Le Suicide français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Suicide français
Auteur Éric Zemmour
Pays Drapeau de la France France
Genre Essai
Éditeur Albin Michel
Date de parution
Nombre de pages 534
ISBN 978-2-226-25475-7
Chronologie
Précédent Mélancolie française Un quinquennat pour rien Suivant

Le Suicide français[1] est un essai de l'écrivain français Éric Zemmour paru le 1er octobre 2014. Il défend la thèse d'un affaiblissement progressif de l’État-nation français de 1970 à la date de publication en 2014. Le livre rencontre un grand succès de librairie à sa parution[2] et a fait l'objet de controverses.

Thème[modifier | modifier le code]

L'essai est composé de chapitres principaux pour chaque année à partir de 1970, avec des sous-chapitres dont chacun est consacré à un événement au sein de cette année. La perte de puissance de l'État français sur le pays est décrite. Il entend démontrer les renoncements successifs de la part des élites françaises à un contrôle de l'économie et de l'immigration par l'État. Par ailleurs, l'essayiste dénonce la dissolution progressive du pays, sous l'emprise de la génération Mai 68 et de son triptyque « Dérision, Déconstruction, Destruction », dans tous les secteurs d'activités français.

À travers une chanson populaire ou un discours présidentiel, il fait le portrait d'une classe politique et culturelle qui a sacrifié la souveraineté populaire dans tous les domaines : économique, social, culturel, mais aussi familial[3],[4],[5].

Réception par la critique[modifier | modifier le code]

Denis Tillinac, dans un article de Valeurs actuelles consacré à Eric Zemmour, considère que « l’événement politique de la rentrée, c’est le succès de son livre Le Suicide français. À preuve la focalisation sur sa personne d’une haine de facture quasi djihadiste. Pétainiste pour les uns, fasciste pour les autres, il est harcelé par une meute à peu près unanime car il pointe avec une acuité cruelle les vrais ressorts de notre décrépitude morale. De notre dépossession affective. De notre mise au rebut de l’Histoire. » Selon lui, « on peut discuter certaines des analyses de Zemmour, estimer qu’il isole trop l’objet de ses amours — la France — dans un contexte de chambardement historique mondial. […] Reste la pertinence globale du diagnostic, énoncé par un homme courageux ». Il souligne également que comme « il n’épargne pas la droite “officielle”, elle se signale par un mutisme apeuré »[6].

Dans Le Figaro, le sociologue Mathieu Bock-Côté relance le procès contre Mai 68 lancé par Nicolas Sarkozy en 2007, en estimant qu'Éric Zemmour ouvre, avec Le Suicide français, « un conflit de légitimité avec le régime soixante-huitard en refusant de souscrire à sa légende. Il a ainsi décidé de marquer son désaccord le plus complet avec l'époque, quitte à donner à l'occasion dans l'exagération, quitte à succomber à l'esprit de système, quitte à embellir exagérément les temps jadis et à noircir exagérément le présent. Mais on aurait bien tort d'y réduire sa pensée. Il révèle surtout un clivage politique authentique, recouvert par la fausse alternative entre libéraux-sociaux et sociaux-libéraux : faut-il poursuivre « l'émancipation » soixante-huitarde ou faut-il engager le réenracinement de l'homme ? »[7].

Nicolas Truong, dans Le Monde, écrit : « Cet essai est le récit d’une désagrégation, d’une dissolution, celle du mâle blanc dominant. Plus de 500 pages pour dénoncer la « halalisation », la « féminisation », la « xénophilie » et la « haine de soi » française. Un pavé pour fustiger les trois « D » hérités de Mai 68 (« Dérision, Déconstruction, Destruction ») qui auraient saccagé les anciennes hiérarchies (famille, nation, travail, État, école) d’une France désormais avachie. » Il condamne fermement la partie de l'ouvrage consacrée à ce qu'il appelle la réhabilitation du maréchal Pétain, en parlant de prose « rance », « d’abjection », de « falsifications » qu'il décrit également sous le néologisme de « vichysso-gaullisme »[4].

Le journaliste Dominique Jamet, ancien directeur du Quotidien de Paris, écrit peu après la parution du livre qu'« il n’y a plus guère d’article, d’émission, d’interview, de show qui ne comporte au détour d’un paragraphe, d’un dialogue, d’une phrase, d’un sketch, un jugement lapidaire, réprobateur, méprisant ou insultant pour l’auteur du livre incriminé. Par un curieux paradoxe, cette contre-publicité a d’ailleurs fait s’envoler les ventes du Suicide français. » D'après lui, une certaine intelligentsia qui détient les leviers du pouvoir médiatique, « refuse le débat et pratique contre Zemmour le même ostracisme qui lui a si bien réussi contre le Front national. On invente contre lui des chefs d’accusation étranges et inédits : il serait « vichysso-gaulliste » (sic), « ouvriéro-droitier » (re-sic). On pratique jusqu’à la nausée l’habituelle reductio ad Hitlerum. »[8].

Jérôme Dupuis, journaliste à L'Express, constate que « très étrangement, il y a un grand absent dans ce livre : le Front National. […] C'est peut-être contrairement à ce que prétendent ses détracteurs, la France de Zemmour ne se confond pas avec celle de Marine Le Pen[9] ». Il établit un lien entre Le Suicide français et L'Identité malheureuse, ouvrage d'Alain Finkielkraut paru en 2013, considérant que « d'une certaine manière, [Éric Zemmour] a écrit la version mainstream de L'Identité malheureuse[9] », et qu'aux « références parfois pointues du philosophe — Kant, Péguy… —, le journaliste préfère de Gaulle, Daniel Balavoine et Aimé Jacquet[9] ». Frédéric Pagès, dans Le Canard enchaîné, fait un rapprochement similaire à celui de Jérôme Dupuis entre Éric Zemmour et Alain Finkielkraut, en estimant que « Zemmour est le Finkielkraut du pauvre. Même panique intellectuelle, mais en plus léger. Avec l'Histoire, la chronologie, les statistiques, il y va au bulldozer. »[10]

À la suite des controverses provoquées par la sortie du Suicide français, André Bercoff, qui fut directeur de la rédaction de France-Soir de septembre 2003 à novembre 2004, estime qu'Éric Zemmour est une victime, comme plusieurs autres intellectuels[11] « marqués du sceau de l'infamie » par les représentants de « l'idéologie boboïste du camp du Bien », [12].

Pour le politologue Alain de Benoist, le succès remporté par le livre de Zemmour « n’est pas seulement un phénomène éditorial. C'est un phénomène sociétal. La preuve en est qu’il suscite même des sondages. L’un d’eux révèle que 37 % des Français (20 % à gauche, 53 % à droite) sont d’accord avec Zemmour, qu’ils se reconnaissent dans ce qu’il dit, qu’ils découvrent dans son livre ce qu’ils n’osaient dire tout haut ou qu’ils ne formulaient que de façon confuse. [...] Ceux qui méprisent le peuple y verront la confirmation que l’ouvrage n’est qu’une accumulation de lieux communs et de propos de bistrot. Mais il ne faut pas s’y tromper : cet adoubement populaire, c’est une consécration. » La classe politique, à force de refuser le débat à Zemmour, serait devenue inapte à débattre : « Laurence Parisot n’a pas hésité à accuser Zemmour de « haute trahison » (sic), Manuel Valls a surenchéri : « Le livre de Zemmour ne mérite pas qu’on le lise. » En clair : il vaut mieux ne pas savoir ce qu’il dit. Mais c’est là que le bât blesse. »[13].

Selon Tugdual Denis et Élise Karlin, journalistes à L'Express, Le Suicide français « contribue à la révolution culturelle portée par le Front national », et il « flatte [les] électeurs » de ce parti, « qui ne se sentent pas représentés médiatiquement dans le débat intellectuel ». Dans le même temps, toujours selon ces journalistes, Éric Zemmour permet, en particulier avec cet ouvrage, « d'élargir aux classes supérieures la pensée frontiste »[14].

Régis Debray juge le livre « très supérieur à sa réputation »[15].

Lancement[modifier | modifier le code]

Le Suicide français a reçu dès sa sortie le 1er octobre une très forte couverture médiatique. Le 8 octobre, sept jours après la sortie, l'hebdomadaire Le Point titre « Édition : pourquoi Éric Zemmour fait mieux que Valérie Trierweiler »[16] et affirme que « depuis le début de la commercialisation, il s'en vend 5 000 exemplaires par jour ! », en particulier grâce à la promotion assurée par l'auteur sur France 2 le 4 octobre et dans l'émission d'Yves Calvi sur France 5, le 6 octobre[16]. Valeurs actuelles se demande le 8 octobre si Zemmour « écoulera plus de livres que les 450 000 exemplaires déjà vendus de Merci pour ce moment »[17].

Le 16 octobre 2014, Le Figaro rapporte qu'en plus des 120 000 exemplaires initialement acheminés sur les points de vente, deux autres tirages de 80 000 exemplaires ont été réalisés, portant le nombre d'ouvrages imprimés à 280 000 exemplaires en deux semaines. En estimant par ailleurs à 20 % les ventes réalisées au format numérique, Le Figaro estime qu'on avoisine le chiffre de 330 000 exemplaires. Il précise que le nombre de ventes quotidiennes est quant à lui passé de 5 000 les premiers jours, à 12 000 au bout d'une semaine, pour atteindre 17 000 à 20 000 à la fin de la seconde semaine[18].

Le Monde[19], le Huffington Post[20] et Arrêt sur images[21] contredisent ces chiffres issus du journal dans lequel l'auteur est collaborateur. Le 21 octobre 2014, Le Point avance cependant que le premier tirage de 120 000 exemplaires a été vendu en une semaine, et confirme pour l'essentiel les chiffres du Figaro[22]. En décembre, la presse avance que le nombre d'exemplaires vendus serait « autour de 400 000 »[23],[24].

Controverses[modifier | modifier le code]

Lors des débats avec Éric Zemmour quand il présenta son livre dans les médias, plusieurs controverses ont surgi.

Sur les sources de l'auteur[modifier | modifier le code]

Les critiques reprochent à Zemmour — Par exemple Aymeric Caron dans l'émission On n'est pas couché du 4 octobre 2014, sur France 2[25] — de ne pas appuyer les affirmations de son livre sur des statistiques et leurs sources[26],[27]. L'écrivain répond que ce livre n'est pas une thèse universitaire et que c'est son droit de ne pas faire figurer les sources dans le livre[25]. Il explique qu'il fournira ces sources lors des débats médiatiques autour de son livre.

Henry de Lesquen, président du club de l'Horloge, voit en Zemmour un « imposteur à la solde du système »[28], dont il estime dans Le Point qu'il a « pillé [les] travaux » du club[29].

Infrarouge[modifier | modifier le code]

Le 25 novembre 2014, Éric Zemmour est invité sur RTS Un par la Radio télévision suisse — aux côtés du sociologue et écrivain Jean Ziegler — à participer au débat d'Infrarouge[5]. Le synopsis initial de l'émission diffuse l'une de ses déclarations : « Les Suisses sont les vrais héritiers de la démocratie selon Jean-Jacques Rousseau ». En préambule de la présentation qui s'ensuit, Éric Zemmour fait plusieurs fois référence à Karl Marx et notifie à la productrice et animatrice du débat Esther Mamarbachi une citation de Chamfort : « En France on protège ceux qui mettent le feu et on persécute ceux qui sonnent le tocsin[N 1] ». À partir du minutage 47:46, il est confronté au désaveu d'une linguiste qui met en évidence, selon elle, la vacuité de son ouvrage. Éric Zemmour rétorque alors de façon cinglante, fustigeant « le mépris du peuple » et « l'arrogance » de son interlocutrice, poursuivant peu après sur une citation de Flaubert : « Les femmes confondent leur cœur avec leur cul et croient que la lune est faite pour éclairer leur boudoir[N 2]. »

Période de Vichy, critique de l'historien Robert Paxton et réactions[modifier | modifier le code]

Un chapitre du Suicide français, intitulé : « Robert Paxton, notre maître à tous », est consacré au livre qui rendit célèbre l’historien Robert Paxton, consacré au régime de Vichy. Ce chapitre est mis en cause dans On n'est pas couché, le 4 octobre 2014, par Léa Salamé, qui lui reproche de « réhabiliter Pétain ». Éric Zemmour explique : « Vichy fait un pacte avec le diable. Il négocie avec les Allemands et dit : « On vous donne les Juifs étrangers […] sans savoir, jusqu’en 1942, qu’ils seront tous exterminés […] et vous ne touchez pas aux Juifs français ». On peut trouver ça horrible. Dans les autres pays, les Allemands ne se sont pas embarrassés : ils ont exterminé tout le monde. Les Juifs français ont été sauvés à 95 % ».

Les propos d'Éric Zemmour sont largement relayés par les médias et provoquent de fortes critiques chez plusieurs d'entre eux, dont Libération (le jounaliste Laurent Joffrin[31], l'écrivain Marc Weitzmann[32]), Mediapart (l'historien François Delpla)[33], Rue89[34], Slate[35], Télérama (l'écrivain Gilles Heuré[36]) et Les Échos[37], Le Point[38]. Dans Les Inrocks, l’historien Serge Berstein affirme : « C’est vrai, [le maréchal Pétain] ne savait probablement pas mais qu’il l’ait ignoré jusqu’en 1944, c’est moins sûr. Lorsque les Allemands demandent à Vichy de livrer les Juifs, la réplique est : « On ne va pas livrer des citoyens français. », mais il note cependant que « des Juifs français ont bien entendu été arrêtés au cours de rafles, surtout à partir de 1943, lorsqu'ils tombent entre les mains des Allemands ou, tout simplement, de la police française »[39]. Il précise également : « Le chiffre [de Juifs déportés] est moindre que dans d’autres pays. C’est dû d’une part aux effets de protection de la population et d’autre part aux efforts, en tout cas au début, pour essayer de conserver les Juifs français et livrer les Juifs étrangers à l’Allemagne »[39]. Enfin, il rappelle qu'Éric Zemmour n’est « pas du tout un historien » mais « quelqu’un qui s’intéresse à l’histoire »[39]. De son côté, invité de BFM TV le 8 octobre, Zemmour confirme ses propos et rappelle ce qu'il a écrit dans son livre : « le statut des Juifs était scandaleux. Le régime était xénophobe et antisémite ».

Pour critiquer Robert Paxton, Éric Zemmour s'appuie sur Robert Aron, sur Raul Hilberg, auteur de l'ouvrage de référence La Destruction des Juifs d'Europe[40] et sur le rabbin et historien Alain Michel, auteur du livre Vichy et la Shoah, enquête sur le paradoxe français[41].
Paxton estime qu'Alain Michel « n'est pas un historien sérieux : on ne peut pas écrire ce qu'il a écrit si on a lu les textes de Vichy et les ouvrages récents sur l'application de ces textes[42]. » Dans un entretien accordé au Journal du dimanche, Alain Michel répond : « Un historien sérieux n'est pas là pour distribuer les bonnes et mauvaises notes aux autres chercheurs. Il doit amener des faits[43]. », et que Robert Paxton a lui-même fait « une série d'erreurs stupéfiantes[43] » dans son interview donnée à Rue89, « notamment sur les dates des déportations en France, où sur la durée de l'occupation en France et en Italie[43]… » Tout en déclarant que « le livre de Zemmour ne [le] concerne pas », il confirme que le journaliste n'a pas trahi l'esprit de son livre[43]. Il est également tout à fait d'accord avec l'idée, soutenue par Éric Zemmour, selon laquelle il y aurait une « doxa paxtonienne » en France, affirmant même que « certains chercheurs ont arrêté de travailler sur le sujet, car le poids de cette doxa les empêchait de travailler librement »[43]. Il estime cependant nécessaire de corriger l'affirmation d'Éric Zemmour selon laquelle « Pétain a sauvé 95 % des Juifs français » : selon lui, il ne s'agirait pas de Pétain mais du gouvernement de Vichy, qui, à travers une politique ayant l'approbation de Pétain, mais d'abord menée par Pierre Laval et René Bousquet, aurait sauvé non pas 95 %, mais 90 à 92 % des Juifs français[43]. La distinction des personnes chargées de cette politique aurait notamment son importance car, toujours selon Alain Michel, Laval et Bousquet n'étaient pas antisémites, contrairement à Pétain[43]. Pour lui on ne peut donc attribuer ces chiffres à la seule action des « Justes parmi les nations » comme l'affirme Serge Klarsfeld mais principalement à la politique appliquée par le gouvernement de Vichy, qui a freiné la déportation en France, les Français étant majoritairement indifférents au sort des Juifs en raison de l'ambiance antisémite qui préexistait en France et en Europe depuis les années 1930[43]. Il note également que Léon Poliakov partage son avis sur l'absence d'antisémitisme de Laval et que Raul Hilberg est en désaccord avec Paxton et Klarsfeld[43].

Robert Paxton juge, entre autres, que Zemmour se trompe lorsqu'il dit que le gouvernement de Vichy faisait une distinction entre les Juifs français et étrangers et indique : « C'est absurde de soutenir que Vichy a soutenu les Juifs français pendant ces deux premières années. Quand les déportations commencent, et surtout au moment de la rafle de décembre 1941 au cours de laquelle plus de 700 Juifs, souvent des notables, y compris un sénateur, ont été arrêtés — pour une fois — directement par les Allemands, cela a été un scandale : tout le monde a pris conscience de la faiblesse du régime de Vichy[42]. » Indiquant : « Cet argument est parfaitement vide. Il suffit de lire les lois promulguées par Vichy entre 1940 et 1942, qui imposent des exclusions sur tous les Juifs, y compris les Juifs de nationalité française[44] ».
Dans une tribune du Monde, publiée ensuite, où il qualifie la collaboration du régime de Vichy d'« active et lamentable », Robert Paxton donne son avis sur l'ouvrage de Zemmour. Il pense que celui-ci n’a pas dû lire les statuts des Juifs décrétés par Vichy qui concernaient — malgré quelques mesures moins défavorables pour les anciens combattants ou pour services rendus —, aussi bien les Juifs étrangers que les Juifs français, sans « aucune préférence nationale »[45]. L’historien indique que ces mesures ont fragilisé les Juifs français dès le début des déportations[45].
Paxton note un changement dans l’opinion française — dans laquelle existait un certain antisémitisme —, qui montra sa désapprobation lors des arrestations massives de mi-1942, et l’intervention de certains évêques pour les dénoncer[45]. Si Laval obtint des Allemands — sans accord formel — que les Juifs étrangers soient déportés en premier en contrepartie de l’aide de la police française, il n’était pas question pour eux d’épargner les Juifs français[45]. Cependant, bien que la police française fût active dans les arrestations, cette participation s’affaiblit à partir du début 1943[45].
Sur les 76 000 Juifs déportés, les Juifs français représentent le tiers, mais pour Paxton, « l’extermination de 25 % des Juifs de France ne fut pas une issue positive »[45]. Selon lui, la présence allemande était moins forte en France qu’en Belgique ou dans les Pays-Bas où les possibilités de dissimuler les Juifs étaient plus faibles. Il cite l’exemple italien où les déportations de citoyens Juifs représentent 16 %[45].
Concernant les Juifs étrangers de zone libre, Paxton indique que Vichy en livra 10 000 aux Allemands, à la différence des autres pays de l’Europe de l’Ouest et de la plupart de ceux de l’Est. Une tentative d’explication de cette mesure peut se trouver dans une réaction à l’importance de l’immigration des années 1930, période où la France accueillit davantage de réfugiés que les États-Unis — en proportion mais pas en nombre contrairement à ce que prétend Zemmour[45].
Sur la collaboration de la police française, Paxton montre, grâce aux archives allemandes, qu'en raison de son manque de main-d’œuvre, l’Allemagne comptait sur la France et que « ce fait n’est pas une invention de [sa] part contrairement à ce qu’insinue M. Zemmour »[45].
Paxton indique que, pensant inconcevable « que la critique de Vichy puisse équivaloir à une critique de la France et des Français (comme le pense Zemmour) », il a dédié son ouvrage coécrit avec Michael Marrus, Vichy et les Juifs (1981) aux nombreux Français qui vinrent en aide aux Juifs[45].
Paxton pense que Zemmour aborde ses sujets « au travers de verres déformants »[45].

L'historien et politologue Jacques Sémelin, dans une interview donnée au journal Le Monde au sujet du livre de Zemmour, considère que, bien que les pourcentages de Juifs ayant survécu aux persécutions nazies en France cités dans l'ouvrage soient historiquement justes, l'interprétation qui en est faite est « honteuse et instrumentalise les chiffres à des fins idéologiques[46] » et que « c'est un non-sens historique[46] ».
Il explique qu'il est impossible de ne trouver qu'une cause à ces chiffres — selon Zemmour, cela indiquerait que Pétain et Laval auraient sacrifié les Juifs étrangers pour sauver les Juifs français —, car selon l'historien Léon Poliakov : « L'événement ayant une multiplicité de causes, il est impossible de connaître la cause de l'événement[46] ». Parmi les causes multiples du sauvetage des Juifs en France, Sémelin indique les raisons géographiques (étendue du territoire, frontières communes avec les pays où la fuite était possible, zone libre), l'intégration séculaire des Juifs français (en particulier le fait que la France fut, en 1791 sous la Révolution, le premier pays d'Europe à émanciper les Juifs), leur non-passivité, les liens familiaux, les soutiens de proches, etc. La différence des chiffres entre les Juifs étrangers et français pouvant, en partie, s'expliquer par leur isolement et la mauvaise maitrise de la langue, ce qui facilitait leur arrestation[46]. À cela, s'ajoute l'attitude globale de la population, qui, malgré l'existence d'un certain antisémitisme, a fait preuve de compassion et d'entraide, ce que confirment les rapports de Vichy[46]. Les réactions de certains hommes d'Église, tels Mgr Saliège — auteur, en août 1942, d'une lettre pastorale condamnant sans ambiguïté les persécutions antisémites, lue en chaire dans de nombreuses paroisses, texte qui eut beaucoup d'impact et fut diffusé ensuite par la presse clandestine, la BBC et le New York Times —, « confirment la sensibilité de l'époque[46] » telle que François Mauriac la décrivait dans un texte clandestin[46].
En conclusion, Jacques Sémelin indique : « En affirmant que c'est la politique de Vichy qui a sauvé les Juifs, Éric Zemmour ne prend pas en compte la réaction de la population, l'intégration républicaine, les particularités du territoire français et oublie également que le processus d'extermination des nazis prévoyait de commencer par les Juifs étrangers avant de se rabattre sur les nationaux. Cette falsification idéologique est inacceptable[46] ! »

Pour l'historien André Kaspi, la thèse de Zemmour « n'est pas nouvelle, est extrêmement réductrice et parce qu'elle est réductrice, elle est fausse ». Il explique que : « C'est en partie vrai et en partie faux. Vrai parce que les Juifs français n'ont pas été immédiatement inquiétés. Jusqu'en 42, ils ont pu survivre en zone libre. Faux, parce que des Juifs français ont été déportés en 42 ». Selon lui, « en acceptant de déporter des Juifs étrangers, le régime de Vichy « a ouvert la porte » à la déportation des Juifs français »[47],[48].

Selon Denis Peschanski, membre du conseil scientifique du mémorial de la Shoah et directeur de recherche au CNRS, pour qui « Il n'y a rien de neuf dans cette thèse très traditionnelle destinée à justifier et réhabiliter Pétain », le travail de Zemmour, entaché de nombreuses erreurs, correspond à « un mouvement culturel très réactionnaire qui passe par la réappropriation d'un discours pétainiste — travail, famille, patrie — et la dénonciation de ceux qui sont considérés comme responsables de la crise »[47],[48].

Laurent Joly, historien spécialiste de l'antisémitisme et de la Seconde Guerre mondiale, juge les écrits de Zemmour, lorsqu'il s'attaque à Paxton[48],[47], « absurdes et faux[48],[47] » : « C'est très démagogique de dire comme Zemmour qu'avant Robert Paxton, les historiens avaient une vision juste et nuancée sur cette période. Or, ajoute-t-il, fin des années 50, début des années 60, les thèses de Paxton existaient[48],[47]. » Cet ouvrage de Paxton (La France de Vichy) démontre de surcroit « combien le régime de Vichy avait été « coupable et responsable » de la déportation des Juifs de France[48],[47] ». Joly rappelle que « la collaboration n'était pas une politique de sauvetage des Juifs »[48],[47].

Zemmour est soutenu par Jean-Marie Le Pen, qui déclare à Apolline de Malherbe sur BFM TV : « Éric est un homme intelligent et courageux [...] ; j'ai de la sympathie pour lui, j'ai de l'estime, parce que je sais quel courage il faut pour oser dire un certain nombre de choses », puis affirme que « oui, bien sûr » le régime de Vichy est « excusable »[49],[50],[51],[52].

Revenant sur cette polémique concernant Vichy, Éric Zemmour juge dans un entretien que « consacrer quinze jours de polémique à Vichy alors que cela ne représente que sept pages de mon livre sur 540, relève de la malhonnêteté intellectuelle »[53]. Il indique « [qu'il n'a] en aucun cas voulu réhabiliter Vichy »[53] et que « la réduction médiatique a transformé le propos de [son] livre »[53].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La citation exacte de Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort est la suivante : « En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu et on persécute ceux qui sonnent le tocsin. »
  2. La citation exacte de Gustave Flaubert est : « Elles prennent leur cul pour leur cœur et croient que la lune est faite pour éclairer leur boudoir[30]. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. La couverture du livre comporte un bandeau à vocation commerciale, comportant la mention « Les 40 années qui ont défait la France ». Cette mention, absente de la page de titre, ne fait à proprement parler pas partie du titre de l'œuvre, tel que considéré par les bibliothèques, et n'a pas été retenue comme sous-titre de l'œuvre lors des opérations de dépôt légal.
  2. Bertrand Guyard, « Zemmour dépasse Trierweiler : les raisons d'un succès », lefigaro.fr, 8 octobre 2014.
  3. « Le suicide français : oui, mais », sur atlantico.fr, Atlantico, (consulté le 17 octobre 2017).
  4. a et b Truong 2014.
  5. a et b Esther Mamarbachi (présentation et animation du débat), « Alors Monsieur Zemmour, c'était mieux avant ? », RTS Un, Radio télévision suisse « Infrarouge »,‎ (lire en ligne [[vidéo]])
    « Son livre Le suicide français, caracole en tête des ventes en France et en Suisse. L'essayiste et journaliste Éric Zemmour fait face à des contradicteurs pour évoquer la France qui se meurt. À qui la faute ? Aux élites coupées de leur base, à l'immigration ou encore aux valeurs de Mai 68 ? La Suisse peut-elle servir de modèle à nos voisins français ? » Avec la participation de : Jean Ziegler, sociologue ; Benoît Gaillard, président du Parti socialise lausannois ; Isabelle Falconnier, journaliste à L'Hebdo et directrice du Salon du livre de Genève ; Stéphanie Pahud, enseignante en Lettres, université de Lausanne. Durée : 01:04:50
  6. « Denis Tillinac : « La vérité sur Zemmour… », valeursactuelles.com, 22 octobre 2014.
  7. Mathieu Bock-Côté, « Éric Zemmour et le Suicide français vus du Québec », sur Le Figaro.fr, (consulté le 25 octobre 2014).
  8. Dominique Jamet, « Zemmourophobie galopante », bvoltaire.fr, 19 octobre 2014.
  9. a, b et c Dupuis 2014.
  10. « Pipeau et marche funèbre », Le Canard enchaîné, mercredi 22 octobre 2014, p. 6.
  11. Au cours des dernières années : Olivier Pétré-Grenouilleau, auteur de Les Traites négrières, Michèle Tribalat, auteur de Les Yeux grands fermés, Hugues Lagrange, auteur de Le Déni des cultures, Christophe Guilluy, auteur de La France périphérique, et Renaud Camus, auteur de Le Grand Remplacement.
  12. André Bercoff, « Guilluy, Tribalat, Zemmour : cachez ces intellectuels que je ne saurais voir ! », sur Le Figaro.fr, (consulté le 21 octobre 2014).
  13. Éric Zemmour ne parle pas au nom de la « droite », mais du peuple, entretien, bvoltaire.fr, 22 novembre 2014
  14. Tugdual Denis, Élise Karlin, « Cette France qui tombe dans les bras du FN », sur L'Express.fr, (consulté le 2 décembre 2014).
  15. Éric Conan, « Régis Debray, réac désengagé », sur marianne.net, Marianne, 22 février 2015 (article paru dans marianne du 13 février 2015) (consulté le 26 février 2015).
  16. a et b « Édition : pourquoi Éric Zemmour fait mieux que Valérie Trierweiler », Le Point, 8 octobre 2014.
  17. « Ventes : carton plein pour le nouveau livre d'Éric Zemmour », sur valeursactuelles.com, Valeurs actuelles, (consulté le 13 octobre 2014).
  18. Bertrand Guyard, « Éric Zemmour : les vrais chiffres de vente du Suicide français », sur Le Figaro.fr, (consulté le 16 octobre 2014).
  19. Alain Beuve-Méry, « Zemmour ne battra pas Trierweiler en librairies », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 17 octobre 2014).
  20. Morgane Masson, « Le Suicide français : le livre de Zemmour se vend-il réellement à 5 000 exemplaires par jour ? », sur huffingtonpost.fr, Huffington Post, (consulté le 17 octobre 2014).
  21. Sébastien Rochat, « Les vrais « vrais chiffres » du Suicide français », sur arretsurimages.net, Arrêt sur images, (consulté le 17 octobre 2014).
  22. « Zemmour bat tous les records de vente ! », lepoint.fr, 21 octobre 2014.
  23. Julia Beyer (avec AFP), « Valérie Trierweiler, reine des ventes de livres 2014 », Le Figaro, lefigaro.fr, 10 décembre 2014.
  24. Source AFP, « Trierweiler, Zemmour et... Modiano : les cartons de l'année », sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le 10 décembre 2014).
  25. a et b [vidéo] compte Youtube de On n'est pas couché.
  26. Samuel Laurent, « Petites et grandes erreurs factuelles d'Éric Zemmour sur l'immigration », Les décodeurs, Le Monde,‎ (lire en ligne).
  27. Cédric Mathiot, Sarah Bosquet, « Zemmour, la machine à faire des étrangers », Libération, 10 octobre 2014.
  28. Joseph Korda, « Lesquen  : raciste sans envergure ni courtoisie », sur humanite.fr, L'Humanité, (consulté le 19 mars 2016).
  29. François Guerrier, « Lesquen accuse Zemmour de plagiat », sur monversailles.com, .
  30. Gustave Flaubert, Lettres à sa maîtresse, t. I, II et III., La Part Commune (mars 2008), 4 août 1846 - 22 février 1852) ; (1er mars 1852 - 31 mars 1853) ; (6 avril 1853 - 6 mars 1855), édition présentée, établie et annotée par Sylvain Kerandoux
  31. Laurent Joffrin, « Zemmour, Pétain et les Juifs », sur liberation.fr, Libération, (consulté le 11 octobre 2014).
  32. Marc Weitzmann, « Le pétainisme et l’air du temps », sur liberation.fr, Libération, 10-12 octobre 2014 (consulté le 22 octobre 2014).
  33. François Delpla, « Vichy : non Zemmour, non Berstein, le choix n'est pas entre Robert Paxton et Robert Aron ! », sur mediapart.fr, Mediapart, (consulté le 11 octobre 2014).
  34. « Éric Zemmour, pourquoi voulez-vous réhabiliter Vichy et Pétain ? », sur rue89.nouvelobs.com, Rue89, (consulté le 11 octobre 2014).
  35. Éric Leser, « La défense du régime de Vichy par Zemmour réduite en miettes », sur slate.fr/, Slate, (consulté le 11 octobre 2014).
  36. Gilles Heuré, « Quand Zemmour prend les eaux à Vichy », sur telerama.fr, Télérama, 14-16 octobre 2014 (consulté le 22 octobre 2014).
  37. Jean-Yves Archer, « Éric Zemmour, le slalom de la peur », sur lesechos.fr, Les Échos, (consulté le 11 octobre 2014).
  38. [vidéo]Ayann Koudou, Marie Salah et François-Guillaume Lorrain, « Pétain, sauveur de juifs » : Lorrain répond à Zemmour », sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le 23 octobre 2014).
  39. a, b et c Serge Berstein, propos recueillis par Julien Rebucci, « Serge Berstein : « Zemmour se trompe lorsqu’il dit que Pétain a sauvé des Juifs », sur lesinrocks.com, Les Inrocks, (consulté le 11 octobre 2014).
  40. Éric Zemmour, Le Suicide français, Éditions Albin Michel, 2014 (ISBN 978-2226333001), version livre numérique sans pagination, sous-chapitre « Janvier 1973 – Robert Paxton, notre bon maître », citant quatre phrases de La Destruction des Juifs d'Europe « Dans ses réactions aux pressions allemandes, le gouvernement de Vichy tenta de maintenir le processus de destruction à l’intérieur de certaines limites […]. Quand la pression allemande s’intensifia en 1942, le gouvernement de Vichy se retrancha derrière une seconde ligne de défense. Les Juifs étrangers et les immigrants furent abandonnés à leur sort, et l’on s’efforça de protéger les Juifs nationaux. Dans une certaine mesure, cette stratégie réussit. En renonçant à épargner une fraction, on sauva une grande partie de la totalité », en renvoyant à l'édition de 1985 éditée chez Gallimard, sans plus de précision. Pour la dernière édition, voir Raul Hilberg, La Destruction des Juifs d'Europe, t. II, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Folio Histoire », édition définitive 2006, 884 p. (ISBN 2-07-030984-3 et 978-2-07-030984-9), chap. 8, p. 1122-1123 (pages du tome II, numérotées de 710 à 1593).
  41. Dont il présente les travaux ainsi : « [Alain Michel] y montre une audace inouïe, presque suicidaire, décortiquant le paradoxe français avec une rare délicatesse et honnêteté. Il reprend, en l’étayant, l’intuition des premiers historiens du vichysme, et montre comment un pouvoir antisémite, cherchant à limiter l’influence juive sur la société par un statut des Juifs inique, infâme et cruel, et obsédé par le départ des Juifs étrangers — pour l’Amérique, pense d’abord Laval qui, devant le refus des Américains, accepte de les envoyer à l’Est, comme le lui affirment alors les Allemands —, réussit à sauver les « vieux Israélites français ».
  42. a et b Pascal Riché, « Robert Paxton : « L’argument de Zemmour sur Vichy est vide », sur rue89.nouvelobs.com, Rue89 (consulté le 11 octobre 2014).
  43. a, b, c, d, e, f, g, h et i Thomas Liabot, Alain Michel, « Le livre de Zemmour ne me concerne pas », sur Le JDD.fr, (consulté le 14 octobre 2014).
  44. Julien Chabrout avec AFP, « Vichy : la thèse d'Éric Zemmour vivement critiquée par les historiens », sur metronews.fr, Metronews, (consulté le 21 octobre 2014).
  45. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Robert Paxton (traduction de Frédéric Joly), « Polémique Zemmour : « Vichy, une collaboration active et lamentable », sur lemonde.fr, Le Monde, 18-20 octobre 2014 (consulté le 23 octobre 2014).
  46. a, b, c, d, e, f, g et h Jacques Sémelin, propos recueillis par Nicolas Truong, « Polémique Zemmour : « Une inacceptable falsification idéologique », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 21 octobre 2014).
  47. a, b, c, d, e, f et g AFP, « Réhabilitation de Pétain par Zemmour : « absurde et faux » selon des historiens », sur la-croix.com, La Croix, (consulté le 23 octobre 2014).
  48. a, b, c, d, e, f et g AFP, « Des historiens s'indignent des thèses de Zemmour », sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le 23 octobre 2014).
  49. [vidéo]« Jean-Marie Le Pen : « Bien sûr, Vichy est excusable », sur bfmtv.com, BFM TV, (consulté le 29 octobre 2014).
  50. AFP, « Jean-Marie Le Pen défend Zemmour, Pétain et la marque Front national », sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le 29 octobre 2014).
  51. AFP, « Jean-Marie Le Pen abonde dans le sens de Zemmour sur Vichy », sur liberation.fr, Libération, (consulté le 29 octobre 2014).
  52. M.B avec AFP, « Le Pen soutient les thèses de Zemmour sur Vichy », sur lejdd.fr, Le Journal du dimanche, (consulté le 29 octobre 2014).
  53. a, b et c Entretien avec Alexandre Devecchio, « Éric Zemmour : « Être le porte-voix des classes populaires est ma plus grande fierté », sur lefigaro.fr, Le Figaro, 7-9 novembre 2014 (consulté le 9 novembre 2014).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]