Frédéric Forte (basket-ball)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frédéric Forte et Forte.

Frédéric Forte
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance
Caen
Date de décès (à 47 ans)
Lieu de décès Limoges
Taille 1,92 m (6 4)
Surnom “The Brain” (Le cerveau)
Situation en club
Numéro 4
Poste Meneur
Carrière universitaire ou amateur
1985-1986 Centre fédéral
Carrière professionnelle *
SaisonClubMoy. pts
1986-1988
1988-1989
1989-1991
1991-1997
1997-1998
1998-1999
1999-2003
2003-2004
2004-2005
Caen
Limoges
BCM Gravelines
Limoges
PSG-Racing
Iraklis Salonique
Strasbourg
Air Scandone Avelino
Eurodia Scafati
Sélection en équipe nationale **
1987-1999Drapeau : France France (75 sél)322
Carrière d’entraîneur
2006-2008 Limoges CSP Élite

* Points marqués dans chaque club dans le cadre de la saison régulière du championnat national.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Frédéric Forte[1], né le à Caen (Calvados) et mort le [2] à Limoges (Haute-Vienne), est un joueur et un entraîneur français de basket-ball. Il est de 2004 à 2017 le président du Limoges CSP, club dont il a été également joueur et entraineur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Après un premier passage difficile au CSP Limoges lors de la saison 1988-1989, Frédéric Forte décide d’aller s’aguerrir au BCM Gravelines. C’est durant les deux saisons (1989-1990 et 1990-1991) passées à Gravelines, que son talent éclate au grand jour, où sa science et sa vision du jeu le propulsent rapidement parmi les meilleurs meneurs français. Cette période sera marquée par quelques exploits individuels et collectifs, ainsi que par une expérience européenne enrichissante.

En 1991, il est rappelé au CSP Limoges, qu’il quittera après la saison 1996-1997. Ce retour en terre limougeaude marque le commencement de sa carrière de star. Dès la première année, il participe à l’Open Mcdonald’s, où il a l’honneur de défendre contre l’un des plus grands mythes du basket mondial, Magic Johnson des Lakers de Los Angeles.

Lors de la saison 1992-1993, il entre dans l’histoire du sport français. Sous la houlette de Božidar Maljković, le CSP remporte la finale du Final Four du Championnat d’Europe des Clubs 1993 face au favori le Benetton Trévise en interceptant le tir de Toni Kukoč, futur partenaire de Michael Jordan aux Bulls de Chicago, alors que CSP mène 57 à 55[3]. Le club remporte ensuite 7e titre de Champion de France Pro A en n'ayant perdu qu’un match lors de la saison régulière.

La suite de sa carrière limougeaude sera marquée par un nouveau titre de Champion de France Pro A en 1994, ainsi que par deux Coupe Robert Busnel (1994 et 1995).

En 1997, alors qu’il est le meneur incontesté de l’Équipe de France, il est remercié par les nouveaux dirigeants du CSP Limoges. La même année, il rejoint le Paris Basket Racing, où il effectue une saison honorable.

En 1998, il signe pour une saison à l'Irakleio B.C. en Grèce, avant de revenir en France au Strasbourg pour quatre saisons de 1999 à 2003. Ce passage en Alsace sera marqué par des statistiques remarquables et une évolution dans son jeu. Il passera progressivement du poste de meneur au poste d’arrière.

Lors de la saison 2003-2004, il évoluera en Italie au SS Felice Scandone, puis signera, pour la saison 2004-2005, au Scafati Basket où il finit sa carrière de joueur.

Le 2 juillet 2006, à Limoges, dans le Palais des sports de Beaublanc, il met un terme définitif à sa carrière de joueur en fêtant son jubilé. Ce jour-là, il revêtit une derrière fois la tunique or et grenat du CSP pour rejouer la finale du Championnat d’Europe des Clubs de 1993, lors d’un match de gala.

Entraîneur et président[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.


En 2004, il met un terme à sa carrière de joueur pour reprendre le Limoges CSP, rétrogradé administrativement en Nationale 1. En créant une nouvelle structure le Limoges CSP Élite, il ramène le club dans l'élite, cumulant même un temps les fonctions de président et coach en 2010 puis en 2012. Le CSP remporte de nouveau le titre national en 2014 et 2015[3].

En 2014, un conflit oppose la section professionnelle du Limoges CSP présidée par Frédéric Forte et l'association présidée par André Sardain. Les deux parties s'opposent sur le montant de la subvention que le club professionnel verse à la section amateur dans le cadre de la convention qui les unit. La somme demandée par André Sardain à Frédéric Forte est supérieure de 50 000  à celle versée ces dernières années. La conciliation entre les deux parties avec le Maire de Limoges, Émile-Roger Lombertie n'a pas abouti. « Nous sommes obligés de trouver une solution dans l'intérêt du basket à Limoges », a affirmé André Sardain affaire devrait s'apaiser. Strasbourg rencontre le Limoges CSP en finale de la Pro A 2014-2015 Le coach de Strasbourg Illkirch-Graffenstaden Basket et actuel sélectionneur français, Vincent Collet, a refusé de serrer la main du président du CSP Limoges, Frédéric Forte, à la fin du troisième match des finales de Pro A jeudi (victoire de Limoges 71-59). Une image saisie par les caméras de Canal+ Sport. Vincent Collet a expliqué après le match qu'il n’avait pas apprécié que Fred Forte dise de l’équipe de Strasbourg qu’elle jouait “un basket de rue”. Cette phrase aurait été prononcée par le président limougeaud à la radio sur France Bleu Limousin, le 15 juin, dans l’émission Bleu Blanc Vert[réf. nécessaire].

« Cette équipe de Strasbourg qui est toujours annoncée à juste titre comme l’équipe qui joue le mieux au basket en France, a montré aussi ses limites quand elle ne jouait qu’un basket propre et léché, ils l’ont compris sur le match 2 où ils n’ont pas voulu faire un match de basket mais un match un petit peu de rue et je ne critique pas, ça fait aussi partie du jeu ».

Il décède à son domicile le soir du , à l’âge de 47 ans[3] d'une crise cardiaque[4] .

Les obsèques de Frédéric Forte ont lieu le 9 janvier 2018, à Caen, suivies de l'incinération dans la stricte intimité.

Clubs successifs[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Président[modifier | modifier le code]

Équipe nationale[modifier | modifier le code]

  • International français (75 sélections), il a participé au Championnat d Europe en 1991 (Italie), 1993 (Allemagne) et 1995 (Grèce).
  • Bronze MedGames.svg Médaille de bronze aux Jeux méditerranéens de 1993 à Agde.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Titre européen[modifier | modifier le code]

  • 1 titre de Champion d'Europe (actuelle Euroligue) avec le CSP Limoges : 1993

Titres français[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Forte est d’origine italienne, ce qui explique l’orthographe de son patronyme, écrit sans accent mais se prononçant "Forté".
  2. « Mort de Frédéric Forte, ancien joueur et président de Limoges », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne)
  3. a b et c Gabriel Pantel-Jouve, « FRÉDÉRIC FORTE NOUS A QUITTÉ », bebasket.fr, (consulté le 1er janvier 2018)
  4. Cyril Camacho, « Le président de Limoges Frédéric Forte est décédé d’une crise cardiaque », basketeurope.com, (consulté le 1er janvier 2018)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]