de croisements avec le Shagya ou d'autres races de sport dans la section du demi-sang Anglo-arabe[67].

Stud-book américain[modifier | modifier le code]

L'Anglo-arabe américain n'a pas d'association d'élevage nationale séparée, puisqu'il est géré par l'AHA (Arabian Horse Association), qui s'occupe du cheval arabe et des demi-sangs arabes. Les infusions d'autres courants de sang qu'Arabe et Pur Sang ne sont pas permises. Comme le registre international, l'américain applique la règle des 25 % de sang minimum de l'une ou de l'autre race parente pour être reconnu Anglo-arabe, faute de quoi l'animal est enregistré comme Half-Arabian, c'est-à-dire demi-sang arabe. Les chevaux sont généralement jugés sur leur conformation en concours d'élevage[50].

Utilisations[modifier | modifier le code]

L'Anglo-arabe est un cheval polyvalent qui est principalement utilisé dans les sports équestres. Grâce à une production orientée, il se distingue aussi dans les courses hippiques. Ce cheval est également très souvent utilisé en croisement.

Sports équestres[modifier | modifier le code]

Article connexe : Sport équestre.

L'Anglo-arabe est avant tout un cheval de sport[75]. Son aptitude au saut et au galop, tout comme son élégance et sa résistance en font un cheval de compétition adapté à de nombreuses disciplines[5]. Des années 1950 aux années 1990, plusieurs chevaux Anglo-arabes ont foulé les pistes des plus grandes compétitions internationales et laissé leur empreinte dans le monde du sport.

Concours complet[modifier | modifier le code]

Cheval gris clair galopant sur un parcours de cross, qui se trouve être un hippodrome.
Nicolas Touzaint et O'Ryon de Cazeneuve, hongre Anglo-arabe à 44.75 % né en 2002, lors des Championnats de France de CCE Master Pro 2009 à Pompadour, en France.

Le concours complet est sa discipline de prédilection, sa rapidité, son endurance et sa réactivité font merveilles et la présence de la race jusqu'au plus haut niveau de compétition le prouve[62],[5]. Les compétiteurs apprécient aussi sa grande agilité et son respect des barres, qui compensent son manque de force et son caractère parfois susceptible[76].

Tourbillon, né en 1941, a fait partie de l'équipe de France de la discipline[69]. Twist la Beige, né en 1985, a été champion d'Europe et performer international sous la selle de Jean-Lou Bigot[69]. Au début des années 2000, Crocus Jacob a réalisé d'excellentes performances sous la selle de Jean-Luc Force bien que l'or olympique lui ait échappé à Athènes en 2004. Par contre, Débat d'Estruval, Anglo-arabe de complément monté par Didier Courrèges[77], a fait partie de l'équipe de France médaille d'argent à Athènes[78].

En 2013, le stud-book de l'Anglo-arabe se classe au quinzième rang mondial des races dans la discipline[34]. En 2012, deux Anglo-arabes de croisement ont remporté le championnat de France des jeunes chevaux de complet[46]. L'Anglo-arabe de croisement est désormais plus réputé en complet que les anglos purs, en raison de la hauteur des obstacles et de la technicité du cross, les courants de sangs disponibles en AA étant moins intéressants[47]. Les cavaliers professionnels de complet recommandent d'ailleurs le croisement pour maintenir les performances de la race dans cette discipline, les anglos pouvant manquer de force et d'allures[34].

Obstacle[modifier | modifier le code]

Cheval bai de profil franchissant un oxer.
Jument Anglo-arabe (à 45.78 %) en saut d'obstacles.

Ses qualités de sauteurs sont aussi fort appréciables en saut d'obstacles[5] et de nombreux champions des années 1950, comme Pierre Jonquères d'Oriola[19], aux années 1980, par exemple Philippe Rozier, montent des chevaux de race Anglo-arabe[62]. Ali Baba, né en 1941, est l'un des Anglo-arabes de sport les plus connus. Monté par Pierre Jonquères d'Oriola, il a été champion olympique de saut d'obstacles en 1952. Ryon d'Anzex, né en 1983, performer international de saut d'obstacles, a participé aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992[69]. Jiva, sous la selle de Philippe Rozier, a participé aux Jeux olympiques de 1984 à Los Angeles et a été vice-championne d'Europe par équipe en 1987[79]. Flambeau C, parfois qualifié de Selle français et parfois d'Anglo-arabe, a obtenu l’or par équipe à Dublin en 1982, l'argent par équipe aux Championnats d’Europe en 1987 et le bronze à Séoul en 1988[80]. Mokkaido, né en 1978, et Rheingold de Luyne, né en 1984, sont tous deux performers internationaux de saut d'obstacles et ont participé aux Jeux olympiques de 1996 à Atlanta[69]. Dilème de Cèphe, avec Bruno Broucqsault, a obtenu d'excellents résultats en 2003 et 2004[81] mais, blessé à Athènes[82], n'a jamais repris la compétition.

Désormais, en saut d'obstacles, le Selle français est souvent préféré à l'Anglo-arabe. En raison de la hauteur des obstacles, on reproche à l’Anglo-arabe son manque de taille[36].

Dressage[modifier | modifier le code]

cheval bai se déplaçant au trot sur un carré de dressage, son cavalier ayant revêtu une veste sombre et un pantalon blanc.
Anglo-arabe en concours de dressage.

Il plait également en dressage, discipline dans laquelle il est bien représenté sur les terrains de concours[62], mais à haut niveau, il ne peut concurrencer la taille et les allures spectaculaires des chevaux du Nord[36]. Aux États-Unis, l'Anglo-arabe a été distingué d'un top award de l'organisation nationale de la discipline[49]. La fluidité de ses mouvements y est très appréciée des juges et du public, tout comme son charisme, sa présence et son élégance[49].

En France, le colonel Edmond Wattel (1878-1957), écuyer du Cadre noir, a laissé un profond souvenir à son public grâce au dressage de son Anglo-arabe Rempart, le « cheval de sa vie »[83].

Endurance, attelage et autres disciplines[modifier | modifier le code]

Cheval noir de face se déplaçant au trot, sa cavalière et lui présentant une tenue classique pour une épreuve d’endurance : un filet et collier de chasse en vinyle, ainsi que des protections en néoprène pour le cheval et un pantalon souple et de grandes chaussettes montantes pour la cavalière ; le tout étant dans les coloris roses.
Anglo-arabe en endurance.

L’endurance est adaptée à l’Anglo-arabe, mais pour cette discipline, il convient de privilégier les chevaux avec un pourcentage élevé de sang Arabe[5]. Aux États-Unis, la race est appréciée (et a remporté un top award) pour l'énergie qu'elle déploie à longue distance, et l'attention qu'elle porte aux difficultés du parcours[49]. Les compétitions américaines réservées aux demi-sang arabes sont ouvertes aux Anglo-arabes[50]. Quelques-uns de ces chevaux concourent en attelage en France[84], notamment avec Frédéric Bousquet qui apprécie leurs qualités de « soumission, locomotion et allures »[85]. En Angleterre, la race est utilisée pour la chasse au renard et en Espagne, les expériences de croisement menées entre Anglo-arabes et chevaux ibérique visent à obtenir une monture de tauromachie[49].

Courses hippiques[modifier | modifier le code]

Article connexe : Sport hippique.

Il existe également une production Anglo-arabe orientée vers les courses hippiques[75],[5]. De par son physique athlétique, l'Anglo-arabe s'illustre aussi bien dans les courses de galop que dans les courses d'obstacles[5],[86]. Il dispose, dans le quart Sud-ouest de la France, d'un programme bien doté de courses dans les deux disciplines[36],[87], les hippodromes de Pau, de Tarbes et de Pompadour lui proposant des courses réservées[86]. Il se mesure souvent avec succès aux autres races de chevaux (Pur Sang et Selle français de type AQPS) dans les courses d'obstacles[36]. Ainsi, l'AQPS Sizing France, vainqueur du prix de l'Yonne à Auteuil et possédant 3,125 % de sang arabe, descend d'un étalon arabe tunisien[88].

Les courses d'Anglo-arabes françaises sont divisées en deux catégories, cette des anglos de complément possédant entre 12,5 % et 37,5 % de sang PS, et celle des anglos à plus de 37,5 %[Note 4]. Elles commencent à s'exporter dans d'autres pays, en particulier autour du bassin méditerranéen, par exemple au Maroc depuis 1995[3]. Contrairement au secteur des chevaux de sport, l'effectif des Anglo-arabes de course en France est relativement stable, estimé à 400 chevaux environ début 2013[34]. En Tunisie, où l'on compte environ 2 500 Anglo-arabe-barbes (issus de croisements entre Arabe-barbe et Pur Sang) dans la région d’El Jadida, ces chevaux de course sont peu à peu remplacés par des Anglo-arabes[89].

Croisements[modifier | modifier le code]

Gros plan sur la tête d’un cheval gris foncé en train de brouter.
Jeune mâle selle français dont le père est anglo-arabe.

L'Anglo-arabe est aussi très fréquemment utilisé pour croiser avec d'autres races de chevaux de sport. Il a ainsi très largement participé au développement du selle français[19],[90]. Il est reconnu par les autres stud-books européens comme améliorateur de race et est recherché pour son élégance, sa réactivité, mais surtout son apport de sang[5] qui donne de l'influx nerveux à sa descendance[51]. Ainsi l'étalon français Zeus, né en 1972, a fortement imprégné le stud-book du KWPN et Inschallah ex Josselin, né en 1968, a longtemps été l'un des géniteurs les plus recherchés pour la production de chevaux de dressage en Allemagne[75]. Dopé Doux, cheval multi-titré enregistré comme Selle français et monté par Marie-Christine Duroy, est issu d'une mère anglo[91]. Plus récemment, Gazelle de la Brasserie, jument issue d'une mère Anglo-arabe et enregistrée au stud-book du demi-sang suisse, a participé aux jeux olympiques de Londres[46]. En France, le nombre des étalons AA employés en croisement diminue tandis que celui des juments croisées avec du SF augmente. La situation peut s'expliquer du fait que les chevaux issus d'une mère anglo sortent davantage en compétition et sont plus performants que ceux issus d'un père anglo[51].

Équitation d'extérieur, loisirs et réforme[modifier | modifier le code]

D'après son association de race, l’Anglo-arabe est également un bon cheval de selle, en équitation d'extérieur ou de loisir[5]. Il convient aux personnes qui recherchent un cheval de loisir fin[56]. Dans les faits, il est toutefois peu apprécié en raison de sa réputation tenace d'animal caractériel[34]. D'après une éleveuse et propriétaire de centre équestre, ces derniers les refusent le plus souvent pour l'enseignement des cavaliers débutants. La réforme de ces chevaux, surtout ceux issus des courses au tempérament plutôt « chaud », peut s'avérer problématique pour une utilisation par les débutants, mais les professionnels assurent que l'Anglo-arabe convient bien aux cavaliers maîtrisant leurs aides[47].

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Le logo se présente sous la forme d’un cercle sans contour. Le haut du cercle est matérialisé par deux lettres A épousant le cercle. Celui à gauche est bleu, celui à droite est rouge. Au milieu des deux lettres se trouve le dessin d’un buste de cheval noir cabré accolé à des lignes et des courbes. Le nom anaa écrit en bleu, blanc, rouge est placé sous le cheval. Enfin, les mots Anglo-Arabe-France, écrits en bleu, noir et rouge, sont courbés pour dessiner le bas du cercle.
Logo de l'Association Nationale des Éleveurs et propriétaires d’Anglo-arabes.
Dans un pré, une jument baie et son poulain alezan laissent voir leur profil droit mais regardent le photographe.
Poulinière Anglo-arabe et son poulain.

En France, l’ANAA (Association Nationale des Éleveurs et propriétaires d’Anglo-Arabes), agréée par le ministère de l’agriculture, s'occupe de fédérer les éleveurs, propriétaires et utilisateurs de ces chevaux, de gérer le règlement du stud-book, et d'effectuer la promotion de la race[92]. Des concours d'élevage sont organisés en septembre à Fontainebleau, Saumur, Uzès et Pompadour, les rencontres internationales de la race ayant lieu en octobre au haras national de Tarbes (et à l'hippodrome voisin[93]) et au mondial du Lion[55].

Les zones d'élevage traditionnelles se situent dans le Sud-ouest, dans les régions Aquitaine, Limousin et Midi-Pyrénées[94] autour des haras de Pau, Saintes, Tarbes, Villeneuve-sur-Lot, Aurillac, Rodez, Uzès et du haras de Pompadour. Ce dernier tient depuis deux siècles un rôle de sanctuaire pour la race[95], il gère une jumenterie nationale consacrée à l'élevage de l'Arabe et de l'Anglo-arabe. La race est également élevée en assez grand nombre dans les circonscriptions de Compiègne, d'Angers et du Pin, et même en Corse. Il existe des étalons Anglo-arabes dans toutes les circonscriptions[96]. Certains élevages sont très anciens, c'est le cas de Dumont-Saint-Priest, qui a acquis ses premières juments en 1855 et élève depuis plus de 150 ans des Anglo-arabes de type limousin[97]. De manière générale, le Limousin s'est spécialisé dans les chevaux de sport équestre (en particulier de saut d'obstacles) tandis que le Midi donne surtout des Anglo-arabes de course[98]. La région autour de Laloubère, dans la banlieue de Tarbes, est d'ailleurs surnommée « l'anglo-arabie »[93].

En 2008, 80 % des poulinières sont saillies pour produire dans la race[96],[5]. En 2009, 1 111 éleveurs produisent de l'Anglo-arabe[5].

En 2008, on recense 993 naissances Anglo-arabes, soit 7 % du total des naissances des races françaises de chevaux de selle. En 2009, 2 232 juments AA ont été saillies et 1 481 juments ont été saillies pour produire de l'Anglo-arabe. On compte également 110 étalons AA en activité cette même année[5]. Un nombre croissant de poulinières AA produit en croisement au profit d'autres races[34].

Année 2000 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
Nombre de naissances en France[5] 1484 1559 1235 1114 1003 943 864 693 656

Dans le reste du monde[modifier | modifier le code]

La Confédération internationale de l'anglo-arabe (CIAA) est une union de plusieurs groupements français ou étrangers qui a pour objectif de définir les règles de reconnaissance réciproque des stud-books de l'Anglo-arabe et de promouvoir la race à l’échelle internationale. La CIAA est composée de membres d’honneur, de membres stud-books et de membres associés[99]. Les différents membres correspondent aux organismes gérant le registre d'élevage de l'Anglo-arabe de par le monde. Les pays représentés sont la France, l'Espagne, la Suisse, le Maroc, l'Italie, la Pologne et le Portugal pour les membres stud-books agréés, et l'Allemagne, la Belgique, la Suède et la Tunisie pour les membres stud-books signataires. Des membres associés sont également représentés dans plusieurs pays déjà cités mais également au Brésil, en Grande-Bretagne[100]. La race existe aussi en Australie et en Nouvelle-Zélande[101].

La populations d'Anglo-arabes au Maroc est estimée en 2005 à environ 500 chevaux[102]. En Espagne, la race est gérée au niveau national par l’Asociación Española de Criadores de Caballos Anglo-árabes[103], créée en 1995[104].

Bien que la race Anglo-arabe, parfois nommée à l'international french anglo-arab, soit bien d'origine française, des croisements entre Pur Sangs et Arabes sont pratiqués dans bon nombre d'autres pays sous d'autres noms. L'Hispano-arabe (en Espagne), le cheval de Pleven (en Bulgarie) et le Trakehner allemand sont ainsi très proches de l'Anglo-arabe français, dont ils partagent les qualités[43]. En Sardaigne, l'Anglo-arabe sarde a été créé par le même type de croisements[52].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. S'il n'en est pas réellement l'inventeur, il en reste le principal propagateur, voir le chapitre idoine.
  2. Le nom peut s'écrire avec une majuscule, une minuscule, voire deux majuscules à l'international
  3. Le coup de saut définit l'aptitude pour le saut d'obstacles.
  4. Les chevaux possédant moins de 12,5 % de sang Arabe sont classés avec les AQPS

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c de Blomac et Barrière 2006, p. 305
  2. a et b de Blomac et Barrière 2006, p. 306
  3. a, b, c et d « Présentation », sur Anglo course (consulté le 28 avril 2013)
  4. a, b et c Hendricks et Dent 2007, p. 191
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r Association nationale de l'Anglo-Arabe, « Anglo-Arabe », sur Haras nationaux,‎ décembre 2010 (consulté le 25 avril 2013)
  6. a, b et c Hubrecht 2005, p. 38
  7. (fr) [vidéo] L'Anglo-arabe en France sur Dailymotion, 2.30 min
  8. de Blomac et Barrière 2006, p. 137
  9. de Blomac et Barrière 2006, p. 138
  10. « Bulletin n° 23 », SHF,‎ novembre 2008 (consulté le 17 janvier 2010)
  11. Paul Arqué, Géographie des Pyrénées françaises - Collection La France, Vendôme,‎ 1943, 210 p., p. 129
  12. Daniel Faucher, La France, géographie-tourisme, Volume 1, Librairie Larousse,‎ 1951, 584 p., p. 486
  13. Alexandre-Bernard Vallon, Cours d'hippologie à l'usage de MM. les officiers de l'armée ..., vol. 2, Javaud,‎ 1863 (lire en ligne), p. 489-490
  14. de Blomac et Barrière 2006, p. 97
  15. a, b, c, d, e, f, g et h Collectif 2006, p. 27
  16. Charles Cormier date la naissance des premiers Anglo-arabes à 1852, mais il s'agit d'une erreur. Voir de Blomac et Barrière 2006, p. 183
  17. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Bataille 2008, p. 24
  18. Collectif 2002, p. 26
  19. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Draper 2006, p. 30-31
  20. de Blomac et Barrière 2006, p. 307
  21. Raoul de Bonneval, Les haras français p. IX, cité par de Blomac et Barrière 2006, p. 307
  22. a, b et c de Blomac et Barrière 2006, p. 218
  23. a et b Eugène Gayot, La France chevaline, vol. 2, Paris, Imprimeurs-Unis,‎ 1849 (lire en ligne), p. 78
  24. de Blomac et Barrière 2006, p. 308
  25. de Blomac et Barrière 2006, p. 217
  26. Journal des haras, chasses, courses de chevaux, des progrès des sciences zooiatriques et de médecine comparée, Bibliothèque de l'État de Bavière,‎ 1852 (lire en ligne), p. 156-157
  27. Pierre Vallin dans de Blomac et Barrière 2006, p. 178
  28. Pierre Vallin dans de Blomac et Barrière 2006, p. 182
  29. Pierre Joigneaux, Le livre de la ferme et des maisons de campagne, Masson,‎ 1863, p. 512
  30. de Blomac et Barrière 2006, p. 183
  31. a, b et c Ravazzi 2002, p. 48
  32. a et b Collectif 2002, p. 27
  33. a et b « Mirande. L'Anglo-arabe, une race menacée », La Dépêche du Midi,‎ 24 mars 2011 (lire en ligne)
  34. a, b, c, d, e, f, g, h et i Mayrand 2013, p. 40
  35. Abrégé de la production de l'Anglo-arabe en France de 1950 à 1968, cité par de Blomac et Barrière 2006, p. 331
  36. a, b, c, d, e, f, g et h Bataille 2008, p. 27
  37. de Blomac et Barrière 2006, p. 332
  38. a et b Hendricks et Dent 2007, p. 192
  39. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Hubrecht 2005, p. 39
  40. Sevestre et Rosier 1983, p. 122
  41. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Sevestre et Rosier 1983, p. 123
  42. « Spécial Anglo-arabe » dans Plaisirs équestres, avril 1972. « Spécial Anglo-arabe » de L’Éperon, août 1980. Cités par de Blomac et Barrière 2006, p. 332
  43. a et b Sevestre et Rosier 1983, p. 125
  44. de Blomac et Barrière 2006, p. 337
  45. a, b et c Brengard 2013, p. 21
  46. a, b et c Mayrand 2013, p. 39
  47. a, b, c, d et e Mayrand 2013, p. 41
  48. Brengard 2013, p. 23
  49. a, b, c, d et e Lynghaug 2009, p. 203
  50. a, b, c, d et e Lynghaug 2009, p. 204
  51. a, b et c Gaja 2004, p. Résumé
  52. a et b Ravazzi 2002, p. 64
  53. Bataille 2008, p. 25
  54. a, b, c et d Bataille 2008, p. 26
  55. a, b et c Mayrand 2013, p. 38
  56. a et b Lynghaug 2009, p. 202
  57. Weymans 2000, p. 12-17
  58. a, b, c, d, e, f et g Hartley Edwards 2006, p. 58-59
  59. Brengard 2013, p. 20
  60. a, b, c et d Sevestre et Rosier 1983, p. 124
  61. Homéric, « Anglo-arabe », dans Dictionnaire amoureux du Cheval, Plon,‎ 2012 (ISBN 9782259218597)
  62. a, b, c, d et e Collectif 2006, p. 29
  63. E. Barrey, J. P. Valette, M. Jouglin, C. Blouin et B. Langlois, « Qualités des fibres musculaires et performances sportives chez le cheval Anglo-Arabe », EquAthlon, no 29,‎ 1997, p. 56-59
  64. (en) J. L. Rivero, M. C. Ruz, A. L. Serrano et Am. Diz (Département d'anatomie comparée, faculté de médecine vétérinaire, Cordoba, Espagne)), « Effects of a 3 month endurance training programme on skeletal muscle histochemistry in Andalusian, Arabian and Anglo-Arabian horses », Equine Vet J., série 27(1),‎ janvier 1995, p. 51-9
  65. (en) Ann T. Bowling et A. Ruvinsky, The genetics of the horse, CABI Publishing Series,‎ 2000 (ISBN 9780851999258), p. 451
  66. (en) S. Moureaux, « Inbreeding and probabilities of genes'origin in five French race and ridinghorse breeds », Genet. Sel. Evolution, no 28,‎ 1996, p. 83-102
  67. a, b et c Pierre Schwartz, « RÈGLEMENT RELATIF AU STUD-BOOK FRANCAIS DU CHEVAL ANGLO-ARABE ET AU REGISTRE DU DEMI-SANG ANGLO-ARABE », Haras nationaux,‎ 5 avril 2013 (consulté le 30 avril 2013)
  68. Brengard 2013, p. 22
  69. a, b, c, d et e « Les ambassadeurs », sur ANAA (consulté le 27 avril 2013)
  70. (en) H. Kakoi, H. Gawara et N. Miura (Department of Blood Typing, Laboratory of Racing Chemistry, Tokyo, Japon), « Unusual D system inheritance in Anglo-Arab horse », Animal Genetics, série 26(1,‎ février 1995, p. 53-54
  71. a, b, c, d, e et f « Règlement relatif au stud-book français du cheval anglo-arabe et au registre du demi-sang anglo-arabe », sur ANAA (consulté en 30 décembre 2011)
  72. « Interview : un anglo course, comment c'est fait ? », sur France-Sire (consulté le 2 janvier 2012)
  73. « Règlement du stud book français du cheval Autre Que Pur Sang », sur Haras Nationaux (consulté en 30 décembre 2011)
  74. « Création du Stud-Book International de l'Anglo-Arabe », sur Anglocourse (consulté le 30 avril 2013)
  75. a, b et c « Standards de la race », sur CIAA (consulté en 1er janvier 2012)
  76. Thomas Carlile dans Mayrand 2013, p. 41
  77. Claude Bigeon, « Débat d’Estruval : fabriqué dans les dunes », sur Cavadeos,‎ juillet 2004 (consulté le 28 avril 2013)
  78. « Engagements et performances de DEBAT D'ESTRUVAL*MILI », FFE Compet (consulté le 28 avril 2013)
  79. « Rozier », sur Fédération française d'équitation (consulté le 30 avril 2013)
  80. « [[Flambeau C]] s'en est allé », sur Cavadeos / L'Eperon,‎ 4 septembre 2001 (consulté le 30 avril 2013)
  81. François Monmarsan, « Dilème de Cèphe, un anglo en or dans les brumes du Nord », L'éperon, no 235,‎ juin 2004 (lire en ligne)
  82. (en) [vidéo] Bruno Broucqsault - Dileme De Cephe TENDON INJURY Athens 2004 sur YouTube
  83. « Les grands écuyers de Saumur », sur Les amis du Cadre noir (consulté le 27 avril 2013)
  84. (fr) [vidéo] L'Anglo-arabe en France sur Dailymotion, 5.50 min
  85. « Frédéric Bousquet et ses anglos en démo au salon de l'agriculture », Fédération Anglo-arabe de Midi-Pyrénées,‎ 17 février 2011 (consulté le 28 avril 2013)
  86. a et b Carlos Henriques Pereira, L'institution des courses de chevaux, Editions L'Harmattan,‎ 2003, 93 p. (ISBN 2747555291), p. 22
  87. Haras Nationaux, Panorama Economique de la Filiere Equine, IFCE - les Haras nationaux (ISBN 2915250197), p. 7
  88. « Sizing France : cet anglo caché descend d'un arabe tunisien ! », Anglo Course (consulté le 30 avril 2013)
  89. Serge Farissier, « Le Barbe dans les pays du Maghreb », Cheval Savoir, no 3,‎ septembre 2009 (lire en ligne)
  90. Daniel Roche dans de Blomac et Barrière 2006, p. 16
  91. « Engagements et performances de DOPE DOUX », sur FFE Compet (consulté le 28 avril 2013)
  92. « L'Anaa », Association Nationale des Éleveurs et propriétaires d’Anglo-Arabes (consulté en 16 février 2012)
  93. a et b M.F., « Laloubère. Anglo-arabe : l'histoire continue », La dépêche,‎ 7 octobre 2011 (consulté le 30 avril 2013)
  94. (fr) [vidéo] L'Anglo-arabe en France sur Dailymotion, 2.20 min
  95. (fr) [vidéo] L'Anglo-arabe en France sur Dailymotion, 2.50 min
  96. a et b Bataille 2008, p. 28
  97. de Blomac et Barrière 2006, p. 333
  98. de Blomac et Barrière 2006, p. 334
  99. « La CIAA - Objectifs et statuts », sur CIAA (consulté le 27 avril 2013)
  100. « Pays membres », sur CIAA (consulté le 27 avril 2013)
  101. (en) Peter Huntington, Horse Sense: The Guide to Horse Care in Australia and New Zealand, Landlinks Press,‎ 2004 (ISBN 9780643099098), p. 85
  102. (en) Lahoussine Ouragh, « DNA Polymorphism of Arabian, Thoroughbred and Anglo-Arab Horses in Morocco », dans Applications of Gene-Based Technologies for Improving Animal Production and Health in Developing Countries,‎ 2005, p. 621-639
  103. (es) « Normativa », sur http://www.angloarabe.net/, Asociación Española de Criadores de Caballos Anglo-árabes (consulté le 30 avril 2013)
  104. (es) Collectif, Estudio y caracterizacion del sectór equino en España, Ministerio de Agrícultura, Pesca y Alimentacíon,‎ décembre 2003 (lire en ligne), p. 53-54

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : Ouvrage utilisé pour la rédaction de cet article

Livres spécialisés sur l'anglo-arabe[modifier | modifier le code]

  • J. Illartein, L’Anglo-Arabe cheval d’armes, Bernard Grasset,‎ 1929, 84 p.
  • M. Mourouzáa, L'anglo-arabe: cheval de selle, s.n,‎ 1936, 143 p.
  • Hugues Landon, L'Anglo-arabe: cheval de sport, impr. de R. Foulon,‎ 1954, 71 p.
  • Catherine Lestrade, Contribution à l'étude de la race anglo-arabe en France: évolution de l'élevage depuis 1920, École nationale vétérinaire de Toulouse (thèse),‎ 1985, 77 p.
  • Anne Saint-Martin Duron Charbonnier, Le cheval anglo-arabe: bilan et perspectives, Thèse de doctorat vétérinaire, école nationale vétérinaire de Toulouse,‎ 1994, 81 p.
  • Marie-Emilie Gaja, Influence de l'anglo-arabe sur différents stud-books de sport européens,‎ 2004, 50 p.

Livres généralistes[modifier | modifier le code]

  • Elwyn Hartley Edwards, Les chevaux, Éditions de Borée,‎ 2006, 272 p. (ISBN 9782844944498, lire en ligne), p. 58-59 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Lætitia Bataille, Races équines de France, France Agricole Éditions,‎ 2008, 286 p. (ISBN 9782855571546, lire en ligne), p. 23-28 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Emmanuelle Brengard (dir.), « Anglo-arabe », dans 60 races de chevaux de selle, Glénat,‎ octobre 2013 (ISBN 978-2-7234-9212-6), p. 21-23 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Collectif, Chevaux et poneys, Éditions Artemis,‎ 2002, 127 p. (ISBN 2844163386 et 9782844163387, lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Collectif, Les races de chevaux et de poneys, Editions Artemis,‎ 2006, 127 p. (ISBN 2844163386, lire en ligne), p. 27-29 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Judith Draper, Le grand guide du cheval: les races, les aptitudes, les soins, Editions de Borée,‎ 2006, 256 p. (ISBN 2844944205, lire en ligne), p. 30-31 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Dr Jacques Sevestre et Nicole Agathe Rosier, Le Cheval, Larousse,‎ 1983 (ISBN 9782035171184) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Emmanuelle Hubrecht (dir.), « L'anglo-arabe », dans Les plus beaux chevaux du monde, Éditions Atlas, coll. « Atlas nature »,‎ 3 mai 2005 (ISBN 9782723451406), p. 38-39 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Fran Lynghaug, « The Anglo-Arabian Athlete », dans The Official Horse Breeds Standards Guide: The Complete Guide to the Standards of All North American Equine Breed Associations, Voyageur Press,‎ 2009, 202-204 p. (ISBN 0760334994 et 9780760334997) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Gianni Ravazzi, L'encyclopédie des chevaux de race, Bergame, Italie, De Vecchi,‎ 2002, 191 p. (ISBN 2732884170)

Ouvrages universitaires[modifier | modifier le code]

  • (en) Bonnie L. Hendricks et Anthony A. Dent, « French anglo-arab », dans International Encyclopedia of Horse Breeds, University of Oklahoma Press,‎ 2007, 486 p. (ISBN 9780806138848), p. 191-192 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Nicole de Blomac et Bernadette Barrière, Cheval limousin, chevaux en Limousin, Limoges, Presses Univ.,‎ 2006, 380 p. (ISBN 2842874048) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Articles[modifier | modifier le code]

  • Jean-Noël Weymans, « Un pur sang français, l'anglo arabe », Cheval Loisirs, no 95,‎ 2000, p. 12-17
  • Lise Mayrand, « L'anglo-arabe, éclipse partielle », Cheval magazine, no 496,‎ mars 2013, p. 38-41

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 2 juin 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.