Pomarez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pomarez
La tour de l'église et la caserne des pompiers.
La tour de l'église et la caserne des pompiers.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Dax
Canton Amou
Intercommunalité Communauté de communes Coteaux et Vallées des Luys
Maire
Mandat
Claude Lasserre
2014-2020
Code postal 40360
Code commune 40228
Démographie
Gentilé Pomaréziens
Population
municipale
1 500 hab. (2012)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 37′ 50″ N 0° 49′ 41″ O / 43.6305555556, -0.82805555555643° 37′ 50″ Nord 0° 49′ 41″ Ouest / 43.6305555556, -0.828055555556  
Altitude Min. 20 m – Max. 72 m
Superficie 30,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Pomarez

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Pomarez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pomarez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pomarez
Liens
Site web Site officiel

Pomarez est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département des Landes (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Pomarez est un grand village de la Chalosse, sur les terrasses alluviales de la très large vallée du Luy, en aval du confluent des luy de France et du Luy de Béarn. Un luy est un nom commun régional désignant un cours d'eau (lui en gascon, du latin lunius), voir gave ou neste ailleurs. Le luy se prononce [lœ-y] ici, [lú-y] ailleurs.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes Pomarez
Ozourt
Clermont
Castelnau-Chalosse Donzacq
Bastennes
Estibeaux Pomarez Gaujacq
Mouscardès Arsague Castel-Sarrazin

Communications et transports[modifier | modifier le code]

Il y a plusieurs routes départementales qui croisent à Pomarez (D 3, D 7, D 15). De l'autoroute A 64 on peut prendre la sortie 7 (Salies-de-Béarn) ou 8 (Orthez) et se diriger vers le nord. On peut atteindre les régions touristiques des Pyrénées et de l'océan Atlantique à moins de 100 km. Dans un rayon de 40 km, il y a les villes moyennes de Dax au nord-ouest, Mont-de-Marsan au nord et Orthez au sud-est.

Les gares SNCF sont à Orthez, Puyoô ou Dax (TGV).

Par la route, Pomarez est située à 50 km de l'aéroport de Pau-Pyrénées[1] et à 80 km de l'aéroport de Biarritz-Bayonne-Anglet[2].

Pour les piétons, il y a seulement des trottoirs étroits dans la rue centrale de la commune, mais de longues randonnées sont très intéressantes dans la campagne chalossaise.

Le département des Landes a décidé de mettre en place un réseau de bus à 2 euros vers toutes les destinations. Pomarez est un arrêt de la ligne de bus Dax-Hagetmau et par conséquent les habitants ont la possibilité de se déplacer en transports en commun dans la semaine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Pomarez vient du latin poma, pomme, plus le suffixe -arium (= endroit où il y a) et un pluriel, ce qui signifie « les pommeraies », une certaine abondance de pommiers pour récolter la pomada, le cidre, bien plus usité au Moyen Âge que le vin[3],[4].

Il y a en Europe de nombreux villages, hameaux ou personnes qui portent un nom de cette nature : Pommiers, Pomerols, Pomayrol, Pomarède, etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Une station préhistorique très importante, Brassempouy, se trouve à quelques kilomètres.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune, anciennement occupé par les Tarbelles, dont la capitale était Aquae Tarbellicae (Dax), a connu une présence romaine.

En mars 1892, un métayer découvre un vase en terre contenant environ 400 monnaies d'argent d'origine gauloise[5],[6], probablement émises par les Elusates ou les Sotiates. Quelques-unes de ces monnaies, après avoir appartenu au numismate Ernest Bertrand[7], sont désormais dans les collections du musée archéologique de Dijon[8],[9],[10].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les vestiges d'un clocher rond adjoint à une tour rectangulaire datent des XIe siècle et XIIe siècle[11].

Les maisons à colombages remontent au XVIe siècle.

Révolution française[modifier | modifier le code]

En 1790, l'église est dévastée puis est dédiée, à partir de 1794, au culte de la Raison.

Sous la Terreur, le curé de Pomarez, Michel Castellan, est guillotiné à Dax, le 10 avril 1794, à l'âge de 52 ans, pour avoir critiqué les assignats, en les qualifiant de « chiffons », dans une lettre à Jean-Pierre Laborde, curé de Tilh et d'Arsague, lui aussi guillotiné, le même jour.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

À partir du XIXe siècle, les Landes font l'objet de nombreuses recherches archéologiques, menées par des notables le plus souvent sociétaires d'une société savante crée en 1876, la société de Borda[12],[13].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason Coupé d'azur et de gueules, à la tour de l'église du lieu brochant (sur la partition) et accompagnée en chef, sur l'azur, à dextre d'un écarteur et à senestre d'une vache landaise , et en pointe, sur le gueules, de deux épis de maïs posés en chevron renversé, tous d'argent, l'écarteur et la vache remplie de sable, sauf les cornes de cette dernière.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1861 Jean-Jacques Laussuy (1821-1870)    
1886 1898 Gaston Laussuy   Notaire
1929 1933 Raoul Saint-Calbre Rad.  
    Émile Bautiaa aucune  
1934 1940 Paul Ducasse Rad.ind.  
1980 1998 André Garbay aucune Marchand de boissons
1998 2014 Claude Lasserre aucune Technicien retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 500 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 597 1 497 1 765 1 920 2 067 2 090 2 115 2 091 2 032
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 036 1 949 2 007 1 922 1 943 1 878 1 889 1 867 1 885
1901 1906 1911 1921 1931 1936 1946 1954 1962
1 898 1 927 1 875 1 696 1 632 1 603 1 516 1 416 1 440
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012 -
1 379 1 375 1 344 1 418 1 448 1 478 1 487 1 500 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie locale est principalement assurée par l'agriculture (céréales dont le maïs, horticulture, vigne) et de l'élevage (avicole et bovin dont les vaches landaises). Dans les arènes couvertes aménagées, le marché au gras est réputé (canards gras et leurs foie gras). Les produits sont vendus aux foires, marchés et aux restaurants. Quelques producteurs pratiquent la vente directe.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Arènes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Arènes de Pomarez.
Vue partielle des arènes couvertes.

Les arènes de Pomarez, d'abord en bois, ont été construites en béton en 1931, sur des plans d'Albert Pomade (1880-1957), qui avait aussi signé ceux des arènes de Dax.

Chaque entrée des arènes portent le nom d'une personnalité du village : la grande entrée de la piste des arènes a été nommée « porte Alain-Laborde » en 2014[16].

Église[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-de-l'Assomption s'est effondrée en 1893.

Monument aux morts[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Georges Monet (1751-1802), général des armées de la République, né dans la commune et décédé à Hinx (Landes).
  • Marcel Forsans (1930-2014), écarteur, né et mort à Pomarez [17],[18].

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Traditions[modifier | modifier le code]

La langue régionale est le gascon chalossais, ou occitan occidental gascon. Le gascon chalossais se distingue par une prononciation dite « landaise », finales féminines en [œ] au lieu de [o] ou [a] ailleurs.

Pomarez s'est intitulée « la Mecque de la course landaise ». La course landaise est une tauromachie non vulnérante pratiquée avec des vaches et sans mise à mort. Les toreros se nomment des écarteurs. L'école taurine de Pomarez est le seul centre de formation à la course landaise.

Événements annuels[modifier | modifier le code]

  • Les fêtes patronales ont lieu initialement durant un long week-end incluant la date du 15 août. Mais pour des raisons d'affluence (ces fêtes avaient lieu en même temps que les célèbres fêtes de Dax, voisines de seulement 20 km), les fêtes de Pomarez ont lieu de nos jours un week-end plus tôt. Mais le principe reste le même : il y a des manifestations taurines, sportives et culturelles ainsi que de nombreux repas organisés par les associations locales.
  • Le festival Art et Courage.
  • La coupe des Landes et la coupe Sud-Ouest de basket-ball, qui accueillent chaque année quelques 3000 spectateurs[19].
  • L'harmonie, simplement appelée Harmonie de Pomarez, organise chaque année une concert de Pâques (dans la salle André-Garbay)[20] et, le premier dimanche de décembre, dans l'église, un concert de la Sainte-Cécile[21],[22].

Associations notables[modifier | modifier le code]

Logo de l'association.

L'Harmonie pomarézienne (originellement appelée Fanfare de Pomarez), crée en 1892 mais dont la première prestation a eu lieu en 1892[23],[24], compte plus de 90 musiciens. Elle finance partiellement, par de nombreux concerts, une école de musique qui forme des musiciens capables de devenir des futurs membres de l'harmonie.

La Société des Amis de l'église de Pomarez, crée en 2012, pour conserver et étudier l'histoire de l'église[25].

Activités sportives[modifier | modifier le code]

L'Union Sportive Pomarezienne, association multisports : judo, tennis, tennis de table, basket-ball (le club Espoir Chalosse, anciennement CEP Chalosse[Note 3]) et rugby à XV (équipe trois fois championne de France en 1989, 2001 et 2012)[26].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. CEP pour « Castelnau entente Pomarez »

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Calcul de la distance de Pomarez à l’aéroport de Pau-Pyrénées », sur viamichelin.fr (consulté le 10 décembre 2014).
  2. « Calcul de la distance de Pomarez à l’aéroport de Biarritz-Bayonne-Anglet », sur viamichelin.fr (consulté le 10 décembre 2014).
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 2 : Formations non-romanes, Librairie Droz, Genève,‎ 1991, 671 p. (lire en ligne).
  4. http://fresques.ina.fr/landes/fiche-media/Landes00552/visite-guidee-de-pomarez.html
  5. Laurent Callegarin, « Le monnayage dit tarusate (sud-ouest de la Gaule) : révisions et perspectives » [PDF], sur mcu.es (consulté le 17 janvier 2015)
  6. « Réexamen des monnaies des Tarusates (moyenne vallée de l'Adour) » [PDF], sur clubdubalen.fr (consulté le 17 janvier 2015)
  7. Jacques Meissonnier, Monnaies & jetons : collection Ernest Bertrand, Dijon, Musée archéologique,‎ 2009, 375 p. (ISBN 978-2-19-151283-8, présentation en ligne)
  8. pièce
  9. pièce
  10. pièce
  11. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/mersri_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=IA40001366
  12. http://www.archeolandes.com/cral/articles.php?pg=art3
  13. http://landesenvrac.blogspot.fr/2010/01/blog-post_6988.html
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012
  16. http://www.sudouest.fr/2014/02/26/un-orfevre-de-la-course-landaise-1473229-3488.php
  17. Jacques de Guénin, Forsans, de Pomarez, Éditions Cairn,‎ janvier 2003 (ISBN 978-2-9097-1820-0)
  18. Bertrand Lucq, « Le coursayre Marcel Forsans au panthéon des classiques », sur Sud Ouest,‎ 2 juillet 2014 (consulté le 17 janvier 2015)
  19. Richard Marquet, « Pomarez/Super Coupe "Sud Ouest" : Le Grand Chelem des clubs landais », sur Sud Ouest,‎ 21 mai 2011 (consulté le 17 janvier 2015)
  20. Gérard Suberchicot */, « 120 ans et pourtant toujours 20 ans ! », sur Sud Ouest,‎ 22 avril 2014 (consulté le 17 janvier 2015)
  21. http://www.sudouest.fr/2013/11/26/tapis-rouge-pour-la-sainte-cecile-1240237-3333.php
  22. Gérard Suberchicot, nie-1763072-3333.php « Un anniversaire d’Harmonie », sur Sud Ouest,‎ 10 décembre 2014 (consulté le 17 janvier 2015)
  23. Gérard Suberchicot, « La fanfare qui rêvait de devenir une harmonie… », sur Sud Ouest,‎ 21 mars 2014 (consulté le 17 janvier 2015) : « La Fanfare de Pomarez fut fondée en 1892 et sa première prestation eut lieu en 1894 sous la direction de Vincent Labeyrie, la présidence étant assurée par Joseph Dussuc. »
  24. Gérard Suberchicot, « L’harmonie pomarézienne fête ses 120 ans », sur Sud Ouest,‎ 11 avril 2014 (consulté le 17 janvier 2015)
  25. Gérard Suberchicot, « Promouvoir le patrimoine », sur Sud Ouest,‎ 13 janvier 2014 (consulté le 17 janvier 2015)
  26. http://www.lerugbynistere.fr/videos/finale-3eme-serie-pomarez-emporte-monclar-quercy-2607121510.php