Saix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saix (homonymie).

Saix
Saix
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Châtellerault
Canton Loudun
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Loudunais
Maire
Mandat
Robert Marteling
2014-2020
Code postal 86120
Code commune 86250
Démographie
Population
municipale
290 hab. (2016 en augmentation de 10,27 % par rapport à 2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 08′ 17″ nord, 0° 00′ 04″ est
Altitude Min. 34 m
Max. 117 m
Superficie 22,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Saix

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Saix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saix

Saix est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saix est le village le plus au nord de la Vienne, à la limite du département de Maine-et-Loire. Ce village se trouve à 6 km de Fontevraud-l'Abbaye, à 17 km de Saumur et une petite vingtaine de kilomètres de Loudun. Saix fait partie du canton des Trois-Moutiers.

La commune de Saix est composée d'un centre-bourg avec la mairie, l'église paroissiale, la salle des fêtes et d'une école maternelle, d'un gros hameau nommé la Tourette et de plusieurs autres petits hameaux (la Guerche, Eternes, Pas de Loup...).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Huit mares ont été répertoriées sur l’ensemble du territoire communal (30 000 recensées dans la région de Poitou-Charentes). Les mares de Poitou-Charentes ont été créées par l'homme, notamment pour répondre aux besoins en eau des habitants (mares communautaires), du cheptel ou à la suite d'activités extractives (argile, marne, pierres meulières). Très riches au niveau botanique, elles jouent un rôle majeur pour les batraciens (tritons, grenouilles), les reptiles (couleuvres) et les libellules. Elles sont un élément symbolique du patrimoine rural et du maintien de la biodiversité en zone de plaine et de bocage[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village pourrait provenir du latin saxa qui désigne un terrain rocheux[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Légende[modifier | modifier le code]

Le village de Saix aurait été le lieu du « Miracle des Avoines », miracle réalisé par sainte Radegonde, alors reine des Francs par son mariage avec Clotaire Ier. Fuyant son mari, elle se serait réfugiée avec deux de ses servantes dans une villa située sur la paroisse de Saix. Traversant un champ, poursuivie par des cavaliers appartenant au roi des Francs, Radegonde demanda au paysan y travaillant de ne pas révéler sa présence. Avant que les cavaliers n'arrivent, le champ se couvre d’avoine, permettant à la reine et à ses suivantes de se cacher. Les soldats, voyant un champ prêt pour la moisson au sortir de l'hiver, y ont vu un signe divin et ont rebroussé chemin. Radegonde put continuer son chemin sans crainte et arriver à Poitiers, saine et sauve. Une petite chapelle, appelée chapelle Sainte-Radegonde, rappelle ce miracle.[réf. nécessaire]

Révolution française[modifier | modifier le code]

Comme le reste de la France, Saix accueille favorablement les avancées de la Révolution française. Elle plante ainsi son arbre de la liberté, symbole de la Révolution. Il devient le lieu de ralliement de toutes les fêtes et des principaux événements révolutionnaires. Mais en tant que symbole, il attire l’hostilité des contre-révolutionnaires, qui l’abattent en 1794, en pleine Terreur. L’aubergiste de la Belle Cave, complice et contre-révolutionnaire convaincu, est condamné à mort[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 René Chauvet    
mars 2008   Robert Marteling[4]    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2016, la commune comptait 290 habitants[Note 1], en augmentation de 10,27 % par rapport à 2011 (Vienne : +1,78 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
447499495616662634669669666
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
615605594569533510502473465
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
469465454370366368379362359
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
321290235189171185208211278
2016 - - - - - - - -
290--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, selon l’INSEE, la densité de population de la commune était de 9,4 hab./km2, 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école maternelle a deux classes. Elle fait partie d'un regroupement pédagogique intercommunal avec les communes avoisinantes de Morton et de Roiffé).

Économie[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[9], il n'y a plus que 18 exploitations agricoles en 2010 contre 21 en 2000.

Les surfaces agricoles utilisées se sont maintenues au cours de cette décennie : 864 hectares[9]. Ces chiffres indiquent une concentration des terres sur un nombre plus faible d’exploitations. Cette tendance est conforme à l’évolution constatée sur tout le département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, chaque exploitation a gagné en moyenne 20 hectares[10].

41 % des surfaces agricoles sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs), 21 % pour les oléagineux (colza et tournesol), 5 % pour le fourrage et 1 % reste en herbe[9].

En 2000, 137 hectares répartis sur seize exploitations étaient consacrés à la vigne. En 2010, le nombre d'hectares est de 121 pour douze fermes viticoles[9].

Trois exploitations en 2010 (contre quatre en 2000) abritent un élevage d'ovins (29 têtes en 2010 contre 71 têtes en 2000). L'élevage de bovins a disparu au cours de cette décennie[9].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La chapelle Sainte-Radegonde.
  • L'église Sainte-Radegonde (dont une partie date du XIIe siècle) est inscrite comme monument historique en 1939 pour son chœur et son abside.
  • Le château d'Eternes, sur la route de Roiffé.
  • Le château de Pas de Loup, sur la route de Saumur.
  • Quelques belles caves, situées sur des propriétés viticoles (aire d'appellation saumur contrôlée).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mares répertoriées par maille, d’après cartes IGN, dans l’Inventaire des mares de Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature 2003
  2. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Edition FLOHIC – 2002 – (ISBN 2-84234-128-7)
  3. Robert Petit, Les Arbres de la liberté à Poitiers et dans la Vienne, Poitiers : Éditions CLEF 89/Fédération des œuvres laïques, 1989, p. 120-121
  4. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. a b c d et e Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  10. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Agreste – Enquête Structure 2007