Saint-Étienne-de-Cuines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Étienne (homonymie).

Saint-Étienne-de-Cuines
Saint-Étienne-de-Cuines
Chef-lieu de la commune
en allant vers La Chambre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Saint-Jean-de-Maurienne
Canton Saint-Jean-de-Maurienne
Intercommunalité Communauté de communes du canton de La Chambre (siège)
Maire
Mandat
Dominique Lazzaro
2014-2020
Code postal 73130
Code commune 73231
Démographie
Gentilé Cuinains
Population
municipale
1 190 hab. (2015 en diminution de 0,83 % par rapport à 2010)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 20′ 35″ nord, 6° 17′ 33″ est
Altitude Min. 425 m
Max. 2 760 m
Superficie 20,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de la Savoie
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-Cuines

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-Cuines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-Cuines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-Cuines

Saint-Étienne-de-Cuines est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Étienne-de-Cuines est une commune de la vallée de la Maurienne qui s'étend sur 20,6 km2 sur le versant est de la chaîne de Belledonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Étienne-de-Cuines
Arvillard Saint-Rémy-de-Maurienne La Chambre
Allevard Saint-Étienne-de-Cuines Saint-Avre
Saint-Alban-des-Villards Saint-Alban-des-Villards, Sainte-Marie-de-Cuines Sainte-Marie-de-Cuines

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Vue de Saint-Étienne-de-Cuines et du versant est de la chaîne de Belledonne.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière le Glandon à la limite des communes de Saint-Étienne-de-Cuines et Sainte-Marie-de-Cuines.

La rivière l'Arc traverse la commune à l’extrême nord-est de son territoire. Le Glandon, affluent de la rive gauche de l'Arc, délimite en partie le territoire de la commune du sud-ouest au nord-est.

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Étienne-de-Cuines est accessible par l'autoroute A43, sortie no 26 La Chambre et par la route départementale 1006 (ancienne nationale 6).

Transports[modifier | modifier le code]

La gare de Saint-Avre - La Chambre, située à proximité, dessert la commune par des liaisons TGV saisonnières en hiver en provenance de Paris, et par des trains TER en provenance de Lyon, Chambéry et Saint-Jean de Maurienne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Kuine, selon la graphie de Conflans[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration locale[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée administrativement à l’arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne. Elle fait partie du canton de La Chambre jusqu'à sa suppression en 2015 et depuis cette date de celui de Saint-Jean-de-Maurienne. Enfin, elle est rattachée à la troisième circonscription de la Savoie.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

La mairie de Saint-Étienne-de-Cuines.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 500 et 1499, le nombre de membres du conseil municipal est de quinze[2].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 7 décembre 2014[Note 1] Joseph Blanc PCF  
12 décembre 2014[3] en cours
(au 14 décembre 2014)
Dominique Lazzaro    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes du canton de La Chambre depuis le .

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Saint-Étienne-de-Cuines s'appellent les Cuinains.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2015, la commune comptait 1 190 habitants[Note 2], en diminution de 0,83 % par rapport à 2010 (Savoie : +3,19 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
559535712832882990950940940
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
9619569789971 0191 0841 1501 2761 354
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 2551 4111 6331 3251 3101 1101 0471 0341 080
1982 1990 1999 2006 2007 2012 2015 - -
1 1831 1831 2081 1961 1941 1951 190--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Étienne-de-Cuines.

Saint-Étienne-de-Cuines dépend de la paroisse catholique de Sainte-Madeleine - La Chambre, rattachée au doyenné de Maurienne et à l'archidiocèse de Savoie[8].

Économie[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

La commune offre un des très rares exemples d'une importante entreprise industrielle d'envergure nationale née sur l'initiative d'une famille de souche montagnarde locale[9]. Dans les années 1880, Emmanuel Bozon-Verduraz, enfant de la vallée des Villards enrichi dans le commerce met à profit l'énergie hydraulique du torrent du Glandon descendu de cette vallée ainsi que la proximité de la voie ferrée internationale du Fréjus pour fonder à Saint-Etienne-de-Cuines une fabrique de pâtes alimentaires[10]. Grâce à des approvisionnements en provenance de tout le bassin méditerranéen et à une clientèle qui dépasse le cadre national, l'entreprise prospère jusqu'à employer 400 personnes en 1913. L'affaire se mue après la guerre en société anonyme. Elle a un siège parisien et se développe par croissance interne et externe. Localement, un atelier complémentaire est ouvert dans la commune voisine de Saint-Avre-la-Chambre, au contact de la voie ferrée : au total, 730 personnes sont employées en 1930 dans ces deux implantations. À Emmanuel avait succédé son fils Benjamin, héros de l'aviation pendant la Grande Guerre. Mis en difficulté par la crise économique et sociale des années 1930 puis la concurrence l'établissement fermera définitivement en 1952 mettant 130 employés au chômage.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Étienne-de-Cuines Blason D'or au lion de sable; à la bande de gueules chargée de trois étoiles d'argent brochante.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Brocard, Maurice Messiez-Poche, Pierre Dompnier, Histoire des communes savoyardes : La Maurienne - Chamoux - La Rochette (vol. 3), Roanne, Éditions Horvath, , 558 p. (ISBN 978-2-7171-0289-5, lire en ligne), p. 116-120. ([PDF] lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Blanc, maire, meurt le durant la mandature.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 24
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  3. « Élection sans surprise de Dominique Lazzaro à la tête de la mairie », sur le site du quotidien Le Dauphiné libéré, (consulté le 12 juillet 2015).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 1999, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2015.
  8. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse.
  9. BOZON Pierre, Le pays des Villards en Maurienne 382-392, Grenoble, , 282 p., p. 382-392
  10. Chabert Louis, Les Grandes Alpes industrielles de Savoie, , p. 115-117