Saleh Al-Fawzan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Saleh Al-Fawzan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (87 ans)
Al Shimasiyah (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
صالح الفوزانVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université islamique Imam Muhammad ibn Saud (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion
Membre de
Site web

Saleh Al-Fawzan (arabe : صالح فوزان الفوزان ; né en 1933) est un érudit islamique et un membre de plusieurs organismes religieux en Arabie saoudite.

Son nom de famille est également transcrit Al-Fazan ou Al-Fawzan. Il est également connu comme Saleh Ibn Fawzan Ibn Abdullah, Saleh Ibn Fawzan al-Fawzan[1], Saalih Ibn Fawzan Ibn 'Abdullah Ibn Fawzan, Saleh Bin Fawzan Al-Fawzan ou Saleh Al-Fawzan.

Biographie[modifier | modifier le code]

Selon sa biographie officielle sur fatwa-online.com, Fawzan est de la famille des Fawzan du peuple/la tribu de Ash-Shamaasiyyah[2]. Son père serait mort quand il était jeune, il a par la suite été élevé par sa famille élargie. Il a appris le Coran, ainsi les bases de la lecture et de l'écriture auprès de l'imam de sa ville natale.

Éducation[modifier | modifier le code]

Fawzan a étudié à l'école publique d'Ash-Qamariyah lorsque celle-ci a ouvert en 1948. En 1950, il a terminé ses études à l'école Faysaliyyah de Buraydah et y a par la suite été nommé professeur. Fawzan a rejoint l'Institut d'enseignement de Buraydah en 1952, et obtenu son diplôme en 1956. Il fut étudiant à l'université islamique Imam Muhammad ibn Saoud, de Riyad, où il a d'abord étudié à la faculté de la Charia, dont il est diplômé en 1960, avant d'obtenir un master et d'un doctorat en Fiqh.

Carrière[modifier | modifier le code]

Selon fatwa-online.com, après l'achèvement de sa thèse de doctorat, il devint professeur de Charia à l'université islamique Imam Muhammad ibn Saoud de Riyad, avant d'être transféré au Département d'études supérieures au sein de la faculté des principes de la religion (usool ad-dîn). Il fut plus tard nommé à la tête de la Cour suprême de justice d'Arabie saoudite. Il retourna à l'enseignement à la fin de son mandat.

À compter de 2013, il fut membre du conseil de Chercheurs confirmés[3], d'Arabie saoudite, la plus haute institution religieuse, qui conseille le roi sur les questions islamiques[4]. Il est actuellement membre du Comité permanent pour la recherche islamique et la délivrance des fatwas[5], un comité du Conseil de Chercheurs confirmés. Le Conseil produit des règles de jurisprudence islamique (fiqh) et prépare les documents de recherche pour le Conseil de chercheurs confirmés[6].

Controverses[modifier | modifier le code]

Le point de vue d'Al-Fawzan sur l'esclavage donné dans le cadre de conférences enregistrées sur cassettes fut mis en lumière en 2003 et causa une certaine controverse. Sur un enregistrement, il est cité disant que « l'esclavage est une partie de l'islam ... L'esclavage fait partie du djihad, et le djihad restera tant qu'il y aura de l'Islam ». Alors que l'interprétation moderniste de l'islam a totalement aboli l'esclavage, il a rejeté ses partisans en disant : « Ce sont ignorants, pas des savants... Celui qui dit de telles choses est un infidèle »[7],[8].

En mars 2014, il fut forcé de nier avoir émis une fatwa interdisant les « buffets à volonté », affirmant qu'il avait seulement dit que ces buffets devaient identifier la quantité de nourriture nécessaire de sorte que les gens ne finissent pas acheter l'inconnu. « On m'attribue des paroles disant que j'ai interdit le buffet, ce qui apparaît comme un mensonge motivés par la fantaisie et la fabrication », dit-il dans le communiqué publié sur son site web. « Le fait est que j'ai été questionné au sujet d'un phénomène courant dans certains restaurants où les propriétaires disent à leurs clients : mangez ce que vous voulez et payez une somme forfaitaire. J'ai dit : c'est l'inconnu et l'inconnu ne peut pas être vendu jusqu'à ce qu'il soit défini et identifié », selon le communiqué[9].

Saleh al-Fawzan attira de nouveau l'attention des médias occidentaux en mai 2016, après avoir déclaré que la prise de photos était interdite, dans une vidéo publiée le 17 avril 2016 par le MEMRI. Selon The Independent, invité dans une émission télévisée, le cheikh Saleh ibn Fawzan Al-Fawzan a été questionné au sujet d'une nouvelle mode de prendre des photos avec des chats qui a été propagée parmi les gens qui veulent imiter les Occidentaux. Le cheikh apparaît d'abord incrédule, en demandant : « Quoi ?! Qu'entendez-vous des photos avec des chats ? » Il déclare alors : « la prise de photos est interdite. Les chats n'ont pas d'importance ici ». Lorsqu'on a questionné à nouveau au sujet de la nouvelle mode, il dit : « la prise de photos est interdite si ce n'est une nécessité, que ce soit avec des chats, avec des chiens, avec les loups, avec n'importe quoi »[10],[11],[12],[13],[14].

Dans son commentaire du traité de croyance de l'Imâm At-Tahâwi, Fawzan a prétendu qu'il existerait des choses non créés par Allâh, il s'agirait d'après lui de la limite et de la direction du haut. Lorsqu'il tenta d'expliquer la parole d'At-Tahâwi « Allâh ta’âlâ est exempt des limites », Al-Fawzân s’est permis de dire : « En résumé : S’il est voulu par cela les limites créées alors Allâh est exempt des limites et de l’incarnation dans Ses créatures. Mais s’il est voulu par « les limites » les limites non créées, et il s’agit de la direction du dessus, alors cela est confirmé au sujet de Allâh Jalla wa ‘alâ wa ta’âlâ. Allâh n’est pas exempt de la hauteur, car cela est réel, et cela ne rentre pas dans la catégorie des limites ni dans la catégorie des directions créées. »[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sheikh Saleh Ibn Fawzan al-Fawzan », teachIslam.com (consulté le 28 mai 2014)
  2. « Scholars Biographies. Shaykh Dr. Saalih Ibn Fowzaan Ibn 'Abdullaah Ibn Fowzaan », Fatwa-online.com (consulté le 27 mai 2014)
  3. « Council of Senior Ulema reconstituted », Saudi Gazette (consulté le 27 mai 2014)
  4. Saudi Arabia: The Coming Storm par Peter W. Wilson, p. 26-27
  5. The Permanent Committee for Islaamic Research and Fataawa « Copie archivée » (version du 14 février 2014 sur l'Internet Archive) Fatwa online.com
  6. Carnegie Endowment : Saudi Fatwa Restrictions and the State-Clerical Relationship par Christopher Boucek, 27 octobre 2010
  7. « Author of Saudi Curriculums Advocates Slavery » [archive du ], SIA News (consulté le 27 mai 2014)
  8. « Taming a Neo-Qutubite Fanatic Part 1 », salafi publications, abdurrahman.org (consulté le 27 mai 2014) : « Questioner: ... one of the contemporary writers is of the view that this religion, at its inception, was compelled to accept the institution of slavery ... [but] ... that the intent of the Legislator [i.e. God] is to gradually end this institution of slavery. So what is your view on this?
    Shaikh Salih alFawzaan: These are words of falsehood (baatil) ... despite that many of the writers and thinkers -- and we do not say scholars -- repeat these words. Rather we say that they are thinkers (mufakkireen), just as they call them. And it is unfortunate, that they also call them `Du'at' (callers). ... These words are falsehood ... This is deviation and a false accusation against Islaam. And if it had not been for the excuse of ignorance [because] we excuse them on account of (their) ignorance so we do not say that they are Unbelievers because they are ignorant and are blind followers .... Otherwise, these statements are very dangerous and if a person said them deliberately he would become apostate and leave Islaam. ... »
    , p. 24
  9. (ar) « Saudi cleric claims he didn't issue fatwa against ‘all you can eat’ buffets », sur alarabiya.net, Al Arabiya English, (consulté le 4 octobre 2020).
  10. « Senior Saudi Cleric Saleh Al-Fawzan: Taking Pictures with (or without) Cats Is Forbidden », www.memritv.org (consulté le 14 juin 2016)
  11. (en) Karin Brulliard, « Saudi cleric: You may not take photos with cats — or anything else », The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juin 2016)
  12. (en) « Senior Saudi cleric bans taking photographs of cats in a bid to stop people trying 'to be like Westerners' », Daily Mail,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juin 2016)
  13. (en) « Senior Saudi cleric bans people from taking selfies with cats », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juin 2016)
  14. (en) « Saudi cleric says people need to quit taking selfies with their cats », The Week,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juin 2016)
  15. Par Sunnite, « Sâlih Al-Fawzân (wahhabite) attribue à Allâh les limites et lui donne des associés dans Son attribut de non-début », sur Islam Sunnite, (consulté le 6 décembre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]