Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV pour Middle East respiratory syndrome coronavirus, anciennement NCoV pour novel coronavirus) est le nom d'un variant de coronavirus hautement pathogène découvert en 2012, provoquant en particulier un symptôme de pneumonie aiguë.

Symptômes[modifier | modifier le code]

Les symptômes de l'infection par MERS-CoV peuvent être l'insuffisance rénale aiguë et une pneumonie aiguë sévère, qui aboutissent souvent à une issue fatale[2]. Chez les humains, le virus a un fort tropisme pour les cellules épithéliales bronchiques non ciliées, et il a été montré qu'il échappe facilement aux réponses du système immunitaire inné et perturbe la production d'interféron (IFN) dans ces cellules[3],[4].

Enjeux[modifier | modifier le code]

Le MERS-CoV présente des caractéristiques pouvant le faire classer parmi les causes de maladies émergentes éventuellement susceptibles d'évoluer en pandémie[2]. L'OMS et de nombreux spécialistes l'ont donc rapidement ciblé dans leur veille écoépidémiologique[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon les données épidémiologiques disponibles, ce variant de Coronavirus est apparu au Moyen-Orient dans la péninsule Arabique[2].

Le premier cas humain était un Saoudien de 60 ans mort début 2012 lors d'une hospitalisation pour pneumonie aiguë et insuffisance rénale subséquente[6].

Ce virus est dit « nouveau » car quand il a été découvert (en 2012 dans les expectorations d'un malade), il différait fortement des cinq autres coronavirus humains déjà découverts. Quatre de ces virus ne causent que de simples rhumes, anodins ; mais le cinquième avait été nettement plus pathogène : c'était le virus du SRAS[6]. Il est rapidement classé parmi les bétacoronavirus[6].
Chez les premiers malades identifiés, le virus est hautement pathogène, avec un tableau clinique proche de celui du SRAS ; s'ensuit la mise en place rapide d'un dispositif international de veille et de réponse épidémiologique.

La plupart des cas étaient d'abord situés dans la péninsule arabique, mais, le 8 mai 2013, un premier cas a été confirmé en France par le Centre national de référence de l’Institut Pasteur[7],[2], le ministère français de la santé affirme alors qu'il s'agit du seul cas confirmé en France, tout en précisant que l'homme revenait d'un séjour à Dubaï[8].

Le 12 mai, un second cas était annoncé en France (le voisin de chambre du premier cas[9]). À peu près au même moment, deux autres décès étaient signalés dans la région d'Al-Hassa (Arabie saoudite)[10]. En juin 2013, lors d'une réunion d'urgence, l'OMS a déclaré : « Le nouveau coronavirus semble préférer la saison chaude (l'été) pour se répandre et contaminer ses hôtes. Sur la planète, on constate que celui-ci s'est facilement étendu (géographiquement et en une seule année) ; ce n'est plus seulement le Moyen-Orient qui en est affecté. Les voyageurs ne s'inquiètent pas assez du virus ; cela facilite l'évolution de la contagion et même une mutation. Les conséquences sont malheureusement observables sur notre carte de surveillance épidémiologique. Voilà que plusieurs pays d'Europe de l'Ouest sont touchés. Ce virus pourrait donc muter, s'adapter aux différents climats et différentes saisons. Ainsi, il provoquerait une véritable pandémie en se transmettant très facilement d'homme à homme. De plus, MERS-COV tue dans 1 cas sur 2 »[réf. nécessaire].

Premier cas humain identifié : Il s'agit d'un homme originaire du Qatar mort à Jeddah (Arabie saoudite) en juillet 2012, tombé malade après un voyage en Arabie saoudite, et ensuite diagnostiqué (en septembre 2012) mort de ce virus[11],[12],[13]. Ce cas a été rapporté par Ali Mohamed Zaki de l'Hôpital Soliman Fakeeh de Jeddah, sur ProMED-mail (le réseau international de veille sur les maladies émergentes[14]) le 15 septembre 2012[11]. Le virus n'est pas encore identifié, mais au vu des symptômes, les experts évoquent rapidement la possibilité qu'il s'agisse d'un virus grippal d'un paramyxovirus ou d'un coronavirus. La piste du coronavirus est rapidement confirmée et l'information a rapidement été portée à la connaissance des réseaux de veille épidémiologique spécialisés dans la détection d'éventuelles maladies émergentes[11], via les réseaux ProMed notamment[14], puis de l'OMS et de l'OIE, de l'International society for infectious diseases (ISID[15]) et le réseau « Infectious Animal and Zoonotic Disease Surveillance » FAS, portail de l'ONG : Infectious Animal and Zoonotic Disease Surveillance et beaucoup d'autres de par le monde, puis par les médias.

Deuxième cas humain identifié : Il a été rapporté en septembre 2012 par l'agence anglaise de protection de la santé (United Kingdom's Health Protection Agency (en))[16]. C'est un homme, Qatari, de 49 ans, tombé malade après un voyage en Arabie saoudite, porteur du même virus[11], et traité en soins intensifs dans un hôpital de Londres. Au même moment, d'autres cas possibles font l'objet d'enquêtes, et le degré de virulence et contagiosité du virus n'est pas encore clair[11]. Ce patient a été traité pour une maladie respiratoire, mais il a aussi développé une insuffisance rénale aiguë[17].

En raison de son caractère hautement pathogène et des symptômes qu'il provoque, ce virus a été comparé dès les premiers rapports le concernant au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS)[18], avec suspicion d'une origine animale. Les deux premiers patients étant tombés malades à plus de 2 mois d'intervalle, on suppose que le premier n'a pas infecté le second, et qu'il doit exister un réservoir animal, comme cela est le cas avec la plupart des virus infectant l'Homme[19].

En juin 2015, premier cas mortel de l'année de ce virus constaté en Allemagne sur un patient de 60 ans de retour des Émirats arabes unis[20].

Réactions de l'OMS[modifier | modifier le code]

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé qu'elle était « engagé à caractériser davantage le nouveau coronavirus » et qu'elle a « immédiatement alerté l’ensemble de ses États-Membres. L'OMS coordonne le dispositif qui se met en place, et fournit des recommandations aux autorités sanitaires et aux organismes sanitaires spécialisés »[21].

L'agence du Royaume-Uni pour la protection de la santé travaille au séquençage génétique de ce virus, à partir des ARN viraux obtenus à partir du patient du Qatar[18],[22].

Zoonose[modifier | modifier le code]

Les coronavirus sont fréquemment zoonotiques, c'est-à-dire que, comme les virus grippaux, ils peuvent à la fois infecter une ou plusieurs espèces animales et l'être humain et - au gré de certaines mutations - passer d'une espèce à l'autre, parfois en devenant inhabituellement pathogènes, par exemple parce que le système immunitaire du « nouvel hôte » n'y est pas adapté.

Dans ces circonstances, les écoépidémiologistes recherchent une espèce-réservoir (oiseau et/ou mammifère en général) et s'il existe des circonstances écoépidémiologiques pouvant expliquer ou faciliter la diffusion du « nouveau » virus (maladie émergente), et s'il existe éventuellement un risque pandémique.

Le virologue Ron Fouchier, du centre médical Érasme de Rotterdam (Pays-Bas), spécialiste des virus respiratoires hautement pathogènes, émet rapidement l'hypothèse qu'il s'agit d'un virus de chauves-souris qui s'est adapté à l'Homme[19].
Un scientifique saoudien ayant isolé le virus lui en avait envoyé un échantillon pour savoir s'il pouvait s'agir d'un paramyxovirus[11]. R. Fouchier lui a demandé s'il l'avait déjà testé comme potentiel coronavirus (ce qui est possible grâce à un test développé par le US CDC qui permet de tester tous les coronavirus alors connus)[11]. Durant le transfert du virus au laboratoire néerlandais de R. Fouchier, ce test a confirmé qu'il s'agissait effectivement d'un coronavirus. Fouchier, disposant du matériel nécessaire, en a séquencé le génome[11] (et l'a au passage breveté malgré les protestations de responsables saoudiens qui n'avaient pas formellement autorisé le transfert du virus[23].

Biogéographie du virus[modifier | modifier le code]

Pour ce qui concerne les épidémies touchant l'homme, la biogéographie du virus est anthropiquement fortement liée aux transports. Elle est par contre encore mal connue pour ce qui concerne les souches sauvages[24].

Fin 2019, pour mieux comprendre la répartition du coronavirus MERS-CoV et les facteurs de risque infectieux pour l'Homme et d'autres mammifères ou espèces, une base de données a été créée pour enregistrer et documenter les cas de MERS-CoV détectés dans le monde, en signalant notamment les transmissions zoonotiques[24].

La base a été construite à partir de 3 moteurs de recherche spécialisés : PubMed, Web of Science et Scopus ; en y conservant 208 (extraction + géoréférencement) avec pour chaque cas des précisions contextuelles.
A sa création elle comprenait « 861 occurrences MERS-CoV géo-positionnées uniques ». Elle permet une épidémiosurveillance ciblée du MERS-CoV, pouvant notamment aider à anticiper des risques zoonotiques d'épidémie voire de pandémie[24].

Données épidémiologiques complètes[modifier | modifier le code]

Nombre de cas confirmés
  • Plus de 50 cas
  • Plus de 5 cas
  • Plus de 1 cas

Une nouvelle forme de coronavirus émerge vers l'Arabie Saoudite en septembre 2012. En février 2013, le premier foyer « familial » est confirmé au Royaume-Uni, à Manchester, chez un patient ayant récemment voyagé au Moyen-Orient et au Pakistan, c'était le 10e cas au niveau mondial[25]. Le fils de cet homme a ensuite contracté le virus, ce qui a fourni la première preuve solide de la transmission interhumaine[26],[27]. Le père est mort le 19 février 2013[28],[29].

En juin 2013, l'OMS déclare que « le risque de transmission inter-humaine est certaine ». Le 25 juin 2013, « Genève s'attend de pied ferme à voir apparaître le nouveau coronavirus » (a informé l'OMS).[réf. nécessaire]

Début juillet, L'OMS s'inquiète à propos du proche pèlerinage de la Mecque (septembre-octobre 2013), craignant une propagation du MERS-CoV à l'échelle mondiale. L'OMS organise un Comité d'Urgence le 9 juillet 2013 (le premier depuis l'annonce de la première pandémie du XXIe siècle, celle du virus H1N1 de 2009). Le même jour, l'OMS souhaite renouveler ce Comité d'Urgence (qui fut finalement un échec en termes de débat)[réf. nécessaire]. Toutes ces informations étaient déjà connues. Le même jour[Quand ?], Les Émirats arabes unis annoncent un premier cas confirmé de coronavirus, un homme âgé de 82 ans actuellement hospitalisé, selon l'agence de presse officielle WAM.[Passage à actualiser][réf. nécessaire] Le citoyen émirati ayant contracté le virus souffre d'un cancer et est actuellement soigné dans un hôpital de la capitale, indique l'autorité sanitaire d'Abu Dhabi dans un communiqué tard jeudi, précisant qu'il s'agit du premier cas recensé dans les Émirats.[Passage à actualiser] Le second Comité d'Urgence de l'année se déroule le 17 juillet 2013[réf. nécessaire]. L'organisation mondiale de la santé déclare le 28 juillet que 90 cas ont été recensés[réf. nécessaire]. À cette date, les victimes s'élèvent à 46[réf. nécessaire]. D'ailleurs, un nouveau décès lié au coronavirus en Arabie saoudite, le 26 juillet 2013, pousse les autorités à être encore plus vigilantes. Désormais, l’OMS conseille aux voyageurs présentant les symptômes d’une infection respiratoire sévère de subir un dépistage le plus rapidement possible. L'Organisation mondiale de la santé estime fin juillet 2013 que le MERS, qui peut provoquer de la fièvre, une toux et une pneumonie, n'avait pas atteint un potentiel pandémique et pourrait tout simplement disparaître. Mais l'OMS redoute une accentuation du phénomène alors que des centaines de milliers de musulmans se rendent en Arabie saoudite durant le mois de ramadan pour l'oumrah, un pèlerinage qu'ils peuvent effectuer à tout moment de l'année.[réf. nécessaire]

Le 2 août 2013, 3 nouveaux cas sont recensés en Arabie saoudite (portant à 74 le nombre d'infectés dans ce pays depuis l'apparition du nouveau coronavirus) et (le même jour), l'OMS commence à penser que l'Arabie saoudite serait sa source et son point d'origine; ce qui expliquerait depuis le début le nombre accru de cas dans cette zone géographique.[réf. nécessaire] L'état du second patient français reste sérieux, il était toujours hospitalisé à Lille au 21 août 2013 mais ce dernier n'est plus atteint par le MERS-CoV.[Passage à actualiser][réf. nécessaire] L'origine du MERS-CoV, les chauve-souris, est confirmée le 23 août 2013 par les experts de l'OMS[réf. nécessaire]. Le 29 août, l'OMS dresse un bilan au niveau mondial, la barre des 100 cas est dépassée pour atteindre 104 cas confirmés dont 49 mortels[réf. nécessaire].

[style à vérifier] Le 5 octobre, après un mois de silence, six nouveaux cas sont confirmés en Arabie Saoudite. En avril 2014, le MERS-Cov se répand de plus en plus vite en Arabie Saoudite (faisant craindre aux autorités et à l'OMS une possible mutation du virus). Le 1er mai 2014, un premier cas est confirmé en Égypte.

Selon l'OMS le 26 avril 2014, il y avait 293 cas confirmés, dont 93 morts, essentiellement en Arabie Saoudite. Selon les autorités saoudiennes au 30 avril 2014, il y avait 361 cas et 107 décès[30]. Le 2 mai, à Atlanta aux États-Unis, un premier cas est déclaré ; le CDC craint une grave épidémie.

Pays touchés et évolution[modifier | modifier le code]

En avril 2014, ce coronavirus est jugé encore très actif en Arabie Saoudite.
Au 30 mai 2014, plus de 15 pays sont touchés par le MERS-CoV, pour un total ci-dessous de 937 cas dont 341 décès. Il est pourtant peu contagieux d'après le CDC.

Au Moyen-Orient[modifier | modifier le code]

  • Arabie saoudite (pays le plus touché) = 688 cas confirmés / 282 décès (prouvés scientifiquement)
  • Jordanie = 5 cas confirmés / trois décès (prouvés scientifiquement)
  • Émirats arabes unis = 18 cas confirmés / huit décès (prouvé scientifiquement)
  • Qatar = 14 cas confirmés / six décès
  • Égypte = 1 cas confirmé / aucun décès

En Afrique[modifier | modifier le code]

  • Tunisie = 7 cas confirmés / trois décès (prouvé scientifiquement)

En Europe[modifier | modifier le code]

  • Grande-Bretagne = 3 cas confirmés / deux décès (prouvés scientifiquement)
  • Allemagne = 1 cas confirmé / un décès
  • France = 2 cas confirmés / un décès (prouvés scientifiquement)
  • Italie = 3 cas confirmés / aucun décès
  • Pays-Bas = 3 cas confirmé / aucun décès

Dans le monde[modifier | modifier le code]

Le virus a continué à s'étendre dans le monde.

Près d'un an plus tard, au 16 juin 2015, l'OMS annoncait un total mondial de 1 293 contaminés (+34 % par an) et 458 morts (+31 % par an), répartis dans 25 pays[32], soit une létalité d'un peu plus d'un cas sur 3.

En France[modifier | modifier le code]

En 2013, deux premiers cas hautement pathogènes ont été détectés, tous deux dans le Nord-Pas-de-Calais : le 7 mai chez un homme de 65 ans revenant d'un voyage en Arabie saoudite (dans l'est du royaume) puis, le 12 mai 2013, chez un patient ayant partagé la chambre d'hôpital du premier (fin avril 2013), avant que son infection ne soit connue, ce qui a justifié la mise en place d'un dispositif d'enquête et d'épidémiosurveillance avec l'Institut de veille sanitaire et sa cellule régionale, l’Institut Pasteur et l'ARS Nord–Pas-de-Calais, sous l'égide du ministère de la Santé et de la Direction Générale de la Santé (DGS). Un numéro vert d'information grand public a été ouvert[33] (valable pour toute la France). Le 4 juillet 2013, on apprend par une porte-parole de l'AFP que l'état de santé du second patient (hospitalisé à Lille en France) reste toujours critique mais très stationnaire. Le même jour, on apprend un nouveau décès en Grande-Bretagne.
Tous deux ont été hospitalisés et mis en quarantaine au CHRU de Lille, sous assistance respiratoire (« extra-corporelle » pour le 1er cas à la suite d'une défaillance respiratoire[34]), alors que leurs proches ou les personnes avec lesquels ils ont eu des contacts récents étaient recherchés. Ces derniers ont reçu l'interdiction de se rendre dans des lieux publics ou de recevoir de la visite et l'ARS (Agence Régionale de Santé) les contacte deux fois par jour pour vérifier qu'ils ne développent pas de symptômes de la maladie.

Selon le professeur Arnaud Fontanet (chef de l'unité des maladies émergentes à l'Institut Pasteur), il existe de « grandes similitudes » entre cette infection et le SRAS (« dans les deux cas, les symptômes sont respiratoires et la transmission s'exerce par voie respiratoire et par contact rapproché »).

Origine[modifier | modifier le code]

Au début de l'infection, le vecteur supposé était une chauve-souris endémique dans cette région, du fait de la proximité génétique entre MERS-CoV et un autre coronavirus transmis par des chauves-souris au Japon (HK5-CoV)[35]. Des études plus poussées ont infirmé ce résultat et ont démontré que les vecteurs du MERS-CoV sont les camélidés présents en Arabie Saoudite, notamment le dromadaire[36],[37],[38].

Transmission et contagiosité[modifier | modifier le code]

En mai 2014, l'OMS estime que le MERS-CoV se transmet par les postillons et le toucher (un peu comme la grippe ordinaire). Ce virus contamine la personne dans les deux jours qui suivent un contact direct avec la personne infectée. La contagion se fait rapidement. Le virus semble moins mortel que ce que l'OMS pensait en 2013. Cette maladie serait estimée létale dans 38 % des cas en mai 2014. Ce virus provient directement des dromadaires et il se transmet à l'homme par les yeux et le nez. La transmission interhumaine est certaine. Les personnes exposées à un risque élevé de maladie grave due à ce virus devront éviter les contacts rapprochés avec des animaux lorsqu’elles se rendent dans des fermes ou des élevages situés dans des zones où l’on sait que le virus peut être en circulation. Pour le grand public, ceux qui visitent une ferme ou un élevage devront observer les mesures générales d’hygiène, comme se laver régulièrement les mains avant et après avoir touché des animaux, éviter les contacts avec des animaux malades...

Une substance susceptible d'agir contre les coronavirus a été identifiée par des chercheurs suisses et suédois. Elle se nomme : "K22" et semble également efficace contre le SRAS. Il n'existait en 2014 aucun médicament contre cette épidémie.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Virus Taxonomy: 2018b Release », ICTV, (consulté le 14 septembre 2019).
  2. a b c et d « Les autorités sanitaires suisses se préparent à faire face au coronavirus », RTS Info, Radio télévision suisse « 19:30 le journal »,‎ (lire en ligne [vidéo])
    « Le virus qui a pour foyer l'Arabie saoudite a infecté au moins 94 personnes dont 46 sont décédées. Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) se préparent à accueillir d'éventuels cas de contamination. »
  3. E. Kindler, HR. Jónsdóttir, D. Muth, OJ. Hamming, R. Hartmann, R. Rodriguez, R. Geffers, RA. Fouchier et C. Drosten, « Efficient Replication of the Novel Human Betacoronavirus EMC on Primary Human Epithelium Highlights Its Zoonotic Potential », MBio, vol. 4, no 1,‎ , e00611–12 (PMID 23422412, PMCID 3573664, DOI 10.1128/mBio.00611-12)
  4. VS. Raj, H. Mou, SL. Smits, DH. Dekkers, MA. Müller, R. Dijkman, D. Muth, JA. Demmers et A. Zaki, « Dipeptidyl peptidase 4 is a functional receptor for the emerging human coronavirus-EMC », Nature, vol. 495, no 7440,‎ , p. 251–4 (PMID 23486063, DOI 10.1038/nature12005)
  5. Serge Morand et Muriel Figuié, Emergence de maladies infectieuses : Risques et enjeux de société, Éditions Quæ, coll. « Matière à débattre et décider », , 136 p. (ISBN 978-2-7592-2490-6 et 2-7592-2490-2, ISSN 2115-1229, présentation en ligne, lire en ligne)
  6. a b et c (en) Ali M. Zaki, Sander van Boheemen, Theo M. Bestebroer et Albert D.M.E. Osterhaus, « Isolation of a Novel Coronavirus from a Man with Pneumonia in Saudi Arabia », New England Journal of Medicine, vol. 367, no 19,‎ , p. 1814–1820 (ISSN 0028-4793 et 1533-4406, DOI 10.1056/NEJMoa1211721, lire en ligne, consulté le 17 mars 2020)
  7. AFP, « Un premier cas confirmé en France du nouveau virus proche du SRAS », sur liberation.fr, (consulté le 9 mai 2013)
  8. Organisation mondiale de la Santé, « Infection par le nouveau coronavirus – mise à jour », sur Organisation mondiale de la Santé, (consulté le 12 mai 2013)
  9. Ministère de la santé, « Nouveau coronavirus - Point de situation : Un nouveau cas d’infection confirmé », sur sante.gouv.fr, (consulté le 12 mai 2013)
  10. Angus McDowall, « Two more people die of novel coronavirus in Saudi Arabia », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mai 2013)
  11. a b c d e f g et h Martin Enserink Ron Fouchier on the New Coronavirus: We Need to Fulfill Koch's Postulates ; News.sciencemag.org ; publié 2012-09-24, consulté 2013-05-14
  12. Stephanie Nebehay, « WHO issues guidance on new virus, gears up for haj », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2012)
  13. Scientists race to understand deadly new virus March 23, 2013; Vol.183 #6 Science News
  14. a et b FAS, Portail ProMED (the FAS policy initiative calling for global monitoring of emerging diseases), qui est un programme de biosécurité hébergé par la [http://www.fas.org/index.html FAS (Federation of american scientists; Fédération des scientifiques américains)
  15. ISID, Portail de l'International Society for Infectious Diseases (ISID), consulté 2013-05-14
  16. United Kingdom's Health Protection Agency (HPA), Organisme public non ministériel anglais.
  17. Miriam Falco, « New SARS-like virus poses medical mystery », CNN,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2012)
  18. a et b Michaeleen Doucleef, « Scientists Go Deep On Genes Of SARS-Like Virus », Associated Press,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2012)
  19. a et b Michaeleen Doucleff, « Holy Bat Virus! Genome Hints At Origin Of SARS-Like Virus », NPR,‎ (lire en ligne, consulté le 29 septembre 2012)
  20. « Coronavirus Mers : premier cas mortel en Europe en 2015 », sur lesechos.fr, (consulté le 17 juin 2015)
  21. Organisation mondiale de la Santé, « Infection due à un nouveau coronavirus – bulletin », sur Organisation mondiale de la Santé, (consulté le 27 septembre 2012)
  22. « How threatening is the new coronavirus? », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2012)
  23. The Economist, « Pandemic preparedness: Coming, ready or not », sur economist.com, (consulté le 12 mai 2013)
  24. a b et c (en) Rebecca E. Ramshaw, Ian D. Letourneau, Amy Y. Hong et Julia Hon, « A database of geopositioned Middle East Respiratory Syndrome Coronavirus occurrences », Scientific Data, vol. 6, no 1,‎ , p. 1–13 (ISSN 2052-4463, DOI 10.1038/s41597-019-0330-0, lire en ligne, consulté le 17 mars 2020)
  25. (en) WHO: Novel coronavirus infection –update (11 February 2013) (consulté le 13 février 2013)
  26. (en) James Gallagher, « Coronavirus: Signs the new Sars-like virus can spread between people », BBC News, (consulté le 13 février 2013)
  27. (en) WHO: Novel coronavirus infection – update (13 February 2013) (consulté le 13 février 2013)
  28. (en) Kate Kelland, « Britain dies after contracting new SARS-like virus », Reuters, (consulté le 19 février 2013)
  29. (en) Anna Hodgekiss, « Sars-like virus claims first UK victim after man, 39, dies at a Birmingham hospital », sur www.dailymail.co.uk, The Daily Mail, (consulté le 19 février 2013)
  30. « Un cas de coronavirus MERS aux États-Unis », sur www.lefigaro.fr Le Figaro, (consulté le 2 mai 2014)
  31. http://french.yonhapnews.co.kr/national/2015/07/08/0300000000AFR20150708001400884.HTML
  32. (ja)http://www.asahi.com/articles/ASH6J7DFYH6JULBJ01Y.html?iref=comtop_6_03
  33. Numéro vert, concernant le « nouveau coronavirus » : 0 800 13 00 00
  34. AFP/France 3 (2013), Coronavirus : l'état de santé du 2e malade se dégrade, publié 13 mai 2013, consulté 13 mai 2013
  35. (en) Susanna K. P. Lau, Kenneth S. M. Li, Alan K. L. Tsang et Carol S. F. Lam, « Genetic Characterization of Betacoronavirus Lineage C Viruses in Bats Reveals Marked Sequence Divergence in the Spike Protein of Pipistrellus Bat Coronavirus HKU5 in Japanese Pipistrelle: Implications for the Origin of the Novel Middle East Respiratory Syndrome Coronavirus », Journal of Virology, vol. 87, no 15,‎ , p. 8638–8650 (ISSN 0022-538X et 1098-5514, PMID 23720729, DOI 10.1128/JVI.01055-13, lire en ligne, consulté le 5 avril 2018)
  36. Hamzah A. Mohd, Jaffar A. Al-Tawfiq et Ziad A. Memish, « Middle East Respiratory Syndrome Coronavirus (MERS-CoV) origin and animal reservoir », Virology Journal, vol. 13,‎ (ISSN 1743-422X, PMID 27255185, PMCID PMC4891877, DOI 10.1186/s12985-016-0544-0, lire en ligne, consulté le 5 avril 2018)
  37. Ziad A. Memish, Matthew Cotten, Benjamin Meyer et Simon J. Watson, « Human Infection with MERS Coronavirus after Exposure to Infected Camels, Saudi Arabia, 2013 », Emerging Infectious Diseases, vol. 20, no 6,‎ , p. 1012–1015 (ISSN 1080-6040, PMID 24857749, PMCID PMC4036761, DOI 10.3201/eid2006.140402, lire en ligne, consulté le 5 avril 2018)
  38. Mohamed Ali, Rabeh El-Shesheny, Ahmed Kandeil et Mahmoud Shehata, « Cross-sectional surveillance of Middle East respiratory syndrome coronavirus (MERS-CoV) in dromedary camels and other mammals in Egypt, August 2015 to January 2016 », Euro Surveillance: Bulletin Europeen Sur Les Maladies Transmissibles = European Communicable Disease Bulletin, vol. 22, no 11,‎ (ISSN 1560-7917, PMID 28333616, PMCID PMC5356426, DOI 10.2807/1560-7917.ES.2017.22.11.30487, lire en ligne, consulté le 5 avril 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]