Étienne Borne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Borne.

Étienne Borne, né le 22 janvier 1907 à Manduel dans le Gard et décédé le 14 juin 1993 (il est inhumé à Châteauneuf-Val-Saint-Donat, dans les Alpes-de-Haute-Provence) était un philosophe et un journaliste français du courant démocrate-chrétien.

Élève de l’École normale supérieure en 1926, il y fait la connaissance de Raymond Aron, Jean-Paul Sartre et Jean Cavaillès. Il passe l'Agrégation de Philosophie avec succès en 1930. Philosophe, élève d'Alain, Étienne Borne a été professeur de philosophie en hypokhâgne au lycée Henri-IV à Paris, dans la classe qu'avait occupée son maître, puis inspecteur général de philosophie jusqu’en 1975.

Étienne Borne s'inscrit dans le sillage du philosophe chrétien personnaliste, Emmanuel Mounier, et du christianisme social de Marc Sangnier.

Dans les années 1930, Étienne Borne participe au lancement de La Vie intellectuelle et de la revue Esprit d'Emmanuel Mounier. Il collabore aux hebdomadaires Sept et Temps Présent.

Après la Libération, il participe activement à la création du MRP. Il fut ensuite chroniqueur dans le journal La Croix.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dieu n’est pas mort - Essai sur l’athéisme contemporain Éditions Fayard
  • La Passion de la vérité Éditions Fayard
  • Le Problème du Mal Presses universitaires de France - Puf
  • Mounier Éditions Pierre Seghers
  • Commentaires Éditions du Cerf
  • Les Nouveaux Inquisiteurs Presses universitaires de France - Puf
  • Le Travail et l'homme Desclée De Brouwer 1937
  • De Marc Sangnier à Marc Coquelin 1953