Agbéyomé Kodjo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Agbéyomé Kodjo
L'ancien PM du Togo, Gabriel Agbeyome Messan KODJO.jpg
Fonction
Premier ministre du Togo
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (65 ans)
Tokpli (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Agbéyomé Kodjo, né le , est un homme d'État togolais, Premier ministre du au . Il est candidat malheureux à l'élection présidentielle togolaise de 2020[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Kodjo est né à Tokpli, dans la préfecture de Yoto, en 1954 ; ses parents étaient Dossou Kodjo et Kédjé Flora Dosseh. Il a étudié en France et a reçu un diplôme en gestion organisationnelle de l'Université de Poitiers en .

De retour au Togo, Kodjo a été directeur commercial de la SONACOM[2] de 1985 à 1988 avant que le président Gnassingbé Eyadéma ne l'ait nommé au gouvernement comme ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Culture le . Il est resté à ce poste jusqu'en , lorsqu'un gouvernement de transition dirigé par le Premier ministre Joseph Kokou Koffigoh a pris ses fonctions. Il a été nommé ministre de l'Administration territoriale et de la Sécurité en , mais Koffigoh l'a limogé, aux côtés d'un autre membre du Rassemblement du peuple togolais (RPT), ministre des Communications et de la Culture, Benjamin Agbéka. Le Kodjo et Agbéka, avec le soutien de Eyadéma, ont refusé de quitter le gouvernement, malgré les protestations et l'intention de Koffigoh de saisir la Cour suprême; Kodjo est resté en poste jusqu'en , date à laquelle il est devenu directeur général du port autonome de Lomé.

Kodjo a été pendant plus de six ans directeur général du port autonome de Lomé. Lors des élections législatives de , il a été élu à l' Assemblée nationale comme candidat du RPT dans la troisième circonscription de la préfecture de Yoto . Il était le seul candidat et avait obtenu 100% des suffrages. Après l'élection, il a été élu président de l'Assemblée nationale en . Après un peu plus d'un an à ce poste, le président Eyadéma a nommé Kodjo Premier ministre le , en remplacement de Eugene Koffi Adoboli après Adoboli a été battu lors d'un vote de censure.

Kodjo a déclaré le que la Constitution devrait être modifiée pour permettre à Eyadéma de briguer un troisième mandat en 2003. Bien que Kodjo ait été largement supposé être le successeur prévu de Eyadéma après sa nomination au poste de Premier ministre, il est entré en conflit avec Eyadéma. Eyadéma l'a démis de ses fonctions de Premier ministre le , apparemment en raison de divergences au sein du RPT. Dans un article publié dans le journal Le Scorpion le , il a critiqué Eyadéma. Il a rapidement quitté le Togo et, début , il a été déclaré recherché par un tribunal pour avoir prétendument déshonoré le président et porté atteinte à l'ordre public. Le , le Comité central du RPT a voté à l'unanimité d'expulser Kodjo du parti, ainsi que l'ancien président de l'Assemblée nationale, Dahuku Péré , pour haute trahison. Il a également été expulsé du prestigieux Ordre du Mono le .

Après avoir quitté le Togo, Kodjo a vécu en exil en France et à partir de là, il a poursuivi ses critiques sur Eyadéma. Le gouvernement togolais a lancé un mandat d'arrêt international à l'encontre de Kodjo à la mi-, l'accusant de corruption et affirmant qu'il avait fui le Togo pour ne pas être poursuivi en justice. Le gouvernement s'est également plaint de la diffusion par Radio France Internationale d'un entretien avec Kodjo en septembre, ce que RFI avait fait malgré les pressions du gouvernement. Il a dénoncé l'amendement visant à supprimer les limites du mandat présidentiel, affirmant que c'était Fambaré Ouattara Natchaba qui avait initialement fait cette proposition publiquement et qu'il l'avait appuyée à l'époque pour des raisons internes au RPT.

À la suite de l' élection présidentielle controversée de , Kodjo a déclaré dans une interview accordée au journal Motion d'information que, contrairement aux résultats officiels, Eyadéma avait effectivement perdu l'élection. Accusant Eyadéma de rester au pouvoir par la violence, Kodjo a déclaré qu'Eyadéma devrait admettre sa défaite et quitter la politique pour résoudre les troubles politiques du pays et prévenir la guerre.

Après le décès d'Eyadéma, il est rentré au Togo le , mais a été rapidement emprisonné pour un détournement de fonds présumé alors qu'il était directeur général du port autonome de Lomé. En , il a formé un nouveau parti, l' Alliance démocratique pour la patrie (connue simplement sous le nom d'Alliance), avec Dahuku Péré.

Il s'est par la suite candidat aux élections au poste de président de la Fédération togolaise de football , mais lors de son congrès extraordinaire du , il s'est classé deuxième derrière Avlessi Adaglo Tata, obtenant 14 voix des délégués contre 24 pour Tata ; il a devancé le fils d'Eyadéma, Rock Gnassingbé, président sortant de la Fédération et a obtenu huit voix.

Kodjo a annoncé début qu'il se porterait candidat au sein d'un nouveau parti, l'Organisation pour bâtir dans l'union solidaire togolaise (OBUTS), à la présidentielle de 2010. Il a officiellement présenté sa candidature le . Bien que la date limite pour la soumission des candidatures soit le , Kodjo a été la première personne à officiellement présenter sa candidature. Après avoir appris qu'il était le premier, Kodjo a déclaré que c'était "un très bon signe" et qu'il serait également "le premier" à être déclaré vainqueur de l'élection.

Il faut noter qu'il est le candidat de la dynamique monseigneur Fanoko kpodzro à l'élection présidentielle du 22 février 2020[3].

Le , Après s’être proclamé « président élu » du Togo, Agbeyomè Kodjo a été arrêté pour n’avoir pas répondu à sa troisième convocation successive devant le Service central de recherches et d’investigations criminelles de la gendarmerie.

Gabriel Agbéyomé Kodjo continue de réclamer sa victoire lors de la présidentielle du .

Selon une source judiciaire de Jeune Afrique, Gabriel Agbéyomé Kodjo a ensuite été conduit dans les locaux des services de renseignements, pour y être interrogé.

Gabriel Agbéyomé Kodjo doit ensuite être auditionné par le procureur de la République, avant que le magistrat ne statue sur un éventuel placement en détention préventive. Celle-ci semble d’ores et déjà acquise, à en croire une source proche du parquet, qui assure qu’« il sera détenu pendant toute la procédure».

L’ancien Premier ministre est poursuivi pour plusieurs chefs d’accusation, notamment ceux d’atteinte à la sûreté intérieure de l’État, d’usage des insignes de l’État, de nominations illégales, de troubles aggravés à l’ordre public ainsi que de dénonciations calomnieuses[4].

Le , « Agbéyomé Kodjo a été libéré et est placé sous contrôle judiciaire, avec des conditions », a déclaré l’un de ses avocats. Selon une note du doyen des juges d’instruction, l’opposant a l'interdiction de quitter le Togo sans autorisation et ne doit pas faire de « déclarations tendant à la remise en cause des résultats de la présidentielle du 22 février 2020 ». Il est également interdit de « tous propos, déclarations, ou attitudes tendant à remettre en cause et à saper l’ordre constitutionnel et institutionnel »[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Présidentielle au Togo : la candidature d’Agbéyomé Kodjo divise l’opposition – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 13 février 2020)
  2. Infoclipper SAS, « SONACOM Togo, Lome », sur info-clipper.com (consulté le 13 février 2020)
  3. « Présidentielle au Togo : Mgr Philippe Kpodzro, l’homme qui veut suspendre le processus électoral – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 14 février 2020)
  4. « Togo : arrestation de l’opposant Agbeyomè Kodjo », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 21 avril 2020)
  5. « Togo : l’opposant Agbéyomé Kodjo libéré sous contrôle judiciaire », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 25 avril 2020)