L'Oudon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saint-Martin-de-Fresnay)
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Loudon.
L'Oudon
Le clocher de l'église Saint-Paterne de Lieury.
Le clocher de l'église Saint-Paterne de Lieury.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Canton Livarot
Intercommunalité Communauté d'agglomération Lisieux Normandie
Commune Saint-Pierre-en-Auge
Statut Commune déléguée
Maire délégué Emmanuel Morel
2017-2020
Code postal 14170
Code commune 14472
Démographie
Population 1 579 hab. (2014)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 58′ 04″ nord, 0° 04′ 28″ est
Altitude Min. 40 m – Max. 237 m
Superficie 54,84 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Saint-Pierre-en-Auge
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 15.svg
L'Oudon

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 15.svg
L'Oudon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
L'Oudon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
L'Oudon
Liens
Site web www.loudon.fr

L'Oudon est une ancienne commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Saint-Pierre-en-Auge.

Elle est peuplée de 1 579 habitants[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La fusion des dix communes qui a créé L'Oudon en 1973 en a fait, avec 5 484 hectares, la plus étendue des communes du Calvados jusqu'en 2015.

La commune est au sud-ouest du pays d'Auge. Le bourg de Saint-Martin-de-Fresnay (au centre de la commune) est à 7,5 km sud-est de Saint-Pierre-sur-Dives, à 12 km au sud-ouest de Livarot, à 17 km au nord-ouest de Vimoutiers et à 23 km au nord-est de Falaise[2].

Communes limitrophes de L'Oudon[3]
(comm. nouv. de Saint-Pierre-en-Auge)
Saint-Pierre-sur-Dives (comm. nouv. de Saint-Pierre-en-Auge),
Vendeuvre
Hiéville (comm. nouv. de Saint-Pierre-en-Auge), Mittois (comm. nouv. de Saint-Pierre-en-Auge) Saint-Georges-en-Auge (comm. nouv. de Saint-Pierre-en-Auge),
Montviette (comm. nouv. de Saint-Pierre-en-Auge)
Courcy,
Vaudeloges (comm. nouv. de Saint-Pierre-en-Auge)
L'Oudon[3]  (comm. nouv. de Saint-Pierre-en-Auge) Heurtevent (comm. nouv. de Livarot-Pays-d'Auge),
Tortisambert (comm. nouv. de Livarot-Pays-d'Auge),
Les Autels-Saint-Bazile (comm. nouv. de Livarot-Pays-d'Auge)
Norrey-en-Auge Les Moutiers-en-Auge Le Renouard (61),
Saint-Gervais-des-Sablons (61)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Adopté pour la création de la nouvelle commune, le nom de L'Oudon fait référence à la rivière homonyme, qui arrose la plupart des communes regroupées.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de L'Oudon a été créée le par la fusion-association, décrétée le , des communes d'Ammeville (171 habitants en 1968), Berville (160 habitants), Écots (95 habitants), Notre-Dame-de-Fresnay (159 habitants), Garnetot (89 habitants), Grandmesnil (123 habitants), Lieury (242 habitants), Montpinçon (167 habitants), Saint-Martin-de-Fresnay (169 habitants) et Tôtes (125 habitants). Saint-Martin-de-Fresnay est alors désigné chef-lieu de l'association et donne son code INSEE (14624) à la nouvelle commune. Auparavant, en 1833, Ammeville (235 habitants en 1831) avait absorbé une partie de la commune d'Abbeville (148 habitants)[4].

Par arrêté du 19 janvier 1990, le chef-lieu est transféré à la commune de Tôtes, dont l'ancien code Insee (14697) devient le nouveau code de L'Oudon. Un nouvel arrêté préfectoral, le 7 janvier 2014, fait de la commune de Notre-Dame-de-Fresnay le nouveau chef-lieu[5]. Afin de prendre en compte ce transfert de chef lieu, lors de la publication du COG 2016 l'INSEE décide de modifier le code commune de L'Oudon pour reprendre l'ancien code de Notre-Dame-de-Fresnay (14472) [6].

Le , L'Oudon intègre avec treize autres communes la commune de Saint-Pierre-en-Auge[7] créée sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Les communes de Boissey, Bretteville-sur-Dives, Hiéville, Mittois, Montviette, L'Oudon, Ouville-la-Bien-Tournée, Sainte-Marguerite-de-Viette, Saint-Georges-en-Auge, Saint-Pierre-sur-Dives, Thiéville, Vaudeloges et Vieux-Pont-en-Auge deviennent des communes déléguées et Saint-Pierre-sur-Dives est le chef-lieu de la commune nouvelle. Les anciennes communes associées de L'Oudon ne bénéficient pas de la transformation de ce statut en communes déléguées et la fusion de 1973 devient de fait totale à l'occasion de la création de la commune nouvelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de L'Oudon
Période Identité Étiquette Qualité
1973[8] 1989 Jean Denis   Professeur de collège retraité
1989[8] 1995 Michel Bénard DVD Agriculteur
1995[8] mars 2001 Pierre Rault    
mars 2001[8] mars 2008 Fabienne Caignon    
mars 2008[8] décembre 2016 Emmanuel Morel SE Agriculteur

Le conseil municipal était composé de quinze membres dont le maire et quatre adjoints[9]. Dix de ces conseillers étaient respectivement maires délégués de chaque commune associée[10]. Quatorze conseillers sur quinze intègrent le conseil municipal de Saint-Pierre-en-Auge le jusqu'en 2020 et Emmanuel Morel devient maire délégué[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 1 579 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2008, 2013, 2018, etc. pour L'Oudon[11]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 1]. Le tableau ci-dessous indique la population de Saint-Martin-de-Fresnay jusqu'en 1972, puis de L'Oudon.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
436 416 400 401 372 367 352 322 309
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
277 271 277 284 265 285 303 296 258
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
271 258 250 186 222 226 240 214 205
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
198 169 1 453 1 449 1 347 1 329 1 533 1 574 1 579
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

À Lieury, se trouve le lycée agricole du Robillard[14], premier lycée agricole construit en France, inauguré en 1963. Il propose des formations générales, technologiques et professionnelles axées sur l'agriculture ainsi que la gestion de l'eau, de la seconde à bac+3. Il possède également un centre équestre, destiné à tout public.

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Maison typique de la Normandie augeronne.

Berville[modifier | modifier le code]

Écots[modifier | modifier le code]

Lieury[modifier | modifier le code]

Montpinçon[modifier | modifier le code]

Notre-Dame-de-Fresnay[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-de-Fresnay[modifier | modifier le code]

  • Manoir de Wigran (manoir de Punaye) du XVIe siècle.
  • Manoir du Homme (XVIIe siècle).

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - L'Oudon », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 1er décembre 2008) et les fiches dérivées.
  5. [PDF] « Préfecture du Calvados - Arrêté no 2014007-0001 2 du 7 janvier 2014 décidant du transfert du chef-lieu de la commune de L'Oudon » (consulté le 23 février 2014).
  6. Code Officiel géographique 2016 INSEE
  7. a et b « Recueil des actes administratifs du 13 septembre 2016 », sur le site de la préfecture du Calvados (consulté le 20 mai 2016).
  8. a, b, c, d et e « 40 ans de L'Oudon : cinq maires et leurs réalisations », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 mai 2017)
  9. Réélection 2014 : « L'Oudon (14170) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 avril 2014)
  10. « Emmanuel Morel a retrouvé son fauteuil de maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 avril 2014)
  11. Date du prochain recensement à L'Oudon, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. « Site de l'EPLEFPA Le Robillard »
  15. « Manoir d'Houlbec, à Écots », notice no PA00125296, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Église de Lieury », notice no PA00111586, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Manoir de la Roque, à Montpinçon », notice no PA00125297, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Assemblée nationale - Base de données historique sur les anciens députés » (consulté le 25 avril 2009)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :