Écija

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Écija
Blason de Écija
Héraldique
Drapeau de Écija
Drapeau
Centre d'Écija
Centre d'Écija
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Andalousie Andalousie
Province Province de Séville Province de Séville
Comarque Écija
District judic. Écija (Municipio)
Budget 35 602 190 € [1] (2002)
Maire
Mandat
Juan Wic Moral (PSOE)
2007-2011
Code postal 41 400
Distance de Madrid 447 km
Démographie
Gentilé Astigitano/a, ecijano/a
Population 39 295 hab. (2006)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 32′ 28″ N 5° 04′ 46″ O / 37.54105, -5.07948 ()37° 32′ 28″ Nord 5° 04′ 46″ Ouest / 37.54105, -5.07948 ()  
Altitude 100 m
Superficie 97 873 ha = 978,73 km2
Rivière(s) Le Genil
Divers
Saint patron Saint Paul et la Virgen del Valle
Localisation
Localisation de Écija

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Écija

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Écija
Liens
Site web www.ecija.es

Écija est une commune située dans la province de Séville de la communauté autonome d’Andalousie en Espagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle se situe entre Cordoue et Séville, dans la vallée du Genil. Elle abrite 40 000 habitants. Elle est surnommée la « poêle à frire d'Andalousie »[réf. nécessaire] en raison des très fortes chaleurs qu'elle connaît l'été.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Protohistoire[modifier | modifier le code]

Ecija est un site peuplé dès la préhistoire ; malgré tout, seule la période du Chalcolithique a laissé de nombreuses traces.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Une colonie militaire romaine est attestée à l'époque d'Auguste, sous le nom de Colonia Augusta Firma. La colonie devint une ville, Astigi, connue pour sa production d'huile d'olive, et se dota de nombreux édifices typiques d'une ville romaine. On lui ajouta des murailles à la fin de l'antiquité. Ejica devint la principale ville de Bétique, et c'est là que fut installé le premier siège épiscopal de la région.

Époque médiévale[modifier | modifier le code]

Sous les Wizigoths, Ejica resta une ville de première importance, mais vit la concurrence de Séville se développer. Un concile s'y déroula en 610.
La ville fut conquise par les troupes ommeyyades commandées par Tariq ibn Ziyad, après que des partisans de Rodéric s'y soient réfugiés, suite à la défaite de Guadalete. La ville prend le nom de Istichcha يستيششا , devient capitale de province de l'Émirat de Cordoue, et s'enrichit avec le développement agricole. Les musulmans introduisent notamment le coton, d'où le surnom de Madinat al-qutn مدينة القطن, "la ville du coton". De nombreux édifices restent de l'époque musulmane :

  • Les murailles, avec les tours albarranas, de style almohades.
  • les portes :
    • Báb al-Qantara, porte est, qui donne sur un pont enjambant le Rio Genil. Une inondation emporta deux arches du pont en 850 mais il fut reconstruit immédiatement.
    • Báb Usuna porte sud.
    • Báb Rizq, porte ouest.
    • Báb al-Suwayqa, porte nord. Un marché s'y trouvait.
  • La mosquée principale, aujourd'hui cathédrale de Santa Cruz. On reconnaît distinctement le minaret (aujourd'hui clocher) et à l'intérieur les arcs typiques d'une mosquée andalouse.

Lors de la chute du califat en 1031, Ejica tomba sous la domination de la dynastie des Abbadides de Séville, puis en 1091 sous celle des Almoravides, et enfin des Almohades. Elle fut conquise par le Royaume de Castille en 1240. Ses habitants ne furent pas chassés de la ville et reçurent garantie de leurs biens et de leur liberté. Ce n'est que sous Alphonse X que des chrétiens viennent s'installer, après la révolte mudéjare de 1264.
Les Castillans subirent une défaite en 1275 près d'Ejica face aux Mérinides et au Royaume de Grenade, mais cela ne permit pas aux vainqueurs la reprise de la ville.
En 1391, du fait de son importante communauté juive, la ville fut affectée par les massacres et conversions forcées qui éclatèrent dans toute le royaume cette année-là.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Écija au XVIIe siècle.

Ecija abrite une antenne du tribunal de l'inquisition de Cordoue, et le XVIIe siècle voit le développement de couvents, ainsi que l'élevage de chevaux, toujours vivant. La richesse de la ville permet la construction de monuments baroques, qui distingue Ejica du reste des villes andalouses.


Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
N/A N/A N/A N/A Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Culture[modifier | modifier le code]

Elle possède un palais mudéjar, le couvent de las Teresas, l'église de Santiago et l'église Santa Cruz qui abrite la Vierge de la Vallée (Virgen del Valle), patronne de la ville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Cour des Comptes d'Andalousie.

Liens externes[modifier | modifier le code]