Accord du Vendredi saint

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Affiche en faveur du "oui" ("votez oui, c'est la voie à suivre") à l'accord du Vendredi saint lors du référendum qui eut lieu simultanément en Irlande du Nord et en République d'Irlande.

L'accord du Vendredi saint (anglais : The Good Friday Agreement, irlandais : Comhaontú Aoine an Chéasta), également appelé accord de Belfast (anglais : Belfast Agreement, irlandais : Comhaontú Bhéal Feirste), officiellement nommé accord de Paix pour l'Irlande du Nord (anglais : The Northern Ireland Peace Agreement), a été signé le 10 avril 1998 par les principales forces politiques d'Irlande du Nord acceptant une solution politique pour mettre fin aux trente années (de 1969 à 1998) de troubles sanglants qui firent 3 480 morts, dont nombre de femmes et d'enfants.

Il tire son nom de la date de signature, le vendredi précédant Pâques, Vendredi saint célébré par tous les chrétiens.

Les signataires[modifier | modifier le code]

Les termes de l'accord[modifier | modifier le code]

L'accord prévoit principalement :

  • L'élection d'une assemblée locale d'Irlande du Nord ;
  • La création d'un conseil des ministres dirigé par un premier ministre d'Irlande du Nord ;
  • Le désarmement des groupes paramilitaires (IRA provisoire, UVF, UDA, etc.) ;
  • La création d'instances de coopération entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord.
  • L'abolition de la revendication territoriale de la République d'Irlande sur l'Irlande du Nord (29 décembre 1937), par le biais de la modification des articles 2 et 3 de la constitution de la République d'Irlande, le 2 décembre 1999 ;
  • La reconnaissance, pour chaque personne née en Irlande du Nord, du droit de s'identifier et d'être accepté en tant qu'Irlandais ou Britannique, ou les deux, quoi que cette personne choisisse ;
  • La confirmation que le droit de détenir les deux citoyennetés, irlandaise et britannique, est accepté par les deux gouvernements, quelle que soit l'évolution du statut de l'Irlande du Nord à l'avenir.

La signature de cet accord a été approuvée par une majorité des Irlandais lors d'un référendum :

  • 74 % de OUI en Irlande du Nord, et
  • 94 % de OUI en République d'Irlande.

Depuis, des attentats sporadiques ont néanmoins fait 93 morts, de 1999 à 2009.