Henri De Gorge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Henri De Gorge
Statue Henri de Gorge-détail.jpg
Henri De Gorge par Egide Mélot (1855)
Fonction
Sénateur
Biographie
Naissance
Décès
(à 58 ans)
Mons
Nom de naissance
Henri-Joseph Degorge
Nationalité
française (de naissance)
belge (naturalisé en 1831)
Activité

Henri De Gorge (1774-1832), était un industriel français propriétaire d'un charbonnage dans le Borinage en Belgique. Il est connu notamment pour la conception du site industriel du Grand-Hornu qu'il traita, sur un mode paternaliste et utopiste, en « cité modèle ». Le site disposait des avancées technologiques installées dans un ensemble architecturale structuré au style néo-classique.

Il est élu sénateur en 1831, après avoir été naturalisé belge la même année.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri-Joseph Degorge est né le 12 février 1774 à Orsinval[1], village du Hainaut français dépendant de la paroisse de Villers-Pol dans l'arrondissement d'Avesnes[2], il est le premier enfant d'un couple de paysans propriétaires de terres agricoles. Son père Philippe François Degorge (né en 1747) était un fermier lorsqu'il épousa Marie-Joseph de Haynin (née en 1741) le 4 octobre 1768[3]. Ses parents ont les moyens de l'envoyer faire des études au petit collège séculier du Quesnoy puis au collège oratorien de Bavay[4].

La période troublée de la Révolution française et la menace autrichienne ont une incidence sur le jeune Henri Degorge, qui est enrôlé dans une compagnie de canonniers volontaires où il ne fait qu'un bref passage avant de devenir l'un des secrétaires d'un commissaire des guerres[5]. À 17 ans, il est attaché au service des vivres de l'intendance générale de l'armée du Nord. Après la reprise de Valenciennes en août 1794, il aurait été chargé de faire l'inventaire des vivres disponibles dans la ville[6].

À 21 ans, le 18 octobre 1795, Henri épouse Marie-Thérèse Jean. Le jeune couple va trouver à se loger chez la mère de la mariée, Marie Marguerite Bassuïau, qui est veuve. Degorge qui exerce la profession d'« aide garde magasin des approvisionnements extraordinaires de la place », ne possède apparemment pas de biens. Le contrat de mariage précise cependant que son père lui garantit une part égale à celle des autres membres de sa fratrie dans ses droits à la succession familiale. Cette union, qui ne donne pas d'enfant, ne dure qu'à peine plus d'un d'an, la jeune épouse décède à « la fin de l'hiver 1796-1797 ». Quelques années plus tard, il travaille toujours dans les services des armées, mais il s'est déplacé à Lille où il exerce la profession de « garde magasin des chauffages militaires ». Le 17 août 1800, il est propriétaire de terres agricoles et dispose d'une fortune évaluée à 13 833 livres, lorsqu'il épouse Eugénie-Désirée Legrand, fille de Charles-Henri Legrand, important négociant de la ville[7].

En 1810 il reprend une concession minière à Hornu dans le Borinage, le charbonnage du Grand-Hornu[8]. Il va la rendre rentable du fait de l'utilisation de techniques modernes[9]. Il conçoit un ensemble architectural, sorte de cité modèle reconnue dès son époque[10], avec les bâtiments industriels et une cité ouvrière de 450 maisons[11].

Henri De Gorge est également un pionnier des chemins de fer industriels. Dès 1822 il fait installer des « ornières en fonte », dans des galeries de ses mines, pour faciliter la remontée du minerai. Toujours préoccupé d'améliorer le transport de la houille, il fait dans un premier temps paver le chemin du site minier au canal de Mons à Condé avant d'ouvrir en mai 1830 un chemin de fer hippomobile de 1 800 mètres, qui permet notamment de diminuer le nombre de chevaux utilisés et fut le premier chemin de fer de Belgique[12]. Il disparaît en 1951 au profit d'un transporteur aérien[12].

Les nombreux charretiers privés de travail par la construction du chemin de fer générèrent une révolte qui éclata, dans le climat instable qui suivit la révolution belge. Cette révolte commença en octobre et toucha d'abord les marchands de grain, dont les maisons furent pillées puis, le 20 octobre, des émeutiers, parmi lesquels de nombreux ouvriers de la région, s'en prirent aux installations du Grand-Hornu, détruisirent le chemin de fer et mirent à sac la maison d'Henri De Gorge qui aurait trouvé refuge dans le pigeonnier de la demeure[12].

Ayant pris la nationalité belge, par naturalisation[13], il est élu sénateur lors des élections générales du 29 août 1831[14].

Sa disparition est subite : le soir du 22 août 1832, il ressent les premiers effets du choléra qui sévit dans la région et il meurt à Mons le 24 août 1832[15].

En 1854, la statue d'Henri de Gorge est installée dans la cour centrale. En 1927, un mausolée y est aménagé sous la forme d'une crypte pour abriter son tombeau et ceux d'une vingtaine de membres de sa famille.

Le charbonnage du Grand-Hornu resta en activité jusqu'en 1954, le site a depuis été restauré et est devenu un musée d'art et un espace d'exposition. Les bâtiments construits à l'époque d'Henri de Gorge (le charbonnage et la cité ouvrière) ont été classés au Patrimoine culturel immobilier classé de la Wallonie et, depuis 2012, au patrimoine mondial de l'UNESCO[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Stéphany, La Belgique en cent coups d'œil, Lannoo Uitgeverij, 2006 (ISBN 9782873864453), p. 169 lire (consulté le 26 mai 2012).
  2. Adrien-Joseph Michaux, Notice historique sur les circonscriptions ecclésiastiques: anciennes et modernes, du diocèse de Cambrai, et spécialement sur celles de ses divisions et subdivisions qui se rapportent au territoire actuel de l'arrondissement d'Avesnes, 1867 p. 360 intégral (consulté le 27 mai 2012).
  3. Contrat de mariage : AD Lille J 549-169
  4. Hubert Watelet, p. 305
  5. Louis Rozand, « M. De Gorge (Henri-Joseph), sénateur belge, célèbre industriel, propriétaire des usines et mines du Grand-Hornu, près Mons (Belgique). Mort à Mons, le 22 août 1832 », dans Le nécrologe universel du XIXe siècle, 1845, p. 400 intégral (consulté le 27 mai 2012).
  6. Hubert Watelet, p. 307
  7. Hubert Watelet, pp. 307-308
  8. Site philagodu.be Le Grand Hornu lire (consulté le 26 mai 2012).
  9. Site unesco.org, Les sites miniers majeurs de Wallonie : 1. Le site du Grand Hornu lire (consulté le 26 mai 2012).
  10. Bulos (M), Camille Deflers, Dubrunfaut (Auguste-Pierre, M.), Henri François Gaultier de Claubry, Nester Urbain, Chevillot, Billy (civil engineer), Armonville, Walter, « 81. Établissement de M. Degorge-Legrand, à Hornu, près Mons (Revue Encyclp. sept.; 1827 », dans Bulletin universal des sciences et de l'índustrie: Bulletin des sciences technologiques, Volume 10, 1828 p. 787) p. 102 intégral (consulté le 27 mai 2012)
  11. Site lesoir.be, Gisèle Maréchal, Le Grand-Hornu a 200 ans, article du 9 septembre 2010 lire (consulté le 26 mai 2012).
  12. a b et c Site tassignon.be, G. Finet, Le « petit » chemin de fer du Grand Hornu à Saint-Ghislain (source revue Le Rail octobre 1980), publié le 2 février 2011 lire (consulté le 26 mai 2012).,
  13. Daniel Dellisse, Velodecouverte Du Hainaut, éditions Lannoo, 1997 (ISBN 9789020936506) lire (consulté le 26 mai 2012).
  14. Cercle archéologique de Mons, Annales du Cercle archéologique de Mons, Volume 16, 1880, p. 761 extrait (consulté le 27 mai 2012).
  15. Pierre-Charles-Tr Desrochers, Nécrologe de 1832 ou notices historiques sur les hommes les plus marquans tant en France que dans l'étranger, morts pendant l'année 1832, chez l'auteur, 1833 p. 103 intégral (consulté le 27 mai 2012).
  16. « Les quatre sites miniers belges inscrits au Patrimoine mondial de l'Unesco », sur RTBF Info, (consulté le 27 décembre 2018)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Rozand, « M. De Gorge (Henri-Joseph), sénateur belge, célèbre industriel, propriétaire des usines et mines du Grand-Hornu, près Mons (Belgique). Mort à Mons, le 22 août 1852 », dans Le nécrologe universel du XIXe siècle, 1845, pp. 397-418 (intégral)
  • Gilbert A. Lelièvre, « Le premier chemin de fer belge : du Grand-Hornu à Saint-Ghislain », dans Miettes d'histoire de Saint-Ghislain, fascicule 2, Cercle d'histoire et d'archéologie de Saint-Ghislain, 1968.
  • Hubert Watelet, Bassin de Mons et le charbonnage du Grand-hornu du milieu du XVIIIe au milieu du XIXe siècle, édition de l'université d'Ottawa et recueil de la Faculté de Philosophie et de Lettres de Louvain-la-Neuve, 1980, 538 pages [Critique de l'ouvrage par Marinette Bruwier dans la Revue d'histoire belge contemporaine, n°14, 1983]
  • Jérôme André, Laurent Busine (dir.), Denis Gielen, Le Grand-Hornu d'Henri De Gorge, Mac's Grand Hornu, 2010 (ISBN 9782930368399) 208 pages

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]