Steak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Steak cru (ici, un rumsteck).

Les termes steak (de l'anglais steak, « tranche de viande à griller ») et bifteck (de l'anglais beef steak, « tranche de bœuf à griller ») désignent toute tranche de viande rouge, le plus souvent de viande bovine, destinée à la consommation humaine. Les termes « steak » et « bifteck » désignent surtout, et d'une manière générale, une tranche de viande rouge à griller ou frire et pas une partie précise de la viande d'un animal. L'entrecôte, le faux-filet et le rumsteck, par exemple, sont des découpes concrètes et distinctes du bœuf, mais chacun de ces morceaux peut indistinctement être appelé un « steak » ou « bifteck ».

Par extension, le terme « steak » peut également désigner une tranche de volaille, de poisson ou de simili-viande, par exemple : « steak de dinde » « steak d'espadon », « steak de soja », « steak de pois chiche » ou simplement « steak végétal ».

À compter du , en France, l'étiquetage d'un aliment comme « steak » est réservé aux produits d'origine animale.

Produits[modifier | modifier le code]

Produits carnés[modifier | modifier le code]

Un steak bien cuit.
Steaks sur le gril.

L'immense majorité de biftecks consommés dans le monde sont des découpes de boucherie de viande bovine (bœuf, vache et veau), mais en une moindre proportion d'autres viandes sont aussi consommées sous forme de steak, comme le cheval ou les viandes de venaison (le mouflon, le cerf, le bison, le renne ou caribou, l'élan ou orignal, le chevreuil, etc.). Les viandes de porc, de mouton et d'agneau peuvent aussi être découpées en forme de steak, mais les découpes de boucherie qui en résultent ne reçoivent pas le nom de steaks (il est d'usage de parler dans ce cas de tranches de gigot d'agneau, de côtes de porc, etc.).

Morceaux à bifteck (en gras) :
1. Basses côtes. 2. Côtes, entrecôtes. 3. Faux-filet. 4. Filet. 5. Rumsteck. 6. Rond de gîte. 7. Tende de tranche, poire, merlan. 8. Gîte à la noix. 9. Araignée. 10. Plat de tranche, rond de tranche, mouvant. 11. Bavette. 12. Hampe. 13. Onglet. 14. Aiguillette baronne. 15. Bavette de flanchet. 16. Plat de côtes. 17. Macreuse à bifteck. 18. Paleron. 19. Jumeau à bifteck. 20. Jumeau à pot-au-feu. 21. Macreuse à pot-au-feu. 22. Queue. 23. Gîte. 24. Flanchet. 25. Tendron, milieu de poitrine. 26. Gros bout de poitrine. 27. Collier. 28. Plat de joue. 29. Langue.

Les steaks hachés sont plus susceptibles d'être contaminés par la listeria[1],[2].

Le mode de cuisson des steaks exclut le plus souvent l'utilisation des matières grasses (comme c'est le cas des steaks cuits sur le gril, à la plancha, en grillade, en pierrade ou au barbecue), mais on utilise parfois des matières grasses en friture (l'huile ou le beurre). On parle aussi parfois de « steak » pour des tranches de chair de thon[3], d'espadon[4] ou de saumon dont le mode de cuisson est similaire. On trouve également le terme de steak pour des produits d'origine végétale[5],[6].

En France, les morceaux de découpe de boucherie les plus utilisés pour la préparation de steaks sont les suivants (liste non exhaustive) :

On distingue, pour la cuisson, les stades Bleu (B), Saignant (Sgn), À point (Ap), Bien cuit (Bc)[7].

Autres produits[modifier | modifier le code]

On parle aussi parfois de « steak » pour des tranches de chair de thon[3], d'espadon[4] ou de saumon dont le mode de cuisson est similaire. On trouve également le terme de steak pour des produits d'origine végétale[5],[6].

Enjeux économiques[modifier | modifier le code]

Les syndicats de la filière viande en France, notamment Interbev et Inaporc ont fortement soutenu la proposition de loi relative à la transparence de l'information sur les produits alimentaires adoptée en mai 2020[8]. Celle-ci interdit l'utilisation commerciale de termes relatifs à la viande, dont celui de steak, pour désigner des produits végétaux. Cette interdiction, complétée par un décret en juin 2022[9], et qui prend effet en octobre 2022, intervient dans un contexte de très forte croissance de produits d'origine végétale[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Xavier Ducarme, « La listeria omniprésente dans la viande hachée », La Libre, (consulté le ).
  2. « Listeria : rappel de charcuteries italiennes vendue par Carrefour », Le Parisien, (consulté le ).
  3. a et b Edouard Patern, « Recettes de Noël. Mi-cuit de thon, Saint-Jacques snackées et crème de foie gras », La Manche libre, (consulté le ).
  4. a et b Lucia Pantaleoni, « Espadon aux raisins et aux pignons », Marie Claire (consulté le ).
  5. a et b Par Elsa Mari et Lea Sabourin Le 22 octobre 2016 à 07h00, « Steaks de soja : le boucher a testé pour vous... », sur leparisien.fr, (consulté le )
  6. a et b « SAVOIE. A Chambéry, le restaurant Ô Pervenches relève le défi d'un menu 100 % vegan », sur www.ledauphine.com (consulté le )
  7. Odile Plichon, « Le cuisinier d’un restaurant peut-il refuser de cuire une viande rouge à point ? », Le Parisien, (consulté le ).
  8. Benjamin Douriez, « Obliger les « steaks végétaux » à changer de nom ? Le faux argument de la transparence », sur Mediapart (consulté le )
  9. « Les produits végétaux ne pourront plus être étiquetés avec des noms liés à la viande », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. Kévin Dufreche, « Pourquoi ne pourra-t-on bientôt plus parler de « steak végétal » ? », France Inter, (consulté le ).

Articles connexes[modifier | modifier le code]