Opposition internationale à l'apartheid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l'ensemble des luttes contre l'apartheid, voir Lutte contre l'apartheid.
image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L'opposition internationale contre l'apartheid concerne les actions menées par la communauté internationale contre la politique de ségrégation raciale mise en place en Afrique du Sud de 1948 à 1991. Cette opposition a commencé principalement à se manifester après le massacre de Sharpeville, intervenu le 23 mars 1960 dans le township de Vereeniging dans la province du Transvaal.

Historique[modifier | modifier le code]

Un bus appelant au boycott du régime d'apartheid, à Londres en 1989.

Le 6 novembre 1962, la résolution 1761 de l'ONU est adoptée[1].

En 1965 est signée la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale (qui sera finalement ratifiée par l'Afrique du Sud en décembre 1998[2]) puis, en 1973, la convention sur le crime d'apartheid.

Les émeutes de Soweto, le 16 juin 1976, font 79 morts et 178 blessés.

En 1977, l'ONU décrète un embargo sur les ventes d'armes à destination de l'Afrique du Sud[réf. souhaitée]. L'année 1978 est décrétée année internationale contre l'apartheid par l'ONU[réf. souhaitée].

En 1986, les États-Unis adoptent le Comprehensive Anti-Apartheid Act, le Congrès ayant outrepassé par un vote qualifié le veto du président Ronald Reagan.

En France[modifier | modifier le code]

Un Comité français contre l'apartheid est créé à la fin des années 1960. Il s'agit du premier mouvement en France créé spécifiquement pour s'opposer à l'apartheid[3]. Le comité est présidé par l'avocat militant des droits de l'homme Jean-Jacques de Felice[4], Jean-Paul Sartre y siège et Elisabeth Mathiot y joue un rôle actif.

Les activités du comité consistent en la publication de déclarations de presse, de lobbying et de campagnes d'opinion pour la libération de prisonniers politiques ou mettant en garde contre les risques d'utilisation raciste de découvertes scientifiques (campagne menée en 1968 sur les risques liés aux greffes du cœur[5] pratiquées par le chirurgien sud-africain Christiaan Barnard).

Après le lancement, en 1975, du mouvement français anti-apartheid, le comité arrêta de fonctionner[3].

Article détaillé : Actions du MRAP contre l'apartheid.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]