Un quinquennat pour rien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un quinquennat pour rien
Auteur Éric Zemmour
Pays Drapeau de la France France
Genre Essai
Éditeur Albin Michel
Date de parution
ISBN 2-226-32008-3
Chronologie
Précédent Le Suicide français

Un quinquennat pour rien[1] est un essai de l'écrivain français Éric Zemmour paru le 7 septembre 2016. C'est avant tout un recueil des chroniques diffusées sur RTL de janvier 2013 à juillet 2016.

Thème[modifier | modifier le code]

Dans une introduction originale de 38 pages, il revient avec force sur la bataille civilisationnelle à mener contre l'islam qu'il ne distingue pas de l'islamisme[2]. Il révèle l'étude par l'armée française d'un plan nommé "Opération ronces" pour la reconquête des quartiers contrôlés par l'islam. En contrepoint, en regard des désastres apportés par l'Allemagne (1914, 1939 et 2015), il critique deux siècles de haine de soi et de germanophilie chez les élites françaises. Il demande l'abrogation de l'État de droit qui donne pouvoir aux juges du Conseil d’État sur les lois. Le livre est décrit comme une charge contre François Hollande qualifié de « président le plus médiocre de la Ve République »[3] et contre l'idolâtrie médiatique autour de Christiane Taubira qualifiée de "Rimbaud de CM1" ou "d'icône du Boboland".

Lancement[modifier | modifier le code]

Sur le plateau de l'émission C à vous le 6 septembre, il découvre que deux de ses éditoriaux les plus marquants sur Molenbeek et le cardinal Barbarin ont été omis par l'éditeur. On peut maintenant trouver ces deux textes sur le site des Éditions Albin Michel [4]dans la partie consacrée au livre de Eric Zemmour et sur la page Amazon.fr de cet ouvrage.

Dès la première semaine de diffusion, alors qu'il n'est arrivé en rayon que le mercredi, que le titre n'utilise pas l'adjectif "français" synonyme de best-seller et que la plus grande partie du texte a déjà été diffusée sur RTL, l'ouvrage se place en deuxième place des ventes hebdomadaires de livres toutes catégories hors enseignement[5]. Il reste trois semaines en première place dans la catégorie "Essais et Références" avant de se faire dépasser par La Cause du peuple de Patrick Buisson.

Réception critique[modifier | modifier le code]

Pour Jérôme Béglé qui décrit Éric Zemmour comme « le Cassandre des désastres en cours », l'originalité du livre consisterait en sa longue introduction qu'il perçoit comme un prolongement de son précédent essai Le Suicide français[6]. Adrien Sénécat et Samuel Laurent affirment que l'essayiste se serait « arrangé avec les faits de manière flagrante », « erreurs chroniques » qu'ils se proposent d’« examiner » dans seize cas concrets[7].

Polémiques en marge du livre[modifier | modifier le code]

Dans un entretien publié par Causeur le 6 octobre 2016, en réponse aux écrits de Zemmour pour qui « entre la France et l’islam, les musulmans doivent choisir », le rédacteur en chef du magazine Daoud Boughezala avance que les islamistes ne parviennent « guère qu'à endoctriner quelques esprits faibles ». Zemmour rétorque : « Quelle condescendance ! Moi, je prends l'islam au sérieux, je ne le méprise pas ! Je ne pense pas que les djihadistes soient des abrutis ou des fous. Au sommet, il y a des théologiens qui appliquent exactement leur idéologie coranique et légitiment tous leurs actes par des sourates ou des actes du prophète. Et je respecte des gens qui meurent pour ce en quoi ils croient - ce dont nous ne sommes plus capables. » Puis quand le journaliste essaie de lui faire dire qu'il respecte Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, auteur de l'attentat du 14 juillet 2016 à Nice, il ajoute : « L'Histoire, c'est ainsi, des innocents meurent parce qu'ils sont dans le mauvais camp, ou au mauvais endroit au mauvais moment. Et oui, quand des gens agissent parce qu'ils pensent que des morts le leur demandent, il y a quelque chose de respectable. Et en même temps de criminel et mauvais, c'est ainsi, les humains sont complexes. Donc combattons-les mais arrêtons de les mépriser. »

L'avocate tunisienne Samia Maktouf qui a perdu deux amis au Bataclan dénonce Zemmour auprès du parquet. Elle fait un rapprochement avec la condamnation [8] en première instance à 8 mois de prison le 8 septembre 2016 de Jean-Marc Rouillan qui avait qualifié les terroristes parisiens de « courageux » (à la barre Rouillan avait expliqué avoir été maladroit) tout en s'opposant pourtant à leurs idées réactionnaires. Le parquet ouvre une enquête préliminaire le 7 octobre 2016 pour apologie de terrorisme [9]. Pour Olivier Pardo, l'avocat de Zemmour il y a une erreur d'interprétation de ces propos : « Il voulait dire que les membres de l'Etat islamique ne sont pas des faibles d'esprit »[10]

Le 16 janvier 2017 Causeur annonce que le parquet a classé l'affaire sans suite[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La couverture du livre comporte un bandeau à vocation commerciale, comportant la mention « Chroniques de la guerre de civilisations ». Cette mention, absente de la page de titre, ne fait à proprement parler pas partie du titre de l'œuvre, tel que considéré par les bibliothèques.
  2. Éric Zemmour : "Il n'y a pas de différence entre islam et islamisme", rtl.fr, 7 septembre 2016
  3. "Un quinquennat pour rien": la charge brutale de Zemmour contre Hollande, bfmtv.com, 2 septembre 2016
  4. www.albin-michel.fr[1]
  5. [2]
  6. Éric Zemmour exécute François Hollande, Jérôme Béglé, lepoint.fr, 2 septembre 2016
  7. Les erreurs chroniques d’Eric Zemmour, lemonde.fr, 16 septembre 2016
  8. Jean-Marc Rouillan condamné à 8 mois de prison pour apologie du terrorisme, lefigaro.fr, 7/9/2016>
  9. Zemmour "respecte" les djihadistes? Enquête préliminaire ouverte pour apologie du terrorisme, marianne.net, 7 octobre 2016
  10. Zemmour accusé de faire l'apologie du terrorisme, lefigaro.fr, 7 octobre 2016
  11. http://www.causeur.fr/eric-zemmour-justice-djihad-42229.html, causeur.fr, 16 janvier 2017