Aller au contenu

Jongieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jongieux
Jongieux
Èglise Saint-Maurice et château de La Mar
à Jongieux.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Intercommunalité Communauté de communes de Yenne
Maire
Mandat
Stéphane Lamiral
2024-
Code postal 73170
Code commune 73140
Démographie
Gentilé Jongiolans
Population
municipale
278 hab. (2021 en diminution de 9,15 % par rapport à 2015)
Densité 43 hab./km2
Population
agglomération
220 118 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 23″ nord, 5° 47′ 57″ est
Altitude Min. 226 m
Max. 1 128 m
Superficie 6,43 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Chambéry
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bugey savoyard
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Jongieux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Jongieux
Géolocalisation sur la carte : Savoie (département)
Voir sur la carte topographique de Savoie (département)
Jongieux
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
Jongieux

Jongieux est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le village de Jongieux se situe dans l'ouest du département de la Savoie, dans l'Avant-Pays savoyard, entre le cours naturel du Rhône à l'ouest et le pied du mont de la Charvaz qui le sépare à l'est du lac du Bourget, à 5 km au nord-est de Yenne et à 20 km au nord-ouest de Chambéry.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Jongieux
Massignieu-de-Rives Lucey
Yenne Jongieux Ontex
Billième

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat des marges montargnardes, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne ou de marges de montagne et est dans la région climatique Alpes du nord, caractérisée par une pluviométrie annuelle de 1 200 à 1 500 mm, irrégulièrement répartie en été[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 18,4 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 411 mm, avec 10,6 jours de précipitations en janvier et 8,3 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Belley Man », sur la commune de Belley à 9 km à vol d'oiseau[3], est de 12,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 099,8 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Jongieux est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[7]. Elle est située hors unité urbaine[8]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Chambéry, dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[8]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (55,8 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (51,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (43,6 %), cultures permanentes (26,1 %), prairies (15,3 %), zones agricoles hétérogènes (10,9 %), terres arables (3,5 %), eaux continentales[Note 2] (0,6 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes du nom de la paroisse puis de la commune sont Jongiu (XIVe siècle), Jongieux, dans les registres paroissiaux (de 1624 à 1672), Jungiacum (au cours de la même période), puis Jongeu ou encore Jonjux, au siècle suivant[12].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Zhondzeu (graphie de Conflans) ou serait connu sous le nom de La Bârma (ORB)[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 11 germinal an II ()[14], Maxime Sevez (1761-1802), commissaire de la Révolution, est à Jongieux. On lui déclare que le clocher est démoli, mais qu'il existe encore deux tours appartenant à la ci-devant comtesse de Vieux au lieu appelé La Mar ; il requerra pour les faire abattre au plus tôt.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Patrice Jacquin ... ...
mars 2014 2020 Françoise Barlet    
mai 2020 2024 Didier Padey   Suppléant de la Députée MoDem Marina Ferrari de 2022 à 2024. Député de la Savoie depuis 2024.
2024 En cours Stéphane Lamiral    

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Jongiolans[12].


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[16].

En 2021, la commune comptait 278 habitants[Note 3], en diminution de 9,15 % par rapport à 2015 (Savoie : +3,33 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
338300369430437504490470455
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
470448403402353335337346324
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
319286259262238225203198218
1982 1990 1999 2006 2008 2013 2018 2021 -
202206233291308311287278-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de La Mar et vignoble de Marestel.
  • Château de La Mar
Le château de La Mar, ou château de Cordon, ou château d'Aymavigne, est une ancienne maison forte, du XIIIe siècle, restaurée en 1625, qui se dresse au pied du coteau qui porte les vignes de Marestel, au hameau d'Aimavigne. Au Moyen Âge, il fut le centre de la seigneurie de La Mar.
  • Église Saint-Maurice de Jongieux
L'église, sous le patronage de saint Maurice, a été construite de 1884 à 1885. En 2013, six nouvelles verrières en vitraux ont été mises en place dans le cadre de la rénovation de l'Église. Ces vitraux de style contemporain, dus à une artiste vitrailliste, Monique Copel[19], utilisent les thèmes du vignoble, du chemin de Compostelle et du Rhône, dans un ensemble de verres de couleur de la Verrerie de Saint-Gobain à Saint-Just. Un « dialogue » entre les couleurs chaudes et les couleurs froides est destiné à produire des jeux de lumière, en les accentuant ou en les atténuant, le tout sublimé par la lumière du Nord.
  • Jardin botanique
Le jardin botanique d'Aimavigne, créé en 2000, est un petit jardin d'acclimatation de plantes exotiques et rares. Il présente environ une vingtaine d'espèces de palmiers tel que, Brahea armata, Washingtonia filifera, Jubaea chilensis, Chamaedorea radicalis etc. Mais aussi d'autres végétaux tels que cordylines, Phormium, Hedychium, ainsi que des cactacées et agavacées.
Zones naturelles protégées

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Production vinicole[modifier | modifier le code]

La commune est couverte de vignes, notamment les pentes très abruptes de la Charvaz, avec une exposition sud-ouest. Une dizaine de viticulteurs produisent des vins en AOC vins de Savoie cru Jongieux, ainsi que le cru Marestel de l'appellation Roussette de Savoie, l'un des plus grands vins blancs de Savoie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Jongieux et Belley », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Belley Man », sur la commune de Belley - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Belley Man », sur la commune de Belley - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  8. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Jongieux ».
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Chambéry », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. a et b Histoire des communes savoyardes, 1982, p. 391.
  13. Lexique Français : Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 21
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  14. Jean Létanche, Les vieux châteaux maisons fortes et ruines féodales du canton d'Yenne en Savoie, Le livre d'Histoire-Lorisse, 2005 (1907), 99 p., p. 94 lire en ligne.
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  19. Ils ont été réalisés dans ses ateliers des Roches de Condrieu en Isère.