Lucas Mangope

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lucas Mangope
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Motswedi (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
Nom de naissance
Lucas Manyane Mangope
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion
Parti politique

Kgosi Lucas Manyane Mangope, né le à Motswedi et mort le [1] est un homme politique sud-africain, ancien président du bantoustan indépendant du Bophuthatswana de 1977 à 1994 et sénateur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Il est professeur de lycée jusqu'en 1959, date à laquelle il succède à son père à la tête de la tribu des Motsweda Ba hurutshe-Boo-Manyane[2].

Le , Mangope devient ministre en chef du Tswanaland, futur Bophutatswana, quand ce bantoustan est doté d'un conseil de gouvernement autonome. Aux élections législatives du , il est élu député du Parti national du Bophuthatswana, dont il est le chef. À la suite de dissensions internes, il quitte le Parti national et fonde le Parti démocratique du Bophuthatswana qui devient rapidement la première formation politique du bantoustan. Il est élu président en 1977 alors que le Bophuthatswana devient officiellement indépendant.

À partir de 1990, il s'oppose à la réintégration annoncée du Bophuthatswana dans l'Afrique du Sud et rejoint l'Alliance des libertés au côté du Parti Inkatha de la liberté et du Parti conservateur d'Afrique du Sud. En mars 1994, son gouvernement est renversé par une révolte populaire et Mangope destitué. En 1998, il est condamné pour fraudes électorales.

En 1997, il fonde le Parti chrétien-démocrate unifié qui obtient trois sièges de député à l'Assemblée nationale lors des élections générales de 1999. Il est exclu de son parti en 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Former homeland leader Lucas Mangope dies », sur News 24, (consulté le 18 janvier 2018)
  2. (en) Biographie de Lucas Mangope, revolvy.com

Liens externes[modifier | modifier le code]