Alexandre Trifonovitch Tvardovski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Aleksandr Tvardovski)
Aller à : navigation, rechercher
Alexandre Tvardovski sur un timbre russe, 2000

Alexandre Trifonovitch Tvardovski (en russe Алекса́ндр Три́фонович Твардо́вский , né le 21 juin 1910 à Zagorïé, dans l'actuelle oblast de Smolensk, et décédé le 18 décembre 1971 à Krasnaïa Pakhra, dans l'oblast de Moscou) est un poète et écrivain russe soviétique qui fut rédacteur en chef du magazine littéraire Novy Mir (1950-1954 ; 1958-1970). Il fut également membre du Comité central du Parti communiste soviétique[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Tvardovski est né dans le khoutor Zagorïé (Загорье) près du village Seltso (Сельцо). Le père d'Aleksandre a hérité d'une petite parcelle de terrain de son père à lui, qui l'avait reçu après son service militaire dans les artilleur dans l'armée tsarine. Les parents du futur poète furent victimes de la dékoulakisation à l'époque de la Collectivisation en Union soviétique. Leur maison a été brûlée par les voisins. Néanmoins, dans toutes ses œuvres, Aleksandre Tvardovski fait éloge du régime communiste.

Tvardovski a commencé à écrire de petits articles pour la presse locale à l'âge de quatorze ans. Le poète Mikhaïl Issakovski l'a pris sous son aile. Son premier poème "La voie du socialisme" (Путь к социализму) a été publié en 1931. En 1935, sortit son premier recueil de poésies.

En 1939-1940, avec d'autres amis écrivains, il était correspondant du journal На страже Родины dans le district militaire de Leningrad (Ленинградский военный округ). En 1938, il devient membre du parti communiste. En tant que Commissaire politique il participe à l'invasion soviétique de la Pologne et, en tant que correspondant de guerre à la Guerre d'Hiver. Il écris son oeuvre le plus connu Vassili Tiorkine lors de son service à Voronej dans l'unité militaire du front sud-ouest où il travaillait dans le journal Armée Rouge. Les chapitres du poème étaient publiés au fur et à mesure de leur écriture. Grâce à son personnage Tvardovski est devenu une figure culte pour la génération qui a traversé la guerre.

Après la guerre, il devient rédacteur en chef du magazine littéraire Novy Mir où il publie, avec la permission de Nikita Khrouchtchev, la nouvelle d'Alexandre Soljenitsyne Une journée d'Ivan Denissovitch. Au mois de février 1970, Tvardovski quitte la rédaction du Novy Mir. Peu après, on lui découvre un cancer des poumons. Il meurt le 18 décembre 1971 et est inhumé au cimetière de Novodevitchi.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les œuvres majeures d'Alexandre Tvardovski sont :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]