Tilh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune des Landes
Cet article est une ébauche concernant une commune des Landes.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Tilh
L'église.
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes
Département Landes
Arrondissement Arrondissement de Dax
Canton Orthe et Arrigans
Intercommunalité Communauté de communes de Pouillon
Maire
Mandat
Jean Darraspen
2014-2020
Code postal 40360
Code commune 40316
Démographie
Population
municipale
806 hab. (2013)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 34′ 33″ Nord 0° 50′ 09″ Ouest / 43.5758, -0.835833333
Altitude Min. 59 m – Max. 151 m
Superficie 22,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Tilh

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Tilh

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tilh

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tilh
Liens
Site web Site officiel de la commune de Tilh

Tilh est une commune française située dans le département des Landes en région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située sur l'Arrigan et sur la Route départementale 947 entre Dax et Orthez.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1925 septembre 1939 (suspension) Paul Desarps PCF Boulanger
septembre 1939 (Délégation spéciale) septembre 1944 Roger Dubrasquet   Sabotier
septembre 1944 mai 1945 Paul Desarps PCF Boulanger
mai 1945 mars 1977 Roger Dubrasquet   Sabotier
avril 1977 mars 1989 Pierre Lalanne   Ferronnier
avril 1989 mars 2001 Marcel Dubrasquet   Conducteur de travaux
mars 2001 avril 2014 Jean-Jacques Carrau PS Instituteur Directeur d'école
avril 2014 avril 2020 Jean Darraspen   Ingénieur INSA
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 806 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 276 1 522 1 438 1 601 1 709 1 664 1 577 1 535 1 566
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 510 1 504 1 481 1 408 1 379 1 337 1 310 1 240 1 184
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 219 1 220 1 183 1 074 1 035 1 012 985 948 861
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2008 2009
818 770 730 794 746 749 799 810 808
2013 - - - - - - - -
806 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint Vincent de Paul fut nommé curé de la paroisse de Tilh en 1600, mais il ne prît jamais possession de sa cure : le seigneur du lieu avait nommé l'abbé Saint Soubès et le jeune Vincent Depaul ne voulut pas introduire un procès au résultat aléatoire. On ne peut donc pas imaginer ce saint homme, cadet de Gascogne devant l'Éternel, assister ses ouailles et les visiter dans les maisons les plus anciennes de la commune.
  • Bernard Augustin Cardenau (1766-1841), général des armées de la République et de l'Empire, décédé le 21 janvier 1841 à Tilh.
  • Alexandre de Cardenau de Borda (1823-1904), homme politique, né et mort à Tilh.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre-ès-Liens de Tilh: elle date des XIe et XIIe siècles. Elle a été fortement remaniée et modifiée au cours du millénaire, le bâtiment dans sa forme actuelle date de 1638. Un exhaussement a été réalisé en 1824. Une voûte a été percée en 1865.
  • Monument aux morts de Tilh en face de l'église.
  • Arènes Henri Meunier : commencées au début des années 1960, elles étaient en béton et en bois (entreprise André Nassiet pour la maçonnerie et Alphonse Berthière pour la charpenterie). Sous l'impulsion de Jean Garein, adjoint au Maire Roger Dubrasquet, la partie des gradins en bois a été remplacée par des gradins préfabriqués en béton en 1975-1976. Elles contiennent 1000 places. Sur le fronton au-dessus de l'entrée, un magnifique ouvrage en fer forgé a été confectionné par Pierre Lalanne, Maire et ferronnier d'art à Tilh, sur un dessin de Cel le Gaucher.

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • L'école communale a été érigée en 1888 sous le mandat de Paul-Jules Champetier de Ribes, Maire.Elle fait partie aujourd'hui d'un regroupement (RPI des Arrigans) avec celles des communes de Mouscardès, Ossages et Estibeaux. Il y a à Tilh les classes de maternelle Moyenne et Grande section et le Cours préparatoire.

Culture[modifier | modifier le code]

L'histoire de Tilh débute à l'âge de fer, soit vers 700 av. J.-C., comme l'attestent les fouilles menées en 1972 par le Professeur Robert Arambourou. D'après les recherches de Bénédicte Boyrie-Fénié (docteur en géographie historique), l'origine du mot "Tilh" vient du nom d'un domaine gallo-romain du nom de Tillius. La constitution du village lui-même date du XIIIe siècle, selon le Professeur Albert Larroquette.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs équipes de basket animent l'activité sportive du village. Ces équipes se sont regroupées en association avec celles de Mouscardès, Ossages et Estibeaux sous le nom de "Basket Arrigans".

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Et si Tilh m'était conté ? : ce livre reprend l'histoire du village de Tilh, à partir d'un fonds d'archives municipales. L'auteur, Jean Darraspen, membre de la Société de Borda, retrace la vie du village : l'édification de ses bâtiments publics et privés, l'histoire de la Révolution et du Ier Empire à travers le prisme tilhois, la vie de ses personnalités célèbres (nationalement ou localement), enfin la 1re moitié du XXe siècle, en faisant revivre la vie quotidienne rurale d'un village de Chalosse.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2008, 2009, 2013.