Traize

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Traize
Image illustrative de l'article Traize
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Yenne
Intercommunalité Communauté de communes de Yenne
Maire
Mandat
Guy Dumollard
2014-2020
Code postal 73170
Code commune 73299
Démographie
Population
municipale
304 hab. (2014)
Densité 32 hab./km2
Population
aire urbaine
220 118 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 19″ nord, 5° 44′ 48″ est
Altitude Min. 270 m – Max. 700 m
Superficie 9,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Traize

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Traize

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Traize

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Traize

Traize est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Tra, selon la graphie de Conflans[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une charte datée aux alentours de 995 relate un échange entre l'archevêque de Vienne et l'évêque de Belley, Odon[2],[3]. Odon reçoit de l'archevêque de Vienne l'église de Traize et ses dépendances, « ager qui vocalur Tresia », au comté de Belley[4],[5]. Traize est le centre d'un ager[2]. Le contrat permet à l'évêque de « léguer cette précaire à l'un de ses frères, sans prévoir in fine sa restitution à l'église de Vienne »[2]. Le comte Humbert en hérite, puis ses successeurs[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Guy Dumollard ... ...
mars 2008 en cours Guy Dumollard ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 304 habitants, en augmentation de 7,04 % par rapport à 2009 (Savoie : 3,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
433 444 473 459 565 588 426 441 432
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
423 433 376 406 412 358 325 313 302
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
305 286 289 293 270 222 201 195 182
1982 1990 1999 2004 2009 2014 - - -
201 218 230 254 284 304 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Beyrin, datant du XVème siècle. Il serait fondé par la famille de Seyssel, puis transmis au XVIIème siècle à la famille du Goy de Navette, apparentée aux seigneurs de La Martinière. Le domaine passa ensuite aux familles de Rostaing et de Boigne, puis à la famille du Parc Locmaria.
  • Maison forte de La Martinière, datant du XVème siècle: cette maison forte a gardé son caractère ancien. Elle a appartenu aux familles Duclos, de Dortan, de Seyssel, du Goy de La Navette, de Perron , Goybet, puis à la famille Gignoux[10]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 23
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. a, b, c et d Cyrille Ducourthial, « Géographie du pouvoir en pays de Savoie au tournant de l’an mil », dans Christian Guilleré, Jean-Michel Poisson, Laurent Ripart, Cyrille Ducourthial, Le royaume de Bourgogne autour de l'an mil, Université de Savoie, coll. « Sociétés, Religions, Politiques », , 286 p. (ISBN 978-2915797350, lire en ligne).
  3. Abbé C.-U.-J. Chevalier, Document inédits du IX, X et XIe relatifs à l'église de Lyon, Imprimerie Aimé Vingtrinier, Lyon, 1967, p. 15-21 et suivantes. [PDF] Lire en ligne.
  4. Édouard Philippon (1851-1926), Les origines du Diocèse et Comté de Belley, Paris, Picard, , p. 75.
  5. Taide Zavarse La Cruz, Formación y explotación de un patrimonio eclesiástico Siglo IX al Siglo XIII : La Iglesia catedral de Viena en el delfinado, vol. 12, Facultad de Humanidades y Educación, Universidad Central de Venezuela, Escuela de Historia, , 56 p., p. 16.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. Michèle Brocard, Les Châteaux de Savoie, Cabédita, 2004, p.294-295