Shawinigan Water and Power Company

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Création 1898
Disparition 1963
Personnages clés J. E. Aldred
J. C. Smith
R. J. Beaumont
J. A. Fuller
Forme juridique Société par actions
Siège social Montréal, Québec (Canada)
Activité Production, transport et distribution d'électricité
Industrie chimique
Produits Électricité
Carbure de calcium, résines, explosifs, acide acétique, acétone, phénol, formaldéhydeetc.
Filiales Shawinigan Chemicals Limited
Shawinigan Engineering
Quebec Power
Southern Canada Power

Capitalisation 137,8 $ C (1963)
Chiffre d’affaires 90,2 $ C (1963)
Résultat net 31,6 $ C (1963)

La Shawinigan Water and Power Company (SWP)[1] a été pendant plus d'un demi-siècle la plus importante entreprise de production, de transport et de distribution d'électricité au Québec. Elle est à l'origine de la ville de Shawinigan, constituée en 1902.

Surtout connue pour son rôle dans le développement du potentiel hydroélectrique de la rivière Saint-Maurice dans la première moitié du XXe siècle, l'entreprise a connu une croissance remarquable en raison de ses stratégies de vente, de son expertise dans le transport d'électricité et de l'acquisition de distributeurs électriques régionaux comme la Quebec Power et la Southern Canada Power.

Des filiales de la SWP étaient également actives dans l'industrie chimique avec Shawinigan Chemicals Limited, fondée en 1927, et dans le génie-conseil et la construction avec la société Shawinigan Engineering à compter de 1919.

L'entreprise a été démantelée en 1963 après l'acquisition par Hydro-Québec de toutes les compagnies d'électricité de la province dans le cadre de la seconde phase de la nationalisation de l'électricité. Peu avant son rachat, la société se dotait officiellement d'une raison sociale française, la Compagnie d'électricité Shawinigan[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Les chutes de Shawinigan au XIXe siècle. Reproduction d'une peinture d'Allan Edson (1846-1888).

Fondée en [3] par un consortium d'hommes d'affaires bostonnais et montréalais, la Shawinigan Water and Power Company a joué un rôle important dans le développement industriel de la Mauricie durant toute la première moitié du XXe siècle. La compagnie demande son incorporation à la législature du Québec à l'automne 1897[4].

L'affaire s'organise dans le cabinet de l'avocat montréalais J. N. Greenshields[5]. Le brasseur bostonais John Joyce[6] détient la concession hydraulique, acquise pour 50 000 CAD du gouvernement du Québec, à un endroit stratégique sur la rivière Saint-Maurice. La concession est située à une quarantaine de kilomètres en amont de Trois-Rivières. Les conditions y sont idéales pour construire une centrale hydroélectrique. Joyce cède sa concession à la compagnie naissante pour 100 000 $ en espèces et 59 000 actions d'une valeur nominale de 100 $ chacune[7], alors que les autres partenaires, les Bostonnais John Edward Aldred et H. H. Melville et les Montréalais Beaumont Shepperd et J. N. Greenshields obtiennent chacun dix actions. Se joignent à eux trois autres hommes d'affaires canadiens : le magnat du coton A. F. Gault, Thomas McDougall de la Quebec Bank et le sénateur Louis-Joseph Forget[8].

Âgé de 34 ans, J. E. Aldred devient implicitement le patron de l'entreprise[9]. La stratégie de la Shawinigan vise trois objectifs : solliciter des entreprises intéressées à s'établir près d'une source d'électricité ; tenter d'acheter les terres autour de la concession hydraulique ; et enfin revendre ces terres aux entreprises intéressées tout en faisant patienter le gouvernement provincial, qui avait lié la concession hydrauliques à une série d'échéances. En 1899, il négocie l'achat de 229 hectares (565 acres) de terres, le domaine de John Forman, pour la somme de 110 000 CAD[10], convainc le gouvernement de patienter et recrute un manufacturier d'aluminium, la Pittsburgh Reduction Company et sa filiale Northern Aluminium Company, qui deviendra l'Alcan en 1925, de s'installer sur le site en développement. Elle convainc deux autres entreprises de s'établir dans la région : une entreprise papetière belge, la Belgo Canadian Pulp Co, et un second avec Shawinigan Carbide, qui veut produire du carbonate de calcium[11].

À ces premiers clients, SWP consent de fournir de la force hydraulique brute, sans transformation en électricité. La NAC et la Belgo se prévalent de cette option, qui n'est pas offerte aux clients qui viendront plus tard[12].

Fondation de Shawinigan[modifier | modifier le code]

À ses débuts, la SWP vendait la force hydraulique brute à ses clients. Sur la photo, les installations de la Northern Aluminium Company au début du XXe siècle.
Article connexe : Shawinigan (Québec).

Avec la signature d'une première entente, les conditions sont réunies pour permettre la construction d'une première centrale hydroélectrique. L'entreprise Warren-Burnham de New York obtient le contrat de construction et d'excavation d'une première centrale électrique à l'été 1899. L'hiver suivant, la presse régionale rapporte que plus de 800 ouvriers travaillent sur le chantier[13].

À la demande d'Aldred qui gère de près les opérations de la SWP, des plans de la nouvelle ville ont été préparés par T. Pringle and Sons de Montréal. La construction commence dès 1899. Quatre-vingt maisons s'ajoutent à tous les mois, sans compter celles érigées pour les contracteurs et leurs hommes. Shawinigan Falls n'existe pas encore officiellement qu'elle est déjà reliée au réseau de chemin de fer de la Great Northern Railway Co of Canada — connue en français comme la compagnie de chemin de fer du Grand Nord ou Canada-Nord-Québec[14].

En 1900, l'endroit qui se donne le surnom de « cité électrique du Canada » compte déjà « deux églises, des banques, des magasins, un bureau de police, un télégraphe, la lumière électrique, un service d'incendie, un bateau à vapeur, un service de "chars" électriques»[15]. Shawinigan Falls, qui compte maintenant 1 700 habitants, obtient le statut de municipalité de village le 18 avril 1901, puis celui de ville le 26 mars 1902[16].

Le marché montréalais[modifier | modifier le code]

Pendant ce temps, la SWP envisage de transporter son électricité jusqu'à Montréal, où la concurrence est vive entre différents fournisseurs. En mars 1902, l'entreprise s'engage à approvisionner la Lachine Hydraulic and Land Company, une société concurrente de la Montreal Light, Heat and Power (MLH&P) dans le marché montréalais. La décision déplaît fortement et le sénateur Forget, membre des conseils d'administration des deux entreprises doit faire un choix et se retire de la Shawinigan[17].

Une ligne de transport est construite et la SW&P peut livrer une puissance 4 475 kW (6 000 hp) à son poste d'arrivée situé dans la cité de Maisonneuve (aujourd'hui l'arrondissement montréalais de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve) dès 1903. La Shawinigan est rapidement débordée par la demande et doit construire une seconde ligne dès 1904[17]. Entre 1904 et 1910, les ventes de l'entreprise mauricienne à sa rivale montréalaise quadruplent, passant de 4 475 à 17 150 kW (6 000 à 23 000 hp et les actifs de la SWP passent de 10 à 20 millions de dollars[17].

Pendant ce temps, la MLH&P rachète la totalité des actions de la Lachine Hydraulic, ce qui clarifie les rapports entre les deux compagnies électriques : la SWP devient un important fournisseur d'électricité de l'entreprise montréalaise. Ce changement de situation donne lieu à une trêve qui prend une forme concrète en janvier 1909, alors que la Shawinigan emménage dans l'édifice de la MLH&P. Quelques mois plus tard, J. E. Aldred, qui a reçu les pleins pouvoirs de son conseil d'administration, achète deux blocs de 5 000 actions de son ancienne rivale en 1909 et 1910, un geste imité par la direction de la MLH&P, qui investit à son tour dans la Shawinigan. Les deux entreprises s'échangent aussi des administrateurs, Aldred devenant membre du conseil de la MLH&P alors que Herbert Samuel Holt prenait place à la table de la Shawinigan[18].

Signe concret des relations cordiales entre la MLH&P et la SWP, les deux entreprises s'associent en 1912 pour développer le rapide des Cèdres sur le Saint-Laurent à l'ouest de Montréal. Les ingénieurs en chef des deux entreprises, Julian C. Smith de la SWP et R. M. Wilson de la MLH&P, préparent les plans d'une centrale de 119,4 MW (160 000 hp) qui alimentera à la métropole et un client américain, l'Aluminium Corporation of America, qui veut développer une aluminerie à Massena, à environ 70 km au sud-ouest. Le projet évalué à 8 875 881 dollars pour la première phase de 75 MW de la centrale des Cèdres, la plus puissante au Québec à cette époque, est complété en janvier 1915[19].

Électricité[modifier | modifier le code]

Vue d'ensemble de la centrale de Grand-Mère de la Shawinigan Water and Power Co., en 1917. Elle a été mise en service en 1915.

Au cours de ses premières décennies d'existence, la Shawinigan Water and Power étend son réseau en fusionnant avec des distributeurs d'électricité de taille plus petite ou en créant des filiales dans des territoires non desservis. D'abord intéressée par les ventes de gros à l'industrie ou à des distributeurs comme la MLH&P. C'est pourquoi, on la retrouve rapidement dans les régions de Sorel[20], Joliette et Thetford Mines[21].

Dans cette dernière région, la SWP confie l'approvisionnement en électricité d'une industrie minière en pleine ébullition à une filiale, la Continental Heat and Light. Entre 1905 et 1909, l'entreprise étend son réseau afin de répondre aux demandes d'une demi-douzaine de mines d'amiante qui débutent leurs opérations. Cette année-là, les lignes de la SWP atteignent Richmond, Brompton Falls, Windsor Mills et East Angus[22].

En 1915, l'entreprise s'invite à Québec à la demande de détenteurs d'obligations de la Dorchester Electric, virtuellement en faillite. La Shawinigan reprend l'ensemble du patrimoine de l'entreprise à bon prix et fait construire une ligne entre ses centrales en Mauricie et la capitale. Elle se lance dans la vente au détail sous la raison sociale de Public Service Corporation of Quebec. La concurrence est vive et l'autre distributeur, Quebec Railway, Light, Heat and Power est incapable de rembourser ses obligations arrivées à terme. Elle fusionne avec la Public Service Corporation of Quebec en 1923, ce qui donne naissance à Quebec Power[23],[24].

Centrales hydroélectriques du groupe Shawinigan en mars 1962[25]
Centrale 1er groupe Dernier groupe Nombre de groupes Hauteur de chute (m) Puissance (MW)
Trenche 1950 1955 6 48 286,2
Beaumont 1958 1959 6 38 243,0
Rapide-Blanc 1934 1955 6 33 183,6
Shawinigan-2 1911 1929 8 34 163,0
Shawinigan-3 1948 1949 8 44 150,0
Grand-Mère 1915 1930 9 25 147,9
La Gabelle 1924 1931 5 19 123,5
Saint-Narcisse 1926 1926 2 45 15,0
Saint-Alban 1927 1 19 3,0
Total Shawinigan Water and Power 1 315,2
La Tuque 1940 1955 6 35 216,0
Total St. Maurice Power 216,0
Chute-Hemmings 1925 1925 6 15 25,1
Drummondville 1910 1925 4 9 13,7
Chute-Burroughs 1929 1 50 1,5
Total Southern Canada Power 40,3
Sept-Chutes 1915 1916 4 124 14,9
Chaudière 1900 1903 3 35 2,4
Saint-Raphaël 1921 1921 3 70 2,4
Chute-Montmorency 1894 1900 4 63 2,1
Saint-Gabriel 1899 1899 2 10 1,5
Marches-Naturelles 1908 1 18 1,5
Total Quebec Power 24,8

Nationalisation[modifier | modifier le code]

Immeuble en construction de la Shawinigan Water and Power Company sur le boulevard Dorchester Ouest, en 1947.

En 1963, lors de la nationalisation de l'électricité au Québec, elle fut achetée par Hydro-Québec.

Chimie[modifier | modifier le code]

Un ouvrier règle un robinet à l'usine de Shawinigan Chemicals en 1941.

Les premiers pas de la Shawinigan dans le secteur de la production chimique datent du début du XXe siècle. Dès 1903, l'entreprise participe au capital de la Shawinigan Carbide, une de ses cliente, qui produit du carbure de calcium. Elle en prend le contrôle en 1911 et change sa raison sociale pour Canada Carbide. De cette petite usine devait naître la plus grande fabrique de ce produit qui, lorsque mélangé avec de l'eau, produit de l'acétylène. Les activités industrielles du groupe sont regroupées en 1927 dans une nouvelle filiale, la Shawinigan Chemicals Limited (SCL), l'un des plus importantes entreprises chimiques dans le monde à son époque, avec des usines au Canada, aux États-Unis et en Grande-Bretagne[26].

Elle est en outre reconnue sa production de l'explosif RDX durant la Seconde Guerre mondiale[27] ainsi que pour le procédé Shawinigan de fabrication de l'acide cyanhydrique, développé en 1960.

En août 1961, SCL s'associe à la British American Oil, une filiale de Gulf Canada pour ouvrir une usine pétrochimique de 20 millions de dollars canadiens à Varennes, sur la rive-sud de Montréal. L'usine qui a été mise en service en 1963, produit des composés chimiques à partir du pétrole brut raffiné à la raffinerie de Gulf à Montréal-Est, les résidus de cette transformation, du mazout lourd servant ensuite à produire de l'électricité à la future centrale thermique de Tracy, dont la construction est annoncée au même moment[28].

Génie-conseil et travaux publics[modifier | modifier le code]

Le groupe Shawinigan avait une filiale spécialisée dans le génie-conseil et la construction. Fondée en 1919[29], la Shawinigan Engineering Limited était responsable de la conception et de la construction des centrales et des usines de l'entreprise. Elle offrait également ses services d'ingénierie, de construction et de gestion de projet, dans le domaine la production et du transport de l'électricité ainsi que dans le secteur industriel, au Canada et à l'étranger. En 1962, Shawinigan Engineering tirait 58 % de ses revenus d'entreprises externes au groupe Shawinigan[30].

Elle s'est notamment associée à Énergie atomique du Canada limitée afin de concevoir et de construire une centrale nucléaire expérimentale en Inde dans le cadre du Plan de Colombo[26]. Réplique du réacteur expérimental canadien NRX, le réacteur CIRUS[31] a servi à l'Inde à produire le plutonium nécessaire au premier essai nucléaire indien, Pokhran-I, mieux connu sous son surnom de Bouddha Souriant (Smiling Buddah), le 18 mai 1974[32]. Les ingénieurs de Shawinigan Engineering ont également contribué à la construction du laboratoire nucléaire de Whiteshell au Manitoba[30].

En 1958, Shawinigan Engineering faisait l'acquisition d'une participation de 20 % au capital de la Hamilton Falls Power Corporation qui avait été formée par le consortium britannique Brinco afin de construire une puissance centrale hydroélectrique, la centrale de Churchill Falls[33] sur le cours supérieur du fleuve du même nom au Labrador. Cette participation, acquise au coût de 2 250 000 dollars canadiens, a été cédée à Hydro-Québec lors de la nationalisation[30],[34].

Shawinigan Engineering a survécu à la nationalisation en devenant la propriété de ses employés avant d'être reprise par la Canada Steamship Lines[35]. L'entreprise sera ensuite fusionnée à Lavalin en 1982[29]. Hydro-Québec lui a confié plusieurs mandats, dont la construction de la centrale de Tracy[36], le chantier des digues Duncan, qui forment la partie sud du réservoir La Grande-2 à la baie James[37]. L'entreprise participe également, avec SNC et Montreal Engineering, au consortium Canatom, principal sous-traitant d'Hydro-Québec lors de la construction de la centrale nucléaire Gentilly-2[38].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Parfois appelée familièrement « la Shawinigan ».
  2. Bolduc, Hogue et Larouche 1989, p. 93
  3. (en) Québec. « An Act to incorporate the Shawinigan Water and Power Company », L.Q., 61 Vict. chap. 70, 1898 [lire en ligne (page consultée le 16 janvier 2013)]
  4. Avis public daté du 28 octobre 1897 et publié dans le journal Le Trifluvien le 2 novembre 1897
  5. Le cabinet Greenshields & Greenshields
  6. Il détient aussi un brevet pour la fabrication du carbure de calcium (Bellavance 1994, p. 42).
  7. Bellavance 1994, p. 43
  8. Quelques autres hommes d'affaires montréalais avaient signé la demande d'incorporation mais ne participèrent pas à la compagnie.
  9. Bellavance 1984, p. 190
  10. John Forman avait lui-même fait l'acquisition de ces terres en 1886 pour 10 000 dollars (LaRochelle 1988, p. 30).
  11. Bellavance 1994, p. 45
  12. Bellavance 1994, p. 46-47
  13. Lacoursière 2001, p. 26-27
  14. Lacoursière 2001, p. 29
  15. Lacoursière 2001, p. 32
  16. Lacoursière 2001, p. 33-36
  17. a, b et c Bellavance 1994, p. 51-53
  18. Bellavance 1994, p. 53-55
  19. Bellavance 1994, p. 56-59
  20. Bellavance 1994, p. 60
  21. Bellavance 1994, p. 63
  22. Bellavance 1994, p. 65
  23. Bolduc, Hogue et Larouche 1989, p. 96
  24. Bellavance 1994, p. 66
  25. Canada, Principal Power Development in Canada : Bulletin N° 2722-61, Department of Northern Affairs and National Resources, Water Resources Branch, , cité par Bellavance 1994, p. 392.
  26. a et b Globe Publishing Company, « Canadian Register - The Shawinigan Water and Power Company, Montreal », sur University of Western Ontario Libraries, (consulté le 14 janvier 2013)
  27. Institut de chimie du Canada, « La production de RDX », sur Année internationale de la chimie 2011, (consulté le 14 janvier 2013)
  28. Bob McKenzie, « $65 Million Development Boost To Quebec Industry : Power, Petrochemical Plants Announced By Shawinigan », The Gazette,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  29. a et b Langford et Debresson 1992, p. 78-79
  30. a, b et c (en) J.A. Fuller, « Shawinigan Looks Ahead », The Financial Post, Toronto,‎ , p. 33 (lire en ligne)
  31. (en) R.D. MacDonald,, W. Evans, J.R. MacEwan et J.G. Melvin, « Technology transfers from Canadian nuclear laboratories », Third International Conference on Nuclear Technology Transfer (ICONTT III), Madrid,‎ , p. 13 (lire en ligne)
  32. (en) Carey Sublette, « Origins of Indian nuclear program », sur Nuclear weapon Archive (consulté le 14 janvier 2013)
  33. Le fleuve et la société ont été renommées en l'honneur de Winston S. Churchill, peu après sa mort, en 1965.
  34. Smith 1975, p. 79
  35. Bellavance 1994, p. 295
  36. Isabelle Béliveau, « La construction de la Centrale thermique de Tracy », Les 2 Rives / La Voix, Sorel-Tracy,‎ (lire en ligne)
  37. SEBJ 1987a, p. 125, 489
  38. Danielle Ouellet, « Un partenariat fructueux avec l'entreprise privée », Forces, no 104,‎ , p. 19

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]