Pietersburg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pietersburg
(nso) Polokwane
Image illustrative de l'article Pietersburg
Administration
Pays Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Province Transvaal (1910-1994)
Limpopo (depuis 1994)
District Capricorn District Municipality
Municipalité Polokwane
Démographie
Population 130 028 hab. (2011)
Densité 1 217 hab./km2
Géographie
Coordonnées 23° 54′ Sud 29° 27′ Est / -23.9, 29.45
Altitude 1 312 m
Superficie 10 684 ha = 106,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud

Voir la carte administrative d'Afrique du Sud
City locator 14.svg
Pietersburg

Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud

Voir la carte topographique d'Afrique du Sud
City locator 14.svg
Pietersburg

Pietersburg (officiellement renommée Polokwane en 2003 signifiant « lieu sûr » en sotho du Nord[1]) est une ville d'Afrique du Sud, capitale de la province du Limpopo et ville principale composant la municipalité de Polokwane avec laquelle elle partage son nom sotho.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à 1 312 m d'altitude, juste au-dessous du tropique du Capricorne et à 297 km au nord de Johannesburg, c'est une ville de près de 200 000 habitants pour une agglomération de 500 000 habitants (2007).

Histoire[modifier | modifier le code]

Petrus Jacobus Joubert, général boer en l'honneur duquel la ville fut baptisée Pietersburg lors de sa fondation en 1884.

Pietersburg fut fondée en 1884 par un groupe de boers chassés de Schoemansdal par les Vendas. La ville fut baptisée en l'honneur de Pieter Joubert, héros de la bataille de Majuba contre les Britanniques.

En 1955, la ville compte 20 500 habitants dont 8 000 blancs. Les habitants blancs de cette région du Northern Transvaal votèrent à une très large majorité en faveur de la république (89 %), lors du référendum organisé le 5 octobre 1960.

Ville afrikaner très conservatrice, Pietersburg fut remportée par la parti conservateur lors des élections municipales sud-africaines de 1988 puis récupérée par le parti national à la faveur d'une élection partielle en novembre 1989.

Lors du référendum sur la fin de l'apartheid provoqué en 1992 par le président Frederik de Klerk, les habitants de la grande région nord de Pietersburg furent les seuls à exprimer leur refus de la fin de l'apartheid (59 % des votes).

Jusqu'en 1994, Pietersburg était une ville enclavée dans l’État noir autonome du Lebowa.

Le , Lawrence Mapoulo, membre du Congrès national africain, devint le premier maire noir de la ville après la formation de la municipalité de Pietersburg/Polokwane, amalgamation de Pietersburg, ses faubourgs et ses townships. Il succédait alors à Thomas Pretorius, dernier maire blanc de Pietersburg.

Les élections du confirmèrent la domination relative de l'ANC sur toute la zone urbaine. Elle remporta notamment 12 sièges au conseil municipal (dont les 7 sièges du township de Seshego) contre 7 sièges au parti national (dont les sièges représentants les quartiers résidentiels blancs et les townships métis et indiens de Westenburg et Nirvana), 3 sièges au Front de la liberté et 2 sièges au parti conservateur[2].

En 2003, à la suite de la municipalité, la ville de Pietersburg fut rebaptisée elle-même Polokwane lors du processus d'africanisation des noms des villes d'Afrique du Sud[1]. Le choix du nom de Polokwane a été très contesté par les habitants (principalement blancs) de la ville[3]. Les autorités municipales invoquèrent notamment qu'il s'agissait du nom antérieur du lieu en langue sotho avant que les Boers ne le baptisent Pietersburg mais il n'existe pas de trace historique pouvant attester cette affirmation.

Économie et tourisme[modifier | modifier le code]

Rue du centre-ville.

Aujourd'hui, la ville abrite le gouvernement et le parlement d'une des provinces les plus pauvres d'Afrique du Sud.

Pietersburg est avant tout un centre administratif et commercial, doté d'un centre-ville tracé au cordeau, de banlieues résidentielles majoritairement blanches situées à l'est (Hospitaal Park, Flora Park, Welgelegen…), au nord (Annadale), à l'ouest (Ivy Park) et au sud (Penina Park) du centre-ville, de quartiers indiens et coloureds à l'ouest (Nirvana, Superbia, Westenburg), de quartiers industriels majoritairement noirs (New Pietersburg, Laboria ou Industria) et de townships résidentiels noirs situés à 12 km de la ville comme Seshego. Ce sont dans ses dernières zones que résident près de 95 % de la population de la ville.

Bien que sur la route du Zimbabwe, la ville est située à l'écart des circuits touristiques traditionnels. On y distingue cependant :

  • le Pietersburg/Polokwane Museum situé dans une « maison irlandaise » (1906) de style victorien ;
  • le musée de la photo Hugh Exton[4] situé dans une église réformée datant de 1890 présentant des clichés des cinquante premières années de la ville ;
  • le City Square et ses sculptures réalisées par Danie de Jager  ;
  • le cimetière du camp de concentration où reposent 627 Boers dont 523 enfants victimes de l'oppression britannique durant la Seconde Guerre des Boers de 1899-1902 ;
  • le Bakone Malapa museum consacré au peuple et à la culture sotho des Bakone.

Équipement sportif[modifier | modifier le code]

Le stade Peter Mokaba a accueilli la coupe du monde de football en 2010.

Politique[modifier | modifier le code]

Lors des élections municipales du 1er mars 2006, l'ANC remporta la municipalité avec 77,48 % des suffrages (58 sièges sur un total de 73) alors que l'Alliance démocratique a remporté 7 sièges. Thabo Makunyane (ANC) a ensuite été élu maire par le conseil municipal.

Liste de maires de Pietersburg[modifier | modifier le code]

  • Louis Marcus : maire de 1930 à 1931
  • Clarence Andrew : maire de 1931 à 1932
  • Frederick van Zyl Slabbert : maire de 1932 à 1933
  • Dap Naude (frère de Jozua François Naudé) : maire de 1947 à 1949 et maire de 1951 à 1952
  • A.S.D. Erasmus : maire de 1958 à 1959
  • M.E. Grimm : maire de 1959 à 1960 (première femme maire de Pietersburg)
  • Danie Hough : maire de 1974 à 1975
  • Burger "Tjol" Lategan : maire de 1975 à 1976
  • P.J. Schalkwyk : maire de 1976 à 1977
  • Hennie van Vuuren (parti conservateur) : maire de 1988 à 1990
  • Schalk Schalkwyk (parti national) : maire de 1990 à 1991
  • Niek van Reede van Oudtshoorn (parti national) : maire de 1991 à 1992
  • Jannie Moolman (parti national) : maire de 1992 à 1993
  • Thomas Pretorius : maire (parti national) de 1993 à 1995
  • Lawrence Mapoulo : maire en 1995

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Toponymie locale[modifier | modifier le code]

Ancien nom de rue Nouveaux noms
Vorster street Thabo Mbeki street
- Nelson Mandela Drive

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b "Department of Arts and Culture: Approval of Official Place Names." Government Gazette. 7 janvier 2005.
  2. Résultat des élections locales du 2 novembre 1995
  3. (en) Renaming plans anger Afrikaners, BBC, 2 mars 2002
  4. Hugh Exton était le premier photographe professionnel établi à Pietersburg. Il a laissé quelque 23 000 clichés de la ville et de sa région, prises entre 1890 et 1945.

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Elwyn Jenkins, Falling into place: the story of modern South African place names, New Africa Books, 2007, p 151 et s.

Liens externes[modifier | modifier le code]