Symphorien (série télévisée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Symphorien
Titre original Symphorien
Genre Téléroman tragi-comique
Création Marcel Gamache
Acteurs principaux Gilles Latulippe
Juliette Huot
Janine Sutto
Denise Proulx
Fernand Gignac
Pays d'origine Drapeau du Canada Canada
Chaîne d'origine TVA
Nb. de saisons 7
Nb. d'épisodes 269
Durée 26 minutes
Diff. originale

Symphorien est un téléroman humoristique québécois en 269 épisodes[1] de 26 minutes scénarisé par Marcel Gamache et diffusé entre le et le sur le réseau TVA.

En France, la série a été diffusée à partir du sur TF1.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Symphorien Laperle (Gilles Latulippe) est concierge dans la maison de chambre de Mme Sylvain (Juliette Huot) dans un quartier populaire de Montréal.

La série suit les mésaventures de Symphorien et sa famille, et celle des locataires de Mme Sylvain.

Symphorien est un homme calme et raisonnable, contrastant avec ceux qui l'entourent, qui tour à tour, comme au théâtre vaudeville nord-américain (de style music-hall), viennent jouer leur numéro autour de lui. Symphorien est celui qui doit résoudre tous les problèmes des locataires en plus de faire l'entretien de l'immeuble.

Symphorien a 14 enfants avec sa femme Marie-Madeleine (Denise Proulx), qui semble toujours enceinte, et toujours inquiète et émotive.

Les locataires de Mme Sylvain ne s'entendent pas toujours, cette mésentente étant le moteur de la comédie, mais à eux tous ils forment une famille recomposée.

Malgré son apparence de « Monsieur Tout-le-Monde », Symphorien est amateur de bonnes blagues. Le déroulement de l'épisode est toujours suspendu un moment, comme Gilles Latulippe le ferait dans son Théâtre des Variétés entre deux numéros, le temps que Symphorien raconte une histoire drôle à son frère niais Éphrem (Fernand Gignac). Éphrem ne comprendra évidemment pas le punch tout de suite, et plus tard il essaiera toujours de la raconter de nouveau en manquant le punch.

Notons surtout la rivalité (parfois pour des raisons d'amour) entre Mme Sylvain, sa bonne Marie-Ange (Janine Mignolet), et Mlle L'Espérance (Janine Sutto). Plus tard dans la série, Mlle L'Espérance trouvera enfin l'amour de sa vie en la personne de Oscar Bellemare (Jean-Louis Millette), directeur de pompes funèbres.

Production[modifier | modifier le code]

La très grande distribution et le grand nombre de personnages est la marque de la série, mais l'auteur, Marcel Gamache, et Gilles Latulippe ont créé un monde où chacun a son rôle bien étoffé et deviennent des archétypes auquel le téléspectateur s'attache facilement.

Gilles Latulippe s'est entouré de comédiens provenant non seulement du vaudeville, mais aussi du théâtre dit « sérieux ». (C'est une caractéristique des comédiens québécois, qu'on puisse retrouver au même moment au théâtre, dans une comédie sur une chaîne, et dans une dramatique sur une autre). Tous sont bien connus du grand public, ou le deviennent. Bien que la série soit une comédie légère, le texte est soigné, et tous les comédiens s'y donnent à cœur joie.

Le célèbre thème musical d'ouverture de l'émission était une adaptation de la pièce The Charmer (John Pisano) et interprétée par Nick Barbarossa et son orchestre (Polydor, R-U, 1968, vinyl).

Le vitrail de style Art déco autour de la porte d'entrée est la signature visuelle de la série, inspirés par de telles décorations dans les immeubles du boulevard Saint-Joseph dans le Plateau Mont-Royal, ou du quartier Rosemont de Montréal, par exemple.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

et dans divers rôles :

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Un épisode où on voit les personnages dans le futur fut calqué en partie sur un épisode de la sitcom américaine The Mary Tyler Moore Show (en).
  • Le lutteur français André René Roussimoff dit André le Géant a fait plusieurs apparitions à l'émission sous le pseudonyme d'André Ferré, communément appelé le Géant Ferré.
  • Dans une entrevue à l'occasion du 50e anniversaire de TVA en 2011, Janine Sutto a déclaré qu'il arrivait que l'auteur n'avait même pas fini le scénario de l'épisode au moment de son enregistrement, les comédiens l'aidant joyeusement à compléter le tout au moment des répétitions, la journée même.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]