Strasbourg Illkirch-Graffenstaden Basket

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir SIG.
SIG Strasbourg
Logo du SIG Strasbourg
Généralités
Nom complet Strasbourg Illkirch-Graffenstaden Basket
Surnoms SIG
Noms précédents SIG Basket,
Sportive d'Illkirch-Graffenstaden
Fondation 1928
Statut professionnel SASP depuis 2016
Couleurs          
Salle Rhénus Sport
(6 200 places)
Siège 5 rue de Solignac
67029 Strasbourg
Championnat actuel Pro A
Président Drapeau : France Martial Bellon
(Président du Directoire)
Entraîneur Drapeau : Finlande Henrik Dettmann
Site web sigstrasbourg.fr
Palmarès principal
National[1] Championnat de France (1)
Championnat de 2e division (1)
Leaders Cup (1)
Coupe de France (1)
Match des champions (1)
Championnat Espoirs (1)

Maillots

 
Domicile jersey
Domicile jersey
 
Domicile shorts
 
Domicile
 
Extérieur jersey
Extérieur jersey
 
Extérieur shorts
 
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat de France de basket-ball de Pro A 2016-2017
0

Strasbourg Illkirch-Graffenstaden Basket, plus couramment appelé la SIG, est un club de basket-ball français basé à Strasbourg et issu du rapprochement avec Illkirch-Graffenstaden.

L'équipe masculine accède pour la première fois en 1994 au championnat de Pro A soit le plus haut échelon du championnat français et remporte son premier titre de champion de France en 2005 après une longue période dominée essentiellement par le Limoges CSP et l'Élan béarnais Pau-Orthez .

Le club évolue dans la salle du Rhénus et est présidé depuis 2010 par Martial Bellon.

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

La Sportive Illkirch-Graffenstaden est fondée en 1928 et la section basket-ball en 1929. En 1938, le club accède en Division d’Excellence de la FFBB (actuelle Pro A). Il redescend en 1949, puis remonte en 1961. En 1976, il est champion de France Junior.

Le club alsacien du FC Mulhouse, 7 fois champion de France, ayant disparu de l’élite du basket français en 1960, laisse la place à une nouvelle ère. Deux clubs strasbourgeois, l'AS Strasbourg et la Sportive Illkirch Graffenstaden, animent désormais le basket régional. Mais c'est bien la SIG qui fini par prendre son envol.

La suite de son histoire est faite d'incessantes montées et descentes entre la nationale I et II. La SIG finit par atteindre la Pro A en 1994 et la même année, elle atteint la finale de la Coupe de France face au Limoges CSP, champion d'Europe en titre, où elle s'incline 66 à 83. En 1995, elle participe à la Coupe Korać avant de redescendre en Pro B en 1998 puis de remonter en 1999 avec un titre de Pro B.

Fraichement promue, elle atteint les demi-finales des play-offs en 2000 et fait de même 2001 se qualifiant ainsi en coupe Korać. En 2002, elle joue la Coupe Saporta. Le passage de 16 à 18 clubs pour la saison 2003-2004 évite à la SIG, dernière de Pro A, une relégation en Pro B. Strasbourg se reprend et se classe 7e de Pro A avant d'être éliminé en 1/4 de finale face au futur vainqueur, Pau-Orthez.

Premier titre de Pro A[modifier | modifier le code]

La salle du Rhenus où réside la SIG
Éric Girard mène la SIG à son premier titre de Pro A

En 2005, emmenée par son nouveau coach Éric Girard et des joueurs comme John Mc Cord, Jeff Greer, Afik Nissim et Crawford Palmer, la SIG réalise une belle saison en terminant 3e de Pro A. En play-offs, les Strasbourgeois créent la sensation en éliminant le champion en titre Pau-Orthez en 1/4 et l'ASVEL en 1/2. Strasbourg devient champion de France pour la première fois de son histoire en battant en finale son grand rival Nancy (72-68) et se qualifie pour l'Euroligue.

La saison 2005-2006 voit la SIG réaliser quelques très bonnes performances, notamment en Euroligue avec la victoire contre le Tau Vitoria, l'un des plus grands clubs d'Europe. La SIG achève la saison régulière à la troisième place et se qualifie pour les quarts de finale des playoffs où elle affronte Gravelines qu'elle élimine en 3 matchs. En demi-finale, la SIG rencontre le SLUC Nancy, qu'elle avait battu en finale du championnat précédent mais la SIG est éliminée à l'issue du troisième match entre ces deux équipes. La fin de saison est difficile pour l'équipe strasbourgeoise avec la perte de nombreux éléments moteurs de son effectif tels que Ricardo Greer, Jeff Greer, Crawford Palmer ou encore Aymeric Jeanneau. En 2006-2007, la SIG réalise encore une belle saison régulière avec une 4e place mais est éliminée par l'ASVEL dès les 1/4 de finale des play-offs. Elle réalise un beau parcours en Eurocoupe se qualifiant pour les 1/4 de finale après avoir éliminé le SLUC Nancy. L'aventure s'arrête face à Vilnius.

Des résultats en baisse[modifier | modifier le code]

Pour la saison 2007-2008, la SIG, bien que qualifiée pour la Coupe ULEB, a encore une fois vu son effectif chamboulé, avec notamment le départ de Chuck Eidson vers Vilnius. Elle s'appuie sur les meneurs Eddie Shannon, Gauthier Darrigand et Kevin Houston, les ailiers Elson Mendy et Derrick Obasohan, l'arrière Afik Nissim et les intérieurs Sacha Giffa, Aaron Pettway et Rob Lewin. L'entraîneur Éric Girard ainsi que son adjoint Jérôme Navier sont démis de leurs fonctions le par le président Jérôme Christ à la suite des mauvais résultats du club pendant le mois de mars, après une quatrième défaite de rang en championnat. C'est l'entraîneur Espoirs et ancien joueur du club Olivier Weissler qui reprend l'effectif professionnel jusqu'à la fin de saison avec comme adjoint le préparateur physique Franck Kuhn. Leur mission est de participer aux play-offs du championnat, compte tenu de la mauvaise dynamique actuelle de l'équipe qui est sur le point de ne pas décrocher de qualification pour les phases finales pour la première fois en cinq ans. En 2009, la SIG est éliminée en 1/4 de finale des play-offs par l'ASVEL. Lors des saisons 2009-2010 et 2010-2011, Strasbourg stagne dans le bas du classement.

L'ère Collet, la montée en puissance[modifier | modifier le code]

Coup d'envoi du match Paris-Levallois - SIG le 16 décembre 2011

Après une longue période sans résultats, le nouveau président Martial Bellon souhaite structurer l’ensemble du club afin d'être dans le Top 5 du basket français, à tous les niveaux, dans les trois ans à venir. À partir de la saison 2011-2012, le poste d'entraîneur est confié à Vincent Collet, sélectionneur de l'équipe de France qui a mené les clubs du Mans et de Villeurbanne au titre de Pro A. « Si on veut avoir de l’ambition, il faut prendre des risques » déclare ce dernier qui veut donner la priorité à la jeunesse. De jeunes joueurs talentueux arrivent donc au club, comme Axel Toupane et Kevin Anderson. Souhaitant se relancer après n'avoir pu obtenir de rôle majeur dans une équipe NBA, Alexis Ajinça est également recruté. L'équipe progresse tout au long de l'année et obtient une 10e place, manquant la qualification en play-offs. La direction de la SIG décide néanmoins de prolonger le contrat de Vincent Collet. Le club engage le meneur Louis Campbell et l'arrière Gerald Fitch qui a évolué au Heat de Miami et à Málaga. L'objectif d'atteindre les play-offs de Pro A est annoncé. La saison 2012-2013 est parfaitement maîtrisée avec une 2e place en Pro A. Qualifiée pour la Leaders Cup 2013, la SIG tombe en finale contre Gravelines sur le score de 77-69[2]. Cette défaite met fin à une série de 12 victoires consécutives, toute compétitions confondues[3]. À la fin de la saison, le club élimine successivement Dijon en 1/4 de finale des playoffs et l'ASVEL en 1/2 mais s'incline en finale face à la JSF Nanterre (1-3), qui déjoue tous les pronostics, n'étant alors que l'avant-dernier budget du championnat.

Louis Campbell, joueur emblématique de la SIG

Pour la saison 2013-2014, la SIG signe les américains Kevin Murphy et Tim Abromaitis, ainsi qu'Antoine Diot, Jérémy Leloup et Paul Lacombe. Le budget de la SIG pour cette saison est annoncé à 5,7 millions d'euros. De plus, Aymeric Jeanneau, qui prend sa retraite après être revenu au club pour ses trois dernières saisons, devient membre de l'équipe dirigeante. La SIG se fixe comme objectif sportif d'atteindre les demi-finales des playoffs[4]. Fin décembre 2013, après l'élimination du club de l'Euroligue, Alexis Ajinça, le meilleur scoreur de l'équipe, quitte la SIG pour les Pelicans de La Nouvelle-Orléans en NBA et le contrat de Kevin Murphy est rompu. Dans la foulée, le club signe deux joueurs très expérimentés : Bootsy Thornton[5] puis David Andersen. La SIG termine 1re de Pro A et atteint la finale des play-offs après avoir battu successivement l'Élan sportif chalonnais et le SLUC Nancy. Strasbourg perd cependant ses trois matchs en finale contre le Limoges CSP[6].

Match 3 de la finale des play-offs 2015 entre le Limoges CSP et la SIG

La saison 2014-2015 voit l'arrivée de renforts de premier choix comme Ali Traore, Anthony Dobbins et Tadija Dragićević. Avec une nouvelle fois un effectif très riche en talent, la SIG fait la course en tête de Pro A en s'inclinant seulement à quatre reprises et termine 1re pour la deuxième saison consécutive en distançant très largement Nanterre et Limoges. Le club réalise l'une de ces plus belles saisons en remportant la Leaders Cup 2015 et la Coupe de France 2015 et rêve de remporter son 2e titre de champion de France après 2 échecs successifs. Lors des playoffs la SIG déroule son basket face à Chalon en 1/4 et Le Mans en 1/2 et est donnée favorite pour la finale qui se joue une nouvelle fois face à Limoges. Mais le scénario de la saison passée se reproduit en match 1 où les limougeauds s'imposent sur le fil. Malgré une belle victoire de la SIG en match 2, c'est de nouveau le CSP qui rafle le titre à Beaublanc lors des matchs 3 et 4. La SIG obtient une wild-card pour disputer l'Euroligue 2015-2016.

La saison suivante, SIG réalise encore un gros recrutement avec les signatures de Rodrigue Beaubois et Mardy Collins, deux ex-joueurs de NBA, ainsi que celles de Vladimir Golubović et Kyle Weems. Le club prend enfin sa revanche sur le Limoges CSP en s'adjugeant le Match des champions 2015 sur le score de 86 à 59[7]. En Euroligue, la SIG réussit l'exploit de vaincre le Fenerbahçe (91-70)[8] et les champions d'Europe en titre du Real Madrid (93-86). Les autres résultats ne sont pas suffisants et la SIG est finalement éliminée de l'Euroligue à l'issue de la phase de groupes et reversée en Eurocoupe où elle élimine l'EWE Baskets Oldenburg, BK Nijni Novgorod puis Trento, obtenant pour la première fois de son histoire une place en finale d'une compétition européenne grâce notamment à un tir à trois point de Romain Duport dans les dernières secondes du match retour de la demi-finale[9]. Strasbourg s'incline toutefois en finale face au Galatasaray SK. En championnat de France, la SIG termine à la deuxième place de la saison régulière et dispute une quatrième finale consécutive. Après avoir éliminé sans grande difficulté Pau-Lacq-Orthez puis Le Mans, Strasbourg remporte à domicile les deux premiers match de la finale face à l'ASVEL. Les SIGmen ratent cependant le match 3, perdu 90-69. Lors du match 4, les strasbourgeois mènent au score pendant la majorité de la partie et sont tout près du titre tant espéré mais les villeurbannais inversent la tendance dans les deux dernières minutes pour finalement s'imposer d'un petit point (60-59). Le match décisif, joué au Rhénus, voit l'équipe alsacienne sombrer. Menée de 19 points à l'entame du dernier quart-temps, elle réalise pourtant une incroyable remontée, revenant à un point alors qu'il ne reste qu'un peu plus d'une minute à jouer. Mais l'ASVEL résiste et remporte finalement le titre en s'imposant 80 à 77.[10]. Cette quatrième défaite en finale en autant d'années constitue un véritable échec pour le club et pour Vincent Collet. Envisagée plus tôt dans la saison, la prolongation de son contrat est alors exclue dès le lendemain du match 5 des finales par le président[11]. Peu de temps après, c'est son adjoint Pierre Tavano qui fait savoir qu'il ne prolongera pas à la SIG[12]. Entretemps, un nouvel entraîneur a été nommé en la personne d'Henrik Dettmann qui est également le coach de l'équipe nationale finlandaise[13].

Palmarès et résultats[modifier | modifier le code]

L'équipe de la SIG en 2007
L'équipe de la SIG en 2015
Palmarès
Compétitions nationales Compétitions internationales Compétitions Espoirs
Bilan par saison
Saison Championnat de France Coupe de France Semaine des As/Leaders Cup[14] Match des champions[15] Compétition européenne
Saison régulière Playoffs
1997-1998 Pro A, 16/16 Non qualifié ? - -  ?
1998-1999 Pro B, 1/20 - Finaliste - -  ?
1999-2000 Pro A, 5/16 1/2 f. ? - -  ?
2000-2001 Pro A, 4/16 1/2 f. ? - -  ?
2001-2002 Pro A, 9/16 Non qualifié ? - -  ?
2002-2003 Pro A, 16/16 Non qualifié ? Non qualifié -  ?
2003-2004 Pro A, 7/18 1/4 f. ? Non qualifié -  ?
2004-2005 Pro A, 3/18 Vainqueur ? 1/4 f. - FIBA Europe League, 1er tour
2005-2006 Pro A, 3/18 1/2 f. ? 1/4 f. Finaliste Euroligue, 1er tour
2006-2007 Pro A, 4/18 1/4 f. 1/8 f. 1/4 f. Non qualifié Coupe ULEB, 1/4 f.
2007-2008 Pro A, 12/16 Non qualifié 1/8 f. Non qualifié Non qualifié Coupe ULEB, 1er tour
2008-2009 Pro A, 8/16 1/4 f. 1/2 f. 1/4 f. Non qualifié Non qualifié
2009-2010 Pro A, 14/16 Non qualifié 1/8 f. Non qualifié Non qualifié EuroChallenge, phase régulière
2010-2011 Pro A, 11/16 Non qualifié 1/16 f. Non qualifié Non qualifié Non qualifié
2011-2012 Pro A, 10/16 Non qualifié 1/8 f. Non qualifié Non qualifié Non qualifié
2012-2013 Pro A, 2/16 Finaliste 1/4 f. Finaliste Non qualifié Non qualifié
2013-2014 Pro A, 1/16 Finaliste 1/16 f. 1/2 f. Non qualifié Euroligue, saison régulière
EuroCoupe, top 32
2014-2015 Pro A, 1/18 Finaliste Vainqueur Vainqueur Non qualifié Euroligue, tournoi préliminaire
EuroCoupe, top 32
2015-2016 Pro A, 2/18 Finaliste 1/16 f. 1/2 f. Vainqueur Euroligue, saison régulière
EuroCoupe, finaliste

VainqueurFinalistePromuRelégué

Personnalités historiques du club[modifier | modifier le code]

Entraîneurs marquants[modifier | modifier le code]

En 1994 Christian Monschau, qui dirige le club depuis 1992, mène la SIG en Pro A et en finale de la Coupe de France. Sous sa direction, le club connait sa première participation en Coupe Korać. Arrivé en 2004, le technicien Éric Girard réalise un recrutement exceptionnel et offre à la SIG son premier titre de champion de France. Il mène également le club à de bonnes performances en Euroligue et en EuroCoupe. Il est élu entraîneur de l'année 2004-2005. Après une période disette, Vincent Collet arrive en 2012 pour relancer le club. Le sélectionneur de l'équipe de France impose sa vision du jeu et fait monter le niveau de l'équipe avec laquelle il dispute quatre finales de Pro A successives entre 2013 et 2016. Il remporte également la Coupe de France 2015, la Leaders Cup 2015 et le Match des champions 2015. Il est élu meilleur entraîneur de Pro A 2015 et est courtisé par le prestigieux Olympiakós. Mais il décline l'offre et choisi de rester à la SIG un an supplémentaire. Il amène de plus l'équipe jusqu'en finale de l'EuroCoupe 2016, première finale européenne de l'histoire du club.

Entraîneurs successifs[modifier | modifier le code]

Les meilleurs joueurs de l'histoire du club[modifier | modifier le code]

Quelques effectifs passés[modifier | modifier le code]

Encadrement et effectif actuel[modifier | modifier le code]

Encadrement (management, technique, médical)[modifier | modifier le code]

  • Le Directoire de la SIG est composé de Martial Bellon (Président), Christian Grasset, Nicolas Moncade, Raymond Schweitzer et Dominique Wendling.
  • Jérôme Rosenstiehl : Manager Délégué Opérations
  • Aymeric Jeanneau : Manager Délégué Développement
  • Henrik Dettmann : Entraîneur
  • Olivier Weissler : Directeur du centre de formation
  • Lauriane Dolt : Entraîneur des Espoirs
  • Dr Nicolas Moncade : Président de la commission médicale
  • Dr Nicolas Sarbacher : Médecin de l'équipe
  • François Steimer : Podologue
  • Louis Feuillas : Kinésithérapeute de l'équipe pro et du centre de formation
  • Terrick Nérome : Coordinateur sportif et préparateur physique

Effectif professionnel actuel[modifier | modifier le code]

SIG Basket - Effectif professionnel
Joueurs Entraîneurs
P. # Nat. Nom Taille Âge
2/1 6 Drapeau : France Paul Lacombe 1,95 26
2 8 Drapeau : Pologne A. J. Slaughter 1,91 29
3/4 9 Drapeau : France Jérémy Leloup Capitaine 2,02 29
2/3 10 Drapeau : France Pape Sy 2,01 28
1 11 Drapeau : États-Unis Erving Walker 1,73 26
5 14 Drapeau : France Mouhammadou Jaiteh 2,08 21
4 16 Drapeau : France Olivier Cortale (E) 2,07 19
1 22 Drapeau : France Frank Ntilikina (E) 1,93 17
4 33 Drapeau : Finlande Erik Murphy 2,08 25
4 54 Drapeau : États-Unis Matt Howard 2,03 27
Entraîneur
Assistants

Légende 
  • P. : Poste
  • # : Numéro de maillot
  • Nat. : Nationalité
  • Capitaine : Capitaine
  • Blessure : joueur blessé actuellement
  • (E) : Espoir (centre de formation)

Image et identité[modifier | modifier le code]

Couleurs de maillot[modifier | modifier le code]

La couleur principale du maillot à domicile est le blanc. À l'extérieur, c'est le rouge.

Les rivalités[modifier | modifier le code]

Le derby de l'Est est une rencontre opposant la SIG et le SLUC Nancy.

Durant les luttes héroïques des années 1990 pour la montée en Pro A, les derbys entre Nancy et la SIG suscitent bien des émotions. C'est un classique du basket français.

Depuis, le derby a pris une toute autre allure puisque la SIG et le SLUC s'affrontent régulièrement lors de matchs de haut de tableau en Pro A. Strasbourg a d'ailleurs remporté son premier titre de champion de France face à Nancy. Les deux club se sont rencontré plusieurs fois en coupe de France et en play-offs, avec entre autres l’épique confrontation de la demi-finale des play-offs 2014 qui s'est conclu par une victoire strasbourgeoise en 5 manches. Lors de la Coupe ULEB 2007, la SIG élimine Nancy en 1/8e de finale.

La progression des deux clubs est assez liée. La SIG remporte son premier championnat de France en 2005, le SLUC l'emporte à son tour pour la première fois en 2008. La SIG joue sa première finale de Coupe de France en 1994, le SLUC joue la sienne en 1997. De même, les deux clubs ont aussi connu tour à tour une série malheureuse de 3 finales perdues en Pro A (2005 (contre Strasbourg), 2006 et 2007 pour Nancy et 2013, 2014 et 2015 pour Strasbourg, dont la série est désormais de 4 finales perdues avec celle de 2016).

Supporters, ambiance[modifier | modifier le code]

Le kop de supporters "La Wantzenau" tente par tous les moyens de réveiller un public jugé un peu trop sage à son goût[réf. nécessaire]. La ola fait plusieurs fois le tour de la salle pendant les matchs de la SIG.

L'équipe peut compter sur leur mascotte Sig Oh, une cigogne, le symbole de l'Alsace. Elle porte le numéro 67 sur son maillot, ce qui correspond au numéro de département du Bas-Rhin.

Communément, les joueurs sont appelés les SIGmen et leurs supporters la SIG Army ou l'Armée Rouge en référence aux couleurs du club.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Salle[modifier | modifier le code]

La salle de la SIG est le Rhénus, d'une capacité de 6 200 places. Un projet d'Arena qui pourrait accueillir jusqu'à 10 000 personnes est actuellement à l'étude[16].

Centre de formation et équipe Espoirs[modifier | modifier le code]

La SIG a de tout temps mis l'accent sur la formation. De nombreux joueurs sont passés dans les rangs de ses équipes de jeunes. Parmi les plus connus se trouvent les frères Haquet (Daniel et Patrick), Hugues Occansey, Gregor Beugnot ou encore Jérôme Schmitt. Le Centre de formation de la SIG regroupe une équipe Espoirs et une équipe Cadets. En 2015, l'équipe Espoirs remporte le titre de champion de France des centres de formation.

L'effectif actuel de l'équipe des Espoirs est le suivant :

SIG Basket - Effectif Espoirs
Joueurs Entraîneurs
P. # Nat. Nom Taille Âge
1 4 Drapeau : France Louis Rucklin 1,81 16
1 5 Drapeau : France Frank Ntilikina 1,93 17
1 6 Drapeau : France Antoine Marx 1,82 16
4/5 8 Drapeau : France Olivier Cortale 2,07 18
3 9 Drapeau : France Samuel Eber 1,98 18
2 11 Drapeau : France David Ekembe 1,92 18
3 12 Drapeau : France Maxime Abah 1,93 16
4 13 Drapeau : France Marc Kwedi 1,99 18
5 14 Drapeau : France Quentin Goulmy 2,06 17
5 15 Drapeau : France Xavier Flick 1,98 17
Entraîneur

Légende 
  • P. : Poste
  • # : Numéro de maillot
  • Nat. : Nationalité
  • Capitaine : Capitaine
  • Blessure : joueur blessé actuellement

Aspects économiques[modifier | modifier le code]

Budgets[modifier | modifier le code]

Présentation des budgets de la SIG depuis la saison 2012-2013.

Saison Budget
2012/2013 5,7 millions d'euros [17]
2013/2014 6,5 millions d'euros [18]
2014/2015 5,9 millions d'euros [19]
2015/2016 6,2 millions d'euros [20]

Sponsoring[modifier | modifier le code]

Le sponsor affiché sur les maillots à domicile en championnat est Suez et Stradim pour les coupes d'Europe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. La finale de la Leaders Cup revient à Gravelines 77-69
  3. Strasbourg, c'est du solide
  4. Jean-Claude Frey, « La saison est lancée ! », SIG,‎
  5. (en) « STRASBOURG bolsters lineup with veteran Thornton », Euroligue,‎
  6. « Limoges Champion! », L'Equipe (consulté le 5 juin 2014)
  7. http://www.lequipe.fr/Basket/Actualites/Strasbourg-etouffe-limoges-86-59/594558
  8. http://www.lequipe.fr/Basket/Actualites/Euroligue-2e-journee-strasbourg-balaye-fenerbahce-91-70/601526
  9. http://www.eurosport.fr/basketball/eurocup/2015-2016/trente-strasbourg-la-sig-renverse-la-vapeur-pour-aller-en-finale-78-86_sto5424696/story.shtml
  10. http://www.lequipe.fr/Basket/Actualites/L-asvel-prive-encore-strasbourg-du-titre-de-champion/694910
  11. « Vincent Collet et Strasbourg, c'est fini », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 29 juin 2016)
  12. « Pierre Tavano quitte la SIG Strasbourg », sur sigstrasbourg.fr,‎ (consulté le 29 juin 2016)
  13. « Henrik Dettmann s'engage avec la SIG Strasbourg », sur sigstrasbourg.fr,‎ (consulté le 29 juin 2016)
  14. La compétition, disputée de 1988 à 1993 en tant que Tournois des As, réapparait en 2003 sous le nom de Semaine des As puis est rebaptisée Leaders Cup en 2013.
  15. Depuis 2005, le Match des champions oppose en début de saison le champion de France au vainqueur de la Coupe de France de la saison précédente.
  16. « Un projet de Rhénus plus grand via la privatisation », sur sigstrasbourg.fr,‎ (consulté le 30 juin 2016)
  17. http://sigbasket.fr/2013/10/les-dessous-leuroligue/
  18. http://sigbasket.fr/2015/06/la-sig-se-penche-sur-son-avenir/
  19. http://www.lequipe.fr/Basket/Actualites/Asvel-plus-gros-budget/501804
  20. http://sigstrasbourg.fr/2015/08/la-sig-veut-progresser-encore-et-toujours/

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :