Nicolas Grunitzky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nicolas Grunitzky
Illustration.
Nicolas Grunitzky en 1964.
Fonctions
Président de la République togolaise

(3 ans, 8 mois et 3 jours)
Prédécesseur Sylvanus Olympio
Emmanuel Bodjollé (intérim)
Successeur Gnassingbé Eyadema
Kléber Dadjo (intérim)
Premier ministre du Togo
(république autonome)

(2 ans, 2 mois et 6 jours)
Président René Coty
Prédécesseur Création du poste
Successeur Sylvanus Olympio
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Atakpamé (ancien Togo allemand - actuel Togo)
Date de décès (à 56 ans)
Lieu de décès 13e arrondissement de Paris
Nature du décès Accident de voiture
Nationalité française
togolaise
Parti politique Mouvement populaire togolais
Diplômé de École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l'industrie

Nicolas Grunitzky
Premiers ministres du Togo
Présidents de la République togolaise

Nicolas Grunitzky, né le à Atakpamé et mort le à Paris, est un homme d'État franco-togolais, deuxième président de la République togolaise indépendante du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'un père allemand (d'origine polonaise) et d'une mère togolaise, il suit des études d'ingénieur conducteur de travaux à l'École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l'industrie (ESTP) de Paris, puis intègre l'administration coloniale avant de la quitter pour créer sa propre entreprise. Parallèlement, il est le secrétaire général du Parti togolais du progrès. Élu député en 1951 à l'Assemblée territoriale togolaise, il est Premier ministre de la République autonome du Togo du au [1].

Allié de longue date de la France[2], Nicolas Grunitzky devient le président de la République à la suite d'un coup d'État qui se conclut par l'assassinat du président Sylvanus Olympio, son beau-frère[3]. Ce coup d’État, le premier de toute l'histoire de l'Afrique noire après les indépendances, est organisé par un groupe de soldats dirigé par le sergent Étienne Gnassingbé Eyadema ; c'est ce dernier qui renversera à son tour Nicolas Grunitzky le .

Au pouvoir, Grunitzky s’emploie à resserrer les liens avec la France. Il abandonne le projet de monnaie nationale que portait son prédécesseur pour conserver le Franc CFA et signe les accords de coopération franco-togolais[2].

Après avoir été écarté du pouvoir le 13 janvier 1967, il s'était installé à Abidjan. À la suite d'un accident de voiture survenu dans son nouveau pays d'adoption, Nicolas Grunitzky est transporté à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris où il décède le [4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Assemblée nationale, « Biographie de Nicolas Grunitzky », sur http://www.assemblee-nationale.fr (consulté le ).
  2. a et b Fanny Pigeaud, L'Empire qui ne veut pas mourir: Une histoire de la Françafrique, Seuil, , p. 256
  3. « Article sur la famille Grunitzky » (consulté le ).
  4. « M. Nicolas Grunitzky est décédé à Paris Un homme de conciliation », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )