Kemal Kılıçdaroğlu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kemal Kılıçdaroğlu
Kemal Kılıçdaroğlu en 2009.
Kemal Kılıçdaroğlu en 2009.
Fonctions
7e président général du Parti républicain du peuple
En fonction depuis le
Prédécesseur Deniz Baykal
Député d'Istanbul
En fonction depuis le
Élection
Réélection
Biographie
Nom de naissance Kemal Kılıçdaroğlu
Date de naissance (65 ans)
Lieu de naissance Nazımiye, Tunceli (Turquie)
Nationalité Turque
Parti politique Parti républicain du peuple
Diplômé de Université Gazi, Ankara
Profession économiste

Kemal Kılıçdaroğlu, né le 17 décembre 1948 à Nazımiye dans la province de Tunceli, est un économiste et homme politique turc, actuellement député de la Grande assemblée nationale de Turquie et secrétaire général du Parti républicain du peuple.

De confession alévie[1] et d'origine zaza[1] ou kurde[2]selon les sources, Kemal Kılıçdaroğlu est élu 7e et actuel secrétaire général du Parti républicain du peuple, créé par Mustafa Kemal Atatürk et principal parti d'opposition au parlement. Il succède ainsi à ce poste à Deniz Baykal, contraint de démissionner après une affaire de relation extra conjugale[3].

Il est surnommé le Gandhi turc[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Ballıca[4], village relié à la ville de Nazımiye dans la région de Tunceli, Kemal Kılıçdaroğlu est le quatrième d'une famille de sept enfants. Sa mère, Yemuş, fait partie de la même tribu alévie, nommé Areli, que le député indépendant de Tunceli, Kamer Genç. De par son père Kamer, Kemal Kılıçdaroğlu est un descendant des Quraych ou Kureyş, famille du prophète de l'islam[5]. Kılıçdaroğlu a un jumeau de deux heures son cadet. Il sera le seul de la famille à faire des études universitaires[6].

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Il étudie l'école primaire et le collège dans différentes villes d'Anatolie : Erciş, Tunceli, Genç et Elazığ. Lors de ces années lycéennes, il est ami avec Devlet Bahçeli, secrétaire général du MHP[7]. Il est ensuite diplômé, en 1971, de la faculté de commerce et d'économie de l'Université Gazi[8].

Il également est de la génération 68, période d'affrontements très intenses entre la droite et la gauche en Turquie. Kemal Kılıçdaroğlu déclare qu'il n'a jamais raté un seul regroupement d'étudiants gauchistes, participant au passage à quelques échauffourées[6].

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu son diplôme, il réussit le concours d'entrée aux ministères des finances publiques turques. Il est envoyé une année en France pour perfectionner ses acquis. Il rentre en Turquie et commence le métier d'expert comptable jusqu'en 1983, date à laquelle il est nommé à la tête des ressources économiques du ministère des finances publiques turques[8].

En 1991, il est nommé directeur de l'organisme gérant la sécurité sociale en Turquie, le Bağ-Kur qui deviendra le Sosyal Sigortalar Kurumu en 1992. En janvier 1999, il quittera son poste pour la retraite.

Il donnera des cours à l'Université Hacettepe à Ankara, et sera membre du comité d'administration de la banque turque Türkiye İş Bankası.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Le 11 janvier 1999, il demande à être pouvoir être retraité de son poste de directeur de la sécurité sociale dans le but de se lancer dans la vie politique avec le parti de Bülent Ecevit, le Parti démocratique de la gauche lors des élections municipales ou législatives qui se tenaient la même année. Cependant le parti ne le présente dans aucune municipalité turque.

Il se tournera alors vers le Parti républicain du peuple lors des élections législatives du 3 novembre 2002, date à laquelle il est élu député d'Istanbul : il rentre pour la première au parlement turc. Il sera réélu député d'Istanbul lors des élections législatives du 22 juillet 2007.

L'ascension[modifier | modifier le code]

Son second mandat de député va permettre à Kemal Kılıçdaroğlu de se faire connaître de l'ensemble de l'électorat turc. Dès la fin de l'année 2008, il va dénoncer plusieurs affaires de corruption de membres du parti au pouvoir, à savoir l'AKP : Şaban Dişli, député de Sakarya et vice-président de l'AKP démissionnera du parti après avoir été accusé par Kılıçdaroğlu d'avoir empoché un million d'euros dans une affaire de vente de terrain à Silivri ; il a également apporté certains documents dans le procès pour blanchiment d'argent intenté à l'organisation turque de bienfaisance Deniz Feneri basée en Allemagne, et connue pour être proche des milieux conservateurs ; son dernier bouc-émissaire fut Dengir Mir Mehmet Fırat, bras droit de Recep Tayyip Erdoğan et député à l'Assemblée, qui démissionnera après un duel télévisé face à Kılıçdaroğlu qui l'accusait de blanchir de l'argent par le biais de sa société de transport[9].

Cette méthode avait pour but de discréditer le parti au pouvoir juste avant les élections municipales de mars 2009, auxquelles Kılıçdaroğlu se présentait comme candidat à la mairie d'Istanbul. C'est justement au cours de ses déplacements dans la ville pour rencontrer la population qu'il est surnommé Gandhi Kemal par un passant. L'élection fut cependant remportée par le candidat présenté par l'AKP ; Kılıçdaroğlu a néanmoins réalisé le meilleur score de son parti dans cette ville en récoltant près de 37 % des votes.

Secrétaire général[modifier | modifier le code]

En plus d'être député, Kılıçdaroğlu fut premier secrétaire général adjoint du CHP jusqu'au , date à laquelle il démissionne pour se présenter à la succession de Deniz Baykal à la tête du parti. Il fut le seul candidat[10] à l'élection de secrétaire général du parti qui se déroula le , et fut nommé à l'unanimité des 1 189 délégués[11].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marié avec Selvi Kılıçdaroğlu, avec qui il aura trois enfants prénommés Kerem, Aslı et Zeynep, Kemal Kılıçdaroğlu parle couramment le français[6]. Il est également grand-père d'une petite fille Duru.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (tr) İşsizlik Sigortası Kanunu-Yorum ve Açıklamalar, Kemal Kılıçdaroğlu, éditions TÜRMOB, 1993.
  • (tr) 1948 Türkiye İktisat Kongresi, Kemal Kılıçdaroğlu, éditions DPT (1er tôme), éditions SPK (2e tôme), 1997.
  • (tr) Kayıtdışı Ekonomi ve Bürokraside Yeniden Yapılanma Gereği, Kemal Kılıçdaroğlu, éditions TÜRMOB, 1997.

Liens externes[modifier | modifier le code]