Société des charbonnages du Gouffre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vue générale de Châtelet.

La société des Charbonnages du Gouffre est l'une des principales compagnies minières de la province de Hainaut en Belgique. La houille est exploitée à partir du XVe siècle, une compagnie minière est créée en 1778, elle creuse dix puits entre 1827 et 1916, l'exploitation cesse en 1969.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les charbonnages du Gouffre sont situés sur la ville de Châtelet (Belgique), située en Région wallonne dans la province de Hainaut.

Histoire[modifier | modifier le code]

La houille est reconnue à Châtelineau au XVe siècle, deux veines sont exploitées en 1611. En 1775, seize entreprises sont recensées pour les droits d'exploitation par le duc d'Aremberg[1].

Une société est constituée le . Elle absorbe toutes les autres entreprises[2]. Le est créée la SA des hauts-fourneaux, usines et charbonnages de Châtelineau. Prévue pour demeurer une trentaine d'années ; elle est renouvelée le puis fusionne avec la SA des hauts-fourneaux, usines et charbonnages de Macinelle le avant de redevenir autonome le [3]. La compagnie creuse dix puits entre 1827 et 1916. La production atteint 333 000 tonnes au cours de l'année 1929 avec 1 458 ouvriers. En 1949[4], la compagnie rachète les charbonnages de Carabinier qui exploitent deux sièges d'extraction : le puits no 2 à Pont-de-Loup et le puits no 3 à Châtelet. En 1956, la production atteint 480 000 tonnes avec 1 723 ouvriers.

Le puits no 7 est le dernier puits en activité dans la concession, il ferme le [3].

Liste des charbonnages[modifier | modifier le code]

Le siège no 10 en 2013.

Liste des différents charbonnages appartenant à la compagnie[3]:

  • puits no 1, dit Sainte-Thérèse, ouvert en 1827 ;
  • puits no 2, dit Sainte-Barbe, ouvert en 1833 ;
  • puits no 3, ouvert en 1834 ;
  • puits no 4, dit Sainte-Victoire, ouvert en 1837 ;
  • puits no 5, ouvert en 1845 ;
  • puits no 6, ouvert en 1846 ;
  • puits no 7, ouvert en 1848 ;
  • puits no 8, ouvert en 1867 ;
  • puits no 9, ouvert en 1903 ;
  • puits no 10, ouvert en 1916.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Detillieu 1994, p. 12
  2. Gérard Detillieu 1994, p. 12-13
  3. a b et c Gérard Detillieu 1994, p. 13
  4. Janine Detaille-Rocroix, « Le carabinier français », A.G.A.B.Minibul,‎ , p. 7

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Gérard Detillieu, Il était une fois, le pays noir, Gérard Detillieu, (ISBN 2-9600073-0-1).