Benjamin Stora

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stora.

Benjamin Stora

Description de cette image, également commentée ci-après

Benjamin Stora en 2012.

Activités Historien
Professeur des universités
Naissance 2 décembre 1950 (63 ans)
Constantine, Algérie

Œuvres principales

  • Dictionnaire biographique de militants nationalistes algériens
  • Les sources du nationalisme algérien
  • Histoire de l'Algérie coloniale (1830-1954)
  • La Guerre d'Algérie, 1954-2004
  • Mitterrand et la guerre d'Algérie
  • La guerre d'Algérie vue par les Algériens
  • De Gaulle et la guerre d'Algérie
  • Histoire des relations entre juifs et musulmans des origines à nos jours

Benjamin Stora, né le 2 décembre 1950 à Constantine en Algérie[1],[2], est un historien français, professeur à l'université Paris-XIII et inspecteur général de l'Éducation nationale depuis septembre 2013. Ses recherches portent sur l'histoire du Maghreb contemporain, l'Algérie coloniale[3],[4],[5], les guerres de décolonisation et l'immigration en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Benjamin Stora au 19e Maghreb des livres (Paris, le 16 février 2013).

Benjamin Stora grandit dans la communauté juive de Constantine, où il assiste à la guerre d’Algérie. Ses parents s’exilent en juin 1962 en France[6]. Il fait ses études secondaires au lycée Janson-de-Sailly à Paris, puis au lycée Marcel Roby de Saint-Germain-en-Laye et à l'université Paris-X Nanterre.

Docteur en histoire en 1978 à l'EHESS (jury : Jacques Berque, Charles-Robert Ageron, Annie Rey Goldzeiguer) puis en sociologie en 1984 à Paris VII (jury : Pierre Fougeyrollas, Jean Duvignaud, Pierre Ansart, Gérard Namer) et docteur d'État ès lettres en 1991 à Paris XII (jury : Charles-Robert Ageron, Jean Leca, Mohammed Harbi, Gilbert Meynier, René Gallissot), il enseigne l'histoire du Maghreb et de la colonisation française (Indochine-Afrique). À partir de 1990, il a codirigé l'Institut Maghreb-Europe à Paris VIII-St Denis. Il a également enseigné à l'INALCO. Il a poursuivi ses recherches à Hanoï (1996-1997), New York (1998), au centre Jacques Berque de Rabat (1998-2002) et à l'université libre de Berlin (2011). Il s'est intéressé, notamment, à Messali Hadj, aux luttes entre indépendantistes algériens (Front de libération nationale contre Mouvement national algérien), à l'histoire des Juifs d'Algérie et à la mémoire de la guerre d'Algérie. Chercheur internationalement reconnu[7], il a su faire avancer la recherche sur la guerre d'Algérie en utilisant les sources orales et visuelles, là où les archives écrites n'étaient pas toujours accessibles. Benjamin Stora a publié une trentaine d'ouvrages et a dirigé plusieurs publications. Parmi ses œuvres les plus notables, figurent ses travaux sur la mémoire de la guerre d'Algérie (La gangrène et l'oubli, 1991), sur l'Algérie contemporaine (avec sa biographie de Messali Hadj en 1987) et sur l'immigration algérienne en France (Ils venaient d'Algérie, 1992). Il a codirigé avec Abdelwahab Meddeb une somme encyclopédique sur L'Histoire des juifs et des musulmans (2013), à laquelle ont participé 120 chercheurs.

Il a également été conseiller historique du film Indochine de Régis Wargnier (Oscar du meilleur film étranger, 1993), de Là-bas... mon pays d'Alexandre Arcady en 2000, du Premier homme, de Gianni Amelio (2010), adaptation pour le cinéma du roman d'Albert Camus, et du film Les Hommes libres d'Ismaël Ferroukhi, présenté au Festival de Cannes en 2011. Il est l'auteur de plusieurs documentaires : Les années algériennes (France 2, 1991) ; Algérie, années de cendres (France 3, 1995) ; L'indépendance aux deux visages (France 5, 2002) et Conversations avec les hommes de la révolution algérienne (Chaine Histoire, 2003) ; François Mitterrand et la guerre d'Algérie (France 2, 2010) ; La Loi de mon pays (France 3, 2011). Le 11 mars 2012, le documentaire Guerre d'Algérie, la déchirure (coréalisé avec Gabriel Le Bomin) est diffusé en première partie de soirée sur France 2. Avec Jean-Michel Meurice, il est l'auteur du documentaire Notre histoire, diffusé le 13 mars 2012 sur Arte.

Benjamin Stora a été le commissaire général des expositions La France en guerre d'Algérie, avec Jean-Pierre Rioux et Laurent Gervereau (Hôtel des Invalides, 1992), et Photographier la guerre d'Algérie, avec Laurent Gervereau (Hôtel de Sully, 2004). Il a été l'un des conseillers scientifiques de l'exposition « Juifs d'Algérie » au Musée d'Art et d'Histoire du judaïsme (septembre 2012-janvier 2013), et commissaire général, avec Linda Amiri, de l'exposition « Vies d'exils, les Algériens en France, 1954-1962 », à la Cité nationale de l'histoire de l'immigration (octobre 2012-mai 2013).

Il est membre du jury du Prix du livre d'Histoire décerné par le Sénat.

Benjamin Stora a reçu en 2011 le Grand Prix des lectrices de Elle, pour un livre-objet publié aux éditions Les Arènes, Algérie 1954-1962 : lettres, carnets et récits des Français et des Algériens dans la guerre, coécrit avec Tramor Quemeneur. Il est chevalier de la Légion d'honneur depuis 2009[8] et officier des Arts et des Lettres. Benjamin Stora a fait son entrée dans le dictionnaire Larousse (édition 2014), comme historien.

Il a été nommé inspecteur général de l'Éducation nationale (groupe histoire géographie) au tour extérieur, le 13 septembre 2013[9].

Militantisme politique[modifier | modifier le code]

En 1968, Benjamin Stora rejoint le groupe trotskiste Alliance des jeunes pour le socialisme - Organisation communiste internationaliste (AJS-OCI)[10],[11]. En 1978, Benjamin Stora consacre une biographie au nationaliste algérien et leader indépendantiste Messali Hadj (fondateur du Mouvement national algérien)[10], qui avait été proche des trotskystes français. Benjamin Stora est un des principaux fondateurs du syndicat UNEF ID, lors du congrès de Nanterre en 1980 (l'UNEF s'est réunifiée en 2001). Il rejoint le Parti socialiste en 1985, mais quitte tout engagement politique organisé en 1988, à la suite d’un drame personnel, quand sa fille est emportée par un cancer à l’âge de 12 ans[12]. Certains de ses écrits sont publiés dans L'Humanité, parfois aussi dans Le Figaro (15 octobre 2007), Jeune Afrique (1er mars 2010) ou Télérama (22 septembre 2008)[13]. Il a apporté publiquement son soutien aux candidatures à la présidence de la République de Ségolène Royal en 2007 et de François Hollande en 2012.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire biographique de militants nationalistes algériens, 1926-1954, L'Harmattan, 1985, 404 p.
  • Messali Hadj : pionnier du nationalisme algérien, L'Harmattan, 1987, Hachette, Paris 2004, (ISBN 2-0127-9190-5).
  • Nationalistes algériens et révolutionnaires français au temps du Front populaire, L'Harmattan, 1987, 140 p.
  • Les sources du nationalisme algérien : parcours idéologiques, origine des acteurs, L'Harmattan, 1989, 195 p.
  • Histoire de l'Algérie coloniale (1830-1954), La Découverte, Paris, 1991 et 2004, 126 p., (ISBN 2-7071-4466-5).
  • La gangrène et l'oubli : la mémoire de la guerre d'Algérie, La Découverte, 1998 et 2005
  • Ils venaient d'Algérie : l'immigration algérienne en France (1912-1992), Arthème Fayard, 1992, 492 p.
  • Aide-mémoire de l'immigration algérienne : chronologie (1922-1962). Bibliographie, C.I.E.M.I., 1992, 136 p.
  • Histoire de la guerre d'Algérie, La Découverte, Paris, 1993 et 2004 (ISBN 2-7071-4293-X).
  • La Guerre d'Algérie, 1954-2004 : la fin de l'amnésie (avec Mohammed Harbi), Robert Laffont, Paris 2004 (ISBN 2-2211-0024-7)
  • Histoire de l'Algérie depuis l'indépendance. Tome 1, 1962-1988, éditions La Découverte Paris, 1994, 120 p., (ISBN 2-7071-4405-3)
  • Ferhat Abbas, une utopie algérienne (avec Zakya Daoud), éd. Denoël, 1994
  • L'Algérie en 1995, Éditions Michalon, 1995 (ISBN 2-84186-013-2)
  • Benjamin Stora, Les mots de la guerre d’Algérie, Presses universitaires du Mirail,‎ 2005 (ISBN 9782858167777, résumé)
  • Imaginaires de guerre, Algérie-Viêt Nam en France et aux États-Unis, Paris, La Découverte 1997 (ISBN 2-7071-4308-1)
  • Appelés en guerre d'Algérie, Gallimard, 1997
  • Algérie, formation d'une nation, suivi de Impressions dans l'est algérien, Éditions Atlantica, 1998
  • Le transfert d'une mémoire : de l'« Algérie française » au racisme anti-arabe, La Découverte, 1999
  • Les 100 portes du Maghreb, avec Akram Ellyas, Éditions de l'Atelier, 1999
  • La dernière génération d'octobre, éd. Stock, 2003. (ISBN 2-2340-5620-6[à vérifier : isbn invalide])
  • La guerre invisible - Algérie années 90,éd. Presses de Sciences Po, 2000
  • Les trois exils, Juifs d'Algérie, Stock, Paris 2006 (ISBN 2-2340-5863-5)
  • Immigrances : l'immigration en France au XXe siècle (avec Emile Temine), Hachette Littératures, Paris 2007 (ISBN 2-0123-7261-9)
  • La guerre des mémoires : la France face à son passé colonial (entretiens avec T. Leclère), Éditions de l'Aube, 2007
  • Les guerres sans fin, un historien entre la France et l'Algérie, éd. Stock, Paris 2008. (ISBN 978-2-23450-6051-7[à vérifier : isbn invalide])
  • Les immigrés algériens en France : une histoire politique, 1912-1962, Hachette Littératures, 2009
  • Le mystère De Gaulle : son choix pour l'Algérie, Robert Laffont, 2009
  • Mitterrand et la guerre d'Algérie, avec François Malye, Calmann-Lévy, 2010
  • Algérie 1954-1962 : lettres, carnets et récits des Français et des Algériens dans la guerre, éd. Les Arènes, 2010
  • Le nationalisme algérien avant 1954, CNRS éditions, 2010.
  • Bibliographie de l'Algérie indépendante, 1962-2010, avec Christian Boyer, éd. CNRS, 2011.
  • Le 89 arabe, réflexions sur les révolutions en cours, dialogue avec Edwy Plenel, éd. Stock, 2011.(ISBN 978-2-2340-7112-.4[à vérifier : isbn invalide])
  • La guerre d'Algérie vue par les Algériens, avec Renaud de Rochebrune, Ed Denoël, 2011.
  • Charonne ou l'oubli impossible, préface de la bande dessinée Dans l'ombre de Charonne de Désirée et Alain Frappier, Éditions du Mauconduit, janvier 2012
  • Histoire de l'Algérie : XIXe et XXe siècles, La Découverte, mars 2012
  • La guerre d'Algérie expliquée à tous, éd. Seuil, mars 2012.
  • De Gaulle et la guerre d'Algérie, Arthème Fayard collection pluriel, 2012
  • Voyages en postcolonies, Stock, 2012
  • Algériens en France. 1954-1962 : la guerre, l’exil, la vie. Catalogue de l’exposition, dirigé par Benjamin Stora et Linda Amiri, éd. Autrement/CNHI, 224 pp.
  • Camus brûlant, avec Jean-Baptiste Péretié, Stock, 2013
  • Histoire des relations entre juifs et musulmans des origines à nos jours[14], avec Abdelwahab Meddeb, éd. Albin Michel, 2013 (ISBN 978-2-226-24851-0)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie de Benjamin Stora », sur univ-paris13.fr (consulté le 3 avril 2014).
  2. « Stora: "La France et l'Algérie devraient respecter tous les morts" », sur L'EXPRESS.fr (consulté le 3 avril 2014).
  3. Éric Savarese, « Après la guerre d'Algérie », Revue internationale des sciences sociales, ERES, vol. n° 189, no 3,‎ 24 février 2009, p. 491-500 (ISSN 0304-3037, DOI 10.3917/riss.189.0491, résumé, lire en ligne).
  4. Joelle Meskens, Veronique Kiesel, Colette Braeckman, « Des Belges dans la sale guerre d’Algérie », sur Le Soir,‎ 30 novembre 1999 (consulté le 21 mai 2014).
  5. Le Point, magazine, « "Guerre d'Algérie, la déchirure": un film tout en archives, parfois inédites », sur Le Point.fr (consulté le 21 mai 2014).
  6. « Une enfance à Constantine, par Benjamin Stora ».
  7. Scott Sayare, « A Life Spent Remembering a War France Has Tried to Forget », sur New York Times,‎ 28 mars 2014 (consulté le 19 mai 2014).
  8. Le Figaro 17 juillet 2009
  9. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=821903300CDD5C33BF7D5893106925BB.tpdjo17v_1?cidTexte=JORFTEXT000027945654&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000027945085, Legifrance, JO, 13 sept 2013
  10. a et b Claude Askolovitch, « Benjamin Stora, Historien de l'intérieur, no 2134 », Nouvel Obs,‎ SEMAINE DU JEUDI 30 Octobre 2003 (consulté en 2010.01.03)
  11. Clara Dupont-Monod, « Benjamin Stora : souviens-toi de l'Algérie », in histoire.presse.fr, 1er novembre 2006.
  12. Catherine Simon, « Mémoires vives », Le Monde,‎ Février 2010 (consulté le 6 juillet 2013).
  13. Benjamin Stora, « Benjamin Stora on French Colonialism and Algeria Today! », L’Humanité,‎ Article paru le 26 juillet 2006 (consulté en 2010.01.03)
  14. http://www.univ-paris13.fr/benjaminstora/images/stories/ouvrages/Albin_prsentation_.pdf, présentation de l'ouvrage et de son comité scientifique

Liens externes[modifier | modifier le code]