Albert Conti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Conti.

Albert Conti

Description de cette image, également commentée ci-après

Dans Saturday's Children (1929, photo promotionnelle)

Nom de naissance Albert Ritter Conti Maroje Vlaho Frano Marijan Cedassamare
Naissance 29 janvier 1887
Görz (Autriche-Hongrie)
(actuellement Gorizia, Italie)
Nationalité Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autrichienne
Décès 18 janvier 1967 (à 79 ans)
Los Angeles (Hollywood)
Californie, États-Unis
Profession Acteur
Films notables L'Aigle noir
Mirages
Les Croisades
Adieu pour toujours
Avec Louise Dresser, dans L'Aigle noir (1925)
Avec Mary Astor, dans Dry Martini (1928, photo promotionnelle)

Albert Conti est un acteur autrichien, de son nom complet Albert Ritter Conti Maroje Vlaho Frano Marijan Cedassamare (abrégé Albert Ritter Conti v. Cedassamare), né le 29 janvier 1887 à Görz (alors Autriche-Hongrie ; actuellement Gorizia, Frioul-Vénétie julienne, Italie), mort le 18 janvier 1967 à Los Angeles — Quartier d'Hollywood (Californie, États-Unis)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

D'ascendance italo-autrichienne par son père et croate par sa mère (affiliée à la maison de Kabužić (en)), né dans l'Empire austro-hongrois, Albert Conti émigre aux États-Unis peu après la fin de la Première Guerre mondiale, vers 1920.

Repéré par Erich von Stroheim, il est engagé comme conseiller technique (en tant qu'ancien officier de l'armée autrichienne durant la guerre) et acteur sur le tournage de son premier film, Les Chevaux de bois, avec Norman Kerry et Mary Philbin, sorti en 1923, où Rupert Julian remplace Stroheim à la réalisation. Il contribue jusqu'en 1929 à une vingtaine d'autres films muets américains, dont L'Aigle noir de Clarence Brown (son troisième film, 1925, avec Rudolph Valentino, Vilma Bánky et Louise Dresser) et Mirages de King Vidor (1928, avec Marion Davies et William Haines).

Après le passage au parlant, Albert Conti participe encore à environ quatre-vingts films américains jusqu'en 1942 (Mon amie Sally d'Irving Cummings, avec Rita Hayworth et Victor Mature), avant deux ultimes prestations non-créditées, dans Et la vie continue de Clarence Brown (1943, avec Mickey Rooney et Frank Morgan), puis The Pride of St. Louis d'Harmon Jones (1952, avec Dan Dailey et Joanne Dru).

Mentionnons également Monte-Carlo d'Ernst Lubitsch (1930, avec Jack Buchanan et Jeanette MacDonald), Les Croisades de Cecil B. DeMille (1935, avec Loretta Young et Henry Wilcoxon), ou encore Adieu pour toujours de Sidney Lanfield (1938, avec Barbara Stanwyck et Herbert Marshall).

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Note et référence[modifier | modifier le code]

  1. D'après sa fiche d'état-civil de geni.com ; certaines sources (dont l'IMDb ci-dessus) mentionnent Trieste comme lieu de naissance et Albert De Conti Cedassamare (parfois orthographié Cadassamare) comme nom de naissance.