Landtag d'Alsace-Lorraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Landtag des Reichslandes Elsaß-Lothringen
Parlement d'Alsace-Lorraine
Description de l'image Wappen Deutsches Reich - Elsass-Lothringen.svg.
Élection
Système électoral Vote à la majorité

Strasbourg

Le Landtag des Reichslandes Elsaß-Lothringen (Parlement de la terre impériale d’Alsace-Lorraine) est l’assemblée législative du Reichsland Elsaß-Lothringen, territoire de l’Empire allemand entre 1871 et 1919.

Constitution[modifier | modifier le code]

À la suite de l’annexion de l'Alsace-Lorraine par l’Empire allemand, ce territoire devenu « Reichsland Elsaß-Lothringen » a été considéré, dans un premier temps, non comme un État propre, mais comme une terre impériale, relevant directement de la Couronne[1].

Il faudra attendre le décret impérial du [2] pour voir l’institution d’un organe représentatif de l’Alsace-Lorraine impériale : le Landesausschuss (comité d’État) qui siégeait dans le bâtiment de l’actuel Théâtre national de Strasbourg, un bâtiment de style néoclassique construit entre 1888 et 1892 par les architectes August Hartel et Skjold Neckelman au cœur du quartier impérial allemand.

Les membres du Landtag régional n’étaient pas élus, mais nommés par les trois Bezirkstag d'Alsace-Lorraine, qui envoyaient dix députés chacun. En 1879, le Landesausschuss fut agrandi. Désormais au nombre de 58, les membres émanaient des trois Bezirkstag d'Alsace-Lorraine (11 de Lorraine, 10 de Haute-Alsace et 13 de Basse-Alsace), de quatre Stadtkreise ( 4 députés pour Strasbourg, Mulhouse, Metz et Colmar) et de vingt Landkreise (20 députés), choisis de manière indirecte.

Après n’avoir d’abord eu qu’un rôle consultatif, l'assemblée territoriale a reçu, en 1877, une fonction législative et des pouvoirs financiers. Après 1879, il a reçu un droit d’initiative législative, mais ses résolutions nécessitaient néanmoins l’approbation du Bundesrat, le Conseil fédéral.

Base juridique et structure[modifier | modifier le code]

Après mai 1911, le Landtag était composé de deux assemblées : l'assemblée de la première chambre, basée sur le suffrage indirect, avec un rôle plutôt honorifique[3], et l'assemblée de la deuxième chambre, basée sur le suffrage direct, plus représentative.

Composition de la première assemblée[modifier | modifier le code]

La première chambre est composée de membres de droit issus de la société civile, et de membres nommés directement par l'empereur[4]. Elle compte donc dans ses rangs des délégués des grandes corporations, ainsi que des personnalités politiques, choisies notamment parmi d'anciens parlementaires du Landesausschuss[4] ou du Reichstag[5].

Composition de la seconde assemblée[modifier | modifier le code]

Liste des membres du Landtag d'Alsace - Lorraine[6],[7]
NOM PARTI POLITIQUE DISTRICT CIRCONSCRIPTION NUMÉRO[8]
Joseph Heinrich Zentrum Oberelsaß Circonscription de Pfirt Hirsingen
(canton de Pfirt et canton de Hirsingen)
1
Eugen Ricklin Zentrum Oberelsaß Circonscription de Altkirch-Dammerkirch
(canton de Dammerkirch et canton de Hirsingen)
2
Charles Hindelang SPD Oberelsaß Circonscription de Colmar-Stadt
(ville de Colmar sans les quartiers à l'ouest de la ligne Strasbourg-Bâle et la commune de Hausen)
3
Jacques Immer Liberaldemokraten Oberelsaß Circonscription de Colmar-Münster-Winzenheim
(Les quartiers ouest de Colmar, le canton de Münster et les communes de Türkheim, Walbach, Winzenheim et Zimmerbach)
4
Joseph Kübler Zentrum Oberelsaß Circonscription de Neubreisach-Andolsheim
Commune de (Heiligkreuz, canton de Neubreisach, canton de Andolsheim sans la commune de Hausen et le canton de Wintzenheim sans les communes de Türkheim, Walbach, Winzenheim et Zimmerbach)
5
Gustav Robert Schlumberger Liberaldemokraten Oberelsaß Circonscription de Gebweiler-Sulz
(canton de Gebweiler et les communes de Sulz et Jungholz)
6
Joseph Rudolf Zentrum Oberelsaß Circonscription de Bollweiler-Ensisheim-Rufach
(canton de Ensisheim et canton de Rufach ainsi que le canton de Sulz sans les communes de Sulz et Jungholz)
7
Leopold Emmel SPD Oberelsaß Circonscription de Mulhouse I
(Polizeireviere I et VI de Mulhouse)
8
Joseph Schilling SPD Oberelsaß Circonscription de Mulhouse II
(Polizeireviere II et III de Mulhouse)
9
Eduard Drumm Liberaldemokraten Oberelsaß Circonscription de Mulhouse III
(Polizeireviere IV et V de Mulhouse)
10
Jean Martin SPD Oberelsaß Circonscription de l'arrondissement de Mulhouse
(canton de Mulhouse-Nord et canton de Mulhouse-Sud sans la ville de Mulhouse)
11
Dr. Joseph Brom Zentrum Oberelsaß Circonscription de Hüningen-Sierenz
(canton de Huningue ainsi que les communes de Bartenheim, Kembs, et Sierenz)
12
Médard Jules Brogly Zentrum Oberelsaß Circonscription de Habsheim-Landser
(canton de Habsheim et canton de Landser sans les communes de Bartenheim, Kembs, et Sierenz)
13
Émile Wetterlé Zentrum, NB Oberelsaß Circonscription de Rappoltsweiler-Kaysersberg
(canton de Rappoltsweiler et canton de Kaysersberg)
14
Laurent Meyer SPD Oberelsaß Circonscription de Markirch-Schnierlach
(canton de Markirch et canton de Schnierlach)
15
Joseph Remy Zentrum Oberelsaß Circonscription de Sennheim-Masmünster 16
Dr. Eugène Muller Zentrum Oberelsaß Circonscription de Thann-St. Amarin 17
Georg Wolf Liberaldemokraten Unterelsaß Circonscription de Strasbourg I 18
Karl Burger Liberaldemokraten Unterelsaß Circonscription de Strasbourg II 19
Eugen Imbs SPD Unterelsaß Circonscription de Strasbourg III 20
Georg Wolfer SPD Unterelsaß Circonscription de Strasbourg IV 21
Bernhard Böhle SPD Unterelsaß Circonscription de Strasbourg V 22
Jacques Peirotes SPD Unterelsaß Circonscription de Strasbourg VI 23
Richard Fuchs SPD Unterelsaß Circonscription de Schiltigheim 24
Laurent Fischer Zentrum Unterelsaß Circonscription de Brumath 25
Franz Joseph Fix fraktionslos Unterelsaß Circonscription de Truchtersheim-Hochfelden 26
Alphonse Gilliot Zentrum Unterelsaß Circonscription de Erstein-Benfeld 27
Franz Xaver Martz Zentrum Unterelsaß Circonscription de Geispolsheim-Oberehnheim 28
Karl Hauss Zentrum Unterelsaß Circonscription de Hagenau 29
Georg Atzel fraktionslos Unterelsaß Circonscription de Bischweiler 30
Johannes Michel Liberaldemokraten Unterelsaß Circonscription de Niederbronn 31
Michel Heysch SPD Unterelsaß Circonscription de Schirmeck-Saales-Rosheim 32
Nicolaus Delsor Zentrum, NB Unterelsaß Circonscription de Molsheim-Wasselnheim 33
Dr. Joseph Pfleger Zentrum Unterelsaß Circonscription de Schlettstadt-Markolsheim 34
Dr. Alphons Schott Zentrum Unterelsaß Circonscription de Barr-Weiler 35
Heinrich Wiltberger Zentrum Unterelsaß Circonscription de Weißenburg-Lauterburg-Selz 36
Alfred Wolf Liberaldemokraten Unterelsaß Circonscription de Sulz unterm Walde-Wörth 37
Louis François Marie Auguste Knoepffler Zentrum Unterelsaß Circonscription de Zabern-Maursmünster 38
Georg Wehrung Liberaldemokraten Unterelsaß Circonscription de Saarunion-Drulingen 39
Eduard Meyer Liberaldemokraten Unterelsaß Circonscription de Buchsweiler-Lützelstein 40
Max Donnevert Liberaldemokraten Lothringen Circonscription de Metz I 41
Nikolaus Jung Lothringer Block Lothringen Circonscription de Metz II 42
Louis Pierson Lothringer Block Lothringen Circonscription de Gorze-Verny-Pange 43
Adolf Steinmetz Liberaldemokraten Lothringen Circonscription de Montigny-Sablon 44
Johann Norbert Hinsberg Liberaldemokraten Lothringen Circonscription de Vigy-Rombach 45
Alexis Weber Lothringer Block Lothringen Circonscription de Bolchen-Falkenberg 46
Joseph Bourger Lothringer Block Lothringen Circonscription de Busendorf-Teterchen 47
Jean François Labroise Lothringer Block Lothringen Circonscription de Château-Salins-Delme-Vic 48
Maurice Barthélemy Lothringer Block Lothringen Circonscription de Albesdorf-Dieuze 49
François Zimmer Lothringer Block Lothringen Circonscription de Diedenhofen-Großhettingen 50
Fernand Schuman Lothringer Block Lothringen Circonscription de Kattenhofen-Sierck-Metzerwiese 51
François Fick Lothringer Block Lothringen Circonscription de Fentsch-Algringen 52
Nicolas Engel Lothringer Block Lothringen Circonscription de Hayingen-Großmoyeuvre 53
Joseph Collet Zentrum Lothringen Circonscription de Forbach 54
Dr. Louis Hackspill Liberaldemokraten Lothringen Circonscription de St. Avold 55
Dr. Victor Michel Heymès Zentrum Lothringen Circonscription de Großtännchen-Saaralben 56
Dr. Georg Clemens Müller Zentrum Lothringen Circonscription de Saarburg-Lörchingen 57
Louis Meyer Zentrum Lothringen Circonscription de Pfalzburg-Finstingen-Rixingen 58
Franz Xaver Hoën Zentrum Lothringen Circonscription de Saargemünd 59
Jacques Hessemann Zentrum Lothringen Circonscription de Bitsch-Rohrbach-Wolmünster 60

Avant la guerre[modifier | modifier le code]

Dans le paysage politique régional, on assiste à l’implantation progressive des partis politiques de type allemand, corrélativement à l’émergence d’une politique régionale propre au Reichsland et à ses enjeux[9]. Mais la fusion politique du territoire, au sein de l’Empire, n’est pas totalement achevée en 1914.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au début de la Première Guerre mondiale, les dirigeants allemands conservateurs doutaient de la loyauté des Alsaciens-Lorrains au Reich. Un certain nombre de membres du Parlement partageaient cette défiance. Les autorités militaires d’Alsace-Lorraine redoutaient une discussion critique de la guerre. Au lieu d’envisager une dissolution du Parlement, il fut décidé que le parlement serait autorisé à siéger pour adopter le budget de l’État et la législation en cours, mais que les décisions devaient être adoptées sans débats. Les sessions du 8 au 15 avril 1915 s’effectuèrent dans ces conditions. Les députés arrêtèrent que les débats de la Commission du budget de l’année suivante pourraient au moins s’effectuer en débat ouvert à huis clos. Les sessions parlementaires suivantes eurent lieu du 26 avril au 26 mai 1916, puis du 5 juin au 12 juillet. La dernière session eut lieu du 12 à 30 avril 1918.

Après la Guerre[modifier | modifier le code]

Devenue la seule autorité d’Alsace-Lorraine le 11 novembre 1918, le Landtag d’Alsace-Lorraine appela, dès le lendemain, une Alsace-Lorraine souveraine, et assuma toutes les responsabilités du ministère et le gouverneur du Reich allemand. Les occupants français ne reconnurent pas cette indépendance et, le 6 décembre, le Landtag se prononça contre la réunion avec la France. Le 17 octobre 1919, le Reichsland Elsaß-Lothringen, et avec lui le Landtag d'Alsace-Lorraine, furent dissous. Dès lors, l’Alsace-Lorraine fut administrée de Paris par une direction générale.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Reichsland Elsass-Lothringen sur wahlen-in-deutschland.de
  • Statistisches Landesamt für Elsass-Lothringen: Die Landtagswahlen von 1911 in Elsass-Lothringen. Sondernummer der Nachrichten des Statistischen Landesamts für Elsass-Lothringen. Druckerei der Straßburger Neuesten Nachrichten AG, Straßburg 1911, (p. 5–37).
  • Hermann Hiery: Wahlen und Wahlverhalten im Reichsland Elsaß-Lothringen 1871–1914. In: Ara und Kolb: Grenzregionen im Zeitalter der Nationalismen – Elsaß-Lothringen / Trient-Triest., 1998.
  • Regierung und Landtag von Elsaß-Lothringen 1911–1916. Biographisch-statistisches Handbuch. Mühlhausen, 1911.
  • Verhandlungen der Zweiten Kammer des Landtags für Elsaß-Lothringen. (12 Bände), Straßburger Druckerei und Verlagsanstalt, vormals R. Schultz u. Comp., 1912–1917
  • Verfassungen des Reichslandes Elsaß-Lothringen sur verfassungen.de (Constitution du 31 mai 1911)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Roth : Le Reichsland Elsass-Lothringen. Formation, histoire et perceptions, in : Michel Grunewald (dir.): Le problème de l’Alsace-Lorraine vu par les périodiques (1871–1914). Die Elsass-Lothringische Frage im Spiegel der Zeitschriften (1871–1914), Bern, 1998 (p. 11–36).
  2. Reichsgesetzblatt 1874, (p. 492), Gesetzblatt für Elsaß-Lothringen 1874, (p. 37).
  3. Sophie Charlotte Preibusch: Verfassungsentwicklungen im Reichsland Elsaß-Lothringen 1871-1918: Integration durch Verfassungsrecht?, 2010 (p. 417 et suiv.).
  4. a et b La lutte pour l'autonomie, toujours sur archives.bas-rhin.fr.
  5. François Roth: Robert Schuman 1886-1963. Du Lorrain des frontières au père de l'Europe, Paris, Fayard, 2008.
  6. Regierung und Landtag von Elsaß-Lothringen 1911–1916. Biographisch-statistisches Handbuch. Mühlhausen 1911.
  7. Wilhelm Heinz Schröder: Sozialdemokratische Parlamentarier in den deutschen Reichs- und Landtagen 1876-1933.
  8. Numéros des circonscriptions du 3 juillet 1911 (RGBl. p. 267-273).
  9. François Roth :Le personnel politique de la Lorraine pendant l’annexion à l’empire Allemand, 1871–1918. De la France vers l’Allemagne – De l’Allemagne vers la France sur europa.clio-online.d

Voir aussi[modifier | modifier le code]