Saint-Alban-des-Villards

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Alban.

Saint-Alban-des-Villards
Saint-Alban-des-Villards
Vallée des Villards dans laquelle se situe la commune.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Saint-Jean-de-Maurienne
Canton Saint-Jean-de-Maurienne
Intercommunalité Communauté de communes du canton de La Chambre
Maire
Mandat
Jacqueline Dupenloup
2014-2020
Code postal 73130
Code commune 73221
Démographie
Population
municipale
100 hab. (2017 en augmentation de 8,7 % par rapport à 2012)
Densité 4,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 19′ nord, 6° 15′ est
Altitude Min. 667 m
Max. 2 727 m
Superficie 24,02 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Savoie
Voir sur la carte administrative de la Savoie
City locator 14.svg
Saint-Alban-des-Villards
Géolocalisation sur la carte : Savoie
Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 14.svg
Saint-Alban-des-Villards
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Alban-des-Villards
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Alban-des-Villards

Saint-Alban-des-Villards est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Territoire de Saint-Alban-des-Villards et les communes limitrophes.

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Alban-des-Villards est une commune de Savoie, sise dans la vallée des Villards, où coule le Glandon. Elle se situe entre Saint-Colomban-des-Villards au sud et la vallée de la Maurienne au nord-est. D'une superficie de 24,02 km2, la commune est limitrophe du département de l'Isère.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Glandon.

La commune est traversée par le Glandon, reliant le col du Glandon à la vallée de la Maurienne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Alban-des-Villards
Saint-Étienne-de-Cuines
Pinsot Saint-Alban-des-Villards Sainte-Marie-de-Cuines,
Jarrier
Saint-Colomban-des-Villards

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dans les documents médiévaux, Saint-Alban-des-Villards est mentionnée sous les formes suivantes ecclesia de Villariis (1123), Sancti Albanus de Villariis (1322), Villario inferiori (XIVe siècle), puis durant la période contemporaine Saint Alban du Villar (1723)[1]. Au cours de la période révolutionnaire et de l'occupation du duché de Savoie, la commune porte le nom de Merlet (1792)[1],[2].

Saint-Alban fait référence au premier martyre irlandais, Alban[3] (Alban de Verulamium ?). Il est associé aux Villards, du nom de la éponyme[1].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Sint Arban, selon la graphie de Conflans[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La vallée des Villards semble avoir été occupée par des colons burgondes vers la fin du VIe siècle voire au début du siècle suivant[5]. L'étude des noms de famille de la vallée permettrait de justifier le propos, puisqu'au XVIe siècle la plupart de ceux-ci avaient une origine germanique : « Amblard, Bérard, Emidon, Gontier, Gottefrey, ou Rostaing »[5].

La paroisse médiévale de "Villard" correspondait à la vallée où s'écoule le Glandon et était constituée des villages et hameaux qui forment de Saint-Colomban-des-Villards et de Saint-Alban-des-Villards[6]. Elle relevait pour partie des seigneurs de La Chambre et du Chapitre de la cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne[3],[6].

Il n'existe aucune trace ou mention de la séparation entre Saint-Colomban-des-Villards et de Saint-Alban-des-Villards[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration locale[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée administrativement à l’arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne. Elle fait partie du canton de La Chambre jusqu'à sa suppression en 2015 et depuis cette date de celui de Saint-Jean-de-Maurienne. Enfin, elle est rattachée à la troisième circonscription de la Savoie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant inférieur à 100, le nombre de membres du conseil municipal est de sept[7].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 mars 2014 Maurice Darves-Bornoz    
mars 2014 En cours Jacqueline Dupenloup PCF  
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune appartient à la communauté de communes du canton de La Chambre, depuis la création en 2002.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la vallée des Villards sont désignés sous le nom de Villarins ; mais pour désigner plus particulièrement ceux de Saint-Alban-des-Villards, le patois local les nomme Bannes[1].


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2017, la commune comptait 100 habitants[Note 1], en augmentation de 8,7 % par rapport à 2012 (Savoie : +2,39 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
9008331 1271 1761 1931 2707791 1011 043
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 0281 0201 046861958837746638561
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
54044738134428826516113079
1982 1990 1999 2004 2009 2014 2017 - -
726452618999100--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Brocard, Maurice Messiez-Poche, Pierre Dompnier, Histoire des communes savoyardes : La Maurienne - Chamoux - La Rochette (vol. 3), Roanne, Éditions Horvath, , 558 p. (ISBN 978-2-7171-0289-5), p. 100-104. ([PDF] lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Histoire des communes savoyardes, 1983, p. 100, présentation
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. a b et c Histoire des communes savoyardes, 1983, p. 100-101, « L'histoire »
  4. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 24
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  5. a et b Histoire des communes savoyardes, 1983, p. 109-110, « L'occupation humaine »
  6. a et b Histoire des communes savoyardes, 1983, p. 109 présentation
  7. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.