Église Nativité-de-la-Sainte-Vierge-d'Hochelaga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge.
Église Nativité-de-la-Sainte-Vierge-d’Hochelaga
Image illustrative de l'article Église Nativité-de-la-Sainte-Vierge-d'Hochelaga
La façade vue de nuit
Présentation
Culte Catholique romaine
Type Paroisse (1867)
Rattachement Archidiocèse de Montréal
Début de la construction 1921
Fin des travaux 1924
Architecte Dalbé Viau et Alphonse Venne
Style dominant Style romano-byzantin
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Commune Montréal
Coordonnées 45° 32′ 28″ N 73° 32′ 47″ O / 45.541099, -73.54644245° 32′ 28″ Nord 73° 32′ 47″ Ouest / 45.541099, -73.546442  

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Église Nativité-de-la-Sainte-Vierge-d’Hochelaga

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

(Voir situation sur carte : Région métropolitaine de Montréal)
Église Nativité-de-la-Sainte-Vierge-d’Hochelaga

L'Église Nativité-de-la-Sainte-Vierge-d’Hochelaga est une église catholique située dans le quartier Hochelaga de l'arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve à Montréal. Son adresse est le 1855, rue Dézery. Sa construction fut terminée en 1924.

Historique[modifier | modifier le code]

Même si la paroisse a été fondée en 1867, le premier bâtiment ne fut inauguré qu'en 1877. Il a été détruit par un incendie en 1921. La même année, le curé Georges-Marie LePailleur fait reconstruire l’église paroissiale sur le même emplacement, en utilisant la façade et le clocher qui ont été récupérés. Le clocher, datant de 1906, s’élève à plus de 80 mètres. Surmonté d’une flèche, il abrite cinq cloches dont la plus lourde pèse environ 2 500 kg.

Le curé LePailleur caresse le rêve d'établir un évêché indépendant dans l'est de Montréal. Il mandate les architectes Dalbé Viau et Alphonse Venne, les mêmes qui ont créé l'Oratoire Saint-Joseph, pour réaliser les travaux de reconstruction, mais en demandant une surélévation pour s'assurer que son église aura la prestance nécessaire à devenir une cathédrale. Même si l'église ne deviendra jamais une cathédrale, elle en aura la dimension.

Décoration intérieure[modifier | modifier le code]

L'intérieur

La décoration intérieure a été confiée en 1921 aux artistes montréalais Alexandre Carli et Nicholas Petrucci qui bénéficiaient d’une excellente réputation de statuaires. Outre le maître-autel en pierre et en marbre, on leur doit les deux autels latéraux, la balustrade du chœur, le chemin de croix en pierre de Caen enduite de plâtre et, au-dessus de la frise, les statues des douze apôtres.

L’œuvre la plus spectaculaire de Carli et Petrucci est sans contredit la frise monumentale de l’Apothéose de la Vierge Marie, installée en 1927. Elle présente 27 tableaux évoquant la vie de la Sainte-Vierge, les instituts religieux et les évêques de Montréal ainsi que les fondateurs de cette ville.

Cette frise comporte 320 personnes, grandeur nature, fabriquées en plâtre ou en poussière de marbre délayée dans de la colle. Ses dimensions sont impressionnantes : elle mesure 2,14 mètres de hauteur et orne tout le pourtour de l’église.

Consacrées à la Vierge, les 14 verrières, réalisées en 1964-1965, sont l’œuvre du maître Guido Nincheri.

Liens internes[modifier | modifier le code]

La frise monumentale en photos[modifier | modifier le code]

Au-dessus du chœur
Au-dessus de l'entrée principale
Nef côté nord
Nef côté nord
Nef côté sud

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et liens externes[modifier | modifier le code]